İnternational

İnternational

« Il y a peu de chances que la Chine permette aux Tibétains de choisir leur prochain chef spirituel »

ENTRETIEN | « Il y a peu de chances que la Chine permette aux Tibétains de choisir leur prochain chef spirituel »

14/05/2021 22:35:00

ENTRETIEN | « Il y a peu de chances que la Chine permette aux Tibétains de choisir leur prochain chef spirituel »

Dans un entretien au « Monde », le chercheur britannique Robbie Barnett analyse l’attitude de Pékin face à la succession prochaine du dalaï-lama, âgé de 85 ans, après l’élection du gouvernement tibétain en exil.

Article réservé aux abonnésLe quatorzième dalaï-lama, Tenzin Gyatso, en visite à Londonderry, en Irlande du Nord, en septembre 2017.CLODAGH KILCOYNE / CLODAGH KILCOYNERobbie Barnett est chercheur sur l’histoire et la politique tibétaine contemporaine à La School of Oriental and African Studies (École des études orientales et africaines), de l’université de Londres (SOAS).

Une oeuvre originale de Picasso exposée dans un supermarché de l'Essonne Novak Djokovic (vainqueur de Roland-Garros) : « Ces dernières 48 heures étaient incroyables » Stefanos Tsitsipas (battu en finale de Roland-Garros) : « Je suis capable de me battre pour ces titres »

L’un des grands enjeux pour le gouvernement tibétain en exil, qui a élu vendredi 14 mai un nouveau président (sikyong), Penpa Tsering, est la succession prochaine du dalaï-lama, âgé de 85 ans et chef spirituel du Tibet. La Chine a-t-elle suffisamment confiance dans le degré de contrôle qu’elle exerce au Tibet pour simplement attendre sa disparition et imposer sa volonté ?

Article réservé à nos abonnésLire aussiLes Tibétains en exil élisent un nouveau présidentLes responsables chinois semblent confiants dans la capacité de leurs forces de sécurité à faire face à toute agitation au Tibet ; ils disposent d’un nombre important de troupes sur place, qui sont déjà stationnées sur le plateau et sont donc habituées à l’altitude. Toutefois, les dirigeants de Pékin sont toujours confrontés à un arbitrage entre le degré de force et celui de persuasion qu’il faut utiliser pour convaincre ou contrôler les Tibétains. Mais c’est en grande partie un débat factice sur la question de savoir si la force doit être visible ou non, car il y a très peu de chances que le parti communiste chinois headtopics.com

[PCC]permette aux Tibétains de choisir eux-mêmes leur prochain chef spirituel.Cela est dû en grande partie à une décision prise par les dirigeants chinois en 1994, qui a érigé le 14edalaï-lama en menace pour la sécurité nationale, équivalente à la figure de Ben Laden en Occident, une décision qui n’avait aucune justification ou avantage évident pour la Chine et que les dirigeants chinois successifs se sont montrés incapables de renverser ou même de modifier.

Historiquement, le PCC et ses théoriciens ont de grandes difficultés, voire une incapacité, à développer des politiques sophistiquées sur les questions de religion ou de culture, du moins quand ces religions ou cultures ne sont pas les leurs. Ils comprennent comment les « commercialiser » et « sécuriser », mais en tant que théoriciens, ils semblent manquer de confiance pour envisager d’autres options. Sans doute faudra-t-il attendre un certain temps avant de voir émerger des politiques véritablement créatives sur les questions religieuses en Chine, sans parler du Tibet.

Lire l’archive :Le « J'accuse » du dalaï-lamaDepuis une dizaine d’années est évoqué, côté tibétain, le projet d’un éventuel voyage du dalaï-lama au mont Wutai, dans la province chinoise du Shanxi, comme il a dit le souhaiter à plusieurs reprises. Cela pourrait-il faire avancer la cause d’une plus grande autonomie pour le Tibet ?

Il vous reste 61.89% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.Lecture duen cours sur un autre appareil.Vous pouvez liresur un seul appareil à la fois Lire la suite: Le Monde »

Un nouveau pas vers la « vie d’avant » franchi ce mercredi

La deuxième phase du déconfinement a commencé ce mercredi matin, pour le plus grand plaisir des Françaises et des Français

COVID-19 made in China CCPvirus China lied people die Make China Pay HongKong DefendingHongKong SOSHK FreeHK Save12HKYouths save12hkyouth HKers CCP_is_terrorist BoycottChina FreePress antichinazi MilkTeaAlliance FreeTibet HumanRights Il faut choisir Xi Jinping comme quitte spirituel, sans quoi il n'y aura aucune paix pour les tibétains

C'est une décision qui relève d'une question intime, la politique chinoise ne peut pénétrer donc influencer ce choix Non ? Ca c'est un scoop !! Merci GazaUnderAttack This is the Chinese people's own business, they can be very good arrangements, do not need your fake concern. Sans blague. On sait très bien qui va choisir.... Que celà plaise ou non aaux fabricants de mes air max...

Chine : deux tornades font au moins 12 morts dans les villes de Wuhan et Suzhou🔴 FLASH - Des vents de plus de 100 km/h ont fait plus de 300 blessés

Italie : il meurt dans un accident, sa femme et sa maîtresse indemniséesÀ Turin, un homme est décédé dans un accident. Les assurances ont versé de l'argent à sa veuve et... à sa maîtresse. Très intéressant 🙄

Promu en Ligue 1, Clermont pourra-t-il évoluer dans son stade Gabriel-Monpied ?Des travaux doivent démarrer rapidement pour mettre l'enceinte de Clermont aux normes de la L1. En cas de retard, le promu pourrait évoluer, pour un ou deux matches, à Saint-Etienne. Au moins une tribune qui est aux normes 14 ans de Ligue 2 et c'est maintenant qu'ils se disent qu'il n'est pas au norme de la Ligue 1 🤔 Encore une équipe qui monte en ligue 1 avec un stade de national

Il meurt dans un accident, l'épouse et l'amante indemniséesA la suite de la mort d'un Italien dans un accident de la route, en 2020, aussi bien son épouse que son amante ont été indemnisées par les assurances. L'homme de 39 ans et son épouse, habitants de Turin (nord), avaient ensemble un enfant en bas-âge mais le mari entretenait également une liaison extraconjugale dont il ne se cachait pas, a rapporté ce jeudi le quotidien italien La Stampa.

Immigration : que se passe-t-il dans l'enclave espagnole de Ceuta ?Depuis lundi l’enclave espagnole de Ceuta, située dans le nord du Maroc, fait face à des arrivées illégales massives de migrants. Expulsion immédiate, avec retour au point de départ.