Chouchou, le nouveau lieu hybride du 9e arrondissement de Paris où manger, boire, dormir et faire la fête

C'est notre nouveau spot préféré dans le 9ème

09/12/2021 14:50:00

C'est notre nouveau spot préféré dans le 9ème

À la fois hôtel, marché, bar-guinguette, scène de spectacle, bains privés et marché, Chouchou est un lieu pluriel abritant autant d'espaces ouverts que d'ambiances festives.

quatre étoiles confidentiel qui célèbre l'artisanat français ? Trois partenaires de choix, tous portés sur la chose : Elegancia, société spécialisée dans la conception et la gestion de produits hôteliers à Paris (“L’hôtellerie c’est l’art de recevoir, l’art du détails, l’art de concevoir des espaces pensés pour les utilisateurs, l’art de mettre de la vie et d’animer des lieux.”), Artefak, à qui l'on doit de très nombreuses réalisations, dont certaines parmi les plus audacieuses de la capitale, et Maison Malapert, l'agence de Michael Malapert, architecte d'intérieur qui cherche toujours à “révéler le supplément à vivre des lieux et à libérer leur énergie en privilégiant des aménagements que chacun peut s’approprier”.

Côte d'Ivoire 3-1 Algérie, CAN , résultat et résumé du match (20/01/2022)

Nicolas AnetsonÀ quoi ressemblent les alentours ?L'hôtel est installé au beau milieu du quartierOpéra, dans le 9e arrondissement de Paris. Un quartier emblématique du Paris haussmannien. Tout autour, à la volée : le Palais Garnier, les Galeries Lafayette et le Printemps, les Grands Boulevards, le Jardin des Tuileries, le musée du parfum Fragonard et le musée Grévin…

L'hôtel :63 chambres dont 3 suites. Une galerie de miroirs pimpée d'une multitude d’ampoules sépare les invités du lobby. Une fois passé le long couloir où l’on se projette à l’infini, l'accueil, humain et sans chichi, se fait au beau milieu d'une mercerie-boutique façon bazar parisien. Affichée sur les murs, une sélection de marques françaises qui trouveront preneurs désireux de repartir avec un petit souvenir. Au-dessus, les headtopics.com

chambresjouent les appartements parisiens tout ce qu'il y a de plus classique : moulures, parquet en bâton rompu, velours, faïence à carreaux et cabochon dans la salle de bain, œuvres arty, lustre guirlande et housse de couette marinière (grande signature de l'endroit). Les trois suites de l'établissement (entre 39 et 56 mètres carrés), elles, sont situées sous les toits et donnent sur l’ange de l’Opéra. Toutes s'inspirent des “pop icônes chouchou” : Piaf, Vian et Gainsbourg, et sont accessoirisées en fonction.

Brexit : 'Ce n'est pas la catastrophe annoncée', analyse Lenglet

Nicolas AnetsonNicolas AnetsonLe food market :Une fois la porte de l'établissement franchie, un marché-restaurant-bar composé de plusieurs espaces décorés à la mode guinguette. Circuits courts, produits de saison et recettes simples. Voilà le marché version

food marketde Chouchou où découvrir une sélection française de qualité, généreuse et, surtout, à prix populaires. D'un côté, la boustifaille iodée en provenance directe de Bretagne. C'est “La Mer à Boire”, l'offre mer, un comptoir qui fait la part belle à la côte Atlantique. À la criée : bulots, crevettes roses, huîtres creuses de la baie de Quiberon n°3, roll toasté fourré au saumon fumé, à la crème fromagère, aux concombres et aux oignons rouges, ou au tourteau et au chou rouge, rillettes de la mer maison, carpaccio de poulpe, brochettes de crevettes à la plancha ou encore tiramisu breton au caramel beurre salé maison et compotée de pommes. De l'autre côté, l'offre terre, “La Grande Bouffe”. Cette fois, des charcuteries artisanales, des fromages affinées, des vins gouleyants et, clous du spectacle, les fameuses galettes-saucisses qui participe à la réputation de l'endroit, complètes (jambon, fromage, œuf et salade), végétariennes, ou océanes (saumon fumé, fondue poireaux, crème, aneth et salade). Le tout à becqueter à une des grandes tablées en bois, dans une ambiance de franche camaraderie et parfois même au son des hits des années 2000. Pas de réservation, mais la salle peut accueillir jusqu'à 120 personnes.

Instagram contentView on InstagramLe bar :“Un décor de guinguette contemporaine pour célébrer des moments ordinaires avec des gens exceptionnels et des moments exceptionnels avec des gens ordinaires”, expliquent les tenanciers. Comme en cuisine, des ingrédients locaux, de qualité. Et, à souligner, des cocktails qui veulent “ressusciter les alcools d’antan français” servis tous les jours, à partir de 17h00. Quelques exemples : le “Initial bébé” avec vodka RemyX, jus de citron vert, essence de violette, liqueur de framboise et crémant ; le “Spritz Normand” avec double jus, crémant et tonic ; le “Fleur du mal”, avec absinthe, jus de citron, sirop de sucre et concombre ; le “Vague à l'âme” avec cognac Martell VSOP, menthe pastille, bénédictine et menthe fraîche. Au fond de la pièce, une scène centrale qui accueille du jeudi au dimanche soir de jeunes artistes. Il ne reste plus qu'à profiter du spectacle et de la vibrante proposition artistique, accoudé au comptoir en zinc. À noter que le petit déjeuner est servi ici (ou en chambre) dans une version buffet – ouvert à la clientèle extérieure pour 19 euros par personne. headtopics.com

Castex va annoncer un calendrier de levée des restrictions sanitaires ce jeudi à 19h, à suivre sur BFMTV

Nicolas AnetsonNicolas AnetsonLes bains :Au sous-sol, trois bains privatisables pour la clientèle de l'hôtel mais aussi de l'extérieur, sur réservation exclusivement. Au programme, concrètement, trois bains, trois ambiances, mais toujours un décor feutré rehaussé de mobilier des années 70 pour rendre hommage à l'esprit subversif de cette décennie à Paris. Sonorisation indépendante modulable et connectée, baignoire pour deux, douche pluie, banquette et draps de bain inclus. Et en bonus, sur demande, carte de petites assiettes à déguster et bouteille de champagne.

Rien d'autre à mentionner ?Une arrière-scène qui abrite trois salles de privatisation pouvant accueillir toute sorte d’événements (jusqu’à 40 personnes assises).

Lire la suite: GQ France »

Philippe Caverivière : 'Jean-Jacques Bourdin, l'idole des chauffeurs de taxi'

Ecoutez L'oeil de... avec Philippe Caverivi\u00e8re du 19 janvier 2022