Se vider la tête mais pas que, la téléréalité en dit long sur notre confinement

Se vider la tête mais pas que... Comment la téléréalité nous éclaire sur notre confinement

10/04/2020 16:13:00

Se vider la tête mais pas que... Comment la téléréalité nous éclaire sur notre confinement

Netflix diffuse sa première téléréalité française et on n'a jamais eu autant besoin de ces émissions pour appréhender notre quotidien de confinés.

.Après des versions brésiliennes et américaines, “The Circle” est la toute première téléréalité produite par Netflix France. Une douzaine de candidats se retrouvent enfermés individuellement dans les appartements à la déco criarde d’un même immeuble. Ils sont tous reliés par un réseau social, Le Cercle, à travers lequel ils peuvent se parler, mais jamais se voir. Le but du jeu? Devenir “l’influenceur” le plus populaire pour éviter l’élimination, quitte à parfois se faire passer pour quelqu’un d’autre, à l’image de Josette et Monique, deux mamies de 78 et 75 ans, qui jouent le rôle d’un jeune vingtenaire prénommé Nicolas.

Facebook et Twitter suppriment des comptes de suprémacistes blancs se faisant passer pour des antifascistes Le goleador Adrian Grbic en dit plus sur son avenir ! Ligue 1 : l'OM reprendra l'entraînement le 26 juin - Foot - L1 - OM

“The Circle” sur Netflix“Maintenant que j’y pense, ‘The Circle’ c’est un peu le confinement qu’on vit tous. Sauf qu’à la fin, on ne gagne pas d’argent”, plaisante une internaute sur Twitter. Et elle est loin d’être la seule à faire ce parallèle. “Le mec qui pleure parce qu’il a parlé à quelqu’un en vrai... Tellement précurseur ce programme”, commente une autre. “Et dire qu’il y a 1 mois je me disais ‘han dans ‘The Circle’ ils sont enfermés tout seuls.. mais comment ils s’occupent?!′ Maintenant j’ai la réponse... et je regarde la version française d’un nouvel œil”, ajoute un autre.

Voir arriver “The Circle” sur Netflix en plein confinement est évidemment un hasard de calendrier. ”La série a été tournée en novembre et livrée en début d’année. La date du 9 avril était fixée depuis longtemps”, explique au

HuffPostLucy Leveugle, en charge de toutes les productions originales “non scénarisées” de Netflix pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique. “Mais l’effet miroir est évidemment amplifié avec ce qu’on vit”, concède-t-elle depuis Londres.

Pensée pour pouvoir être “bingewatchée” comme le sont les séries sur Netflix, l’émission de téléréalité “The Circle” accroche rapidement le spectateur. “Si les participants ne jouent pas, l’émission est construite comme de la fiction. L’arc narratif est fait pour donner envie de regarder la suite”, détaille Lucy Leveugle. Mais entre les moments de jeu et de stratégie, on voit aussi ces hommes et ces femmes évoluer dans un petit espace, cuisiner en solitaire, lire, faire des puzzles ou des châteaux de cartes... Bref, s’occuper comme ils peuvent. Et si les candidats de “The Circle” n’ont passé “que” 14 jours enfermés, leur situation évoque forcément quelque chose en nous.

La référence “Loft Story”D’ailleurs, dès l’annonce des mesures de confinement au milieu du mois de mars, on avait vu fleurir sur les réseaux sociaux des mèmes reprenant des images de “Loft Story” et d’autres télé-réalités d’enfermement pour évoquer notre situation.

“Cette expérience de confinement, on n’a jamais vécu ça, on n’a pas de références ni de normes”, analyse pourLe HuffPost Nathalie Nadaud-Albertini, docteure en sociologie de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). “On est dans une situation de trouble, comme l’a défini le psychologue John Dewey, pour laquelle on n’a pas de catégorie de pensée. Alors on est allé chercher des choses qui nous semblaient pouvoir nous permettre d’appréhender un peu cette situation.”

Mort de George Floyd : que signifie le genou à terre des manifestants ? Il y a trois ans, le Real Madrid remportait la 12e Ligue des champions de son histoire face à la Juventus - Foot - C1 - Rétro « Dianké », une série radiophonique féministe Made in Africa

Pour cette spécialiste de la télé-réalité, les références au Loft ont permis de “se faire une idée, certes pas précise, de ce qu’on allait vivre et d’enlever le côté jamais vu inquiétant”. Tout en tentant de dédramatiser avec humour cette annonce.

Lire la suite: Le HuffPost »

Roselyne Bachelot se rappelle quand François Fillon se moquait de l'accent de Bernard Laporte - GalaHumour de politiciens. Invitée des Grosses têtes sur RTL ce mercredi 8 avril, Roselyne Bachelot a partagé un souvenir du temps où elle était ministre des sports. Un épisode cruel de la part de Fran...

The Circle Game (France), sur Netflix : Une candidate ultrasexy se démarqueComment s'occuper pendant le confinement ? Des millions de personnes, célèbres et anonymes, ont choisi de se divertir en regardant des films et des séries. Le documentaire Tiger King, La Casa de Papel...

«On ne se promène plus avec notre blouse dans la rue pour ne pas se faire agresser»Depuis le début du confinement, infirmiers et soignants sont parfois les cibles d’actes malveillants et de menaces dans leur voisinage. Un phénomène qui reste marginal, mais qui entretient un sentiment d’insécurité chez ces hommes et femmes en première ligne. Ah bah, nos chers sinistres préferent foutre des prunes à la con pour une rature sur un papier que rechercher les auteurs de ces actes ignobles Mais quelle société de merde!!

Laetitia Milot : confinement, maternité, maman infirmière... l'actrice se confie avec sincéritéBientôt de retour à l'antenne sur France 2 dans la série Réunions, Laetitia Milot s'est confiée dans une interview accordée à Gala sur cette période de confinement, sur sa mère infirmière, mais aussi sur sa relation à la maternité.

Tendance : quand la ceinture se fait bijouDétail solaire ou en perles... Quand le charme versatile de la chaîne migre du cou aux hanches pour illuminer ou structurer nos silhouettes du moment. On sent bien le travail journalistique qui colle a l'actualité ... Like ❤

Coronavirus : les prisons se sont vidées de 8.000 détenus en un moisLe nombre de détenus dans les prisons françaises a diminué de «près de 8.000» personnes en un mois, a annoncé ce mercredi 8 avril la garde des Sceaux Nicole Belloubet. «Le taux de surpopulation, qui était de 119% au 1er mars avec plus de 72.400 détenus, est au 7 avril de 107% avec 64.439 détenus. Nous comptons donc près de 8.000 détenus en moins», a déclaré la ministre de la Justice, lors d'une audition à l'Assemblée nationale. C'est la doctrine du SorosVirus en marche. Voici le courrier d'une institutions financée par SorosVirus, qui demande aux gouverneurs US de libérer les criminels des prisons pour cause de coronavirus. Quand viendra l'heure du bilan des statistiques sur les délits.... ils ne seront pas à la baisse... Ced gens dehors vont vouloir de l,argent pas du travail.