Biden, Inauguration 2021, Investiture, Election, Joe Biden

Biden, Inauguration 2021

Lutte contre le Covid-19, climat, politique étrangère : Joe Biden s'est déjà mis au travail

Lutte contre le Covid-19, climat, politique étrangère: Joe Biden s'est déjà mis au travail #Biden #Inauguration2021 #Investiture

21-01-21 19:45:00

Lutte contre le Covid-19, climat, politique étrangère: Joe Biden s'est déjà mis au travail Biden Inauguration2021 Investiture

Il l’avait promis. A peine arrivé à la Maison Blanche, le nouveau président des Etats-Unis s’est mis au travail en signant toute une série de décrets, le premier étant consacré à lutter contre le Covid-19. Joe Biden va replacer les Etats-Unis au...

Dix décrets pour abattre la pandémie Le président Biden va signer ce jeudi 10 décrets pour renforcer la lutte contre Covid qui a ravagé les États-Unis, le pays le plus touché avec plus de 400.000 décès, et près de 24,5 millions de personnes infectées.

Royaume-Uni : Nigel Farage, figure emblématique du Brexit, annonce qu'il va quitter la vie politique Comité de concertation : l'interdiction des voyages non-essentiels maintenue 'pour le moment' jusqu'au 18 avril Didier Reynders : 'Pas un passeport vaccinal mais un certificat pour faciliter l'organisation de voyages dès l'été'

La vaccination sera accélérée, le dépistage et les tests multipliés, la production de masques aussi. Le port du masque rendu obligatoire dans les aéroports, une bonne partie des trains, des avions et des cars interurbains.

L’objectif est d’administrer 100 millions de doses de vaccin d’ici la fin avril et de rouvrir la plupart des écoles en toute sécurité dans les 100 jours. Des centres de vaccination seront installés dans les stades et les centres communautaires. headtopics.com

Joe Biden espère convaincre les élus républicains du Congrès d’adopter un plan de relance de 1900 milliards de dollars destinés à amortir les effets dévastateurs de la pandémie sur l’économie. Chèques aux familles, fonds pour rouvrir les écoles, argent pour accélérer tests et vaccins, aides aux petites entreprises, ou encore assistance alimentaire renforcée : les mesures doivent empêcher le pays de s’enfoncer encore dans la crise.

La stratégie deviendra nationale, fédérale, pour être plus efficace, une rupture avec l’administration Trump qui se reposait beaucoup sur les Etats, sans trop de résultats.Autre rupture avec le passé, le conseiller médical en chef de Joe Biden, le Dr Anthony Fauci, a annoncé que les États-Unis rejoindraient le programme Covax conçu pour fournir des vaccins Covid aux pays pauvres.

Retour à l’Accord de Paris C’est toute la politique étrangère des Etats-Unis qui va prendre un nouveau cap. Joe Biden pousse sur le bouton"reset".Il a déjà mis fin à l’interdiction d’entrée aux Etats-Unis pour les ressortissants de pays en majorité musulmans, une des premières mesures très controversées de son prédécesseur républicain.

Les Etats-Unis seront de retour dans les forums internationaux qu’ils avaient quittés comme l’Organisation Mondiale de la Santé et l’Accord de Paris sur le Climat.L’envoyé climatique de Joe Biden, l’ancien secrétaire d’État américain John Kerry, a tweeté que l’engagement fixait"un plancher, pas un plafond" pour le leadership climatique américain et a appelé à la coopération internationale avant la COP26 à Glasgow en novembre. headtopics.com

Précarité, discriminations… Testez vos connaissances sur les avancées et les reculs des droits des femmes (quiz) Israël rouvre ses bars et restaurants, ses écoles et salles de spectacle Vaccination anti-Covid la plus rapide au monde: Israël rouvre ses bars et restaurants, ses écoles et salles de spectacle

Les réactions sont déjà favorables. La décision de retourner à l’OMS a été saluée par le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, pour qui c’est "absolument essentiel".Politique étrangère revue et corrigée Joe Biden a annulé dès mercredi un décret qui interdisait aux ressortissants de pays en majorité musulmans d’entrer aux Etats-Unis, et a suspendu la construction d’un mur à la frontière avec le Mexique. Il a transmis au Congrès un projet de loi migratoire ambitieux qui prévoit un"chemin vers la naturalisation" des étrangers en situation irrégulière, selon des conditions et des durées variables. Plus de dix millions de sans-papiers vivent aux Etats-Unis et pourraient être concernés.

Avec ses voisins directs, Joe Biden soignera ses relations. Le président américain Joe Biden aura vendredi un entretien téléphonique avec le Premier ministre canadien Justin Trudeau pour son premier échange avec un dirigeant étranger. Sujet brûlant qu’il faudra aborder : l’intention de Joe Biden de bloquer le projet controversé d’oléoduc Keystone XL entre les deux pays. Ce projet, soutenu par Ottawa mais critiqué par les écologistes, avait été lancé en 2008, annulé une première fois par Barack Obama pour des raisons environnementales puis remis sur les rails par Donald Trump pour des raisons économiques.

Le Mexique a salué la suspension de la construction du mur, ainsi que son projet de réforme migratoire.L’Europe accueille favorablement le changement à Washington. Les félicitations affluent de Bruxelles, de Paris, de Londres, de Dublin… Angela Merkel a assuré disposer d’un"éventail d’accords beaucoup plus large", notamment en matière climatique, avec le nouveau président américain Joe Biden qu’avec Donald Trump."Si vous regardez simplement les décrets qui ont été signés hier, vous pouvez voir que nous pouvons travailler ensemble à nouveau" sur des domaines comme le climat ou l’immigration, a salué la chancelière allemande.

L’ère Biden ouvre aussi la voie à un réchauffement avec l’Iran. Le président iranien Hassan Rohani s’est montré plus que satisfait : "L’ère d’un autre tyran arrive à son terme et aujourd’hui est le dernier jour de son règne affreux", a-t-il déclaré, accusant le président sortant de n’avoir porté, tout au long de ses quatre années à la Maison Blanche,"d’autres fruits que ceux de l’injustice et de la corruption". headtopics.com

Dans le Golfe, les attentes sont grandes mais l’accueil peu enthousiaste. Les dirigeants de Bahreïn, des Emirats arabes unis, du Qatar et du Koweït, ont adressé leurs félicitations au nouveau président américain, ceux d’Arabie saoudite et d’Oman ne l’ont pas encore fait.

La Chine a félicité Joe Biden pour son investiture à la présidence des Etats-Unis et paraphrasé son discours pour en appeler également à"l’unité" dans la relation entre les deux puissances. Pékin critique surtout l’administration Trump, affirmant avoir été"réprimée, calomniée et salie". La nouvelle administration américaine, tout en insistant sur la nécessité de travailler avec les alliés au lieu de les dénigrer, a déjà annoncé son intention de conserver vis-à-vis de la Chine une position de force.

Votation: la Suisse adopte par referendum une loi qui bannit le voile intégral Surveillance du confinement : la grande lassitude des policiers Barcelone, la grande ville d'Europe qui a su résister à Uber

Une nouvelle équipe Autre urgence pour le 46e président américain, la mise en place de son administration. "Le désir de mettre en place son cabinet et de faire confirmer son équipe est au centre des préoccupations du président. C’est un sujet dont il a discuté avec des membres du Congrès des partis républicain et démocrate aujourd’hui", explique la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki.

Dès mercredi soir, la chambre haute a confirmé à une très large majorité la nomination de l’ancienne numéro 2 de la CIA, Avril Haines, comme directrice du Renseignement. D’autres confirmations pourraient suivre prochainement, dont celle d’Antony Blinken à la tête de la diplomatie américaine.

Joe Biden en a aussi parlé directement avec les centaines de collaborateurs qui ont prêté serment par liaison vidéo. Il leur a tenu des propos très clairs sur le respect :"Je ne plaisante pas en disant cela : si vous travaillez avec moi et que je vous entends manquer de respect envers un autre collègue ou toute personne, je vous promets que je vous licencierai sur-le-champ. Sur-le-champ. Pas de si, ni de mais. Tout le monde a le droit d’être traité avec décence et dignité. Cela a fait largement défaut depuis quatre ans."

La rupture sera aussi visible dans l’économie. Fini les deals inspirés par le conservatisme et le nationalisme économique à la sauce"America First". L’approche économique de Biden sera plus sociale et plus multilatérale. La relance passera par des chèques aux familles et par la création d’emplois.

Joe Biden veut aussi réhabiliter"l’Obamacare", la couverture de soins de santé instauré par Barack Obama et dont il a été l’artisan comme vice-président.En politique intérieure, le pouvoir législatif va devoir se pencher sur la question du second"impeachment" de Donald Trump. Il reviendra à la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, d’annoncer quand les élus de la chambre comptent transmettre l’acte de mise en accusation de l’ex-président. Le Sénat sera chargé d’organiser le procès de Donald Trump.

Cette procédure pourrait retarder la mise en œuvre de la politique de Joe Biden."Nous avons confiance dans le fait que le Sénat puisse être multitâche", a toutefois déclaré mercredi soir la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki.

Newsletter info Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité. Lire la suite: RTBF info »

ouais on verra ce qu'il vaut vraiment.....