Moins d’élus FN sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande ? Les limites de la démonstration de Gabriel Attal

➡ Moins d’élus FN sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande ? Les limites de la démonstration de Gabriel Attal, par @AfpFactuel

12/01/2022 00:30:00

➡ Moins d’élus FN sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande ? Les limites de la démonstration de Gabriel Attal, par AfpFactuel

Le Rassemblement national a eu 'moins d'élus à toutes les élections intermédiaires' durant le quinquennat d'Emmanuel Macron 'par rapport aux mêmes élections sous François Hollande', a déclaré le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal le 9 janvier. Si le parti de Marine Le Pen a subi des revers aux municipales, régionales et départementales, il a cependant gagné plus d'un demi-millions d'électeurs lors des élections européennes de 2019. Le RN a également conquis la ville de Perpignan en 2020. Et jamais l'extrême-droite n'a été mesurée à un tel étiage dans les sondages à moins de cent jours de la présidentielle.

Le nombre d'élus du Rassemblement national (RN, ex-FN) a-t-il diminué sous le quinquennat d'Emmanuel Macron ? C'est la démonstration soutenue par Gabriel Attal dimanche 9 janvier surAu journaliste qui l'interrogeait sur la part de responsabilité de l'exécutif dans le fait que Marine Le Pen et Eric Zemmour cumulaient environ 30% d'intentions de vote dans les sondages à trois mois du scrutin, le porte-parole du gouvernement a livré la réponse suivante:

Lire la suite: Gabi 🇫🇷 »

AfpFactuel Ils disaient pas que la lutte contre la drogue est une priorité ?

Macron choisit Paris pour accueillir la Maison du dessin de presseEt à la fin, c’est Paris qui gagne. Macron choisit Paris pour accueillir la Maison du dessin de presse. Une décision présidentielle qui provoque la colère des villes concurrentes, et notamment des partisans de Limoges, qui dénoncent un « fait du prince » Il veut éviter la province. Ils craignent pour sa sécurité. Il a l'air malade Macron sur cette photo, aurait-il des soucis de santé ? 🇫🇷 en même temps on demande une LGV à Limoges 👇

« On aurait pu éviter ce qu’il se passe » : Martin Blachier tacle les choix d’Emmanuel Macron - GalaReçu par David Pujadas dans 24h Pujadas sur LCI, lundi 10 janvier 2022, Martin Blachier est revenu sur l'avancée de crise sanitaire en France. D'après l'épidémiologiste, la vague Delta aurait d'ail...

Emmanuel Macron a-t-il un problème avec les femmes intelligentes ?« Je suis un converti tardif au féminisme, mais comme tous les convertis, je suis résolu », avait confié le candidat Macron dans un grand papier publié dans Vanity Fair France en 2017. Quatre ans plus tard, nous avons ont retrouvé les 16 femmes qui, à l'époque, avaient pris la pose pour nous, à cette occasion. Elles étaient alors certaines d’incarner le changement. Texte : Lisa Vignoli et Hugo Wintrebert. Les femmes tout court C'est pas gentil pour brizite ca 😕 S'il avait un problème avec les femmes intelligentes il n'aurait pas épousé Brigitte.

'Nous n'oublions pas' le journaliste otage Olivier Dubois au Mali, assure Emmanuel Macron'Un travail inlassable est mené par nos équipes diplomatiques, nos militaires et les services compétents', a affirmé le chef de l'Etat lors de ses vœux à la presse. ne pas désespérer croire à sa libération prochaine

Politique sociale : les deux mea culpa de MacronToujours pas candidat à sa succession, EmmanuelMacron n’en commence pas moins à esquisser ce que pourraient être certains aspects de son programme pour l’élection présidentielle. mvignaud EmmanuelMacron mvignaud Toujours la même politique inefficace et injuste EmmanuelMacron mvignaud Son parti fait est a 2% et 8%, pas de dissolution, rend pas pouvoir ,utilise covid p reste au pouvoir, instaure conseil de guerre , impose des couvres feux, lois liberticide, ferme lits pour vendre ses doses , le seul extremiste fasciste cest EmmanuelMacron EmmanuelMacron mvignaud

«Emmerder les non-vaccinés» : un maire restitue le portrait d’Emmanuel Macron à la préfectureUn acte symbolique fort pour marquer son opposition à Emmanuel Macron. Déçu par les propos du chef de l'Etat au sujet des non-vaccinés, le maire de Lavaurette (Tarn-et-Garonne), Nils Passedat, a pris la décision de décrocher le portrait du président de la République de sa mairie pour le rendre à la préfète de l’Ariège vendredi 7 janvier. Alors là chapeau.Bravo M.le Maire.Respect. (Juste un mot) BRAVO manifs15janvier antiPass AntiPassSanitaire antipassevaccinal Bordeaux

10 janvier 2022 à 19:23 Copyright AFP 2017-2022. Droits de reproduction réservés. Le Rassemblement national a eu"moins d'élus à toutes les élections intermédiaires" durant le quinquennat d'Emmanuel Macron"par rapport aux mêmes élections sous François Hollande", a déclaré le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal le 9 janvier. Si le parti de Marine Le Pen a subi des revers aux municipales, régionales et départementales, il a cependant gagné plus d'un demi-millions d'électeurs lors des élections européennes de 2019. Le RN a également conquis la ville de Perpignan en 2020. Et jamais l'extrême-droite n'a été mesurée à un tel étiage dans les sondages à moins de cent jours de la présidentielle. Le nombre d'élus du Rassemblement national (RN, ex-FN) a-t-il diminué sous le quinquennat d'Emmanuel Macron ? C'est la démonstration soutenue par Gabriel Attal dimanche 9 janvier sur BFMTV . Au journaliste qui l'interrogeait sur la part de responsabilité de l'exécutif dans le fait que Marine Le Pen et Eric Zemmour cumulaient environ 30% d'intentions de vote dans les sondages à trois mois du scrutin, le porte-parole du gouvernement a livré la réponse suivante: "On a vu dans ce quinquennat d'Emmanuel Macron que le Front national a eu moins d'élus à toutes les élections intermédiaires par rapport aux mêmes élections sous François Hollande. Ils ont eu moins de députés européens sous Emmanuel Macron que sous François Hollande. Ils ont eu moins de maires sous Emmanuel Macron que sous François Hollande, (...) moins de conseillers départementaux, de conseillers régionaux (...). A la fin du quinquennat d'Emmanuel Macron, il y a quand même 30% d'élus FN en moins en France qu'à la fin de celui de François Hollande" , a déclaré M. Attal. "Donc le combat contre l'extrême-droite, on l'a mené, on va continuer à le mener. Aujourd'hui, vous avez des sondages, l'élection elle est dans trois-mois" , a-t-il ajouté. Joint par l'AFP, le cabinet du secrétaire d'Etat fournit les chiffres à l'appui de cette démonstration. Pour les municipales, de 2014 à 2020, le FN devenu RN est passé de 1.498 à 827 élus, soit une baisse de 44,7%. Pour les régionales, de 2015 à 2020, le nombre d'élus du parti d'extrême-droite est passé de 358 à 252, soit une baisse de 29,6%. Et pour les départementales, le RN est passé de 62 à 36 élus, soit une baisse de 58%. La moyenne calculée sur la base de ces trois scrutins donne une évolution à la baisse de 36,7%, confirmant la déclaration de Gabriel Attal. Sollicité par l'AFP, le ministère de l'Intérieur qui publie sur son site les résultats des différentes élections, n'avait pas donné suite dans l'immédiat. Interrogé par l'AFP, l'historien spécialiste de l'extrême-droite Nicolas Lebourg confirme auprès de l'AFP ces chiffres et ces ordres de grandeur. Mais si le nombre d'élus RN a effectivement reculé d'un quinquennat à l'autre, la réalité politique est plus complexe. "Premier élément de contexte: lorsqu'Emmanuel Macron est élu, après un débat catastrophique Marine Le Pen réalise au second tour un score qui est de 33%, nettement supérieur à son score de la présidentielle précédente" , explique à l'AFP le politologue Jean-Yves Camus. "Aujourd'hui, les projections de second tour, si elle y était présente, la mettent à un score qui est encore une dizaine de points au dessus de son score de 2017. 43% contre 33%. Donc on ne peut pas parler d'effondrement de Marine Le Pen" , poursuit M. Camus. Les intentions de vote ne constituent pas une prévision du résultat du scrutin. Mais en ajoutant les intentions recueillies par Marine Le Pen et par Eric Zemmour, "à trois mois du scrutin, ce score n'a jamais été aussi élevé" , relève François Kraus, directeur du pôle Politique-Actualités de l'Ifop. "Le lepénisme est en baisse, mais le national-populisme est en hausse" . Et"