Procès du 13-Novembre : « Même le mot radicalisé, je ne le connaissais pas », dit le « chauffeur » de Salah Abdeslam

29/01/2022 00:16:00

Procès du 13-Novembre : « Même le mot radicalisé, je ne le connaissais pas », dit le « chauffeur » de Salah Abdeslam

Procès du 13-Novembre : « Même le mot radicalisé, je ne le connaissais pas », dit le « chauffeur » de Salah Abdeslam

L’épouse de Mohamed Amri, l’un des chauffeurs de Salah Abdeslam au matin du 14 novembre, a été interrogée pendant trois heures, et parfois malmenée par les questions de la cour et des avocats de parties civiles.

Toute blonde, d’apparence bien plus juvénile que son âge (31 ans), cette puéricultrice néerlandophone (elle le précise pour se faire pardonner d’avance des fautes de français qu’elle ne fera pas) débute. Convertie à l’islam à 17 ans, elle s’est mariée à 23 ans, après avoir croisé Mohamed Amri, d’un an son aîné, chez des amis. Pour elle, son époux, qu’elle aime toujours et attend, est quelqu’un

« on a abusé de sa naïveté et de sa gentillesse. »« Il sait que c’est hyper grave »“L’argent qu’il gagnait, en faisant le serveur au noir au café des Béguines, ou lors de ses maraudes au Samu social, elle n’en voyait pas vraiment la couleur. Mais elle est formelle : le shit oui, le terrorisme, non, jamais.

Lire la suite: L'Obs »

États-Unis : un hôpital refuse une greffe de coeur à un patient non vaccinéLe centre hospitalier de Boston dit privilégier les patients ayant 'les meilleures chances' de survie. Le début d'un mouvement mondial. Partagez et suivez nous!

Allemagne: le leader du parti d'extrême droite AfD jette l'éponge et quitte le partiJörg Meuthen co-dirigeait le parti AfD (Alternative pour l'Allemagne) en tant que porte-parole fédéral depuis 2015. Ce vendredi, il a annoncé qu'il quittait le parti, mettant en cause la dérive 'totalitaire' de la formation d'extrême droite.

Bousculade mortelle à la CAN : une ouverture « imprudente » en cause ?Lundi soir, huit personnes ont été tuées dans une bousculade devant le stade de Yaoundé en marge du match opposant le Cameroun aux Comores.

L'ami de NordahlAvant l'ouverture du procès de Nordahl Lelandais devant les assises de l'Isère pour le meurtre de la petite Maëlys, retour sur un moment particulier du premier procès de Nordahl Lelandais l'an dernier à Chambéry pour le meurtre d'Arthur Noyer, ce moment où ses anciens amis sont venus témoigner. ça se passe bien avec votre nouvel ami Hyacinthe, sinon ? Il n'aime pas qu'on se moque de la religion, n'est-ce pas ? 'Il a un petit cœur' et puis ses copains Pierrot aussi, hein ?! ... Il a des amis ?

Euro de handball : les Bleus s'inclinent en demi-finale face à la SuèdeFin de parcours pour les handballeurs français qui devront se contenter, au mieux, d'une troisième place dans cet Euro 2022. les bleus sont verts !!!! mdr sport Hand Suede France Ils ne méritaient pas d'aller en finale, ils ont fait illusion 10 mn.....puis La Suède s'est mis à jouer.

Fonction publique : le mammouth portugais au cœur des législativesSur les 10 millions d’habitants, on compte 750 000 fonctionnaires. Un poids considérable qui pénalise le pays et au cœur de la campagne.

Temps de lecture 4 min Kim a été convoquée devant la cour d’assise de Paris en tant que témoin.AFP publié le 28/01/2022 à 22:32 Un hôpital américain, de Boston, refuse actuellement à l'un de ses patients une greffe du cœur.Jörg Meuthen, ex président de l'AFD le 11 janvier 2019.CAN : la folle aventure continue pour les Comores Le ministre a également reconnu que le nombre des membres des forces de sécurité était « insuffisant ».

Elle est l’épouse de Mohamed Amri, l’un des chauffeurs de Salah Abdeslam qui l’ont ramené le 14 novembre 2015 au petit matin, de Paris vers Bruxelles. Mais elle n’est pas venue parler de ça, ou du moins pas seulement. Le centre hospitalier estime, selon plusieurs télévisions américaines, que la transplantation serait vouée à l'échec . Elle est témoin. Jörg Meuthen co-dirigeait le parti d'extrême droite en Allemagne depuis 2015. Elle doit donc permettre à la cour, qui interroge depuis début janvier les 14 accusés au procès du 13-Novembre, d’entendre une autre voix sur Mohamed Amri, d’approcher l’époux, le confident, l’homme. C'est David Ferguson, le père du patient refusant le qui a témoigné devant les caméras des journalistes américains. Toute blonde, d’apparence bien plus juvénile que son âge (31 ans), cette puéricultrice néerlandophone (elle le précise pour se faire pardonner d’avance des fautes de français qu’elle ne fera pas) débute. Il avait jugé « inexplicable » cette décision.

Convertie à l’islam à 17 ans, elle s’est mariée à 23 ans, après avoir croisé Mohamed Amri, d’un an son aîné, chez des amis. Dans leur communiqué, les expliquent que la vaccination doit être couplée à une"discipline de vie" afin de créer"pour le candidat à une greffe les meilleures conditions d'une opération réussie". "Une trajectoire de plus en plus radicale" Il faut dire que Jörg Meuthen est décrit par les observateurs locaux comme une figure relativement modérée dans le paysage anti-immigration. Pour elle, son époux, qu’elle aime toujours et attend, est quelqu’un « d’extrêmement gentil et serviable, et qui a beaucoup de compassion » ; « on a abusé de sa naïveté et de sa gentillesse. » La suite après la publicité Procès du 13-Novembre : le silence du « logisticien » des attentats « Il sait que c’est hyper grave » Mais elle, elle n’est pas naïve.. Elle savait qu’au café des Béguines, il trafiquait sûrement pour se payer sa consommation de stupéfiants. « Pour moi, c’était juste un gros consommateur de “ ” .

Beuh, shit, tout ce qu’on peut fumer, quoi. » L’argent qu’il gagnait, en faisant le serveur au noir au café des Béguines, ou lors de ses maraudes au Samu social, elle n’en voyait pas vraiment la couleur. Mais elle est formelle : le shit oui, le terrorisme, non, jamais. « Ce qu’il s’est passé à Paris, moi je trouve ça effroyable. Lui, je pense qu’il sait que c’est hyper grave ce qu’il s’est passé.

S’il avait su, il n’aurait jamais mis en danger les projets que l’on avait. » Donc il ne serait jamais allé chercher Salah Abdeslam. Kim est témoin, personne n’est obligé de la croire, mais la cour a en tout cas le devoir de l’écouter. Et de ne pas l’accuser, ni la malmener. Pourtant, comme de nombreux autres témoins avant elle – des pères, frères, proches des accusés –, la voilà obligée de se justifier.

Elle n’est pas coupable, non… mais sans doute trop légère. Les questions le suggèrent. Par exemple, au matin du 14 novembre, Amri est rentré à midi au lieu de 7 ou 8 heures du matin. Kim dit ne pas avoir posé de questions. La suite après la publicité « Il m’a dit qu’il était parti chercher un copain.

» L’une des deux assesseuses devient suspicieuse : « Votre mari rentre à midi, alors qu’il aurait dû être là au petit matin et vous ne lui posez pas de questions ? » « Je lui fais confiance, sans confiance on ne peut rien faire ! » Un mari violent ? Kim dit qu’elle a cuisiné des œufs à son époux, toujours ce midi du 14 novembre, que ce dernier avait l’air fatigué, qu’ils n’ont pas parlé des attentats de Paris. Un peu plus tard, une avocate de la partie civile, Me Catherine Szwarc revient sur l’épisode des œufs : « Il y a eu des attentats d’une intensité incroyable et il mange des œufs ! » Kim ne répond pas grand-chose. Il n’y a pas grand-chose à répondre. Mais elle n’est pas déstabilisée. Contrairement à d’autres témoins moins bien armés, plus intimidés, Kim a du répondant.

L’avocat général tente par exemple de savoir si ce « bon époux » était violent. Il n’a pas grand-chose dans ses tablettes pour le prouver, mis à part un voisin qui l’aurait déclaré. « On est un couple mixte, chez certaines personnes ça suscite des réflexions. On vivait dans une résidence de personnes âgées. On avait un voisin qui est un peu casse-pieds si on peut le dire comme ça.

Il a pu lui dire parfois “C e n’est pas tes affaires ” Au procès du 13-Novembre : Mohamed Abrini, l’homme qui sait Toujours pour prouver la violence occasionnelle de l’accusé – on se demande le lien avec sa potentielle radicalisation ou les attentats de Paris – les questions s’enchaînent, côté parties civiles. Kim n’a-t-elle pas dit lors de ses auditions qu’il arrivait à son époux de lui dire des mots blessants ? N’a-t-il pas un jour donné un coup de pied dans le lit ? La suite après la publicité « C’était un lit Ikea, il est fragile. » Kim a pleuré au début de son audition. L’arrestation et la détention de son mari ont réduit sa vie à néant. Là, devant ces questions, il lui arrive de rire.

« Nous n’avons pas vécu ensemble avant notre mariage, il a fallu une période d’acclimatisation (sic). » Alerte sur la tonalité des questions Elle devra ensuite expliquer que son époux ne l’a jamais forcée à porter le voile. Il lui est arrivé de le porter avant de le rencontrer, puis ponctuellement au début de leur mariage, puis plus du tout. Non, il n’était pas radicalisé. La cour s’acharne, elle résiste, avec bon sens et repartie.

Puis Mohamed Amri est interrogé. Il dit la même chose, mais en moins en clair. Non, il n’était pas radicalisé. Il ne connaissait pas les projets des frères Abdeslam, qui lui ont totalement dissimulé leur radicalisation. « Même le mot .