Saône-et-Loire : les opposants au pont Jacques-Chirac gagnent une manche

Saône-et-Loire : les opposants au pont Jacques-Chirac gagnent une manche

23/10/2021 12:06:00

Saône-et-Loire : les opposants au pont Jacques-Chirac gagnent une manche

Le tribunal administratif de Lyon a suspendu l'arrêté interpréfectoral qui avait permis le démarrage des travaux d'un nouvel ouvrage entre la Saône-et-Loire et l'Ain. Les deux conseils départementaux vont se pourvoir en cassation.

ParLes EchosPublié le 23 oct. 2021 à 10:58Les opposants au futur pont Jacques-Chirac viennent de gagner une manche dans le bras de fer qui les oppose aux conseils départementaux de l'Ain et de Saône-et-Loire. Le juge des référés du tribunal administratif de Lyon a tranché provisoirement en leur faveur en suspendant l'exécution de l'arrêté interpréfectoral pour cet ouvrage à bâtir au-dessus de la Saône.

A l’âge de la retraite, 25% des plus pauvres sont déjà morts PSG : Leonardo aurait recruté Donnarumma pour se venger de Navas ! Trophée Kopa : les votes de Lionel Messi dévoilés

Celui-ci doit permettre de relier les deux départements entre Montbellet et Pont-de-Vaux et de remplacer l'actuel pont de Fleurville, situé en aval et devenu trop vétuste.Suspension provisoireL'arrêté en question avait valeur d'autorisation environnementale et avait permis le lancement du chantier fin septembre, qui prévoit la démolition de l'ancien pont puis la construction de son remplaçant. Mais l'association « Bien Vivre à Replonges », opposée à ce projet, avait déposé un recours contre cet arrêté, en s'appuyant sur une enquête publique ayant abouti à la publication de deux avis défavorables pour atteintes à l'environnement.

Lire aussi :Le pont de la discorde entre l'Ain et la Saône-et-LoireJeudi soir, le juge des référés a suspendu provisoirement l'exécution de l'arrêté (donc les travaux) « jusqu'à ce qu'il se prononce au fond », selon un communiqué du tribunal. Il estime que « les dispositions du Code de l'environnement n'autorisent, à titre dérogatoire, que les projets répondant à une raison impérative d'intérêt public majeur et à condition notamment que n'existe pas, par ailleurs, une solution alternative satisfaisante ». headtopics.com

Un chantier à 21 millions d'eurosPour les opposants, réclamant une nouvelle enquête publique, cette décision va dans le bon sens. Ils contestent l'ensemble du projet pour son impact sur l'habitat de plusieurs dizaines d'espèces animales. L'association préconise une rénovation de l'actuel pont de Fleurville.

Lire aussi :A 50 ans, le pont de Noirmoutier s'offre une cure de jouvenceUne solution inenvisageable pour les conseils départementaux de l'Ain et de Saône-et-Loire, cofinanceur de ce chantier à 21 millions d'euros. L'ouvrage actuel, plus que centenaire et emprunté par 7.000 véhicules chaque jour, est trop vétuste pour être rénové.

Pourvoi en cassationLa suspension des travaux « aura des répercussions importantes sur la vie des habitants des deux territoires. Notre projet repose d'abord sur un constat partagé par tous : le pont actuel, construit en 1899, ne permet plus une circulation des habitants et des marchandises en toute sécurité. Il peut d'ailleurs être fermé à tout instant si la situation devait se dégrader », explique Guy Billoudet, vice-président du Département de l'Ain chargé des routes et de la mobilité. Les deux collectivités ont décidé de « se pourvoir immédiatement » en cassation auprès du Conseil d'Etat ».

Les EchosDécoder le monde d’après Lire la suite: Les Echos »

🔴 DIRECT - Grand débat LR sur CNEWS : «Le wokisme veut détruire le fondement de notre cohésion nationale», affirme Michel Barnier

Qui sera le candidat des Républicains à l’élection présidentielle de 2022 ? Pour convaincre les adhérents du parti, Michel Barnier, Valérie Pécresse, Xavier Bertrand, Eric Ciotti et Philippe Juvin débattent en direct sur CNEWS et en simultané sur Europe 1. 22h07 «L'idéologie du wokisme veut détruire le fondement de notre cohésion nationale», affirme Michel Barnier, quand Eric Ciotti propose d'interdire l'écriture inclusive.