Pourquoi 'Spencer' ne ressemble à aucun autre biopic sur la princesse Diana ?

17/01/2022 20:07:00

Pourquoi 'Spencer' ne ressemble à aucun autre biopic sur la princesse Diana ?

Pourquoi 'Spencer' ne ressemble à aucun autre biopic sur la princesse Diana ?

Dans 'Spencer', Pablo Larrain choisit de montrer la princesse Diana comme peu l'ont fait avant. Le film est disponible sur la plateforme Amazon Prime Vidéo.

Cette atmosphère pesante est accentuée par le silence bruyant des personnages. Tout l’oppresse. La princesse est infantilisée, on choisit pour elle ses tenues et ses repas, qu’elle rend presque immédiatement dans la cuvette des toilettes. Le collier de perles que lui a offert le

La Suite Après Cette PublicitéDiana Spencer est interprétée par Kristen Stewart.Spencer,, la femme de Henri VIII, décapitée sur ordre de son mari après avoir été accusée d’adultère.Cette interprétation de Lady Di est un parti pris du réalisateur. Diana n’a pas souffert d’hallucinations, rien n’indique que ses doutes et ses angoisses se soient exprimés avec autant de violence.

Lire la suite:
Le HuffPost »

Hebdo N°1665 - Brésil, la fin du cauchemar ? | Courrier international

C’est la présidentielle de tous les dangers. Face à Jair Bolsonaro et à l’extrême droite, qui contestent déjà le résultat, Lula, le revenant part favori pour le... Lire la suite >>

C’est lent , long et cette musique en permanence….!!! Pas trop aimé !!

Comment est né « Spencer », l'anti-biopic sur la princesse Diana avec Kristen Stewart ?Neuf ans après le mal-aimé « Diana » d'Oliver Hirschbiegel, le cinéaste chilien Pablo Larraín porte à l'écran la vie de la princesse. Influences, art du biopic, collaboration avec Kristen Stewart… Il nous dit tout sur ce projet, à l'occasion de la sortie ce 17 janvier de « Spencer » sur Amazon Prime Video. Grâce à bud 😁

Lady Diana anorexique : ce n'était pas de la faute du prince Charles, assure Stéphane Bern...Tandis qu'un nouveau biopic sort ce 17 janvier sur la princesse Diana, Stéphane Bern revient sur les tourments privés qu'a connu la maman des princes William et Harry....

« On voit le bout du tunnel » : Diana Blois (Familles nombreuses) donne des nouvelles après la contamination à la Covid-19 de presque tout la famille - VoiciSamedi 10 janvier, sur Instagram, Diana Blois annonçait que toute la famille Blois était confinée avec six membres sur huit de la famille contaminés à la Covid-19. Quelques jours plus tard, elle a...

Les Blois (Familles nombreuses, la vie en XXL) durement touchés par le Covid, Diana Blois donne “des nouvelles du front”Six enfants sur huit positifs au Covid-19 ! Si Lola et Sarah ont apparemment échappé au virus, la famille Blois n'a vraiment pas été épargnée par la maladie. Après quasiment une semaine d'isolement, Diana Blois fait le point sur Instagram.

Comment est né « Spencer », l'anti-biopic sur la princesse Diana avec Kristen Stewart ?Neuf ans après le mal-aimé « Diana » d'Oliver Hirschbiegel, le cinéaste chilien Pablo Larraín porte à l'écran la vie de la princesse. Influences, art du biopic, collaboration avec Kristen Stewart… Il nous dit tout sur ce projet, à l'occasion de la sortie ce 17 janvier de « Spencer » sur Amazon Prime Video. Grâce à bud 😁

Lady Diana anorexique : ce n'était pas de la faute du prince Charles, assure Stéphane Bern...Tandis qu'un nouveau biopic sort ce 17 janvier sur la princesse Diana, Stéphane Bern revient sur les tourments privés qu'a connu la maman des princes William et Harry....

ce château glaçant, aux corridors angoissants, semble se refermer sur elle.Vanity Fair France : Avant Spencer , vous avez réalisé des biopics sur Pablo Neruda et Jackie Kennedy.Tandis qu'un nouveau biopic sort ce 17 janvier sur la princesse Diana, Stéphane Bern revient sur les tourments privés qu'a connu la maman des princes William et Harry.sur TF1 , il y a Diana, la matriarche.

Copyright Pablo Larraín,DCM La Reine Elizabeth II est jouée par Stella Gonet Cette atmosphère pesante est accentuée par le silence bruyant des personnages.  La reine (Stella Gonet) et Charles se font remarquer par leur absence. Certaines de ces personnalités sont encore très populaires aujourd’hui, mais leur perception varie au sein du public. Relayés presque à des rôles de figurations, en deux heures de film, les deux protagonistes ne soufflent que deux phrases, tranchantes. Le biopic raconte les quelques jours du dernier Noël de la princesse de Galles au sien de la famille royale. Chacun de leurs mots illustre la pression que subit Diana, et à quel point elle est prisonnière de ce présent fait de traditions du passé. J'avais vraiment envie de faire un film qui puisse être interprété différemment par chaque spectateur. Tout l’oppresse. " Team Blois confinée ! Fallait qu'on y passe.

La princesse est infantilisée, on choisit pour elle ses tenues et ses repas, qu’elle rend presque immédiatement dans la cuvette des toilettes. Ces angles coexistent, parce qu'il y a une multitude de tons et d'atmosphères. Et selon Stéphane Bern, spécialiste du gotha qui a connu la princesse en 1988, elle souffrait de ce mal bien avant son arrivée dans la famille Windsor. Le collier de perles que lui a offert le prince Charles , le même qu’il a offert à sa maîtresse, Camilla Shand, l’étouffe tant qu’elle essaye même de l’arracher. Les rideaux de sa chambre sont méticuleusement cousus pour qu’elle ne puisse pas les ouvrir: la voilà ainsi privée de fenêtre et de l’extérieur, qui symbolisent son souffle. L’écrivaine féministe Camille Paglia considérait Diana comme la dernière star du cinéma muet. La Suite Après Cette Publicité Tout au long du film, rien de la détresse et l’oppression que ressent Diana n’est épargné au spectateur, participant ainsi à la singularité de ce biopic. De façon globale, Stéphane Bern a aimé le film et confie en particulier « J’aime que le film s’intitule Spencer (le nom de jeune fille de Diana, ndlr), car on ne guérit jamais de son enfance et effectivement, la peur de la trahison vient de là chez Diana. “Nous n’avons pas cherché à reproduire une réplique de Diana, indique Pablo Larrain. Elle exprime beaucoup d’émotions, mais on ne sait pas ce qui se cache derrière.

Nous avons voulu utiliser des outils cinématographiques tels que le temps, l’espace et le silence pour créer un monde qui recrée l’équilibre entre le mystère et la fragilité du personnage.” Copyright Pablo Larraín,DCM Diana Spencer est interprétée par Kristen Stewart. C’est l’un des talents de Kristen en tant que comédienne, elle est aussi énigmatique que Diana. Stéphane Bern estime en effet : « il a cédé à la caricature sur le reste de la famille royale »… >> A voir aussi : le 17/01/2022 Sur le même thème. Un certain point de vue sur la vie de Diana  Dans Spencer, Diana est perdue, littéralement. Dès les premières minutes du film elle s’étonne: “Où suis-je, putain?”, alors qu’elle s’égare sur le chemin pour rejoindre le palais de Sandringham. Y a-t-il un moment précis où l'interprétation de Kristen Stewart a vraiment pris forme ? Le processus a été long. Pour accentuer ce sentiment, Pablo Larrain dessine à l’écran ses hallucinations, qui perdent autant le spectateur que Diana.

Elle s’imagine être Anne Boleyn , la femme de Henri VIII, décapitée sur ordre de son mari après avoir été accusée d’adultère. Kristen Stewart n’a jamais perdu confiance, elle n’a peur de rien. “Dans l’imaginaire collectif, les familles royales sont assimilées à des contes de fées: ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants… Mais ça ne marche pas avec l’histoire de Diana: quelque chose s’est cassé, car elle était brisée, tout le monde a eu de la peine pour elle”, explique Pablo Larrain.  La Suite Après Cette Publicité Cette interprétation de Lady Di est un parti pris du réalisateur. Le personnage est plus intéressant quand il n’interagit avec personne, et s’ancre dans le moment présent. Diana n’a pas souffert d’hallucinations, rien n’indique que ses doutes et ses angoisses se soient exprimés avec autant de violence. Spencer dépeint une image différente, plus rude, de Diana. Que vous ont apporté Kristen Stewart et Claire Mathon, la directrice de la photographie ? Elles sont souvent venues me voir pour réagir à des éléments du script ou de la scène.

Là où dans la série  The Crown , Diana est chétive, dans le biopic de Pablo Larrain elle est combative. “C’est l’histoire d’une princesse qui a décidé de ne pas devenir reine mais a choisi de construire elle-même sa propre identité. En tant qu’homme, j’ai une vision limitée du personnage, certaines choses m'échappent. C’est un conte de fée à l’envers”, raconte le réalisateur.  Copyright Pablo Larraín,DCM "Spencer", le biopic sur Lady Diana est disponible sur la plateforme Amazon Prime Vidéo. On ne travaille pas seulement avec une actrice et une directrice de la photographie, mais aussi avec des sensibilités. Pablo Larrain ne montre pas la Diana connue par le public: aimante, attachante, discrète et généreuse, et choisi de mettre en scène une facette plus sombre qui touche aux limites du supportable et à la folie.

Un mal-être tel, que le réalisateur laisse planer le doute jusqu’à la fin sur une réécriture de l’Histoire et un éventuel passage à l’acte. J’ai vraiment essayé de comprendre ce qu’elles disaient et de l’immortaliser avec ma caméra. La princesse finira bien par déployer ses ailes mais d’une façon beaucoup plus littérale. “Je voulais explorer le processus de Diana, comment elle oscille entre le doute et la détermination, faisant finalement le choix de la liberté, non pas pour elle mais pour ses enfants, précise Pablo Larrain. Elles étaient tellement dedans, c’était si beau et réel. C’était une décision qui définit son héritage: celui de l’honnêteté et de l’humanité, qui reste unique”. La Suite Après Cette Publicité À voir également sur Le HuffPost: Harry et William inaugurent une statue de Lady Diana à Londres LIRE AUSSI . En voyant , on pense beaucoup à un autre film avec Kristen Stewart, Personal Shopper d'Olivier Assayas.