Tsunami, supertanker et marée noire: le Pérou en pleine opération nettoyage

23/01/2022 10:01:00

⚫ En plein été austral, personne ne se baigne plus sur les plages proches de Lima au Pérou. Depuis la marée noire qui a souillé les côtes, les brigades de nettoyage ont remplacé les vacanciers.

Perou, Seismes

⚫ En plein été austral, personne ne se baigne plus sur les plages proches de Lima au Pérou. Depuis la marée noire qui a souillé les côtes, les brigades de nettoyage ont remplacé les vacanciers.

Le tsunami qui a suivi le séisme sous-marin près des îles Tonga a provoqué de très fortes vagues sur les côtes péruviennes. Au point de déstabiliser un tanker qui déchargeait du brut dans une raffinerie au nord de Lima.

(Pilar Olivares/Reuters)En plein été austral, personne ne se baigne plus sur les plages proches de Lima, la capitale du Pérou. Depuis la marée noire qui a souillé les côtes du centre du Pérou, les brigades de nettoyage ont remplacé les vacanciers.

(Martin Mejia/AP)Lors du nettoyage de la plage de Cavero, vendredi.(Cris Bouloncle/AFP)Sur la plage de Cavero au Pérou, vendredi, un oiseau mort.(Martin Mejia/AP)Vendredi, lors d'une opération de protection de la station balnéaire d'Ancon, au nord de Lima, où les bénévoles ont remplacé les vacanciers.

Lire la suite:
Libération »

Sur le tapis rouge, Irina Shayk opte pour une robe H&M

En deux mots : désirable et responsable. Lire la suite >>

Assurance tout risque. Constat à l'amiable. Écolo préoccupation? Repsol hacete cargo del desastre ecológico!! Si on pouvait mettre autant d energie politique et d argent que ceux engages pour le covid sur ces sujets ca serait une vraie avance La France va-t-elle venir à l'aide du Pérou ?

Victime d’une marée noire, le Pérou déclare l'« urgence environnementale »Le 15 janvier, la violente houle, générée par l’éruption volcanique aux Tonga, a entraîné le déversement de 6.000 barils de pétrole brut en mer par un tanker battant pavillon italien Et on en parle seulement au bout d'une semaine...

Pérou: l''urgence environnementale' déclarée après une marée noireLe gouvernement péruvien a déclenché une 'urgence environnementale' après une marée noire qui touche ses côtes. L'équivalent de 6000 barils de pétrole a été déversé il y a une semaine. 😱

Victime d’une marée noire, le Pérou déclare l'« urgence environnementale »Le 15 janvier, la violente houle, générée par l’éruption volcanique aux Tonga, a entraîné le déversement de 6.000 barils de pétrole brut en mer par un tanker battant pavillon italien Et on en parle seulement au bout d'une semaine...

Le tsunami qui a suivi le séisme sous-marin près des îles Tonga a provoqué de très fortes vagues sur les côtes péruviennes.marée noire .Des travailleurs nettoient les plages du Pérou après une marée noire le 22 janvier 2022 - Carlos REYES / AFP Le gouvernement péruvien a déclenché une"urgence environnementale" après une marée noire qui touche ses côtes.marée noire .

Au point de déstabiliser un pétrolier qui déchargeait du brut dans une raffinerie au nord de Lima: 6 000 tonnes de pétrole ont souillé les plages et ravagé la faune. Développer Un biologiste du service péruvien de protection des zones naturelles ramasse, vendredi, un oiseau couvert de pétrole, après une marée noire provoquée, en partie, par le tsunami qui a suivi le séisme ayant frappé les îles Tonga le week-end dernier.000 barils de pétrole brut il y a une semaine. (Pilar Olivares/Reuters) Service Photo publié le 22 janvier 2022 à 16h44 En plein été austral, personne ne se baigne plus sur les plages proches de Lima, la capitale du Pérou. Grâce à cette mesure, les autorités prévoient une"gestion durable des zones touchées", avec des"travaux de récupération et d'assainissement" pour atténuer les conséquences de cette catastrophe. Depuis la marée noire qui a souillé les côtes du centre du Pérou, les brigades de nettoyage ont remplacé les vacanciers. Les côtes péruviennes au nord de Lima ont été souillées par du pétrole qui s’est répandu en mer lors d’un déchargement de pétrole brut d’un tanker à la raffinerie de La Pampilla, propriété de la compagnie espagnole Repsol, dans la région de Lima. Les côtes péruviennes sont souillées par du pétrole qui s’est répandu dans la mer lors du processus de déchargement de brut d’un tanker à la raffinerie de La Pampilla, propriété de la compagnie espagnole Repsol. Selon la raffinerie, l’accident qui a eu lieu le 15 janvier, a été provoqué par une violente houle, consécutive à l’éruption volcanique aux Tonga.

Plus de 6 000 barils de brut se sont déversés dans la mer et souillent désormais au moins 18 km². Le tanker, le « Mare Doricum » battant pavillon italien, était chargé de 965. Le tanker, le"Mare Doricum" battant pavillon italien, était chargé de 965. Des bénévoles péruviens rentrent, vendredi, après une journée de nettoyage sur la plage de Cavero souillée par la marée noire provoquée, en partie, par le tsunami qui a suivi le séisme ayant frappé les îles Tonga le week-end dernier. (Martin Mejia/AP) Un biologiste du service péruvien de protection des zones naturelles ramasse, vendredi, un oiseau couvert de pétrole. Repsol rejette la faute sur les autorités maritimes Pour le ministère péruvien de l’Environnement, la déclaration d’urgence est justifiée par le fait que la marée noire « constitue un événement soudain ayant un impact important sur l’écosystème marin côtier d’une grande diversité biologique  » et représente un « risque élevé pour la santé publique ». (Pilar Olivares/Reuters) Lors du nettoyage de la plage de Cavero, vendredi. Cette déclaration indique que Repsol est chargée de mettre en œuvre le plan d'action immédiat et à court terme. (Martin Mejia/AP) Vue aérienne de bateaux participant, au nord de Lima, à l'opération de nettoyage après la marée noire, jeudi. De son côté, Repsol estime ne pas devoir porter la responsabilité de cette catastrophe, pointant que les autorités maritimes péruviennes n’avaient pas émis d’avertissement concernant les conséquences possibles de l’éruption aux Tonga. De son côté, Repsol estime ne pas devoir porter la responsabilité de cette catastrophe, pointant que les autorités maritimes péruviennes n’avaient pas émis d’avertissement concernant les conséquences possibles de l’éruption aux Tonga.

La station balnéaire d'Ancon a été souillée par des tonnes de pétrole échappées du tanker"Mare Doricum", qui battait pavillon italien. (Cris Bouloncle/AFP) Lors d'une opération de nettoyage sur les plages péruviennes, vendredi. Le Pérou a en outre exigé mercredi des dédommagements de Repsol. Selon les autorités péruviennes, la marée noire se déplace avec le courant marin en direction du nord, ce qui met en péril la flore et la faune dans deux aires naturelles protégées, la Réserve nationale du système des îles et îlots"sur environ 512 hectares" et la Zone protégée d'Ancon"sur 1758 hectares". (Pilar Olivares/REUTERS) Sur la plage de Cavero au Pérou, vendredi, un oiseau mort. (Martin Mejia/AP) Empilement de barils de pétrole récupérés lors d'une opération de nettoyage sur la plage de Cavero, vendredi. 21 plages déjà touchées Selon les autorités péruviennes, la marée noire se déplace avec le courant marin en direction du nord, ce qui met en péril la flore et la faune dans deux aires naturelles protégées, la Réserve nationale du système des îles et îlots « sur environ 512 hectares » et la Zone protégée d’Ancon « sur 1. (Martin Mejia/AP) Sur la plage de Cavero, le 17 janvier. Il lui a laissé 10 jours pour se conformer à toutes les actions de nettoyage et de décontamination.758 hectares ».

(Martin Mejia/AP) Vendredi, lors d'une opération de protection de la station balnéaire d'Ancon, au nord de Lima, où les bénévoles ont remplacé les vacanciers. Elle a déjà pollué 21 plages et provoqué la mort d’espèces marines tandis que ses effets économiques potentiels sont préoccupants, privant notamment les pêcheurs de tout gagne-pain et entraînant la désertion des touristes. (Cris Bouroncle/AFP) Une manifestation, vendredi, devant le siège de la compagnie pétrolière Repsol, dont au moins 6 000 tonnes de pétrole se sont répandues sur les plages péruviennes après le tsunami. (Sebastian Castaneda/Reuters) Le gouvernement a qualifié le déversement pétrolier de «catastrophe écologique» et la justice péruvienne a ouvert une enquête. avec AFP. De son côté, la raffinerie rejette la responsabilité sur les conditions maritimes, assurant que les autorités péruviennes n’avaient pas émis d’alerte sur un possible renforcement de la houle en raison de .