Un ancien infirmier jugé coupable d'avoir empoisonné son amie: il écope d'une peine de 5 ans de prison avec sursis probatoire

Un ancien infirmier jugé coupable d'avoir empoisonné son amie: il écope d'une peine de 5 ans de prison avec sursis probatoire

09-02-21 23:33:00

Un ancien infirmier jugé coupable d'avoir empoisonné son amie: il écope d'une peine de 5 ans de prison avec sursis probatoire

La cour d'assises de Bruxelles a prononcé, mardi soir, une peine de cinq ans de prison avec sursis probatoire à l'encontre d'un infirmier ...

09 février 2021 à 21h29©Image d'illustration Pixabay  La cour d'assises de Bruxelles a prononcé, mardi soir, une peine de cinq ans de prison avec sursis probatoire à l'encontre d'un infirmier de 61 ans, coupable d'avoir assassiné son amie qui lui avait demandé de l'aider à mourir, en juin 2016 à Schaerbeek. Il était en aveu de lui avoir injecté une dose élevée de morphine.

Bruxelles : le tunnel Léopold II devient le tunnel Annie Cordy 'Histoire belge', 'ridicule', pas assez néerlandophone : les premières critiques sur le futur tunnel Annie Cordy et les réponses Bruxelles : des patrouilles de police contre le sexisme et du harcèlement de rue

"Le respect de la vie d'autrui est une valeur fondamentale et la pratique de l'euthanasie est régie par un cadre légal strict. En dehors de ce cadre, elle n'est pas autorisée, même si c'est par amour, même si la personne insiste",

ont exposé juges et jurés dans leur arrêt, mardi soir. Le 21 juin 2016 en début d'après-midi, la police et les services de secours sont intervenus dans l'appartement occupé par P.T., rue des Azalées à Schaerbeek. Ce dernier a été découvert sur son lit, en détresse respiratoire. À côté de lui se trouvait une femme, qui ne donnait plus signe de vie. Celle-ci a été identifiée comme étant S.E., une femme de 48 ans. L'autopsie a plus tard conclu qu'elle est décédée après avoir reçu une dose létale de morphine. Dès qu'il n'a plus été en danger de mort, P.T., infirmier en soins palliatifs, a expliqué à la police que S.E. lui avait demandé de l'aider à mourir et qu'il avait décidé de se donner la mort avec elle. Une lettre d'adieu, rédigée par la victime, datée du 20 juin 2016, a été retrouvée par les enquêteurs. P.T. et S.E. s'étaient rencontrés à la clinique La Ramée à Uccle en avril 2016, où ils étaient tous deux soignés pour dépression. headtopics.com

Lire la suite: RTL info »

C’est cool la justice en Belgique ! On peut toit faire et ressortir libre ! Comme le juge Marco Ossena de verviers qui rigole avec des faits graves de roulage et qui n’envoie JAMAIS personne en prison ! Justice socialiste wallonne historique ! On ne touche pas à l’alcool au PS😡