Horeca, Coronavirus

Horeca, Coronavirus

Horeca bruxellois : 'Nous demandons au gouvernement une réouverture complète du secteur au 1er mars'

Horeca bruxellois : 'Nous demandons au gouvernement une réouverture complète du secteur au 1er mars'

21-01-21 04:05:00

Horeca bruxellois : 'Nous demandons au gouvernement une réouverture complète du secteur au 1er mars'

Permettre au secteur Horeca de reprendre ses activités dès le 1er mars après un lockdown total de trois semaines, telle est la volonté de Fabian Hermans, administrateur Horeca de la Fédération Horeca Bruxelles, et du secteur qu’il représente. 'Nous...

Fabian Hermans :"Trois semaines de lockdown pour espérer rouvrir le 1er mars" - À Votre Avis -... Permettre au secteur Horeca de reprendre ses activités dès le 1er mars après un lockdown total de trois semaines, telle est la volonté de Fabian Hermans, administrateur Horeca de la Fédération Horeca Bruxelles, et du secteur qu’il représente. « Nous demandons au gouvernement une réouverture complète de l’Horeca au 1er mars », a-t-il annoncé sur le plateau d’À Votre Avis. Mais cette demande est-elle applicable dans les faits ? Pour Georges Gilkinet, Vice-Premier ministre et ministre de la Mobilité, il est important de permettre au secteur de reprendre ses activités le plus vite possible sans garantir de fausses promesses : "Nous sommes dépendants de l’évolution de cette pandémie", regrette-t-il. "C’est le genre de question pour lequel nous nous retournons vers nos spécialistes. Un lockdown de trois semaines aurait-il un effet sur l’analyse que nous avons pu faire par rapport au fait que nous soyons un petit pays central dans lequel il reste beaucoup de circulation ?", demande-t-il à Marius Gilbert, épidémiologiste et maître de recherches FNRS à l’ULB et Leïla Belkhir, infectiologue du CHU Saint-Luc.

Matin Première : Rudi Vervoort favorable à une réinitialisation de la stratégie vaccinale en Belgique Le gouverneur du Texas abandonne plusieurs mesures anti Covid dont le port du masque obligatoire Sortie du nucléaire : les producteurs d'électricité redoutent une construction insuffisante de centrales au gaz

Georges Gilkinet : un lockdown de trois semaines est-il la solution ? - À Votre Avis - 21/01/2021 Mais cette demande est-elle applicable dans les faits ? Pour Georges Gilkinet, Vice-Premier ministre et ministre de la Mobilité, il est important de permettre au secteur de reprendre ses activités le plus vite possible sans garantir de fausses promesses :"Nous sommes dépendants de l’évolution de cette pandémie", regrette-t-il."C’est le genre de question pour lequel nous nous retournons vers nos spécialistes. Un lockdown de trois semaines aurait-il un effet sur l’analyse que nous avons pu faire par rapport au fait que nous soyons un petit pays central dans lequel il reste beaucoup de circulation ?", demande-t-il à Marius Gilbert, épidémiologiste et maître de recherches FNRS à l’ULB et Leïla Belkhir, infectiologue du CHU Saint-Luc. « On sait quand on commence un lockdown, mais on ne sait pas quand on en sort » "Un lockdown de trois semaines n’est pas une idée folle", répond Marius Gilbert, épidémiologiste et maître de recherches FRNS à l’ULB. "Pas mal de pays, notamment en Asie et en Australie ont cherché à viser des logiques de suppression par des lockdowns stricts. Mais la Belgique n’est pas l’Asie ni l’Australie. […] On sait quand on commence un lockdown, mais on ne sait pas quand on en sort. Cela pourrait durer beaucoup plus que trois semaines." Il ajoute "On ne peut pas faire un lockdown total parce qu’il faut que les gens puissent se nourrir et se rendre chez le pharmacien. On ne peut pas éliminer totalement tout le risque de transmission." Pour Leïla Belkhir, un lockdown de trois semaines est "illusoire".

Marius Gilbert : On sait quand on commence un lockdown mais pas quand on en sort - À Votre Avis -... "Un lockdown de trois semaines n’est pas une idée folle", répond Marius Gilbert, épidémiologiste et maître de recherches FRNS à l’ULB."Pas mal de pays, notamment en Asie et en Australie ont cherché à viser des logiques de suppression par des lockdowns stricts. Mais la Belgique n’est pas l’Asie ni l’Australie. (…) On sait quand on commence un lockdown, mais on ne sait pas quand on en sort. Cela pourrait durer beaucoup plus que trois semaines." Il ajoute"On ne peut pas faire un lockdown total parce qu’il faut que les gens puissent se nourrir et se rendre chez le pharmacien. On ne peut pas éliminer totalement tout le risque de transmission." Leïla Belkhir :"un lockdown de trois semaines me paraît tout à fait illusoire" - À Votre Avis... "Un lockdown de trois semaines n’est pas une idée folle", répond Marius Gilbert, épidémiologiste et maître de recherches FRNS à l’ULB."Pas mal de pays, notamment en Asie et en Australie ont cherché à viser des logiques de suppression par des lockdowns stricts. Mais la Belgique n’est pas l’Asie ni l’Australie. (…) On sait quand on commence un lockdown, mais on ne sait pas quand on en sort. Cela pourrait durer beaucoup plus que trois semaines." Il ajoute"On ne peut pas faire un lockdown total parce qu’il faut que les gens puissent se nourrir et se rendre chez le pharmacien. On ne peut pas éliminer totalement tout le risque de transmission." Pour Leïla Belkhir, un lockdown de trois semaines est"illusoire". Lutter contre le travail au noir En parallèle, Willy Borsus, Vice-Président du gouvernement wallon et ministre wallon de l’Économie, plaide pour une réouverture contrôle du secteur de sorte à éviter le travail en noir : "45% des Belges habitent à moins de 50 kilomètres d’une frontière. Nous avons donc une double situation où l’activité s’exerce de manière incontrôlée. Donc je plaide pour qu’on puisse pour les métiers de contact organiser la réouverture de façon très stricte." headtopics.com

Willy Borsus plaide pour la réouverture des métiers de contact pour lutter contre le travail au... En parallèle, Willy Borsus, Vice-Président du gouvernement wallon et ministre wallon de l’Économie, plaide pour une réouverture contrôle du secteur de sorte à éviter le travail en noir :"45 % des Belges habitent à moins de 50 kilomètres d’une frontière. Nous avons donc une double situation où l’activité s’exerce de manière incontrôlée. Donc je plaide pour qu’on puisse pour les métiers de contact organiser la réouverture de façon très stricte." Newsletter info Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Lire la suite: RTBF info »

pourquoi tous ces gens ne vont pas s'inscrire au chomage rien que pour emmerder le gouvernement en plus ils ont le droit de s'incrire bien sur Si non Il faudrait que le nombre de vaccinés soit conséquent pour envisager une réouverture... Comment après une année de crise sanitaire peut-on demander une réouverture alors que les variants se propagent? On comprend le désarroi mais la crise se propage et on essayer de protéger la ppl avec ou sans protocole le virus se propage faut pas un qi de 200 pour l comprendre

Sans polémiquer sur oui ou non au vaccin, tant qu'on ne vaccine pas là ou il le faut c'est-à-dire à la base des flammes, la population 'active' ben faudra engager encore plus de pompiers car on oublie très facilement que la contamination ds les maisons de repos vient de là ! Bah, c’est non. tout comme nos collegues de flandres et de wallonie nous demandons ensembles des mesures strictes maintenant pour une reouverture de notre Horeca avec un protocole sanitaire car sans cela le drame socio économique sera un tsunami

Et qu’ils ne disent pas à un restaurateur puis un autre : - reste au rang des confinés ! - . 🥴 La 3eme vague n'est pas impossible et l'Horeca bruxellois demande une réouverture. Lol. Comme l'a dit le CEO de Belfius, ils sont bien trop nombreux et 40%% survivent grâce au noir. Les caisses enregistreuses sont très peu utilisées à BXL. C'est bien connu.

L'horeca est à l'agonie, les coiffeurs meurent dans l'indifférence, les théâtres et cinémas doivent rester fermé. Des centaines de faillites sont à craindre et des milliers d'emplois sont menacés. Et que font nos dirigeants ? Rien, ils sont muselés par les experts. Ils en ont pas marre de demander ? Prenez !

je crois meme si je comprends totalement leur detresse , la reponse ne pourra pas etre autre chose que non , malheureusement Très difficile... Pas avant le 1er mai au plus tôt et encore sous reserve qu'il n'y ai pas d'explosions de cas variant.