Pixels

Pixels

Qu’est-ce que StopCovid, l’appli de traçage étudiée par le gouvernement ?

Qu’est-ce que StopCovid, l’application de traçage numérique étudiée par le gouvernement ? Comment fonctionnerait-elle ? On vous explique 👇

09/04/2020 00:25:00

Qu’est-ce que StopCovid, l’application de traçage numérique étudiée par le gouvernement ? Comment fonctionnerait-elle ? On vous explique 👇

Dans le sillage d’autres pays, le gouvernement français a mis en place un groupe de travail pour réfléchir à l’opportunité et à la conception d’une application de « suivi de contacts » des malades.

, les auteurs ont travaillé sur deux types d’actions censées ralentir le moteur de l’épidémie : isoler efficacement les cas, d’une part, et la mise en quarantaine des personnes ayant été en contact avec un malade, d’autre part.

Le gouvernement envisage de prolonger l'état d'urgence sanitaire La famille de Gabriel, gravement blessé lors de son arrestation, porte plainte contre les policiers OL : Memphis Depay sonde d'autres clubs pour cet été

« La transmission, dans le cas du Covid-19, est rapide et intervientavant que des symptômes n’apparaissent, cela implique que l’épidémie ne peut être contenue par le seul isolement des malades symptomatiques », préviennent les chercheurs. D’où l’idée d’isoler aussi les contacts d’une personne contaminée.

Cette appli serait-elle une solution de rechange au confinement ?Certains chercheurs estiment que ces applications pourraient être utiles lors du déconfinement des populations pour éviter une flambée épidémique, mais il n’est pas prévu qu’elle se substitue au confinement. En France, « StopCovid » pourrait être un des outils accompagnant le déconfinement, si l’exécutif décide de lancer l’application au terme de son étude et de la réalisation d’un prototype, pour distinguer qui, dans la population, doit encore s’isoler et qui peut reprendre une activité sociale. Toutefois, le gouvernement français n’a pas encore arrêté sa stratégie de déconfinement ni son calendrier.

Quelles sont les limites d’un tel outil ?Le projet est confronté à des interrogations de faisabilité : les chercheurs n’ont pas encore établi si la technologie Bluetooth serait suffisamment efficace.« Nous ne sommes pas certains de réussir à franchir toutes les barrières technologiques, car le Bluetooth n’a pas été prévu pour mesurer des distances entre les personnes. Nous ne déciderons que plus tard de l’opportunité de déployer ou non une telle application »,

expliquait Cédric O, mercredi.Par ailleurs, l’utilisation de cette application sera forcément basée sur le volontariat, assure le gouvernement. Mais pour qu’elle soit efficace, il faudrait qu’une« masse critique »de Français choisissent de l’installer, faute de quoi elle ne pourrait signaler qu’une infime partie des contacts

« à risque »semblent prêts à l’installer, de fortes inquiétudes demeurent sur les risques de surveillance numérique liés au suivi, quand bien même elle ne collecte pas, d’après le projet du gouvernement, la géolocalisation complète des utilisateurs.

Les applications de suivi ne sont pas non plus des remèdes miracles : leur rôle est de permettre aux personnes à risque de prendre toutes les précautions. Elles peuvent jouer un rôle utile dans une période de déconfinement, notamment, mais elles ne peuvent se substituer aux autres mesures (gestes barrières, port du masque, confinement des personnes présentant des symptômes…).

Le patron de Mediapro en rajoute une couche sur le prix de Téléfoot « Ce n’est pas le bon moment » : l’industrie du jeu vidéo décale ses annonces, en soutien à Black Lives Matter Adama Traoré : une nouvelle expertise commandée par la famille pointe la responsabilité des gendarmes

Article réservé à nos abonnésLire aussiSmartphones, applis… les défis du pistage massif pour lutter contre la pandémieLa mise en place d’une telle application comporte-t-elle des risques ?Il serait difficile de s’avancer sur les risques, notamment en matière de protection de la vie privée, qu’engendrerait l’utilisation d’un tel dispositif : les modalités précises de fonctionnement de l’application sont encore inconnues. A ce sujet, Marie-Laure Denis,

présidente de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL), listait au Monde le 5 avrilles principaux points de vigilance :« D’abord, ne doivent être collectées que les données nécessaires à des finalités explicites. S’agit-il d’informer celles et ceux ayant été en contact avec une personne porteuse du virus ou de vérifier le respect du confinement ? Il faut aussi respecter le principe du consentement. Les modalités techniques des dispositifs doivent, par ailleurs, être minutieusement analysées, parce qu’elles ont une incidence sur la protection de la vie privée. Il faut enfin que ce soit temporaire, c’est un point essentiel. Tout dispositif visant à limiter

(…)la protection des données des individus pourrait, selon la situation, constituer une ligne rouge à ne pas dépasser. »Le dispositif est-il légal en France ?Oui, à certaines conditions rappelées par la présidente de la CNIL au

Monde.« Aujourd’hui, le cadre réglementaire de l’Union européenne en matière de protection des données est à la fois souple et protecteur, et permet de tenir compte de situations d’urgence comme celle que nous traversons »

, expliquait-elle.Coronavirus : « Les applications de “contact tracing” appellent à une vigilance particulière »Mais le suivi doit reposer sur le consentement explicite des utilisateurs.« Il ne faut pas qu’il y ait des conséquences pour celui qui refuserait de télécharger une application, par exemple. »

Les premiers éléments connus du projet semblent aller dans ce sens.« Notre hypothèse est celle d’un outil installé volontairement, et qui pourrait être désinstallé à tout moment. Les données seraient anonymes et effacées au bout d’une période donnée. Personne n’aura accès à la liste des personnes contaminées, et il sera impossible de savoir qui a contaminé qui »

A Rennes, les bars et cafés de la « rue de la soif » misent sur le retour de leurs habitués Nabilla révoltée par la mort de George Floyd : coup de gueule et gros soutien Des milliers de manifestants anti-violences policières à Paris malgré l'interdiction de Lallement

, ont expliqué les ministres, assurant que la CNIL serait consultée.Que font les autres pays ? Lire la suite: Le Monde »

Ca c'est clair que ça arrivera si les masques ne sont pas rendus obligatoires, à moins que les français développent un civisme du jour au lendemain Le nombre de crétins refusant d'envisager l'installation de cette app, par peur qu'un état aux abois face à une pandémie, profite des maigres données collectées sur leurs déplacements du quotidien pour installer une dictature orwellienne, en dit long sur le délitement des esprits

Pas question d'installer cette appli pour ma part. Quelle arme terrible quand on vit sous le joug d'un régime ploutocratique ! Idiot: si tu croises un contaminant à 15m mais qu'il a toussé sur l'écran de ton Automate bancaire, la poignée de porte de ton immeuble, ça craint. Si il t'a croisé à 1m sous masque les mains dans les poches, c'est quoi le risque ?

Arrêter de nous prendre pour des IMBÉCILES. 😤😠😡😡 Trouve les filles les plus chaude de t as region en envoyant covid19 au 6612 . Numero surtaxer La france ... mon dieu ... Je pense que l'appli qui doit sortir en 2022 StopLREM aura plus d'utilisateurs et même pas besoin d'un smartphone 😊 En Espagne slpnix ha travaillé à une adaptation de tracetogether de Singapur et de la versión tcheque qu’il offre librement. Le gouvernement français serait interessé? Contactez-le (espagnol/anglais) cedric_o olivierveran inria SEDIAgob

POUR UN TRAÇAGE,FLICAGE ET PRISES DE VOS DONNÉES ? Ee c'est pour quand ça? Fin juin, fin juillet.. Stopdjihadiste n’existe pas Hem..singapore nuovo lockdown ora Dommage, tout le monde n'as pas de smartphone. Aller hop, retour à la case départ. pisterVSdépister le gouvernement préfère utiliser leur ressources pour faire une appli StopCovid pour nous localiser, nous identifier en tant que porteur plutôt que de trouver des solutions pour nous soigner ou nous protéger ! onnoublierapas IlsSavaient confinementjour23

CORONAVIRUS MASK SEEN THAT THE GOVERNMENT IS NOT ABLE TO PROVIDE US IF YOUR WIFE DOES NOT HAVE TOO SMALL BREASTS YOU CAN MAKE 2 SUPER MASKS WITH HER BRA AND YOU CAN SMELL HER GOOD SMELL ALL THE DAY GOOD IDEA? DON’T FORGET TO SLEEP IT OFF Vous vous souvenez des 700 Millions d'euros réclamés désespérément depuis 3 ans par les hopitaux et jamais donné par Macron? Ben voilà, en 1 trait de plume il donne 1,2 Milliard à l'Afrique, dont nous n'avons rien à faire. Le genre de nouvelle qui donne envie de tout casser!

Sauf qu'en France beaucoup de gens ont pas de smartphone, on est pas en Chine où même les vieux sont connectés. Et ça serait utile si au moins 60% de la population l'utilisait, donc bon on sait déjà que ça va être un flop cette appli.

Vers une application de 'contact tracing' basée sur le volontariatLe gouvernement planche sur le lancement d'une application, installée sur la base du volontariat, qui permettrait de retracer la transmission du coronavirus. Allez voir dans les archives de l’ina l’interview de Jean Marie Le Pen en 1990 sur les Sidaïques et le débat à la TV suisse sur le tatouage des gens atteints par le Sida ! Il a fait des études ce brave bonhomme Diverses variantes d’applications de ce genre existent depuis un bon moment dans plusieurs pays. En Israël notamment, avec le code en Open Source.

Comment le traçage numérique peut modifier notre société post-confinementLe gouvernement envisage de mettre en place, sur la base du volontariat, une application de traçage des « interactions sociales » pour endiguer le coronavirus, signe que l’épidémie infecte aussi le cha pisterVSdépister le gouvernement préfère utiliser leur ressources pour faire une appli StopCovid pour nous localiser, nous identifier en tant que porteur plutôt que de trouver des solutions pour nous soigner ou nous protéger ! onnoublierapas IlsSavaient confinementjour2 Depuis le début de cet épidémie avant le confinement je répète que celle ci est instrumentalisé et sur médiatisé pour instaurer la peur et nous contraindre à accepter l’innacceptable soit une perte de nos libertés. On ma rit au nez ma traité de complotiste. Riez maintenant!

Covid-19: mode d’emploi de l’application de traçageDÉCRYPTAGE - Baptisée StopCovid, l’application est l’une des pistes envisagées par le gouvernement pour accompagner la sortie du confinement. Vous n’allez quand même pas relayer une vidéo de sodomie sur les réseaux sociaux ? Le jour où tu reçois une amende parce que tu es sortis de chez toi et que tu n'avez pas ton appli active...il se rapproche.

« StopCovid » : « L’application vous informera que vous avez été en contact avec quelqu’un identifié positif au coronavirus »Olivier Véran et Cédric O, ministre de la santé et secrétaire d’Etat au numérique, expliquent dans un entretien au « Monde » réfléchir au développement d’une application pour smartphone pour « limiter la diffusion du virus en identifiant des chaînes de transmission ». Il savent déjà pas faire un site parcour sup qui marche ni une application caf ou pole emploi. Alors permettez moi de douter C'est de la folie pure !! Ne sacrifions pas toutes nos libertés et toutes nos données personnelles sur l'autel de la pseudo sécurité. Le propre d'une épidémie c'est de disparaitre, son heure viendra, sachons raison garder et éviter à tout prix un modèle de société à la chinoise Où sont les tests

Un Manchois verbalisé pour avoir ajouté « apéro » sur son attestationCe trait d’humour aura tout de même coûté 135 euros d’amende à ce Normand pour non-respect des règles de confinement mises en place par le gouvernement Un anchois ? Odreynalyne apparemment c'est pas valable 😅😂 J'adore l'idée...

Coronavirus : le test sérologique, la clé du déconfinement ?Envisagé par le gouvernement, ce test permet notamment de savoir si les patients sont immunisés contre le Covid-19. a 50e le test non rembourse on c'est deja qui va rester confine