Besançon, Violences, Police, Justice, Procès, Adolescent

Besançon, Violences

Violences policières : policier condamné après avoir frappé un adolescent

'Le fait de violenter un individu n'est pas tolérable', a dit le procureur

06/05/2021 23:44:00

'Le fait de violenter un individu n'est pas tolérable', a dit le procureur

Un policier a été condamné après avoir frappé un adolescent lors d'une intervention à Besançon .

Un policier a été condamné ce jeudi à Besançon àdeux mois de prison avec sursis pour avoir donné un coup de poing au visage d'un adolescentlors d'une intervention sur un point de deal présumé. 

Pékin demande aux talibans d’« éradiquer les organisations terroristes » en Afghanistan Fabrice Di Vizio, l'avocat des antivax, annonce vouloir se porter candidat aux législatives 2022 Zemmour à Toulon : «Il veut sauver la France»

Jugé pour  par une personne dépositaire de l'autorité publique lors d'une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité,le policier a"admis qu'il avait dérapé"dans un contexte de"lassitude dans l'exercice de sa mission de trois ans dans le quartier Planoise" à Besançon, où il était"régulièrement invectivé et injurié", a déclaré Étienne Manteaux, le procureur de 

Besançon.Le 30 juillet 2020, l'agent de police de 41 ans est intervenu avec ses collègues sur un point de deal présumé. Il s'est ensuite retrouvé seul avecun adolescent de 16 ans qui le provoqueaprès avoir prévenu ses complices de l'arrivée de la police. headtopics.com

Le policier lui donne alors un violent coup de poing au visage.La scène a été filmée et diffusée sur les réseaux sociaux. Selon Étienne Manteaux,"les policiers sont les yeux et les oreilles du parquet,le fait de violenter un individu n'est pas tolérable".

L'agent a été retiré de la voie publique. Lire la suite: RTL France »

Maxime Chattam à la conquête du prix « 20 Minutes » du roman

Lancement ce vendredi du troisième prix « 20 Minutes » du roman, dont le jury sera de nouveau présidé par Maxime Chattam, sur le thème de « la conquête »

Le fait de ne pas condamner un assassin antisémite et fière de l'être, c'est de la complicité. STOP ! violence d’1 policier et PAS « violence policière » !!! Marre d’entendre et de voir cette expression par les médias... Même si on a un permis de tuer semblable à celui délivré par des magistrats au meurtrier de Sarah Halimi ?

Il était probablement mal élevé pitié, arrêtez !! cette peine est beaucoup trop sévère puisqu'il n'y a pas de violence dans la Police !!! toutes les pleureuses des innombrables syndicats de police vont encore débouler sur tous les plateaux télé !!! mdr ViolencesPolicieres