Afrique

Afrique

Mali : à l’hôpital de Mopti, les chirurgiens tentent de sauver une génération estropiée

Le conflit qui gangrène le pays depuis 2012 ne cesse de faire toujours plus de victimes civiles. L’année 2020 a été très meurtrière avec plus de 2 845 morts.

02/03/2021 23:49:00

Le conflit qui gangrène le Mali depuis 2012 ne cesse de faire toujours plus de victimes civiles. A l’hôpital de Mopti, les chirurgiens tentent de sauver une génération estropiée | par matteomaillard

Le conflit qui gangrène le pays depuis 2012 ne cesse de faire toujours plus de victimes civiles. L’année 2020 a été très meurtrière avec plus de 2 845 morts.

Chaque samedi à 6 heures, retrouvez une semaine d’actualité et de débats traitée par la rédaction du « Monde Afrique ».Un blessé de guerre hospitalisé à l'hôpital Somine Dolo de Mopti, au centre du Mali, après avoir été opéré pour des blessures par balles, le 9 février 2021.

Cas de myocardite : l'Agence du médicament retient un «rôle possible» du vaccin Pfizer/BioNTech Avortement : les évêques catholiques américains veulent interdire la communion à Joe Biden Le général Delawarde visé par une enquête pour des propos antisémites sur CNews

MICHELE CATTANISeul le signal de l’électrocardiogramme assure que le soldat est bien vivant, malgré ses plaies béantes. Une première balle a transpercé le biceps gauche. Une seconde a crevé les poumons.« Il est arrivé en situation de détresse respiratoire avec un pneumothorax. C’est la deuxième cause de mortalité chez nos patients »

, explique à travers son masque le docteur Sidibé, à l’hôpital Somine Dolo de Mopti, au centre duMali, où défilent les blessés graves.Ce jeudi 11 février, six sont au bloc. Presque la routine pour l’équipe de treize chirurgiens de guerre qui exercent ici. Certains se rappellent les nuits blanches à réparer les corps, lorsque des dizaines de personnes estropiées et mutilées, amenés en charrettes et ambulances de fortune, remplissaient les couloirs des urgences. headtopics.com

Article réservé à nos abonnésLire aussiLes putschistes maliens envisagent une transition dirigée par « un militaire ou un civil »La dernière remonte au 24 janvier, après l’attaque simultanée de deux postes militaires par les djihadistes. Soixante opérations ont dû être menées en quelques heures, nécessitant de trier ceux qui pouvaient être sauvés et les autres.

« L’hôpital de Mopti est l’un des plus sollicités du Mali, car il se trouve à la charnière entre le nord, l’est et le centre du pays, où les combats sont les plus sanglants », lance le docteur Namegabe, arrivé de Gao en renfort il y a tout juste un mois. Les routes nationales qui y mènent sont prisées des poseurs de bombes et les véhicules qui les empruntent se heurtent régulièrement à des mines artisanales ou à des tirs, à l’instar de ce véhicule tout-terrain qui nous conduit aux urgences. Le feutre du plafond garde le sillon d’une balle qui a frôlé la tête d’un passager.

« Bras valides de la nation »Pour le Mali en guerre, l’année 2020 a été particulièrement funeste avec 2 845 morts recensés contre 544 en 2012, selon l’ONG Acled (Armed Conflict Location and Event Data Project). Mopti, qui subit à la fois les attaques de groupes armés venus du nord et de l’est et les conflits communautaires nés de l’instrumentalisation des tensions entre éleveurs et agriculteurs, est la zone la plus touchée avec 1 593 morts. La flambée de violences a conduit le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) à dépêcher sur place une équipe de médecins spécialistes en chirurgie de guerre.

La plupart des blessés sont des civils. Les« bras valides de la nation », souligne le docteur Diassana. Il s’afflige de voir défiler devant lui ces jeunes, défigurés, aux corps brisés, désormais incapables de marcher et de retourner la terre. headtopics.com

FC Barcelone : Joan Laporta insiste avec Riqui Puig AC Milan : Zlatan Ibrahimovic opéré L'étoile Bételgeuse continuera à enrichir l'Univers

« Ma première année ici, en 2013, nous avons reçu une cinquantaine de blessés par balles. En 2020, nous avons dépassé les 500 », note le médecin, qui mesure l’aggravation du conflit par les lésions qu’il traite : brûlures et perforations par explosion, lacérations à la machette, plaies de calibres militaires, de grenaille rouillée,

« des nouvelles apparaissent, et toutes augmentent ».Article réservé à nos abonnésLire aussiMali : avec les soldats français de l’opération « Eclipse » qui pourchassent les djihadistes liés à Al-Qaida

Lui qui se destinait à la chirurgie orthopédique a été forcé de devenir traumatologue. Deux formations dispensées par le CICR lui ont appris à retirer la terre, les morceaux de métal et d’os fracassés ; à poser des pansements au sucre ; à faire

« bourgeonner »les chairs à l’air libre, pendant cinq jours, afin que les tissus morts pourrissent avant de les« débrider », puis de suturer.Sur une table d’opération, un autre soldat bouge, à peine conscient, le fémur broyé par une rafale de mitrailleuse. Il a été victime de l’attaque du camp de Boni, la plus mortelle depuis le début de l’année. Le 3 février, dix militaires maliens ont été tués, et huit autres blessés lors d’un assaut mené dans un blindé volé par les combattants du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), affilié à Al-Qaida. headtopics.com

Impartialité humanitaireLes chirurgiens de Mopti soignent aussi les djihadistes.« Civil ou combattant, on ne fait pas de distinction, balaie le docteur Diassana.On ne connaît pas l’identité des malades, on ne leur demande rien. Nous nous concentrons sur les lésions à soigner, c’est tout. »

Personne ici n’a cherché à savoir si les deux blessés venus de Bounti, cible d’un bombardement français controversé, il y a un mois, étaient des combattants. Les traitements sont intégralement pris en charge par le CICR, qui applique le principe d’impartialité humanitaire.

Variant Delta : des premiers cas détectés en Bretagne Abandon de la Ligue 1, vague de licenciements et de départs : chamboule-tout à Canal + A Paris et Bordeaux, ce bar offre une pinte de bière aux clients vaccinés contre le Covid-19

A l’accueil des urgences, trente personnes s’affaissent sous des ventilateurs qui peinent à disperser la chaleur.« Notre problème, c’est le manque de place », s’exclame le docteur Traoré, chef du service de chirurgie.

« Les 46 lits du service ne suffisent pas », déplore-t-il. Les médecins n’ont parfois plus la possibilité de séparer, dans différentes chambres, victimes et assaillants d’une même attaque.Article réservé à nos abonnés

Lire aussiQuestions autour d’une bavure présumée de l’armée française au MaliDans l’une d’elles, bondée, un jeune homme à l’allure adolescente cherche son souffle depuis neuf jours.« J’ai senti la balle me traverser et me suis écroulé dans un fossé. Je croyais être mort »

, murmure-t-il. Le projectile est entré par le poumon, sorti par l’abdomen, traversant la rate, l’estomac et le colon. Des« hommes enturbannés »sont arrivés dans six véhicules et ont ouvert le feu sans distinction sur les habitants de son village de Bourkouma, tuant plusieurs personnes, raconte-t-il.

« Ils ont pris le bétail, brûlé nos récoltes et nos maisons. Aujourd’hui, je n’ai plus rien. »Dans la cour de l’hôpital, des éclopés réapprennent à marcher au déambulateur sous les regards inquiets de leurs familles. Elles sont plusieurs dizaines à loger sur place, dormant sur des nattes jusqu’au rétablissement d’un proche.

« Le conflit est partout »L’affluence est telle que des tentes dévolues aux malades du Covid-19 ont été réaffectées à l’accueil des nouveaux blessés. Sous l’une d’elles, un jeune homme raconte comment, sur le chemin du marché, il a surpris une cache terroriste. Son frère est tombé sous les tirs. Il l’a traîné, s’est effondré à son tour. Son village a beau être cerné d’engins explosifs enterrés dans le sol, il ne pense qu’à y retourner.

« Je suis né là-bas comme mes ancêtres. Je ne peux pas abandonner ma maison aux forces maléfiques. De toute façon, où aller ? Au Mali, le conflit est partout. »L’hôpital n’est pas seul à se remplir au rythme des attaques. Les abords de la ville sont couverts de tentes des rescapés de villages rasés. La région de Mopti accueille le plus grand nombre de déplacés : 137 845 sur les 332 957 du Mali en décembre 2020. Il y a trois ans, ils n’étaient que 38 172 dans le pays. Mopti est aujourd’hui entouré par dix camps où demeurent les blessés qui n’ont pu rentrer chez eux.

Lire aussi« J’ai vu la crise se répandre comme une pieuvre dans la région » : des villages au Mali rasés par la violence et la famine Lire la suite: Le Monde »

Le FBI a piégé des milliers de criminels avec un faux téléphone sécurisé

Pendant trois ans, la police australienne et celles d'une vingtaine de pays ont pu tranquillement espionner des communications soi-disant sécurisées

jeannettebougra matteomaillard atroce ! matteomaillard c'est terrible ; La France prône la liberté d'expression mais les colonies françaises souffrent matteomaillard matteomaillard Moyen sophisme , La vérité est partout ou que les systèmes de santé sont débordés.

Au Mali, la justice enterre le procès de l’ex-putschiste Amadou SanogoLa cour d’assises de Bamako a ordonné l’extinction de l’action contre le général et ses co-accusés, qui étaient jugés pour l’assassinat de 21 militaires en 2012. Écœurés ! Je me demande bien quelles ont été les motivations juridiques d’une telle décision impopulaire. Assez controversal quant on sait que la justice est rendue au nom de tout le peuple ? La faute des colonisateurs probablement...

Comment le journaliste Olivier Dubois a été enlevé au MaliLe reporter indépendant français a disparu le 8 avril à Gao, dans le nord du pays. Le parquet national antiterroriste a ouvert une enquête préliminaire. Bah comme un con. Quel besoin d'aller là-bas, sérieux ? Informer ? De quoi ? On sait déjà que les Islamistes sont des connards. Aux militaires de faire le taff maintenant.

Mali : une frappe française a tué 19 civils en janvier, selon une enquête de l’ONUSelon ce rapport de l’Organisation des Nations unies (ONU), cette frappe aérienne conduite par l’armée française au Mali en janvier a tué 19 civils réunis pour un mariage, et non pas seulement des djihadistes, comme l’a soutenu Paris jusqu’alors. Oui mais cette guerre c’est pour sauver le peuple malien qu’on nous dit... I am looking for new, good friends super onu et non notre pays France qui le dit condolèances aux familles maliennes 🙏

Une frappe française a bien tué 19 civils lors d'un mariage au MaliL’ONG Human Rights Watch (HRW) avait réclamé une enquête « rapide et impartiale » EmmanuelMacron suit les traces de NicolasSarkozy rien de plus politique catastrophique, pillage des ressources en Afrique ( Mali Libye)... Enfin bref on connaît la musique Quelle honte... Si ça avait été la France de visée comment aurait réagit le gouvernement ? Vous avez oublié URGENT

Une frappe française au Mali a tué 19 civils lors d'un mariage en janvier, selon l'OnuAprès la publication de ce rapport mardi 30 mars, Paris réfute toute bavure et émet des 'réserves quant à la méthodologie retenue'. Vous voyez le mal partout, c'était juste pour faire respecter les gestes barrières, ils étaient plus que 6 🙄 Non d apres Florence Parly..😌 Super le mariage... Bien joué l’armée !