Une « solution individuelle » pour les personnels suspendus en Guadeloupe

Une « solution individuelle » pour les personnels suspendus en Guadeloupe

Violence, Vaccin Anti-Covid

26/11/2021 09:51:00

Une « solution individuelle » pour les personnels suspendus en Guadeloupe

Un porte-parole du cabinet du ministère des Outre-mer a toutefois précisé que « l’obligation vaccinale des soignants et des pompiers ne sera pas levée »

nocturnes. A l’issue d’une réunion en visioconférence avec le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu, le président de l’association des maires de Guadeloupe Jocelyn Sapotille a avancé que la suspension de l’obligation vaccinale « refusée au départ, aujourd’hui (était) étudiée » par le gouvernement.

« Nous ne demandons pas d’abroger la loi, elle s’applique, mais nous demandons une parenthèse pour régler la situation de 1.200 à 1.300 Guadeloupéens qui vont se retrouver sans revenus » car suspendus, a-t-il ajouté à la presse. Mais un porte-parole du cabinet du ministère des Outre-mer a affirmé à l’AFP que « l’obligation vaccinale des soignants et des pompiers ne sera pas levée ».

Lire la suite: 20 Minutes »

Ce que la fin du pétrole russe coûtera à l'Europe

S'il entre en vigueur à la fin de l'année, l'embargo européen sur le pétrole et les produits raffinés de Russie se traduirait par une réorientation des échanges planétaires. Moins efficace, ce nouvel ordre pétrolier mondial serait plus coûteux, d'autant qu'il interviendrait dans un contexte déjà tendu à l'extrême. Lire la suite >>

NE LÂCHER RIEN NE VOUS LAISSER PAS ENDORMIR PAR CE MAFIEUX D'ASSASSINS Il y a Urgence!!!

Attal dénonce une « minorité récalcitrante » et « violente » en GuadeloupeLe porte-parole du gouvernement a affirmé que la mobilisation des forces de l’ordre se poursuivrait pour protéger les Guadeloupéens C'est bizarre , mais les Français eux dénoncent 'une minorité récalcitrante et violente' à la tête de l'état Français ... Comme quoi ... Il a raison. Donnons l indépendance à ces gens. Comme ça ils ne nous coûteront plus rien. Et ne nous casseront plus les pieds. Pourquoi ne va t’il pas sur place leurs dire en face ?

Une étude montre comment une vie plus longue est associée à l'activité physiqueEn regardant l'évolution des hommes sur plusieurs siècles, des chercheurs ont constaté que l'activité physique est plus que bénéfique pour la santé mais aussi pour l'allongement de l'espérance de vie.

«Une véritable révolution» : à Marseille, les premiers essais cliniques pour greffer une peau imprimée en 3DL’hôpital de la Conception s’est associé à la start-up française Poietis pour effectuer des premières greffes auprès de 12 patients. D’abord utilisée pour des «plaies simples», la technique pourrait à l’avenir traiter les grands brûlés.

Conditions de travail : une mobilisation massive des magistrats pour dénoncer une «souffrance inédite»⚖️ Une mobilisation massive des magistrats pour dénoncer une «souffrance inédite» Une tribune signée par 3 000 magistrats dans «le Monde» met en lumière le récent suicide d’une jeune consœur, qui avait alerté sur ses conditions de travail que ces avocats aident le peuple cela va les réconforter d'une part dans leur estime et d'autre part ils vont oublier leur condition de travail. la cause est noble. mais ils se croient des privilégiés arrivera leur tour et ils comprendront J'avoue que je suis toujours tristement surprise que l'on puisse se suicider en raison de ses conditions de travail ; on peut toujours démissionner et reprendre un autre poste. Un travail on en trouve toujours quand on s'y attache, pourquoi mourir. L'acte doit être multifactoriel Je lisais, il y a 15-20 ans de cela, qu'un juge a en moyenne 421 dossiers à traiter par an... Chais pas, mais en tant qu'être normal, je pense que le taux de suicides dans ce métier est vraiment très bas et que ces gens sont TRES équilibrés mentalement. Des êtres d'exception!

Un Dalton interpellé après l'agression de policiers pendant une émission sur CNewsEn marge d’une manif contre un direct de CNews avec Jordan Bardella, un homme a été arrêté pour des 'tirs de mortiers' contre la police. Au gnouf, les abrutis Qu'on lui plombe une de ses raies.. Ils ont eu Averell, la belle affaire...

Une famille non vaccinée décimée par le Covid, leurs proches lancent un appel à la vaccinationEn une semaine, les parents octogénaires et leur fils de 48 ans sont morts du coronavirus. Leurs proches appellent à la vaccination. PMCbyAiza propaganda 😅

violences urbaines nocturnes. A l’issue d’une réunion en visioconférence avec le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu, le président de l’association des maires de Guadeloupe Jocelyn Sapotille a avancé que la suspension de l’obligation vaccinale « refusée au départ, aujourd’hui (était) étudiée » par le gouvernement. « Nous ne demandons pas d’abroger la loi, elle s’applique, mais nous demandons une parenthèse pour régler la situation de 1.200 à 1.300 Guadeloupéens qui vont se retrouver sans revenus » car suspendus, a-t-il ajouté à la presse. Mais un porte-parole du cabinet du ministère des Outre-mer a affirmé à l’AFP que « l’obligation vaccinale des soignants et des pompiers ne sera pas levée ». « Prochainement sur place » Le ministère des Outre-mer s’est engagé à « appliquer la loi avec proportionnalité et discernement dans le cadre des instances locales de dialogue et d’écoute », précise un communiqué publié à l’issue de la réunion à laquelle participaient également le préfet, des membres des cabinets du ministre de l'Intérieur et du ministre des Solidarités et de la Santé. « Il est légitime qu’une solution individuelle puisse être proposée à chaque personnel devant être suspendu » a ajouté le ministère, qui tiendra vendredi à 15h une réunion similaire avec le président du conseil régional, le président du conseil départemental et les parlementaires du territoire de Guadeloupe. Alors que l’opposition à l’obligation vaccinale a constitué l’élément déclencheur de la crise, qui s’est étendue à des revendications sociales, les maires de Guadeloupe proposent également que les soignants ne souhaitant pas se vacciner soient soumis à des tests PCR « réguliers ». « Les travaux interministériels doivent (…) se poursuivre dans les heures à venir pour annoncer la stratégie retenue », a dit le ministère. Les élus demandent aussi la venue de Sébastien Lecornu sur place « dans un délai assez court » et l’ouverture d’un débat sur une éventuelle évolution du statut de la Guadeloupe. Selon le ministère, Sébastien Lecornu se rendra « prochainement sur place », mais un tel déplacement « ne doit pas s’organiser sous la pression et doit s’inscrire dans le cadre d’engagements précis et partagés ». « Démissions en chaîne » La crise a gagné la Martinique , département voisin où, comme son homologue de Guadeloupe vendredi dernier, le préfet a imposé un couvre-feu, « de 19h à 5h ». Il a pour objectif « le retour à une situation apaisée » qui « permet (te) ensuite de dialoguer, de travailler, d’avancer », mais également « le retour du service public et la réouverture du système scolaire », a indiqué le préfet de Martinique Stanislas Cazelle à l’AFP. La sécurité sera renforcée dès la nuit de jeudi à vendredi, a-t-il précisé, « avec un dispositif plus mobile et plus nombreux pour cibler les points les plus difficiles ». Les blocages de certains axes perduraient jeudi sur les deux îles. En Guadeloupe, la journée de jeudi a toutefois été plutôt calme, avec des opérations de nettoyage et de nouveaux « jets de pierres sur des barrages » selon une source judiciaire. En Martinique, des détonations ont été entendues jeudi vers 17h30 et de grosses fumées noires sont apparues dans le ciel au-dessus de Châteauneuf, a constaté une journaliste de l’AFP. Les tensions à l’hôpital de Pointe-à-Pitre depuis le début de la grève générale le 15 novembre commencent à faire sentir leurs effets : une association d’internes a invoqué mercredi le droit de retrait de ses adhérents pour « péril imminent » et des médecins hospitaliers démissionnent. « Je ne comprends pas que l’action syndicale soit tournée vers des entraves à l’outil de travail (…) vers des intimidations, des insultes, des agressions envers les personnels et particulièrement les médecins », a déclaré sur la radio RCI Guadeloupe le directeur du CHU, Gérard Cotellon. « Je commence à payer les conséquences de tout ça : ce sont des démissions en chaîne ». La direction du CHU de Martinique a pour sa part annoncé que « dans le contexte actuel », elle était contrainte « d’activer le service minimum sur l’ensemble des sites du CHUM afin de sécuriser les professionnels et les patients », en raison de « grandes difficultés à assurer les soins dans l’institution ». En Martinique également, les autorités locales et nationales ont ouvert la porte à un dialogue avec les syndicats et les élus. Les leaders des 17 organisations syndicales, le préfet et le président du conseil exécutif de la Collectivité territoriale de Martinique, Serge Letchimy, ont ainsi participé jeudi à une réunion de conciliation à la préfecture. Les participants en sont ressortis au bout de 4h, mais aucun n’a souhaité s’exprimer jusque-là sur la teneur des discussions.