İnternational

İnternational

Vladimir Poutine et Joe Biden ont essayé d’aplanir leurs désaccords lors de leur première rencontre

« Il n’y avait aucune animosité. » Vladimir Poutine essaie d’aplanir les désaccords avec Joe Biden à l’issue de leur première rencontre

16/06/2021 23:35:00

« Il n’y avait aucune animosité. » Vladimir Poutine essaie d’aplanir les désaccords avec Joe Biden à l’issue de leur première rencontre

Les présidents américain et russe sont convenus lors de leur premier sommet bilatéral, mercredi à Genève, en Suisse, du retour de leurs ambassadeurs respectifs à Moscou et à Washington.

DENIS BALIBOUSE / APLa rencontre à Genève entre le président des Etats-Unis, Joe Biden, et son homologue russe, Vladimir Poutine, qui a duré moins de quatre heures, a commencé par une bousculade. Quelques dizaines de secondes consacrées à la séance photo – après une hésitation, les deux dirigeants se sont brièvement serré la main, geste devenu rare en pleine pandémie de Covid-19 –, puis les services de sécurité ont repoussé les journalistes, avec plus ou moins de courtoisie, comme le

Le judoka algérien Fethi Nourine « fier » d'avoir boycotté un adversaire israélien aux JO de Tokyo Trafic de faux certificats de vaccination dans la Seine-Saint-Denis : un an de prison ferme pour une contractuelle de la CPAM Amical : le Hertha Berlin vient à bout de Liverpool

Washington Post.Mais cet épisode n’a pas donné le ton des échanges. Il faut dire que les deux présidents avaient une excuse pour être pressés : ils devaient évoquer rien de moins que l’Ukraine, la Biélorussie, la désinformation, les attaques informatiques, sans oublier l’opposant russe Alexeï Navalny. A l’issue de leur entretien, ils ont chacun rejoint leur délégation, pour deux conférences de presse séparées, à l’inverse de la conférence de presse commune qui avait suivi la rencontre entre le président russe et l’ancien président américain Donald Trump en 2018, à Helsinki, en Finlande.

« Aucune animosité »La rencontre avec Joe Biden a été « constructive », a déclaré Vladimir Poutine, lors de sa conférence de presse, le 16 juin 2021, à Genève (Suisse).DENIS BALIBOUSE / AP headtopics.com

M. Poutine, qui a été le premier à s’exprimer, a soufflé le chaud et le froid. Le président russe a décrit l’ambiance de la réunion :« Il n’y avait aucune animosité », ajoutant que,

« sur beaucoup de questions,[leurs]évaluations divergent, mais les deux parties ont démontré un désir de se comprendre l’une l’autre et de chercher les moyens de rapprocher les positions ».Sans surprise, il a dit que M. Biden était

« un homme d’Etat expérimenté »,« très différent »de Donald Trump. Il a expliquéque leur échange seul à seul – sans les ministres des affaires étrangères Antony Blinken et Sergueï Lavrov –

« avait duré près de deux heures ».« Ce n’est pas tous les leaders mondiaux qui reçoivent autant d’attention »,a-t-il ajouté.Le président russe a annoncé que les deux pays s’étaient entendus pour un retour de leurs ambassadeurs respectifs, rappelés par Moscou puis Washington en mars et en avril. Ils sont convenus d’entamer des négociations sur le nucléaire afin de remplacer le traité headtopics.com

Avant le GP de Hongrie, Lewis Hamilton dénonce les lois homophobes votées dans le pays Malgré le fiasco des JO de Tokyo, Le Graët persiste et signe pour Ripoll Mauricio Pochettino traitera Kylian Mbappé « de la même manière » même s'il ne prolonge pas au PSG

, qui limite les armes nucléaires après son expiration, en 2026. Il a aussi assuré que les Etats-Unis ne devaient pas s’inquiéter d’une militarisation russe dans l’Arctique, région stratégique où la Russie ne cache pas ses ambitions.

Il a ajouté que les deux pays s’étaient entendus sur un dialogue en matière de« cybersécurité »« le plus grand nombre de cyberattaques dans le monde provient de l’espace américain »

et critiquant l’absence de coopération sur le sujet de la part de Washington.Interrogé à propos d’Alexeï Navalny, M. Poutine s’est aussitôt lancé dans une longue diatribe contre les Etats-Unis sur ce thème, évoquant, pêle-mêle, l’attaque du Congrès le 6 janvier, le bombardement de civils en Afghanistan ou les violences policières contre la minorité afro-américaine, avant de déclarer que l’opposant russe

« savait qu’il violait la loi »en ne respectant pas les conditions d’une condamnation avec sursis alors qu’il était soigné en Allemagne après un empoisonnement.Les mises au point de Joe BidenJoe Biden a mis en garde Vladimir Poutine contre toute interférence dans les élections américaines. headtopics.com

PATRICK SEMANSKY / APDe son côté, M. Biden a confirmé que la rencontre s’était déroulée dans une atmosphère« positive »,reconnaissant qu’il y avait beaucoup d’attentes.« Rien ne remplace un tête-à-tête »

, a-t-il déclaré, pragmatique, rappelant que les deux pays ont des intérêts communs. Il a par ailleurs affirmé que les Etats-Unis étaient de« de retour, aux côtés de leurs alliés »,pour défendre les principes démocratiques. Il a assuré avoir fait part à son homologue russe du besoin

Kylian Mbappé à propos de son association avec Neymar au PSG : « On a ce feeling qui est naturel » Le PSG prête Alphonse Areola à West Ham L'élégant maillot domicile du Venezia FC

« de règles basiques »à respecter pour les deux camps dans le cadre de leurs relations. Il a ajouté :« J’ai fait ce que j’étais venu faire. »M. Biden a mis en garde contre toute interférence dans les élections américaines.

« J’ai clairement dit que nous ne tolérerions pas les tentatives de violation de notre souveraineté démocratique ou de déstabilisation de nos élections démocratiques, et que nous répondrions », a-t-il déclaré. Interrogé sur les attaques informatiques, le 46

e président des Etats-Unis a rappelé à son homologue que« certaines infrastructures critiques devraient être intouchables, que cela soit par des moyens cybernétiques ou autres ».« Je lui ai donné une liste »

de seize entités spécifiques,« allant du secteur de l’énergie à nos systèmes de distribution d’eau », a-t-il précisé.La Russie, en raison de sa frontière commune avec la Chine, puissance économique et militaire majeure,

« ne cherche pas une guerre froide »avec les Etats-Unis, a encore assuré M. Biden. Enfin, il a prévenu que les conséquences pour la Russie seraient« dévastatrices »si M. Navalny, emprisonné, venait à mourir.

Nombreux sujets de divergenceEn amont de leur rencontre, les deux dirigeants ont exprimé leur espoir de relations plus stables et plus prévisibles, cependant que leurs divergences sont nombreuses et concernent un éventail de questions. Lundi, à la fin du sommet de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), à Bruxelles, M. Biden avait promis de dire à M. Poutine quelles étaient

« ses lignes rouges » :« Nous ne cherchons pas un conflit avec la Russie, mais nous répondrons si la Russie continue ses activités », avait-il déclaré. A Bruxelles, M. Biden avait lancé un avertissement très clair au sujet de M. Navalny, affirmant que sa mort

« serait une tragédie »« ne ferait que détériorer les relations avec le reste du monde. Et avec[lui] ».De son côté, le président russe, qui a déjà côtoyé quatre autres présidents américains depuis son arrivée au pouvoir, à la fin de 1999, a obtenu ce qu’il désirait : la tenue du sommet comme illustration de l’importance de la Russie sur la scène mondiale. Dans un entretien à la chaîne américaine NBC, il a dit espérer que le président démocrate se montre moins impulsif que son prédécesseur républicain. Mais il a aussi saisi l’occasion pour souligner combien M. Trump était, selon lui, un homme

« talentueux »Article réservé à nos abonnés Lire la suite: Le Monde »

A Paris, les anti-pass sanitaire disent non « au monde qui se dessine »

Du Trocadéro, aux côtés de Florian Philippot, à la place de la Bastille, auprès des « gilets jaunes », « 20 Minutes » a suivi les manifestants mobilisés en nombre ce same

Les 2 mecs qui se partagent le monde !! En parlant d’efficacité et de puissance qui a le premier trouvé le vaccin anti COVID19 ? Prix du pétrole il va augmenté 120 DOLLAR ثمن البترول سيكون 120 Est-il sérieux de penser que la Russie a besoin d'un tel sommet pour sa reconnaissance comme puissance mondiale? Une telle analyse traduit la volonté occidentale de mépris de la Russie et le refus d'affirmation de toutes autres puissances qu'occidentales Un tel monde pas possible

C'est un signe que les relations entre la Russie et les États-Unis devraient être pacifiques avec le gouvernement de Joe Biden malgré les méfaits politiques de Poutine. “No hubo animosidad. ' Vladimir Putin intenta resolver los desacuerdos con Joe Biden después de su primera reunión. . . vlad putin a lâché quoi pour obtenir cet entretien ?

كما يقال المثال عند الحكماء ( يحاكون عن اليتمى او سيوءتمرون على الايتام المسلمين و العرب يا هل ترى يؤتون بخير او شبه خير و من وراءه استغلال ثروات و يتهافتون كيف السعي اليها ) Ils sont en Suisse , C'est normal, Grande intelligence, Bravo Messieurs. C'est plutot l'inverse. Poutine, un 'tueur' selon Biden. On se fout de la gueule des gens avec une action comme ça.

Joe Biden-Vladimir Poutine : les 3 enjeux de leur première rencontreUne première rencontre sous haute tension. Après avoir échangé des mots durs l'un envers l'autre ces derniers mois, Joe Biden et Vladimir Poutine vont se retrouver face-à-face ce 16 juin à Genève. Poutine perd son temps et de l'argent à débattre avec ce vieillard, le lendemain Biden aura déjà oublié leur rencontre...De toute façon dans 3 ans et demi, il se dirige vers sa dernière demeure...et tant mieux pour l'Amérique et le monde entier! 🙃🇫🇷 A espérer déjà que Biden se rappelle qui a un rdv et surtout avec qui 😂😂

Biden et Poutine jugent leur première rencontre 'positive' et 'sans animosité', mais...Les deux présidents ont joué l'apaisement lors de leur premier sommet, à Genève, échangeant ensuite quelques piques face à la presse. En vrai c'était comme ça: Vladimir Poutine a une longue expérience des présidents américains, il a déjà rencontré quatre autres présidents américains depuis son arrivée au pouvoir en 1999. Pour les russes, la démocratie est un rêve inaccessible. Biden sert la main à Poutine qu'il a traité de criminel. Problème de mémoire ou inconséquence politique ?

Biden va tracer une «ligne rouge» face à Poutine, l’Otan unie sur la ChineJoe Biden doit rencontre Vladimir Poutine mercredi, qu'il a qualifié «d'adversaire redoutable»

Biden met en garde Poutine, un homme 'intelligent' et 'dur', avant leur première rencontre“La mort de Navalny serait une autre indication que la Russie n’a aucune intention de respecter les droits humains fondamentaux”, a-t-il également averti.

Les Podalydès, un duo au parfum d’enfanceRencontre avec deux frères, Denis et Bruno, qui ont fait de leur complicité et de leur histoire le moteur de leurs fictions, avant la sortie du film « Les deux Alfred ». horrible

Sommet USA-Russie : Biden promet d'expliquer à Poutine ses 'lignes rouges'Biden a promis de dire à Poutine quelles sont 'ses lignes rouges', pendant leur rencontre prévue mercredi à Genève.