Pas encore candidat, Macron sème des indices sur son programme

Pas encore candidat, Macron sème des indices sur son programme

16/01/2022 09:08:00

Pas encore candidat, Macron sème des indices sur son programme

À deux mois du début officiel de la campagne pour l'élection présidentielle 2022, le président de la République sortant n'est toujours pas déclaré candidat. Mais il prépare le terrain.

Santé, sécurité... Les sujets déjà incontournables. Elle pourrait s’accompagner de la poursuite de la “remise à flot des rémunérations”, selon Jean Castex. À l’AFP début janvier, il a décrit le Ségur comme une ”étape”, avec une suite à venir donc. Selon l’entourage d’Olivier Véran, qui a aussi donné des indications à l’AFP, des pistes sont également à l’étude depuis plusieurs mois pour s’attaquer plus en profondeur aux déserts médicaux. 

Lire la suite: Le HuffPost »

'Macron va essayer de nous refourguer Damien Abad façon Télé-achat'

Philippe Caverivi\u00e8re face \u00e0 Christian Jacob, pr\u00e9sident des R\u00e9publicains.\nEcoutez L'oeil de Philippe Caverivi\u00e8re avec Philippe Caverivi\u00e8re du 26 mai 2022 Lire la suite >>

son quoi Son programme : « les emmerder jusqu’au bout ». Dehors Macron2022 Du coup, tant qu’il n’est pas officiellement président ce sont nos impôts qui paient sa campagne pour nous débiter tout un tas d’inepties ? Faire payer les études supérieures serait un premier pas vers la privatisation des universités comme aux US où seuls les enfants de riches peuvent faire des études La France ce n'est pas ça. Les mêmes chances pour tous !

Un programme ? Quel programme ? Il lui est dicté par l'UE, ses financiers. Arcom_fr ? J'emmerde macron,J'emmerde macron,J'emmerde macron,J'emmerde macron,J'emmerde macron,J'emmerde macron,J'emmerde macron,J'emmerde macron,J'emmerde macron,J'emmerde macron,J'emmerde macron,J'emmerde macron,J'emmerde macron,J'emmerde macron,J'emmerde macron,J'emmerde macron,J'emmerd

Quel programme ?! C'est pas le sien c'est celui d'Adolf.

Climat: Macron fait l’impasse sur Grenoble «capitale européenne de l’écologie»🍃 Samedi, Grenoble deviendra officiellement capitale verte de l’Europe 2022. Emmanuel Macron était attendu en tant que président actuel du Conseil de l’Union, mais il ne viendra pas. «Mépris et foutage de gueule», estime le maire EricPiolle. EricPiolle Il est où le vert ? EricPiolle Normal avec le mépris dont fait preuve Mr Piolle il fallait s’y attendre EricPiolle ...la couleur complémentaire du vert étant le rouge.

Ouais et Macron candidat fait campagne avec l’argent du contribuable mdr Il pourrait ns promettre la lune que je ne le croirais pas et ne voterai jamais pour Lui😤🏃‍♀️ Franchement on se fout. Il a pollué. La campagne avec le pass sanitaire au lieu de parler de nos problèmes quotidiens franchement je m’en branle

Il fait campagne avec l'argent de l'état qu'il cumulera avec celui de la campagne DU BALAIS!!!!! Pour les petits vieux.. Vieille politique inefficace Des indices Ça fait 5 ans qu'on le voit son programme catastrophique

Macron accusé de vouloir rendre l'université payante avec sa réforme 'systémique'Les gauches rejettent en bloc l'idée d'Emmanuel Macron selon laquelle l'université 'sans aucun prix' n'est pas tenable. Dégagez le pendant qu'il est encore temps ! Je comprends pas, elle est pas terminée la primaire chez les LR ? Ah pardon, c'est Macron dit 'de droite et de gauche'. Il n'est pas accusé,il l'a dit de sa propre bouche,ce n'est pas pareil

Le pire président français il est là Comme ceux ci ⬇️ Il a totalement failli en politique extérieur. Incapable de défendre les intérêts français. Jamais la France , en temps de paix, ne fut aussi humiliée. Ne parlons pas de la dégradation de notre sécurité. Non vraiment pas de quoi pavoiser. Il compte sur ses larbins de journalistes

Il est pas franc macron C est du gaslighting 5 ans qu il se bat pour que ce pays aille mieux et on a eu 5 ans de chienlit!!! MacronDegage Il y a vraiment des gens qui vont voter pour lui ? 🤦‍♂️ On t’emmerde

SONDAGE EXCLUSIF - La cote de confiance d'Emmanuel Macron décrocheLa cote de confiance du chef de l'Etat chute de 4 points en janvier dans le baromètre mensuel d'Elabe pour « Les Echos ». Elle retombe à son niveau de décembre 2020. Les Français ne cachent plus leur lassitude face aux restrictions sanitaires. Pourriez-vous ajouter les intervalles de confiance ? çà rappelle jospin !!!! Il reste encore suffisamment de glands qui votent pour lui !

Marine Le Pen veut revenir à un duel avec Emmanuel MacronLa candidate du Rassemblement national descend ses concurrents à droite et veut se poser en première adversaire d’Emmanuel Macron dans une vidéo tournée au Louvre Gaffe aux jumelles, ça sent la migraine ophtalmique... 🤣 Ah bon ? Elle revient de Jérusalem ? 😆😆😆 Ça se mérite d avoir le privilège de perdre face au Président Macron !

Pas de pénurie d'autotests, assure le gouvernementMalgré les difficultés rencontrées par certains parents pour se procurer assez d’autotests pour leurs enfants, Gabriel Attal se veut rassurant C'est le moment d'investir dans les autotests donc 🤪 : gouvernement de baratineurs Donc il va y avoir une pénurie. Pas grave ces tests ne sont pas fiables. Bordeaux manifs15janvier antipassevaccinal boycottpassevaccinal Il faut boycotter tous les lieux qui exigent le PassVaccinal C'est exigeant ! Mais il n'y a que comme ça qu'ils vont reculer! Il faut bloquer l'économie !

Hausse du livret A : «Ce n'est pas mirobolant»Le livret A a enregistré une hausse de 0,5%, passant à 1% à compter du 1er février. Une augmentation jugée tout de même faible par Maxime Chipoy de Money Vox. Le président du média spécialisé sur l'argent précise que les gains seront moindres pour le Français moyen et le livret d'épargne plafonné à 22.950 euros.

les cadeaux de fin de mandat et ses espoirs pour l’avenir, le chef d’État sortant entend bien présider “jusqu’au dernier quart d’heure”, et penser au-delà, selon ce que déclarait début janvier à l’Agence France-Presse (AFP) un poids lourd du gouvernement. La Suite Après Cette Publicité Et pour y parvenir, il a déjà quelques idées sur ses priorités en cas de réélection. Tour de piste à moins de 100 jours du second tour.  Santé, sécurité... Les sujets déjà incontournables Il y a d’abord les thèmes qui s’imposent, qu’on le veuille ou non. En pleine crise sanitaire, confronté à la colère des personnels soignants, le gouvernement est ainsi obligé de se positionner sur la santé publique.  Après le Ségur, qui a laissé une grande partie du secteur insatisfait, le ministère de la Santé dit réfléchir à une “réforme structurelle de l’hôpital public” . Elle pourrait s’accompagner de la poursuite de la “remise à flot des rémunérations”, selon Jean Castex. À l’AFP début janvier, il a décrit le Ségur comme une ”étape”, avec une suite à venir donc. Selon l’entourage d’Olivier Véran, qui a aussi donné des indications à l’AFP, des pistes sont également à l’étude depuis plusieurs mois pour s’attaquer plus en profondeur aux déserts médicaux.  Ensuite, à quelques encablures du début officiel de la campagne présidentielle le 28 mars , l’équipe présidentielle n’entend pas non plus laisser le champ libre aux adversaires déclarés. À commencer par la droite de Valérie Pécresse et l’extrême droite de Marine Le Pen - pour l’heure les deux seules candidates citées au second tour face à Emmanuel Macron dans les sondages. Le thème a aussi été repris par Éric Zemmour, lui aussi sur la face droite de l’échiquier.  La Suite Après Cette Publicité Ces formations politiques misent particulièrement sur le volet sécuritaire  pour se démarquer d’Emmanuel Macron. Mais le président en poste a déjà prévu de quoi riposter. En septembre, il a présenté son plan pour “penser la police de 2030” - un nom digne d’un candidat en campagne. Au programme: une vaste loi de programmation (LOPMI) de 15 milliards, qui sera détaillée d’ici mars. Cette loi ambitionne -entre autres - de “doubler sur dix ans” la présence des policiers sur le terrain. Emmanuel Macron souhaite aussi la présentation, courant 2022, d’une loi de programmation et d’orientation pour la sécurité intérieure (Lopsi).   Se positionner sur les questions sociales Après un quinquennat marqué par la crise des gilets jaunes, poursuivi par son image de “président des riches”, Emmanuel Macron sait bien qu’il va devoir être présent sur les questions sociales, notamment celle du pouvoir d’achat. Sur ce thème, une première bombe à déminer: la hausse éventuelle des impôts . “Moi, tant que je serai dans mes fonctions, il n’y aura pas d’augmentation d’impôts”, a assuré Emmanuel Macron dans  Le Parisien le 4 janvier.  La Suite Après Cette Publicité Dans cette même interview, le président de la République a aussi abordé le sujet des droits de succession . Il a estimé qu’il y avait des “choses à améliorer” sur “ce qu’[il] appelle la ‘transmission populaire’”. Ni une ni deux, six jours plus tard, son ministre de l’Économie Bruno Le Maire précisait les grandes lignes: il préconise une baisse de la fiscalité sur les transmissions indirectes, mais pas sur celle en transmission directe, pour lesquelles “la fiscalité reste raisonnable”. Le ministre a aussi esquissé certaines autres priorités pour le prochain quinquennat: “continuer à baisser les impôts de production”, déjà rabotés de 10 milliards, pour “l’amélioration de la compétitivité”. Et “la baisse des charges” pour les emplois les plus qualifiés, “au-dessus de 2,5 Smic”. Autre volet, présenté le 6 janvier dernir au congrès national la Fédération des acteurs de la solidarité: lutter contre “l’enracinement de la pauvreté” . Pour cela, il souhaite “concevoir un nouveau système, plus clair” d’accueil des jeunes enfants. Il s’agit de “mettre en place un véritable droit à la garde d’enfants, qui devrait se traduire par un mode d’accueil individuel ou collectif accessible pour tous les parents avec une indemnisation en cas d’absence de solution”, a précisé le président. La Suite Après Cette Publicité Le même jour, Emmanuel Macron a défendu une évolution du système d’attribution des aides sociales , “en fusionnant le RSA, la prime d’activité et les APL”. “Avec une telle fusion on poserait donc les bases d’un nouveau système social plus efficace, plus lisible et plus juste”, a insisté le président auprès des associations qui luttent contre l’exclusion. Le dossier se trouve d’ores et déjà sur le bureau de Jean Castex.   La réforme des retraites, le retour C’était censé être l’une des grandes réformes de son quinquennat, si ce n’est la principale. Le dossier de réforme des retraites , à l’arrêt depuis deux ans , et qui est revenue à Matignon. “Si Emmanuel Macron se représente et est réélu, ce qu’évidemment je souhaite, un texte devra être prêt très vite”, a expliqué le Premier ministre Jean Castex à l’AFP le 10 janvier. Avant d’initier les concertations avec les partenaires sociaux, “cela nécessite un travail technique à mener sur la base des grandes lignes tracées” mi-décembre, ajoute-t-il, évoquant la volonté du chef de l’État de , et de relever l’âge de départ à la retraite. La Suite Après Cette Publicité “C’est simple: nous vivons plus vieux, il faut partir à la retraite plus vieux”, plaide encore le Premier ministre.  Ce dossier est également traité au ministère du Travail, qui planche en particulier sur l’emploi des seniors, mais aussi à l’Éducation, où la question toujours pendante des revalorisations salariales des professeurs en début de carrière est une des grandes données de l’équation des retraites.  L’éducation au programme  Revalorisations salariales des professeurs. Dans sa campagne en cours, Anne Hidalgo s’est très vite emparée du sujet: elle a annoncé vouloir doubler les salaires, avant de légèrement préciser ses propos .  Sur le fond, Emmanuel Macron est plutôt du même avis. Il “pense qu’on peut les améliorer” mais sa méthode n’est pas la même. “L’idée, qui pourrait être une grande réconciliation avec les enseignants, serait de mieux valoriser le temps extrascolaire qui pourrait être aussi bien de la formation que des réunions entre enseignants, voire du périscolaire” a décrypté dans  le député LREM Sacha Houlié, en pointe sur les questions d’éducation en vue de la campagne.  La Suite Après Cette Publicité À Marseille, Emmanuel Macron avait aussi dévoilé les grandes lignes de