Inondations : Pour Philippe Henry (Écolo), 'notre pays n'était pas prêt à faire face à cette catastrophe'

21-01-22 23:40:00

Inondations : Pour Philippe Henry (Écolo), 'notre pays n'était pas prêt à faire face à cette catastrophe'

Inondations : Pour Philippe Henry (Écolo), 'notre pays n'était pas prêt à faire face à cette catastrophe'

Le ministre wallon des Infrastructures était entendu ce vendredi devant la commission d'enquête. Il a admis que les autorités n'étaient pas prêtes à faire face à pareil événement, et qu'il convenait de prendre sans tarder les mesures nécessaires pour s'adapter au dérèglement climatique.

"Le changement climatique nous a pris de court!", a reconnu Philippe Henry, qui exerce notamment la tutelle sur les barrages du sud du pays.La question de l’obligation vaccinale donne au Parlement l’occasion d’un nécessaire débat.Le monde du sport pourrait bientôt respirer à nouveau.L’information a été confirmée à Belga.

"Ces inondations sont la confirmation la plus brutale qui soit que les effets désastreux du changement climatique sont déjà là, et pas pour 2050", a insisté l'écologiste."Cela pose une série de questions urgentes auxquelles il faut répondre adéquatement.BELGA La liste des experts qui seront entendus dans le cadre du débat à la Chambre sur la vaccination obligatoire est arrêtée.Il va falloir structurer ces efforts et y consacrer les moyens budgétaires nécessaires" , a ajouté M.Ce baromètre placerait actuellement le sport en code rouge.Henry, lequel a déjà commandé une étude pour évaluer les besoins précis en Wallonie à ce sujet."Vous avez l’occasion de donner un signal fort, celui du souci qui vous anime d’un vrai débat démocratique, ouvert et objectif.Lire aussi : Devant les députés commissaires, M.000 personnes, notamment des personnes sous dialyse, séropositives, atteintes d’une leucémie ou encore des personnes ayant reçu un organe ou des cellules souches.

Henry a aussi tiré une série de leçons plus opérationnelles de ces inondations qui ont provoqué une quarantaine de décès et de très nombreux sinistrés.Faites en sorte que ce signal résonne comme le triomphe de la démocratie, plutôt qu’il sonne le glas de celle-ci.Si ce n'est dans les buvettes, qui seraient soumises au même protocole que le secteur horeca.Si les règles et procédures en place ont sur le moment"globalement été respectées, cela n'a à l'évidence pas permis de protéger la population", a-t-il reconnu.Il a notamment plaidé pour que les barrages wallons soient à l'avenir soumis à un système d'audit externe, mais aussi pour que les prévisions météorologiques et hydrologiques soient plus précises.Un collectif inquiet face à la liste de 17 noms arrêtée à l’issue du premier jour de débats sur le déroulement des auditions d’experts, prévues le mercredi 26 janvier, le lundi 31 janvier, le mercredi 2 février et le vendredi 4 février.La lisibilité des messages d'alerte envoyés par les différents services de surveillance aux acteurs sur le terrain devrait également être améliorée, a préconisé M..Henry."Il n’est point besoin de souligner, en effet, qu’une (très) large majorité d’entre eux est déjà intervenue, à divers moments de cette crise, pour conseiller l’exécutif, et que la plupart ont exprimé, par divers biais médiatiques, des prises de position et leur insistance personnelle en faveur d’une vaccination de tous.Mais dès le feu vert donné, la campagne de quatrième dose ciblée pourra être lancée.

Mais" les alertes ne prédiront jamais le futur car (elles seront toujours) basées sur des probabilités et des incertitudes", a-t-il souligné.Lire aussi : Durant plus de trois heures, le ministre a été soumis au roulement de questions des députés membres de la commission d'enquête."À l’entame des débats parlementaires relatifs à la difficile question de l’éventuelle instauration d’une obligation vaccinale "Covid-19", de nombreux citoyens se tournent aujourd’hui vers le Parlement avec l’espoir d’y trouver l’image d’une vraie démocratie en action.Sans surprise, c'est de l'opposition marxiste et centriste que sont venues les remarques les plus critiques.Pour le PTB, Julien Liradelfo a notamment reproché à M.Manque de diversité côté francophone Les noms qui se sont ajoutés à la liste des experts choisis par les partis politiques, hier après-midi, ont en partie rassuré les membres de CovidRationnel, même s’ils restent "sur leur faim" , comme l’explique un de ses membres, le professeur de droit Erik Van Den Haute, de l’ULB.Henry une série de déclarations publiques imprécises au moment des inondations, notamment sur le taux de remplissage réel du barrage d'Eupen ou sur les quantités de pluie tombées à la mi-juillet.

L'élu communiste s'est aussi étonné, comme François Desquesnes (cdH) d'ailleurs, que six mois après la catastrophe, l e service d'alerte Perex 4.On a beaucoup misé sur le nombre et moins sur la diversité, côté francophone surtout" , dit-il.0 chargé de surveiller les risques de crues ne dispose toujours pas d'une garde de nuit.La mesure est à l'étude, a répondu le ministre Henry, tout en soulignant qu'une série d'engagements de personnel était déjà intervenue au sein du SPW Mobilité et Infrastructures depuis la catastrophe, et que d'autres étaient encore prévues." "Cela fait deux ans que le Parlement est le grand absent de la gestion de cette crise" , ajoute encore le professeur de droit.Lire aussi : Une circulaire aux communes pour mieux gérer le risque d'inondation A François Desquesnes, qui lui reprochait d'avoir été fort peu"sur le pont du navire au moment de la tempête", le ministre Henry a rappelé que la gestion de crise en tant que telle ne relevait pas du niveau régional , ou d'un ministre."Il faudrait éviter de rajouter une couche qui compliquerait les choses.Mais la première chose qu’on voit, c’est une espèce de marchandage politique sur le nom des experts.

Une coordination centralisée n'est pas toujours la plus efficace", a ainsi estimé le ministre.Enfin, le député centriste lui a aussi reproché de s'être exclusivement préoccupé les 15 et 16 juillet du pont-barrage de Monsin, à Liège, et ce aux dépens du barrage d'Eupen et de la vallée de la Vesdre.Quand il y a eu le débat sur l’euthanasie, on n’avait pas eu peur de confronter des positions diamétralement opposées.Rien de plus logique, a répliqué l'écologiste."L'hypothèse à ce moment-là était la destruction (contrôlée) de l'écluse de Monsin (pour éviter l'inondation complète de Liège)", a-t-il rappelé." La question de la vaccination obligatoire est-elle pour autant jouée d’avance? " Dans un certain sens, oui, au moins dans la position des partis."Il était normal que je sois là, cette écluse étant une infrastructure appartenant à la Région wallonne.

.Plus largement, beaucoup de questions éthiques, juridiques, de santé publique se posent, liées à cette crise, et il n’y a jamais eu de véritable débat là-dessus.." "Le changement climatique nous a pris de court!", a reconnu Philippe Henry, qui exerce notamment la tutelle sur les barrages du sud du pays." Publicité Nos dernières videos Les + lus."Ces inondations sont la confirmation la plus brutale qui soit que les effets désastreux du changement climatique sont déjà là, et pas pour 2050", a insisté l'écologiste."Cela pose une série de questions urgentes auxquelles il faut répondre adéquatement.

Il va falloir structurer ces efforts et y consacrer les moyens budgétaires nécessaires", a ajouté M.Henry, lequel a déjà commandé une étude pour évaluer les besoins précis en Wallonie à ce sujet.Devant les députés commissaires, M.Henry a aussi tiré une série de leçons plus opérationnelles de ces inondations qui ont provoqué une quarantaine de décès et de très nombreux sinistrés.Si les règles et procédures en place ont sur le moment"globalement été respectées, cela n'a à l'évidence pas permis de protéger la population", a-t-il reconnu.

Il a notamment plaidé pour que les barrages wallons soient à l'avenir soumis à un système d'audit externe, mais aussi pour que les prévisions météorologiques et hydrologiques soient plus précises.La lisibilité des messages d'alerte envoyés par les différents services de surveillance aux acteurs sur le terrain devrait également être améliorée, a préconisé M.Henry.Mais"les alertes ne prédiront jamais le futur car (elles seront toujours) basées sur des probabilités et des incertitudes", a-t-il souligné.Durant plus de trois heures, le ministre a été soumis au roulement de questions des députés membres de la commission d'enquête.

Sans surprise, c'est de l'opposition marxiste et centriste que sont venues les remarques les plus critiques.Pour le PTB, Julien Liradelfo a notamment reproché à M.Henry une série de déclarations publiques imprécises au moment des inondations, notamment sur le taux de remplissage réel du barrage d'Eupen ou sur les quantités de pluie tombées à la mi-juillet.L'élu communiste s'est aussi étonné, comme François Desquesnes (cdH) d'ailleurs, que six mois après la catastrophe, le service d'alerte Perex 4.0 chargé de surveiller les risques de crues ne dispose toujours pas d'une garde de nuit.

La mesure est à l'étude, a répondu le ministre Henry, tout en soulignant qu'une série d'engagements de personnel était déjà intervenue au sein du SPW Mobilité et Infrastructures depuis la catastrophe, et que d'autres étaient encore prévues.A François Desquesnes, qui lui reprochait d'avoir été fort peu"sur le pont du navire au moment de la tempête", le ministre Henry a rappelé que la gestion de crise en tant que telle ne relevait pas du niveau régional, ou d'un ministre."Il faudrait éviter de rajouter une couche qui compliquerait les choses.Une coordination centralisée n'est pas toujours la plus efficace", a ainsi estimé le ministre.Enfin, le député centriste lui a aussi reproché de s'être exclusivement préoccupé les 15 et 16 juillet du pont-barrage de Monsin, à Liège, et ce aux dépens du barrage d'Eupen et de la vallée de la Vesdre.

Rien de plus logique, a répliqué l'écologiste."L'hypothèse à ce moment-là était la destruction (contrôlée) de l'écluse de Monsin (pour éviter l'inondation complète de Liège)", a-t-il rappelé."Il était normal que je sois là, cette écluse étant une infrastructure appartenant à la Région wallonne...

" En savoir plus à ce sujet:.

Lire la suite:
Le Vif »
Loading news...
Failed to load news.

Liste des experts pour discuter de la vaccination obligatoire: 'Notre déception reste importante'La liste des experts qui seront entendus dans le cadre du débat à la Chambre sur la vaccination obligatoire est arrêtée. Elle ne satisfait pas tout le mond...

Bonne nouvelle pour le monde du sport: le public pourrait bientôt revenirLe prochain comité de concertation, prévu vendredi, devrait accoucher d'un baromètre sanitaire. Pour le monde du sport, cela pourrait signifier le retour du public sous des conditions strictes.

Coronavirus: le Conseil supérieur de la Santé conseille une 4e dose pour les personnes immunodépriméesLe Conseil supérieur de la Santé (CSS) recommande une quatrième dose de vaccin contre le Sras-CoV-2 pour les personnes à l’immunité déficiente, indique Het Nieuwsblad vendredi. Allez hop , la mise à jour du software est arrivée 🤣😂 Le Conseil supérieur de la santé est demandé à la salle 'Rhume' pour décider des mesures à prendre avec ses réserves de doses N'avait-on déjà pas réserver la 3eme dose pour ces personnes ?

Covid: le CSS recommande une 4e dose pour les personnes immunodépriméesLe Conseil supérieur de la Santé (CSS) recommande une quatrième dose de vaccin contre le Sras-CoV-2 pour les personnes à l'immunité déficiente, indique Het Nieuwsblad vendredi. L'information a été confirmée à Belga. Une décision formelle doit désormais être prise en commission interministérielle santé. Insane EMA: 'vaccines offer less protection against infection and mild disease caused by [Omicron]....a booster dose is needed to extend vaccine protection...[t]he administration of multiple booster doses at short intervals is not a sustainable approach in the longer term.'🤔 C'est quoi le but ? Les tuer ?

L’Etat belge condamné pour sa mauvaise gestion de l’asile et de l’accueilLe tribunal francophone de première instance de Bruxelles a rendu mercredi une ordonnance condamnant l’Etat belge et... Ben voyons

L’étonnante confession d’Andrey Rublev: «Quand j’ai pris l’avion pour l’Australie, j’avais le Covid»Qualifié pour le troisième tour du Grand Chelem australien, le Russe aurait pu ne pas être en mesure de participer au tournoi. Dingue!!