Sommet du G7 : le « oui mais » des Européens à Joe Biden face à la Chine

Les chefs d'Etat et de gouvernement du G7 ont tenté de trouver le ton juste face au géant économique asiatique et ses visées internationales

13/06/2021 21:46:00

Les chefs d'Etat et de gouvernement du G7 ont tenté de trouver le ton juste face au géant économique asiatique et ses visées internationales

Durant trois jours à Carbis Bay, les chefs d'Etat et de gouvernement du G7 ont tenté de trouver le ton juste face au géant économique asiatique et ses visées internationales. Entre fermeté et attitude conciliante, la voie des démocraties occidentales devient de plus en plus étroite.

« Le G7 n'est pas un club hostile à la Chine », a-t-il souligné. Mais, « il ne faut céder à aucune naïveté » que ce soit face à la Chine ou face à la Russie, a-t-il précisé. Samedi, les dirigeants européens du G7, Royaume-Uni exclu, s'étaient mis d'accord sur une ligne claire à l'égard de Pékin : la Chine est « un rival systémique, un partenaire sur les enjeux globaux, et un concurrent », avait indiqué la présidence française à l'issue de leurs discussions. Il est vrai que les agissements de la Chine inquiètent les démocraties occidentales et le Japon. C'est un fait.

A Paris, la colère des manifestants contre le passe sanitaire EN DIRECT - Rassemblements anti-pass sanitaire: 204.090 manifestants en France dont 14.250 à Paris Covid-19 : toujours plus de manifestants anti-passe sanitaire, malgré les vacances

Les décisions du sommet du G7pourront irriter les autorités chinoises. Les leaders du G7 ont appelé dimanche la Chine à « respecter les droits humains » de la minorité musulmane des Ouïghours dans la région du Xinjiang et à Hong Kong. Dans un autre domaine, sans mentionner leurs soupçons sur les activités du laboratoire de la ville de Wuhan qui pourrait être à l'origine de la pandémie du Covid-19, les leaders du G7 demandent à l'Organisation mondiale de la santé une enquête scientifique plus poussée sur l'origine du Coronavirus. Ce que Pékin refuse catégoriquement.

Concurrencer les nouvelles routes de la soieDans un autre registre, ils ont évoqué un vaste plan d'infrastructure pour aider les pays en développement et les pays pauvres.Le projet qui, implicitement se veut un concurrent du programme chinois headtopics.com

des « Nouvelles routes de la soie » avait été dévoilé samedi par la Maison-Blanche avant même la fin du sommet. Estimé à plus de 40.000 milliards de dollars, il se focalise sur le climat, la santé, le numérique et la lutte contre les inégalités. « Il ne s'agit pas de pousser les pays à choisir entre les Etats-Unis et la Chine. Il s'agit de proposer une autre vision et une autre approche », avait assuré un haut responsable américain.

Dimanche, Joe Biden a enfoncé le clou : « Nous pensons qu'il existe des moyens plus équitables de répondre aux besoins des pays dans le monde », a-t-il déclaré. « Nous savons qu'il y a un énorme besoin d'infrastructures en Afrique […]. Nous ne pouvons pas nous contenter de dire que la Chine s'en chargera », a pour sa part expliqué la chancelière allemande Angela Merkel.

Riposte chinoiseMardi dernier, dans un rare moment d'union entre démocrates et républicains, le Sénat américain avait adopté un projet de loi prévoyant des investissements ambitieux dans la science et les technologies, présenté comme un texte « historique » pour contrer la menace économique de la Chine et son modèle « autoritaire ».

Les Européens entendent toutefois garder une certaine indépendance vis-à-vis de Washington même si une « convergence grandissante » sur la Chine émerge au sein du G7, selon un haut responsable américain présent à Carbis Bay. Mais l'Allemagne est réticente. Elle s'est montrée hésitante à propos de cette proposition d'alternative aux Nouvelles routes de la soie. Si le communiqué final du G7 ne mentionne aucun montant pour ce projet d'infrastructure, Berlin en serait à l'origine. headtopics.com

EN DIRECT - Rassemblements anti-pass sanitaire: 19 interpellations, dont 10 à Paris Une vague de chaleur accélère la fonte des glaces au Groenland Mort de Jacob Desvarieux, cofondateur de Kassav’, le groupe inventeur du zouk à l’influence mondiale

L'Europe marche donc sur des oeufs. Vendredi dernier, cependant, les entreprises européennes en Chine ont fait part de leur vive émotion. La veille, une loi chinoise contre les sanctions étrangères avait été adoptée, risquant de placer les multinationales en position délicate, avait alerté la Chambre de commerce de l'Union européenne. Face aux pressions occidentales, la Chine s'est dotée jeudi d'un arsenal juridique, au libellé vague, qui légalise des représailles en cas de sanctions étrangères contre des individus ou des entités chinoises. Le texte légalise « la mise sous scellés, la saisie et le gel des biens » de personnes ou d'entreprises qui appliqueraient des sanctions contre la Chine. Les tensions risques de continuer, voire de s'exacerber.

Richard HiaultDécoder le monde d’après Lire la suite: Les Echos »

A Paris, les anti-pass sanitaire disent non « au monde qui se dessine »

Du Trocadéro, aux côtés de Florian Philippot, à la place de la Bastille, auprès des « gilets jaunes », « 20 Minutes » a suivi les manifestants mobilisés en nombre ce same

La Chine qui prête des dollars aux states alors le g7 un rassemblement de clowns avec monsieur gifle en tête de liste La Chine fait des investissements stratégiques en France sous le nez de EmmanuelMacron , la Chine a déjà colonisé économiquement l'Afrique au nez et à la barbe des pays du G7 ....Les chiens abois et la caravane passe !

Le port du masque !! ne serait-il pas valable pour ces dictateurs...

L'ombre de la Chine plane sur le sommet des dirigeants du G7Les sept pays les plus industrialisés vont lancer un vaste partenariat d'infrastructures pour les pays en développement et les pays pauvres. L'objectif est de contrer les nouvelles routes de la soie. Les relations se tendent entre Pékin et les capitales occidentales. En revenant du futur antérieur, je l'avais annoncé. Dans quelques jours, la Russie fera de même, mais à la russe. Le japon nous sera fidèle comme leur promesse. L'habdp. L’erreur d’une concurrence de l’HomniPrésencePlanétaire en vase-clos saturé : bientôt, à la fois asphyxiée en sur-incubation et brûlée par le lissage binaire de notre Science du vrai no-limit sans tête... 🤥🕳 DémocratiesAhuries DictaturesAhuries PeuplesAhuris 😃🤳🤳 🤳🗽

Vaccins, climat, fiscalité, relations internationales : les principaux résultats du sommet du G7A l'issue des trois jours de discussions à Carbis Bay, les leaders du G7 se sont mobilisés pour fournir 1 milliard de vaccins aux pays pauvres. Ils ont réitéré leurs engagements pour lutter contre le réchauffement climatique avant la COP 26 de Glasgow. Ils ont aussi endossé l'accord sur la fiscalité des multinationales et proposent un vaste plan d'infrastructures pour les pays en développement.

Pourquoi les chefs d'États ne portaient pas de masques pour la photo du G7Emmanuel Macron et Joe Biden ont notamment été photographiés en parlant côte à côte, sans protection. Parce que la flemme ? Peut-être parce qu’ils sont vaccinés !?! 🤔 - Pourquoi les chefs d'États ne portaient pas de masques pour la photo du G7 - Parce c'est l'année du 'foutage de gueule'

Un plan de bataille en vue au G7 pour prévenir les futures pandémiesIl s’agit de réduire le délai pour développer des vaccins, des traitements et des diagnostics, avec l’espoir que le monde soit prêt en moins de 100 jours pour faire face à une maladie soudaine Actualise1 Ben voyons belle brochette 🍗 de P

Le G7 promet un milliard de vaccins au reste du monde mais sans calendrier précisLes dirigeants des pays industrialisés multiplient les engagements, parfois encore flous, afin de rattraper le retard pris dans la vaccination des pays du Sud frappés par la pandémie de Covid-19. Toujours des raisons géopolitique avant la santé Ha on aurait pu croire que c'était purement philanthropique...mais nan ! Ça m'étonnait de notre petit serviteur de la finance mondiale et européiste défoncé

Le G7 à l'unisson pour vacciner plus et protéger le climatAu delà des promesses, les sujets de la Russie et de la Chine étaient au menu des discussions de ce G7, qui marque une nouvelle dynamique en faveur du multilatéralisme occidental