İnternational

İnternational

Mort de George Floyd : Donald Trump se revendique « président de la loi et de l’ordre »

Mort de George Floyd : comment Donald Trump met en scène « le président de la loi et de l’ordre »

02/06/2020 07:53:00

Mort de George Floyd : comment Donald Trump met en scène « le président de la loi et de l’ordre »

En sept minutes, Donald Trump a tracé, lundi, le cap qu’il entend désormais suivre : celui de la répression d’un mouvement dont il n’a retenu que les pillages et les actes de vandalisme, assimilés à un « terrorisme intérieur ».

Article réservé aux abonnésDonald Trump près de l’église Saint John, à Washington, le 1er juin. Patrick Semansky / APLa foule pacifique qui s’était rassemblée face à la Maison Blanche, lundi 1er juin, avait été dispersée sans ménagement quelques minutes plus tôt par des forces de police usant de gaz lacrymogènes. Il s’agissait de faire place nette. Entouré d’officiers du Secret Service chargés de sa protection, Donald Trump a alors quitté l’enceinte présidentielle et traversé à pied le square Lafayette puis la rue qui le longe pour s’arrêter devant l’église épiscopalienne Saint John. « L’église des présidents » avait été visée la veille, au milieu des troubles nocturnes, par un départ de feu qui n’avait fait que des dégâts mineurs.

Twitter ferme plusieurs comptes de la mouvance identitaire Covid-19 : pourquoi Macron veut imposer le masque le 1er août et pas avant Stéphane Ruffier mis à pied par Saint-Étienne - Foot - L1 - ASSE

Lire aussiMort de George Floyd : Donald Trump menace de déployer l’armée si les violences continuentLe président des Etats-Unis a pris la pose devant l’édifice, face aux caméras qui l’avaient accompagné, brandissant ostensiblement une Bible. Il a ensuite invité le secrétaire général de la Maison Blanche, Mark Meadows, son conseiller à la sécurité nationale, Robert O’Brien, l’

attorney general(ministre de la justice), William Barr, le secrétaire à la défense, Mark Esper, à prendre place à ses côtés, ainsi que sa porte-parole, Kayleigh McEnany. Donald Trump souhaitait manifestement mettre en scène «

 le président de la loi et de l’ordre », ainsi qu’il s’était défini quelques instants plus tôt au cours d’une brève allocution, s’inspirant de la formule du candidat républicain, Richard Nixon, lors des troubles de 1968.

Lire aussiEtats-Unis : aux sources de l’embrasementDonald Trump a tracé le cap qu’il entend désormais suivreEn sept minutes, Donald Trump a tracé le cap qu’il entend désormais suivre : celui de la répression d’un mouvement dont il n’a retenu que les pillages et les actes de vandalisme, assimilés à un « terrorisme intérieur ». TOM BRENNER / REUTERS

Annoncée à la dernière minute, cette prise de parole était attendue. Donald Trump était invisible depuis deux jours alors que les manifestations pacifiques suivies de débordements s’étaient étendues à une bonne partie du pays, une semaine après

la mort d’un Afro-Américain, George Floyd, aux mains de la police de Minneapolis, le 25 mai.La nuit précédente, la décision de plonger la Maison Blanche dans le noir, alors que des incendies éclataient à proximité avait renforcé une impression d’absence.

Ces ex-Lyonnais qui agitent le mercato Macron fait son mea culpa sur la forme... mais pas sur le fond de sa politique Macron et Darmanin se sont parlé 'd'homme à homme' et ça ne passe pas

En sept minutes, Donald Trump a tracé le cap qu’il entend désormais suivre : celui de la répression d’un mouvement dont il n’a retenu que les pillages et les actes de vandalisme, assimilés à un « terrorisme intérieur

 ». « Nous y mettons fin maintenant », a-t-il assuré. La mémoire de George Floyd n’a eu droit qu’à trois phrases. Sévère avec « les autorités locales et des Etats[qui]n’ont pas pris les mesures nécessaires pour protéger leurs concitoyens

 », le président s’est engagé « à déployer l’armée américaine » si « une ville ou un Etat refuse de prendre les décisions nécessaires pour défendre la vie et les biens de ses résidents

 ». Il a également annoncé le déploiement de « milliers de soldats lourdement armés » à Washington.Il vous reste 65.94% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Lecture duen cours sur un autre appareil.Vous pouvez liresur un seul appareil à la foisContinuer à lire iciCe message s’affichera sur l’autre appareil.Pourquoi voyez-vous ce message ?Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire

Le Mondeavec ce compte sur un autre appareil. Lire la suite: Le Monde »

Si c'est le Président chinois qui fait la même chose que TRUMP ? Alors est-ce que c'est aussi un Président de la loi et de l'ordre ? demontvalon1 Quand le monde cite Trump. Inutile de lire l’article. On sait déjà qu’il sera à charge avec toute l’objectivité qui le caractérise. La référence à Nixon promet de beaux jours !

Macron continue à prendre des notes ? fake news. Trump n’est responsable que de la garde national. les états unis dont une fédération ! réviser les faux journalistes. demontvalon1 Comme Macron Bientôt il fera appel à ses milices de cow boys du Middele West pour chasser 'l'indien'..... Le Monde, journal de merde.

Exactement comme Macron dis-donc Son plan est simple : faire oublier sa mauvaise gestion du covid et attiser les tensions pour effrayer une partie suffisamment importante de l'électorat. Pour lui la situation doit se dégrader encore pour qu'il puisse apparaître comme celui qui l'a réglée par la force.

Le Monde est un journal bobo vendu aux européistes donc aux mondialistes milliardaires. Les journalistes qui biaisent leurs articles et mentent sont des misérables. L’anti Trumpisme systématique est signe de votre effondrement moral (et financier). A ouai... Emmanuel l’a appelé pour lui montrer ce qu’il fait ici?

This is a dictator not a president literally ordering the USA 🇺🇸 military to kill their own people ! TrumpResignNow Et , il a tout à fait raison ! La colère est mauvaise conseillère Comme Macron avec Castaner et Lallemand... Classique. Et c pour quand le président du peuple? Comment un machin comme ca peut etre president d un pays si puissant?... On marche sur la tete sur cette terre... On est loin d un Obama...

N en est il pas le garant ? N est ce pas ce qu on attend d un président? Que lui reprochez vous, l ordre et la loi ? Son reality show ouain. vous voulez dire un peu comme EmmanuelMacron passant ses troupes en revue après les manifs GiletsJaunes ? La police française dit à peu près la même chose après avoir brutalisé voir tuer quelqu’un !

L'ORDRE DU DIABLE ... Pas plutôt Soros et les mondialistes qui mettent en scène le chaos pour empêcher sa réélection. Ha oui j'oubliais Bill Gates est dans le camps des mondialistes et subventionne Le Monde. Ceci explique votre acharnement à nuire à Trump. Il est sorti de son bunker le matamore ?

Mort de George Floyd : son frère raconte son appel décevant avec Donald TrumpCe dimanche 31 mai, le frère de George Floyd s'est dit déçu par sa conversation téléphonique avec Donald Trump. Il assure que le président américain ne lui a 'pas donné l'occasion de parler'. 'un lynchage' 'Il réclame pour tous la peine capitale' Mais bien sûr. Il veut pas un skateboard aussi ? Trump est un grand menteur. D'ailleurs il a dit qu'il s'entendait bien avec la famille de Floyd. Pas étonnant mein führer

Mort de George Floyd : Donald Trump cible la mouvance « antifa », qu’il veut classer comme « organisation terroriste »La déclaration présidentielle ne peut avoir aucune conséquence légale : la catégorie n’existe pas pour les groupes américains. Mais le ministre de la justice a assuré que les antifascistes faisaient l’objet d’une attention particulière du FBI. les manifestants commencent à livrer des salopes d'antifa à la police JR Smith frappe une salope d'antifa qui vient de péter sa vitre de voiture et le Ku Klux Klan?

Mort de George Floyd : 'Donald Trump est un président incendiaire', selon Anne Sinclair.anne_sinclair revient dans RTLSoir sur les émeutes qui embrasent les États-Unis à la suite de la mort de GeorgeFloyd. Pour la journaliste, realDonaldTrump est 'responsable d’un climat de division très grave et il l’alimente'. anne_sinclair realDonaldTrump Le socialisme, aujourd'hui, est plus virulent et plus mortel que le coronavirus. anne_sinclair realDonaldTrump anne_sinclair realDonaldTrump L'avis de la bobo gaucho Sinclair, est évidemment à prendre avec des pincettes: elle a une tendance sectaire marquée.

Le frère de George Floyd raconte son entretien téléphonique avec Donald Trump«Il n’arrêtait pas de me couper la parole». Le frère de George Floyd, un Afro-américain de 46 ans décédé ce lundi à Minneapolis lors de son arrestation, a raconté à la chaîne américaine MSNBC, ce dimanche 31 mai, son entretien téléphonique avec le président Donald Trump. All in support for real US Democracy ! All in support for Equality ! All in support for Ethics ! All in support for Social Behaviour ! All in support for Mutual Understanding ! All in support for Solidarity ! All full against hatred ! Président de merde ! Clic bait. Article vide.

Mort de George Floyd : 'Les émeutes se tournent contre Trump', selon un spécialisteINVITÉ RTL - Corentin Sellin spécialiste de la politique américaine, est revenu sur les émeutes de ce dimanche à la Maison Blanche, une semaine après la mort de George Floyd. ❤️ Quelle analyse ! J'avais fait la même sous la douche ce matin. Il me semble que beaucoup des commentaires que l'on fait sur Trump sont valables pour Macron. Pourquoi ne les entend on pas ?

VIDEO Tout le monde veut prendre sa place : un candidat ironise sur Donald Trump - VoiciCe dimanche 31 mai dans Tout le monde veut prendre sa place, Nagui n’a pu s’empêcher de demander un petit bilan à Adolphe, le champion de cette semaine. L’occasion pour le candidat d’ironiser sur c...