Macron refuse qu'on parle de dictature, ses adversaires lui répondent

Macron refuse qu'on parle de dictature, ses adversaires lui répondent

24.1.2020

Macron refuse qu'on parle de dictature, ses adversaires lui répondent

Emmanuel Macron a déclenché la colère de ses opposants politiques après un entretien accordé au Monde, au Figaro et à Radio J.

Dans l’avion-retour d’Israël, Emmanuel Macron a accordé un entretien au Monde , au Figaro et à Radio J. À cette occasion, il a dénoncé “les discours politiques extraordinairement coupables” martelant que la France est devenue une “dictature” et justifiant de ce fait, selon lui, la violence politique et sociale. Et le Président de les exhorter à “essayer la dictature”. La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye, interrogée sur ces déclarations, a assuré qu’il n’était pas question pour le chef de l’État de “jeter l’anathème sur untel ou untel”. Mais elle a aussi estimé pour sa part que, “notamment à La France insoumise, des gens accréditent au fond l’idée qu’il y aurait un ‘régime’ qui imposerait sa loi au reste de la population.” “La violence est du côté du pouvoir et pas du côté des manifestants ou des grévistes. Et maintenant il y ajoute une violence politique (…) c’est vraiment un comportement monarchique”, a estimé sur BFMTV Jean-Luc Mélenchon, dirigeant de La France insoumise, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article . “Qu’il teste la démocratie” Le président de la République “contribue lui-même à tendre les relations politiques et sociales dans le pays. Le seul responsable de toute la violence, c’est lui, parce qu’il la crée par un projet de réforme qui est sans objet, ensuite parce qu’il est resté indifférent à l’impact économique sur le pays, ensuite parce qu’il a été indifférent à la souffrance des gens”, a-t-il poursuivi. “On est dans un régime autoritaire”, a précisément assuré Ségolène Royal, également sur BFMTV. L’ancienne ministre socialiste, révoquée de ses fonctions d’ambassadrice des pôles et qui n’exclut pas de se présenter en 2022, a décrit “un pouvoir qui n’écoute pas, qui n’en fait qu’à sa tête, qui assiste à la souffrance des citoyens sans réagir.” “Quand on voit dans le monde entier les images de violence de ce qui se passe en France, dans la rue, il y a beaucoup d’interrogations sur la nature de ce régime en effet”, a-t-elle relevé. La palme de la meilleure formule est décernée à Olivier Besancenot. “On a une petite suggestion pour lui: qu’il teste la démocratie”, a tancé l’ancien candidat du NPA à la présidentielle. À voir également sur Le HuffPost: À la retraite aux flambeaux, des chants évoquent la décapitation de Macron LIRE AUSSI: Lire la suite: Le HuffPost

Si il y avait une dictature, il n y aurai pas d'opposition en face, juste des gens qui sourient de leur médiocre bonheur Ils savent ce qu’est la démocratie mais essayent de la redéfinir car malgré leurs duperies et tergiversations elle n’a attiré vers eux qu’une minorité qui ne répond pas assez à leur soif de pouvoir. La prochaine claque électorale leur remettra peut être les idées en place.

C’est vrai il en parle si bien ! Le problème est vraiment dans sa manière de répondre à cela, il est vraiment immature quand on s'oppose à ses idées et il excite les opposants la France à vraiment besoin d'autre chose actuellement Vu les adversaires, on a le droit de rire ? 😂 À force de dire n’importe quoi les opposants banalisent un vocabulaire anti-démocratique. À force de crier au loup.....

Comme quoi on voit bien que les journalistes sont de gauche mort de rire La preuve qu'il n'y a pas de dictature... 😂 Parce que dans une dictature on peut avoir des opposants politiques sur toutes les chaînes télés, H24, critiquer le président ? Notre démocratie, même pleine de défauts, fonctionne plutôt pas mal. Aux opposants de faire bouger les lignes dans les prochaines élections...

JLM a été ministre et sénateur de majorité pendant des années. Ça ne l'a pas trop dérangé La seule réponse est une seule immage

Emmanuel Macron à Jérusalem : « La France est attachée à ce que l'Iran n'acquière jamais l'arme nucléaire »En visite à Jérusalem et à Ramallah ce mercredi, le président français a été ferme sur le dossier du nucléaire iranien et a rappelé la volonté de la France de faciliter le rétablissement de la confiance entre Israéliens et Palestiniens. Et bien c'est mal barré... Shaking hands with a tyrant ! Aussi longtemps que Netanyahou et les orthodoxes seront à la tête d'Israël et mèneront une pol de colonisation, il n'y aura aucune confiance possible avec les Palestiniens

Répondent tous ceux FLI qui sont en admiration devant des régimes totalitaires Macron parle, les caniches aboient 🤣 La belle brochette que voilà. Les enfants gâtés de la France... On a hâte de voir la démocratie sous Melanchon....ou pas. JLMelenchon, RoyalSegolene, ManonAubryFr, olbesancenot tous la même tendance à oublier que E.Macron fut élu démocratiquement. L’amertume de personne qui n’ont jamais réussi à gagner, seul méthode à leur arc la critique continue qui n’apporte rien

Il faut quand même avouer que le système électoral en France n'est pas vraiment démocratique puisqu'une majorité très relative peut gouverner toute seule. Macron qui nous fait chier avec son UE devrait s'inspirer de tous les autres pays européens : élections à la proportionnelle Disent ceux qui ont tous échoué à des élections démocratiques.

Emmanuel Macron s'accroche avec des policiers israéliens à JérusalemEmmanuel Macron s’est emporté ce mercredi 22 janvier contre des membres de sécurité en Israël.

C est vrai qu ils ne peuvent pas s’exprimer. Après je rappelle que leurs scores aux dernières élections leur permet de revendiquer

Emmanuel Macron très remonté : ce coup de sang qui rappelle celui de Jacques Chirac - GalaLa visite du président français Emmanuel Macron à Jérusalem a été très houleuse ce mercredi 22 janvier. Un épisode qui fait écho à ce qu’avait vécu au même endroit Jacques Chirac 24 ans plus tôt....

Emmanuel Macron s'emporte contre des policiers israéliens dans la Veille ville de JérusalemPour l’Histoire. En visite officielle en Israël du 22 au 23 janvier, Emmanuel Macron a fait un détour par l’église Saint-Anne de Jérusalem, comme il est de coutume pour un chef d’État français.

Comme Jacques Chirac en 1996, Emmanuel Macron s’emporte lors de sa visite à JérusalemCe mercredi, Emmanuel Macron était en visite à Jérusalem, près de la Basilique Sainte-Anne. Un léger accrochage a eu lieu entre un membre des forces de sécurité israéliennes et des membres du groupe de sécurité d’Emmanuel Macron. Une scène qui en rappelle une autre. En 1996, Jacques Chirac s’était aussi emporté lors de sa visite à Jérusalem, contre des soldats israéliens qui l’empêchaient de saluer la foule. Bouffon C'est nul

Quand François Hollande trouve Emmanuel Macron 'inélégant' avec son ex Ségolène RoyalSégolène Royal peut compter sur le soutien de François Hollande. Face à des journalistes le 17 janvier en marge d'un déplacement à Rennes, il a... Une belle brochette de looser



Après son interview tendue face à Apolline de Malherbe, Branco la signale au CSA

Ligue des Champions, PSG : Jadon Sancho, l’arme fatale du BvB

OL : Jean-Michel Aulas tacle encore l’OM

OL : Jean-Michel Aulas appelle à « l'union sacrée » - Foot - OL

Ligue 1 : l’OL peut-il toujours croire au podium ?

Coronavirus : la crainte d’un « cauchemar épidémiologique » au Cambodge

LOSC-OM : Marley Aké, le minot qui a tout changé

Écrire un Commentaire

Thank you for your comment.
Please try again later.

Dernières Nouvelles

Nouvelles

24 janvier 2020, vendredi Nouvelles

Nouvelles précédentes

Le coronavirus, un nouvel événement prédit par 'Les Simpson'?

Nouvelles suivantes

Le procès en 'dictature' contre Macron, une constante depuis le début du quinquennat
Le duel des stades entre le Borussia Dortmund et le PSG : Signal Iduna Park ou Parc des Princes ? - Foot - C1 LdC : Jürgen Klopp met la pression sur le PSG Des pesticides suspectés d’être des perturbateurs endocriniens ou cancérogènes dans l’air Ligue des champions : le PSG s'apprête à faire face à Dortmund, son Mur jaune et son ambiance - Foot - C1 - Dortmund Municipales à Paris: Cédric Villani se félicite d'un échange « cordial » et « sur le fond » avec Agnès Buzyn Affaire Griveaux: « On est dans la dictature de la moralisation, nos libertés reculent », dénonce l'avocat Éric Dupond-Moretti LdC, BvB-PSG : Hazard et Witsel préviennent Meunier Vidéo : elle pose sur un rocher pour une photo et flirte avec la mort Affaire Benjamin Griveaux : le parquet de Paris ouvre une information judiciaire Emmanuel Macron à Mulhouse pour s'engager contre «le séparatisme islamiste» Disparition de l'ENA: le rapport Thiriez ne propose pas le « big bang » attendu La dette du système de retraites pourrait atteindre 113 milliards d’euros entre 2018 et 2030
Après son interview tendue face à Apolline de Malherbe, Branco la signale au CSA Ligue des Champions, PSG : Jadon Sancho, l’arme fatale du BvB OL : Jean-Michel Aulas tacle encore l’OM OL : Jean-Michel Aulas appelle à « l'union sacrée » - Foot - OL Ligue 1 : l’OL peut-il toujours croire au podium ? Coronavirus : la crainte d’un « cauchemar épidémiologique » au Cambodge LOSC-OM : Marley Aké, le minot qui a tout changé Buzyn peut-elle vraiment sauver LaREM à Paris? Bezos veut consacrer dix milliards de dollars à la lutte contre le réchauffement climatique Caisse d'Epargne teste le statut de banquier « auto-entrepreneur » Réforme des retraites: l'Assemblée nationale rejette la demande de référendum de la gauche Accueil - Anne Hidalgo 2020