En direct de la COP 27 avec Bertrand Piccard : la pathologie, c'est l'inaction, pas « l'éco-anxiété »

18/11/2022 10:32:00

En direct de la COP 27 avec Bertrand Piccard : la pathologie, c'est l'inaction, pas « l'éco-anxiété »

Presse Économique, Actualité

En direct de la COP 27 avec Bertrand Piccard : la pathologie, c'est l'inaction, pas « l'éco-anxiété »

LES TOPS ET LES FLOPS DE LA COP 27. Bertrand Piccard, président de la Fondation Solar Impulse, psychiatre et explorateur, auteur du premier tour du monde en ballon (1999) puis en avion solaire (2015-2016), tient durant cette quinzaine, du 6 au 18 novembre, en direct de la COP27 à Charm el-Cheikh en Égypte, une chronique quotidienne des succès et des déceptions de ce rendez-vous crucial pour l'avenir de notre planète. A l'heure de la clôture de cette énième Conférence des Parties, il appelle à l'action concrète contre le découragement.

Dire, comme souvent aujourd'hui, que l'éco-anxiété est la maladie psychique du XXIe siècle, revient à nier la réalité des changements climatiques. Face à un danger aussi réel, n'a-t-on pas raison d'avoir peur, d'être effrayé par la situation et frustré de ne pas voir les décideurs adopter des mesures urgentes ? Les éco-anxieux pensent qu'ils sont malades, mais ce n'est nullement le cas. Ceux qui me préoccupent en revanche, ce sont les individus qui continuent leur petite vie comme si de rien n'était, qui ne sont pas angoissés par la catastrophe qui se prépare ou qui pensent qu'on en déjà fait assez. Ce sont eux qui sont les plus malades et qui ont besoin d'être soignés, car ils n'ont aucune idée de la réalité du monde.

Lire la suite:
La Tribune »

Les Rencontres du Figaro - Emmanuel Carrère

  Emmanuel Carrère, le roman d’une vie L’écrivain couronné par le prix Aujourd’hui pour son dernier livre V13 (P.O.L) est l’invité exceptionnel des rencontres du Figaro.   La Russie, la justice, le mystère du mal, la rédemption et le mystère oublié des vies ordinaires, Emmanuel Carrère évoquera les fantômes des attentats du 13 novembre mais aussi les nombreuses facettes d’une œuvre essentielle dans la création contemporaine comme les différents chapitres d’une existence tourmentée et romanesque.   PROGRAMMATION Emmanuel Carrère Mardi 6 décembre 2022 20h - Salle Gaveau - Placement Libre   Vous avez désormais deux options pour assister aux Rencontres du Figaro : - sur place, le jour de l'évènement, Salle Gaveau le mardi 6 décembre 2022 - en rediffusion vidéo directement dans votre espace 'Mes produits numériques' du Figaro Store Vous pouvez dès à présent acheter la rediffusion vidéo. Celle-ci sera alors automatiquement chargée sur votre espace 'Mes produits numériques' dès que la vidéo sera disponible (à partir jeudi 8 décembre 2022), et vous en serez notifié par mail. Lire la suite >>

En direct de la COP 27 avec Bertrand Piccard : La biodiversité, l'autre enjeu planétaireLES TOPS ET LES FLOPS DE LA COP 27. Bertrand Piccard, président de la Fondation Solar Impulse, psychiatre et explorateur, auteur du premier tour du monde en ballon (1999) puis en avion solaire (2015-2016), tient durant cette quinzaine, du 6 au 18 novembre, en direct de la COP27 à Charm el-Cheikh en Égypte, une chronique quotidienne des succès et des déceptions de ce rendez-vous crucial pour l'avenir de notre planète.

Le sens de nos vies est-il renouvelé de COP en COP?OPINION. Alors qu'Antonio Guterres, Secrétaire général de l'ONU est allé jusqu'à parler d'un « suicide collectif » et a affirmé que nous étions « sur l'autoroute de l'enfer climatique » en introduction de la COP 27, rejoignant en cela les complaintes des écologistes radicaux qui se multiplient, une question essentielle se pose : quelle est l'utilité de cette grande messe annuelle. Par Samuel Furfari, professeur en géopolitique de l'énergie, président de la Société européenne des Ingénieurs et Industriels, docteur en sciences appliquées, ingénieur polytechnicien, Michel de Rougemont, ingénieur chimiste et docteur en science et technologie et Jean-Paul Oury, docteur en histoire des sciences et technologies, consultant.

À Digne-les-Bains, les proprios ne paient pas le gaz et les locataires grelottent'On n'en peut plus. À côté de chez moi, il y a des enfants. J'ai vu qu'une dame couvre sa fille avec une couette' DignelesBains Société On peut pas les mettre à giens?

Les 10 sneakers pour homme les plus incontournables de tous les tempsVoici les 10 paires de sneakers que vous devez absolument avoir.

Retraite des fonctionnaires : les gagnants et les perdants d’un calcul avec les règles du privéLa Drees, organisme de statistiques rattaché aux ministères sociaux, s’est livrée à un exercice de simulation en appliquant les règles de la retraite des salariés du privé aux fonctionnaires. Un changement globalement bénéfique mais qui pourrait pénaliser certains profils.

Électricité, loyer, assurances...l'Occitanie parmi les régions où les charges fixes sont les plus importantesAlors que les dépenses contraintes mensuelles représentent une part importante du budget mensuel des Français, l'Occitanie est une des régions où ces charges sont les plus élevées.

La COP 27 fait ressortir un constat sans appel: les émissions de CO2 vont dépasser en 2022 leur niveau record.Pendant trop longtemps, la biodiversité a été la sœur mal aimée et souvent ignorée de la crise climatique.Combattre le dérèglement climatique ? C'est la promesse des  politiques, des ONG et des médias qui se retrouvent chaque année pour la Conférence des États parties à la convention-cadre sur le changement climatique.S'inscrire Une habitation chauffée à 19 degrés pour réaliser des économies d'énergie, comme cela est préconisé, a de fortes chances de ne pas convenir aux plus frileux.

Cette annonce risque-t-elle d'augmenter le syndrome d'éco-anxiété dont on parle de plus en plus ? Certainement, mais là n'est pas le problème. Dire, comme souvent aujourd'hui, que l'éco-anxiété est la maladie psychique du XXIe siècle, revient à nier la réalité des changements climatiques. Il y a aussi la perception - erronée - que la biodiversité reste le domaine des « éco-romantiques », de ceux qui croient qu'il ne faut pas toucher à la nature, car elle ne rentre pas dans le cadre de l'économie « réelle ». Face à un danger aussi réel, n'a-t-on pas raison d'avoir peur, d'être effrayé par la situation et frustré de ne pas voir les décideurs adopter des mesures urgentes ? Les éco-anxieux pensent qu'ils sont malades, mais ce n'est nullement le cas. Le réchauffement en cours est indéniable. Ceux qui me préoccupent en revanche, ce sont les individus qui continuent leur petite vie comme si de rien n'était, qui ne sont pas angoissés par la catastrophe qui se prépare ou qui pensent qu'on en déjà fait assez. On peut toutefois espérer qu'une entente historique sera signée à Montréal dans quelques semaines, et que celle-ci sera pour la biodiversité ce que l'Accord de Paris a été pour la crise climatique. Ce sont eux qui sont les plus malades et qui ont besoin d'être soignés, car ils n'ont aucune idée de la réalité du monde. "Quand on téléphone à l'agence immobilière Foncia, on nous répond que c'est la société H2P qui n'a pas payé les charges.

En tant que psychiatre et environnementaliste, je suis, moi aussi, éco-anxieux. Toutefois, c'est une fenêtre qui se referme rapidement et si nous n'agissons pas de manière décisive, je crains que cela ne soit bientôt plus le cas ; il n'y aura en effet plus rien à développer. En outre, le GIEC accompagne des scénarios de probabilités d'augmentation de la température. Si je ne ressentais pas cette anxiété, je ne passerais pas tout mon temps à essayer de préserver l'environnement. Et c'est, notamment, la raison qui m'a conduit à créer la Fondation Solar Impulse. Les scientifiques estiment que la valeur économique des services écosystémiques mondiaux, dont la grande majorité n'est pas réellement prise en compte, est comprise entre 120 000 et 140 000 milliards de dollars par an, ce qui est énorme par rapport à la valeur totale de l'économie mondiale qui ne se monte « qu'à » environ 94 000 milliards de dollars en 2021. Ainsi, la question n'est pas de savoir comment guérir de l'éco-anxiété, comme on guérirait d'une névrose ou d'une psychose, mais comment éviter qu'elle nous paralyse, qu'elle nous emprisonne dans la dépression. Si le changement climatique relève du truisme, le concept de dérèglement climatique, par contre, est une fiction qui accentue le climato-catastrophisme. Car la véritable maladie, c'est l'éco-dépression : cette souffrance faite d'impuissance, de culpabilité et de tristesse, qui nous dépeint une absence totale de futur et nous persuade que cela ne sert plus à rien d'agir de quelque façon que ce soit. Efficience Pour ce faire, je voudrais insister à nouveau, en cette journée de la biodiversité à la COP27, sur le fait qu'il est fondamental d'appliquer ici également le concept d'efficience : obtenir un résultat supérieur en consommant moins de ressources est la meilleure manière de rendre la protection de l'environnement économiquement rentable.

La pathologie, c'est l'inaction, pas l'éco-anxiété ! Le sentiment d'impuissance, qui fait tant souffrir dans l'éco-anxiété, ne diminuera que s'il se transforme en aiguillon pour réagir, pour nous réveiller et revigorer notre entourage.  Nous retrouverons notre énergie vitale dès que nous déciderons d'agir pour obtenir un résultat, si minime soit-il, plutôt que de nous plaindre. Les solutions techniques ne seront cependant pas suffisantes sans modifications profondes du cadre législatif et réglementaire, dont on a pu voir les effets bénéfiques dans d'autres secteurs lorsque ces législations se modernisent pour réellement accélérer la transition. Or, il existe plusieurs stratégies possibles comme nous allons le voir. Quand je parle d'agir, ce n'est pas dans le but de sauver le monde à soi tout seul, car le désespoir n'en serait que plus grand, mais de s'efforcer d'améliorer ce que nous pouvons dans notre propre vie, de décrire des solutions sur les réseaux sociaux, d'encourager notre famille et à nos amis à changer, de contacter un journaliste que nous connaissons ou un élu local. Ce qui est décourageant, c'est d'essayer d'entreprendre sans succès une action qui n'est pas possible à notre propre niveau. Hypocrisie Mais il faudra avant tout en finir avec l'hypocrisie actuelle qui consiste à critiquer la déforestation et la pêche illégale tout en continuant à en acheter les produits, tels que le soja et l'huile de palme, qui proviennent de ces mêmes pratiques destructives des écosystèmes. Un individu, et à plus forte raison un enfant, ne peut pas contribuer au changement de la même manière qu'un chef d'entreprise ou un Premier ministre. Certes, l'accord de Paris contient aussi un volet dédié à l'adaptation, c'est-à-dire se donner les moyens de vivre avec le problème.

De petites actions, adaptées au niveau de chacun, suffisent toutefois à créer une dynamique favorable. Il suffit de se rappeler qu'un ancien premier ministre français a refusé de recevoir le chef amazonien Raoni à Matignon, car il essayait au même moment de vendre des avions de chasse au Brésil. Aux enfants qui inquiètent leurs parents par leur éco-anxiété, il faut expliquer que la vie a toujours été une aventure fascinante et difficile, avec des hauts et des bas. De tout temps, l'humanité a connu des crises : au temps des Égyptiens, des Grecs, des Romains, au Moyen Âge et même plus récemment, il y a eu des guerres, des révolutions, des épidémies.. Les résultats concrets ne sont pas perceptibles puisque les émissions mondiales de CO₂ ont augmenté de 59 %[1]... Même sous l'angle de la doctrine capitaliste, la façon dont notre monde détruit le capital naturel, et s'appauvrit en conséquence, est incompréhensible.

et les hommes ont réussi à chaque fois à transformer en évolution ce qu'ils croyaient être la fin du monde. Pourtant, comme l'a remarqué Bjorn Lomborg, l'Accord de Paris est l'accord le plus cher de l'histoire de l'humanité avec une estimation de 1. Aujourd'hui, montrons aux jeunes quelles sont les professions prometteuses et inspirantes dans lesquelles ils pourront faire la différence, que ce soit dans les domaines de l'efficience écologique, des énergies renouvelables, des constructions décarbonées, de l'informatique pour concevoir des réseaux électriques intelligents (smart grids), en s'engageant dans la politique ou en travaillant dans les médias. Il est temps que nous exigions tous la pose de garde-fous. Je repense souvent à une image poignante des émeutes de Los Angeles dans les années 1990, montrant deux propriétaires de magasins dévastés et pillés. L'un était assis dans les gravats, pleurant la tête dans les mains. Bertrand Piccard 16 Nov 2022, 8:01 Partager : Rédiger un commentaire. Cette facture paraît absurde alors que, comme le calcule le président du Copenhagen Consensus Center, « même si chaque gouvernement de la planète tient non seulement toutes les promesses de cet accord, réduit toutes les émissions d'ici 2030, ne transfère aucune émission vers d'autres pays et maintient également ces réductions d'émissions pendant le reste du siècle, les températures ne seront contenues que de 0,17 °C. L'autre, armé d'un balai, remettait son échoppe en ordre pour la rouvrir le plus vite possible.

C'est ça la résilience. J'étais étudiant en médecine lorsque j'ai vu cette photo dans un journal et c'est elle qui a orienté mon choix de consacrer ma thèse de doctorat à « la Pédagogie de l'Épreuve : l'aspect révélateur de l'accident, de la maladie et du malheur ». Face à cet échec et pour continuer de persuader l'opinion qu'il faut continuer dans cette direction et faire davantage d'efforts, elle a produit un autre sophisme pour affoler les foules, celui de créer un biais d'expérience en faisant passer la météo pour le climat. Que pouvons-nous apprendre des grands désastres de la vie ? Il faut toujours garder à l'esprit que même quand nous ne sommes pas responsables de ce qui arrive dans notre existence, nous pouvons devenir responsables de ce que nous en faisons. Bertrand Piccard 18 Nov 2022, 8:00 Partager : Rédiger un commentaire .