Vaccination : pourquoi la Belgique semble-t-elle aller moins vite que d'autres pays?

Vaccination : pourquoi la Belgique semble-t-elle aller moins vite que d'autres pays?

28-01-21 10:45:00

Vaccination : pourquoi la Belgique semble-t-elle aller moins vite que d'autres pays?

La Belgique est-elle à la traîne en matière de vaccination ? La campagne de vaccination officielle a démarré le...

Le premier vaccin disponible à l’époque est celui de la firme Pfizer/BioNTech. Depuis, le 18 janvier celui de Moderna est aussi livré en Belgique, mais pour l’instant les quantités sont très modestes.C’est aussi à cette date que démarre une nouvelle phase de vaccination avec le personnel soignant des hôpitaux et l’entièreté du personnel des maisons de repos.

Comité de concertation : l'interdiction des voyages non-essentiels maintenue 'pour le moment' jusqu'au 18 avril Didier Reynders : 'Pas un passeport vaccinal mais un certificat pour faciliter l'organisation de voyages dès l'été' Surveillance du confinement : la grande lassitude des policiers

Un troisième vaccin devrait être disponible prochainement, celui d’AstraZeneca. L’évaluation de l’Agence européenne du médicament (EMA) est attendue ce vendredi. Après ce rapport, la Commission européenne devra encore autoriser la mise sur le marché pour les Etats membres.

Des retards Le 15 janvier dernier, on apprenait que des retards dans la livraison des vaccins étaient annoncés par la firme Pfizer/BioNTech avec un impact sur toute la chaîne de vaccination. Rappelons néanmoins que selon la firme, cette diminution des livraisons doit permettre d’adapter la ligne de production pour augmenter la cadence les semaines suivantes. headtopics.com

Quelques jours plus tard, c’est AstraZeneca/Oxford, le troisième fournisseur de vaccins prévu en Belgique, qui annonce à son tour des retards de production. Et pas plus tard qu’hier, la firme pharmaceutique annonce qu’elle prévoit de ne livrer à l’UE qu’un quart des vaccins prévus au 1er trimestre. Pas simple dans ces conditions d’établir une stratégie de vaccination qui tienne. Mais cela n’a évidemment pas seulement un impact pour la Belgique.

Les chiffres A ce jour, et selon les derniers chiffres disponibles chez Sciensano, la Belgique a vacciné pratiquement 230.000 personnes. Dans ce tableau on apprend aussi que la couverture totale de la population atteint 2% ou 2,49% des plus de 18 ans et qu’une deuxième dose a été administrée à un peu plus de 1600 personnes.

Toujours au niveau des chiffres communiqués par les autorités, pour garantir la deuxième injection en temps et en heure, les doses de vaccin administrées plafonneront dorénavant à 54.300 par semaine.Il y a deux semaines ce chiffre atteignait les 71.000 doses et 125.000 la semaine du 18 janvier. Bref, la prudence est, semble-t-il, de mise.

►►► À lire aussi : Tableau de bord revu pour la vaccination :"l’efficacité du vaccin n’est garantie que si la deuxième dose est administrée à temps" Au niveau européen, voici un graphique fourni par Our World in Data dans lequel on peut comparer le nombre de doses administrées pour 100 personnes dans la population totale au 25 janvier. headtopics.com

Barcelone, la grande ville d'Europe qui a su résister à Uber En Allemagne, Aldi est déjà à cours de tests rapides de dépistage du Corona Comité de concertation : 'Les indépendants paient cash les retards de vaccination'

On peut voir que la moyenne européenne est de 2,89. La Belgique atteint 1,84/100 habitants et Malte 4,8. Notons qu’au niveau des sources qui alimentent le site, pour la Belgique le site analyse les chiffres communiqués par Sciensano. Autre analyse, celle produite par le site Politico. Dans cet article, le site d’informations estime que sur la base du rythme actuel de vaccination et donc du nombre de doses quotidiennes, le pourcentage de la population qui serait vaccinée avant la fin de l’été serait de 14% en Belgique et 37% à Malte.

Le Royaume-Uni qui ne fait plus partie de l’Union européenne atteindrait les 87% à la même période."A ce rythme-là, la Belgique pourrait atteindre l’objectif des 70% de la population adulte vaccinée en 2024" en conlcuent ceux qui parcourent ce graphique.

Réponse des autorités On s’en doute, un pays n’est pas l’autre. Les stratégies de vaccination ne sont pas les mêmes, mais comment peut-on expliquer ces chiffres bruts qui ne rassurent pas ?Actuellement, nous dit-on, il faut agir au jour le jour."Quand on a commencé à recevoir le vaccin Pfizer/BioNTech, on avait un calendrier prévisionnel. Ça, c’est le cas pour tous les vaccins et c’est le cas pour tous les Etats membres de l’Union européenne", insiste Sabine Stordeur, coresponsable de la taskforce fédérale vaccination.

Cela concerne concrètement pour les 27, l’autorisation de la mise sur le marché de la Commission européenne, la livraison des vaccins et enfin une distribution proportionnelle à la taille de la population."Il ne faut vraiment plus nous comparer avec le Royaume-Uni qui est sorti de l’Union européenne et qui a donc ses propres règles avec différents vaccins sur leur marché à des dates différentes et avec des volumes différents". headtopics.com

Pour la taskforce fédérale vaccination, la Belgique disposait d’un calendrier prévisionnel, au début du mois de janvier, qui tenait la route. C’est-à-dire que les doses délivrées correspondaient au moins à celles qui étaient prévues. Et puis, il y a eu une baisse des livraisons, des retards, sans oublier des quantités moindres que prévues aussi annoncées. Tout cela oblige à revoir le planning de vaccination.

Changement de plan (provisoire) Tenant de compte de ces expériences, de ces incertitudes et afin d’éviter d’autres mauvaises surprises dans les semaines à venir, Sabine Stordeur nous détaille les décisions qui ont été prises :"on a très fortement accéléré la campagne de vaccination en janvier, pour vacciner le plus possible les personnes vulnérables avec une première dose. Vu les incertitudes sur les calendriers de livraison en quantité et en délai, on va s’assurer une marge de sécurité".

Confusion autour d'un slide: non, les sports en intérieur ne sont toujours pas autorisés pour les 13-18 ans Faille chez Microsoft : 30.000 organisations américaines victimes de hackers chinois Un chauffeur de la STIB décoré de la médaille d'or de l'Ordre de la Couronne

Et pour garantir cette sécurité, le nombre de premières doses à administrer a été limité à 54.300 par semaine. Cette mesure est donc déjà d’application pour cette quatrième semaine de vaccination et ce n’est un hasard :"on doit administrer la première dose à de nouvelles personnes, mais on commence à administrer les deuxièmes doses à ceux qui ont été vaccinés au cours des trois dernières semaines". En résumé, il faut assurer aux premières personnes vaccinées de recevoir la deuxième injection et continuer à administrer la première dose.

Exemple : à la troisième semaine de vaccination, 125.000 personnes ont été vaccinées. Elles devront dès lors recevoir une deuxième dose dans deux semaines, en plus des 54.300 personnes qui recevront leur première dose. Au total, la semaine du 8 février ce sont 179.300 doses qui devraient être administrées.

"Si rapidement, d’ici une ou deux semaines, nous avons davantage de garanties et de certitude que les prochaines livraisons suivront le calendrier prévisionnel, le plafond va pouvoir être relevé".►►► À lire aussi : Faut-il revoir la stratégie de vaccination en raison du variant britannique du covid ? Pas si vite…

Des pays avec d’autres stratégies Dans certains pays, le débat se poursuit autour de la deuxième dose. En France, par exemple, la Haute Autorité de Santé préconise, dans le contexte actuel et"afin de protéger plus vite un plus grand nombre de personnes à risque d’hospitalisation ou de décès d’élargir à 6 semaines le délai entre 2 doses de vaccin à ARN messager (vaccins de Pfizer et de Moderna)".

Cela"tient la route" analyse Sabine Stordeur, parce que dans leurs essais cliniques Pfizer avait tenu de compte de cette éventualité d’administrer la deuxième dose dans un intervalle plus long. Mais d’un point de vue logistique :"si dans trois semaines on n’a pas une augmentation des livraisons de Pfizer/BioNTech, six semaines plus tard vous avez encore plus de personnes à qui il faut donner la deuxième dose".

►►► À lire aussi : selon l'OMS, le vaccin Moderna peut être administré, exceptionnellement, avec un délai maximum de six semaines entre les deux injections Prudence avec les comparaisons Concernant les analyses réalisées actuellement sur le nombre de doses administrées en Europe et dans le monde, Sabine Stordeur reste très prudente et rappelle que tout dépend des données injectées.

Ces pays ont-ils la même stratégie de vaccination ? Ont-ils visé les populations les plus vulnérables, puis le personnel des soins de santé, etc. ? Donnent-ils à chaque fois les deux doses et dans quel délai ?"Sans avoir exactement la même base de comparaison, moi je ne m’aventurerais pas à comparer nos chiffres à d’autres Etats de l’Union européenne".

Quant à Israël ou le Royaume-Uni, la spécialiste insiste :"ils ont eu les vaccins bien avant nous. Ils les ont payés très cher et donc ils n’ont pas été contraints par un volume".►►► À lire aussi : Israël annonce avoir vacciné 20% de sa population

Plus de 4 millions de Britanniques ont reçu leur première dose de vaccin La Belgique en retard ? La Belgique n’aurait pas de retard. Le calendrier est suivi comme prévu en tenant compte des livraisons, nous explique toujours Sabine Stordeur.

La seule chose à espérer aujourd’hui est une accélération des livraisons de Pfizer. Les annonces en ce sens sont quotidiennes.►►► À lire aussi : Production de vaccins : Sanofi va aider ses concurrents au conditionnement à partir de juillet

Newsletter info Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité. Lire la suite: RTBF info »

Organisation lamentable, prévisions inexistantes, les responsables nous prennent vraiment pour des ignares, ils ont promis la vaccination de 70% de la population pour fin septembre et il faudrait pour ce faire vacciner 450000 personnes /semaine, stupide. Incompétence ? Volonté de confiner la population plus longtemps pour ruiner le plus d'indépendants possible ? Méfiance par rapport aux effets secondaires des vaccins ?

L'UE a tout ralentit, la Belgique et la France sont la risée du monde depuis 1 an à tous les niveaux, le déclassement est total. Pour l'euro-convaincu que je suis, c'est quand même très douloureux cette gestion des vaccins quand on compare à l'UK. Et le pire, c'est qu'aucune leçon ne sera tirée de ce fiasco

Pas seulement la Belgique. La France aussi...Il faut qu'au moins 70% des gens soient vaccinés avant l'été et non à la fin. Sinon, on pourra considérer que l'année est d'ores et déjà fichue. Inacceptable.