'Mon médecin m'a dit' : quand les praticiens donnent des arguments aux antivax

16/01/2022 09:38:00

'Mon médecin m'a dit' : quand les praticiens donnent des arguments aux antivax

Mon, Médecin

' Mon médecin m'a dit' : quand les praticiens donnent des arguments aux antivax

Parmi les arguments évoqués par les personnes non-vaccinées, un argument revient souvent : le vaccin leur aurait été déconseillé par un proche soignant.

Derrière cette hésitation, il y a la crainte d'éventuels"effets secondaires" provoqués par l'injection. Dans la litanie de risques évoqués par la quadragénaire, il y a des thromboses, des myocardites... Dans un rapport daté du 3 décembre, l'ANSM ne liste pourtant, en tout, que"168 cas graves depuis le début des rappels vaccinaux". Et la majorité des effets indésirables sont bénins : fatigue, courbature, fièvre...  

Lire la suite: L'Express »

Antivax ? Sachant que les vaccins à ARNm sont,de facto,tjs en phase3 d'etudes cliniques (mi 2022 pr Moderna et au moins 2023 pr Pfizer), Que les médecins doivent conseiller et informer, Ces médecins font bien leur boulot en tenant compte du dossier médical de leur patient🤨 Manifestation de Bordeaux Bordeaux AntiPassVaccinal manifs15janvier antipasssanitaire

Tout le monde en Europe classe omicron en rhume et en France on prépare la 4e dose... Y a des stocks de produits périmés à écouler ? (Au fait, les supers congelos à -80 degrés achetés par Veran, on les a jamais vus.... dans les centres de vax ils ont les glacières camping gaz...) L'express et tout ses copains torchecul disent en boucle les arguments du gouvernement sans jamais vérifier. Quand les journalistes donnent des arguments au pouvoir... propagande

Et hop ! un crachat de plus sur les non vaccinés qui sont, si on lit ce torchon, des simplets Le gvt et Pfizer ne connaissaient pas la durée de protection, ne savaient pas que ça ne protégeait ni de la transmission, ni de la contamination mais il faudrait quand même les croire sur l'absence d'EI.... Un peu de cirage des pompes à Bill gates. Ça fait pas de mal

Vous avez pas autres choses à publier. Que d'essayer de faire passer les non vaccinés pour des demeurées.

INVITÉ RTL - 'Mon père a réfléchi à kidnapper Michael Jackson', révèle le fils de Pablo EscobarINVITÉ RTL - ' Mon père a réfléchi à kidnapper Michael Jackson', révèle le fils de Pablo Escobar RTLSoir JSellier JSellier Touche pas à Michael !

INVITÉ RTL - 'Mon père a réfléchi à kidnapper Michael Jackson', révèle le fils de Pablo EscobarINVITÉ RTL - ' Mon père a réfléchi à kidnapper Michael Jackson', révèle le fils de Pablo Escobar RTLSoir JSellier JSellier Touche pas à Michael !

Aucun des candidats n'a la moyenne pour exercer la fonction présidentielle, selon un sondageAucun des candidats à la présidentielle n'obtient la moyenne quand on demande aux Français d'évaluer leur «capacité à exercer la fonction présidentielle», Emmanuel Macron s'en tirant le moins mal avec une note moyenne de 8,3 sur 20. présidentielle2022 allez donc faire vos sondages dans la France profonde vous risquez d'êtres surpris d'ailleurs Zemmour la très bien compris euh que le figaro de droite note mal mélenchon , en même temps on est un peu pris pour des billes

Sur l’île de la Cité, la justice rejoue le procès de Patrick HenryLa troupe de comédiens « Conférence et Compagnie » donne une reconstitution du procès de Patrick Henry. Quand les avocats jouent aux acteurs... eschapasse eschapasse 'Si vous votez comme l'avocat général vous le demande, ce sera fini. Et puis il y aura un autre crime affreux. Et puis vous y penserez. Et puis il y aura l'abolition. Et puis un jour vous direz à vos enfants que vous avez condamné un homme à mort. Et vous verrez leurs regards...'

Éruption au Tonga : le tsunami atteint le Japon, des inondations touchent la CalifornieDes alertes ont été émises aux États-Unis, mais aussi pour les îles Fidji et Samoa, la Nouvelle-Zélande, Vanuatu, le Chili ou encore l'Australie, où les autorités ont prévenu que la vague pourrait toucher Sydney

Inès, 21 ans, bâtit son rêve de journaliste en prépa «égalité des chances»Dans le podcast « Place aux jeunes », entretien avec Inès, 21 ans, de Sartrouville, qui a intégré la prépa « égalité des chances » de l'Ecole supéri

Je m'abonne Derrière cette hésitation, il y a la crainte d'éventuels"effets secondaires" provoqués par l'injection.publié le 14/01/2022 à 18:26 Pablo Escobar, le plus important narcotrafiquant de l'histoire, est mort en 1993 en .publié le 14/01/2022 à 18:26 Pablo Escobar, le plus important narcotrafiquant de l'histoire, est mort en 1993 en .Par Le Figaro avec AFP Publié il y a 2 heures , Mis à jour il y a 2 heures De tous les candidats à l'élection présidentielle, Emmanuel Macron est celui qui obtient la moins mauvaise moyenne.

Dans la litanie de risques évoqués par la quadragénaire, il y a des thromboses, des myocardites.. Son fils, invité de RTL ce vendredi soir 14 janvier, revient sur le parcours du du cartel de Medelin et sur son dernier livre Ce que mon père ne m'a jamais dit, paru le 7 janvier dernier aux éditions Hugo Document.. Juan Pablo Escobar a par ailleurs livré quelques anecdotes sur son père, notamment lorsque celui-ci a envisagé de kidnapper Michael Jackson . Dans un rapport daté du 3 décembre, l'ANSM ne liste pourtant, en tout, que"168 cas graves depuis le début des rappels vaccinaux". narcotrafiquant est petit et passionné par le chanteur américain. Et la majorité des effets indésirables sont bénins : fatigue, courbature, fièvre. « Les Français considèrent assez largement que le personnel politique qui se présente à eux en ce début de campagne est à peine apte à exercer la fonction, voire en est très loin », analyse le responsable du média commanditaire Nicolas Prissette.

. Ni une, ni deux, Pablo Escobar envisage de racketter la star planétaire. Ni une, ni deux, Pablo Escobar envisage de racketter la star planétaire..   "Il y a un problème" "C'est tout de même inquiétant", estime Lauriane, 38 ans.. Cette infirmière des Alpes-Maritimes est désormais suspendue pour ne pas avoir voulu s'être vaccinée.."Pourtant, au début, j'étais dans un centre de vaccination.) et comme j'étais fan de Michael Jackson, je lui ai demandé, et il envisageait déjà des opportunités (criminelles) différentes", explique Juan Pablo Escobar. On obtient une même note médiane de 8 pour Emmanuel Macron et Valérie Pécresse, loin devant Marine Le Pen (5), puis Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot (4), et ensuite Anne Hidalgo et Arnaud Montebourg (3).

Je faisais les piqûres ! Et je voyais des patients me dire qu'ils tombaient dans les pommes et qu'ils avaient des vertiges. Vous savez quelle était la réponse du médecin du centre ? interroge-t-elle. "Mon père réfléchissait comment le kidnapper pour avoir encore plus d'argent" alors que"je m'attendais à un simple concert familial", déplore l'écrivain, qui martèle et insiste sur le fait que son père n'est pas un modèle à suivre pour les jeunes . "Mon père réfléchissait comment le kidnapper pour avoir encore plus d'argent" alors que"je m'attendais à un simple concert familial", déplore l'écrivain, qui martèle et insiste sur le fait que son père n'est pas un modèle à suivre pour les jeunes . Il répondait : 'Ah, il fait chaud !'. Mais ce n'est pas une réponse !" Pas convaincue par le vaccin, la jeune femme n'est pas la seule non-vaccinée de son entourage. La rédaction vous recommande. Sa soeur, Emma*, n'est pas certaine non plus de ses bénéfices. La rédaction vous conseille.

"On voit que des infirmières refusent le vaccin, souligne-t-elle, notamment en référence à sa soeur. C'est bien qu'il y a un problème."  Lequel ? Emma ne saurait pas vraiment mettre le doigt dessus, et semble dire que son médecin non plus."Quand je lui ai demandé conseil, il m'a encouragé à me faire vacciner et m'a dit que c'était le seul moyen de sortir de cette situation, se remémore-t-elle. Mais à quel prix ? Je lui ai demandé de me fournir des preuves que le vaccin n'aurait pas d'effets secondaires dans vingt ans, il n'a pas su me répondre.

Vous trouvez ça rassurant ?" Aucun effet secondaire de moyen ou long terme n'a pourtant été identifié, dans le monde, au sujet des vaccins contre le Covid-19."Mais pourquoi prendre le risque, alors qu'on est en bonne santé ? Quel est l'avantage ?" souffle Sylvie.   Des praticiens influencés "Vous avez là une illustration du rapport au risque manufacturé, comme l'a appelé le sociologue allemand Ulrich Beck. Nous évoluons dans une société où les risques sur lesquels on se focalise sont fabriqués par l'espèce humaine", souligne Laurent-Henri Vignaud, historien des sciences, co-auteur de Antivax. La résistance aux vaccins du XVIIIème siècle à nos jours .

Un doute auquel n'échappent pas non plus certains praticiens."Le mouvement anti-vaccin a toujours été porté par des médecins minoritaires, poursuit sa co-auteure, la docteure en virologie Françoise Salvadori. Dès le XIXème siècle, des praticiens vont s'opposer à la vaccination en critiquant Louis Pasteur. Plus récemment, des médecins comme le chirurgien Andrew Wakefield vont s'attaquer à d'autres injections, en faisant un lien erroné entre le vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole et l'autisme. Et aujourd'hui, on voit des figures médiatiques, comme le prix Nobel Luc Montagnier, ou le professeur Henri Joyeux colporter des fausses informations sur celui contre le Covid-19".

  LIRE AUSSI >> Mathias Wargon :"J'en veux aux Philippot, Dupont-Aignan, Raoult, pas aux non-vaccinés" Ces personnalités, souvent respectées de la profession avant leurs propos polémiques, ont le don de semer le doute."Ils n'influencent pas que le Français lambda. Des praticiens peuvent aussi vouloir les suivre, au nom de leur renommée passée, de leurs travaux réputés", poursuit-elle. En témoigne le décès en mai 2021 d'un médecin retraité dans le Vaucluse, qui, d'après le récit de sa veuve dans les colonnes de La Provence , a été fortement marqué par les propos du professeur Didier Raoult. Ce"praticien sérieux" s'est laissé convaincre par une vidéo de l'infectiologue, qui assurait en avril que le vaccin Pfizer produit"70% d'effets secondaires".

"Raoult était connu dans la profession pour être quelqu'un qui avait pignon sur rue, qui était une autorité incontestable, reprend Françoise Salvadori. On a alors assisté à une délégation de confiance de la part de certains soignants à ce spécialiste, un peu comme un patient délègue sa confiance à son praticien." Le phénomène, s'il n'est pas généralisé, a été observé par l'Ordre des médecins.   Des informations à disposition des généralistes "Des médecins médiatiques ont pu prendre des positions très étonnantes et ont fait beaucoup de mal, concède le Dr Boyer, à la tête de la branche santé publique du Conseil national de l'Ordre des médecins. Il est compréhensible que d'honnêtes médecins de familles, qui se sont retrouvés très seuls en 2020, aient pu être déstabilisés par ces propos.

" Mais du temps a passé depuis les premiers balbutiements du vaccin."Nous tentons de faire preuve de pédagogie auprès des praticiens, explique-t-il. L'Ordre leur transmet des informations rigoureuses et factuelles pour leur permettre de convaincre les patients qui seraient réticents à la vaccination."   LIRE AUSSI >> Pourquoi les antivax (et une partie des anti-passe sanitaire) ont tout faux Un praticien qui n'en tient pas compte et déconseille à ses patients de se vacciner commet une entorse au code déontologique de la profession."L'article 2 indique que le médecin est au service de l'individu, mais aussi de la santé publique, souligne le Dr Boyer.

Surtout, l'article 8, relatif à la liberté de prescription des médecins, rappelle que cette dernière existe, mais dans la limite fixée par la loi et compte tenu des données acquises par la science." Des règles aujourd'hui applicables au vaccin contre le Covid-19."Le discours du médecin est libre au même titre que sa prescription. Mais il faut l'exprimer en fonction des données scientifiques. Aujourd'hui, on sait que l'état de protection du vaccin contre les formes sévères du Covid-19 est de 98%.

Dire le contraire n'a pas de fondement." Et expose le praticien à des conséquences.   "Un médecin qui dissuaderait ses patients de se vacciner est susceptible de poursuites, affirme-t-il. Des cas de ce genre nous ont été remontés. Certains, quand ils mettent en danger la santé des patients, s'exposent à des sanctions disciplinaires".

A l'heure actuelle, quelques dizaines de praticiens sur le territoire se trouveraient dans ce cas selon les chiffres de l'Ordre des médecins."Mais seuls les très emblématiques nous remontent, précise le Dr Boyer. J'espère qu'il n'y en a pas davantage en réalité."  Sur le même sujet .