Photographie, Thomas Struth, Düsseldorf, Struth, Photographe, Berlin, Empire Allemand, Autoportrait, Propagande, Peinture, Cologne, Art, Athletic Bilbao, Allemagne, Bernd Et Hilla Becher, Science, Beau, École De Peinture De Düsseldorf, Florence, Technologie, Munich, Humanité, Ursidae, Ours À Lunettes, Je Me Souviens, Conscience, Musée Ludwig, Œuvres D'art, Énergie, Madrid, Frise, Xıxe Siècle, Parc Zoologique, Art Contemporain, Artiste, Cerveau, Tokamak, Engrenages, Internet, Tai-Chi-Chuan, Frank Gehry, Déchets Radioactifs, Objecteur De Conscience, Disneyland, Mur, Peluche, Psychanalyse, Bouquet Final, Nobuyoshi Araki, Shoah, Alliance 90 / Les Verts, Gerhard Richter, Batterie, Dmitri Chostakovitch, Clarinette, National Gallery, Leni Riefenstahl, Eva Braun, Ed Ruscha, Twitter, Fusion Nucléaire, Philosophie Analytique, Émotion, Musée Du Louvre, Manhattan, Selfie, Liberté D'expression, Mondialisation, Bilbao, Réacteur Nucléaire, Galerie Des Offices, Mort, Femme, Histoire De L'art, Paysage, Réflexion, Cindy Sherman, Alte Pinakothek, Louise Bourgeois, Xxe Siècle, Chine, Hypersensibilité, Nazis, Marian Goodman, Intubation Trachéale, Leibniz, Gustav Mahler, Mème, Juche, Kung-Fu, Vierge Marie, Peste, Haus Der Kunst, Charité, Memento Mori, Perspective Conique, Smartphone, Objectivité, Recherche, Maladie, Introspection, Après-Guerre, Baccalauréat, Manifeste, Lépidoptère, Eric Dolphy, Musée Guggenheim, Alberto Giacometti, Instagram, Walker Evans, Musée Du Prado, Réseaux Sociaux, Aquarium, Corps, Recherche Fondamentale, Saxophone, Poil, Lettre De Motivation, Atlanta, Jeff Wall, Albrecht Dürer, Dissection, Architecture, Heinrich Hoffmann, Andreas Gursky, Institut Max-Planck De Physique, Stellarator, Renaissance Allemande, Autoportrait

Photographie, Thomas Struth

Les strates de Struth

[Expo] Les strates de Struth

10.11.2019

[Expo] Les strates de Struth

A Bilbao , une exposition suit le parcours du grand photographe allemand Thomas Struth . Une vaste rétrospective qui déploie la singularité de son regard et dévoile son hypersensibilité aux épaisseurs de sens et enchevêtrements du monde.

explique le photographe qui a peiné à faire entrer l’exposition de la Haus der Kunst de Munich (2017) dans l’architecture de Frank Gehry : une gageure d’accrocher des photos sur des murs courbes !

explique l’amateur de Chostakovitch, Eric Dolphy et Mahler. Dans sa jeunesse, après l’école, Thomas Struth passait du temps à «écouter» les œuvres d’art dans le silence du Musée Ludwig à Cologne, là où il a grandi.

Ce que dessine en creux l’expo de Bilbao, c’est un portrait de Thomas Struth. Face aux superbes tirages dont le format grandit au fur et à mesure du parcours, une frise sous vitrine retrace la vie du photographe avec ses peintures de jeunesse, ses premières images mêlant dessin et photo, ses planches-contacts, ses affiches d’expo, ses cartons d’invitation, ses dessins préparatoires, ses carnets de notes, ses lettres de motivation, des séries plus privées et les livres d’artistes qui l’ont influencé (Walker Evans, Ed Ruscha…) : une mine de documentation qui permet de donner chair à un artiste discret. En outre, cette archive chronologique est ponctuée de portraits : on découvre Struth jeune, avec des amis ou avec le psychanalyste Ingo Hartmann grâce à qui il a initié ses portraits de famille ; devant une maison japonaise ; juché sur un escabeau ; avec la reine d’Angleterre ; caché derrière son appareil grand format ; ou allongé au sol pour photographier une panthère morte… Un vrai régal de midinette alors qu’il n’existe qu’un seul autoportrait officiel de l’artiste, de dos de surcroît !

(Munich 2000). Pour se représenter, Thomas Struth s’est photographié par-derrière, devant l’autoportrait à la fourrure d’Albrecht Dürer, si bien que l’on ne voit pas son visage. Séparés par, pile, cinq cents ans, les deux artistes allemands se font face, Dürer, christique, regarde l’objectif tandis que le photographe, quasi invisible, sort à moitié du cadre. Si cette conversation fictive entre les deux hommes révèle la timidité du photographe du XX

Alors, au fond, comment définir, la patte de Thomas Struth, qui se déploie ici en 130 œuvres ?

Né en 1954, neuf ans après la fin de l’Holocauste, Struth rappelle souvent qu’il n’a pas eu le choix du lieu et du moment de sa naissance. Elevé au pays de Leni Riefenstahl, d’Heinrich Hoffmann et d’Eva Braun, dans une Allemagne qui fait tout pour oublier un passé coupable et traumatique, il se méfie de la propagande comme de la peste, ainsi que des images manipulatrices.

L’impartialité du regard, Thomas Struth l’applique aussi aux portraits de famille, sujet qu’il poursuit durant sa carrière, jusqu’en Chine où il immortalise le clan de son maître de tai-chi-chuan. Adepte de l’art martial chinois, Struth aime la répétition des

Aujourd’hui, ses musées paraissent désuets tant les pratiques culturelles ont évolué avec le numérique : royaume du

«Ce qui est bien avec la photographie, c’est qu’elle nous permet de comparer les choses»,

siècle. Sa pratique de l’image est finalement beaucoup plus simple, cherchant en permanence une tension entre complexité et dépouillement.

«Quand j’ai commencé la photo, plus de vingt ans avant l’arrivée d’Internet, c’est comme si on sentait que quelque chose allait arriver et redéfinir ce que l’on pouvait faire avec l’image. Je me souviens qu’on fêtait alors les 150 ans du medium. C’était un moment charnière où Jeff Wall, Cindy Sherman, les photographes de l’école de Düsseldorf, Nobuyoshi Araki, étaient entrés au musée.»

Thomas Struth, qui a été objecteur de conscience et vote pour le Parti vert en Allemagne, ne croit pas à la croissance infinie. Ses photos de centres de recherche fondamentale, réalisées ces dix dernières années, partent d’un constat amer :

«Je voulais regarder ces choses venues de nos frénésies et de nos obsessions comme des sculptures, des formes de l’expression humaine. Comme quand on regarde les œuvres de Louise Bourgeois ou de Giacometti…»

Lire la suite: Libération

Callisto. L'ourse reconnaîssant son fils, pleure...

Les scrutins en série et les jeux de pouvoir lassent les EspagnolsLes électeurs redoutent que la paralysie du pays persiste après les législatives de ce dimanche. Et beaucoup désespèrent de leurs représentants. Qu'ils aillent voter quand même pour barrer la route à l'extrémisme nationaliste espagnol et catalan Ils n'ont pas de gilets jaunes dans leurs voitures les espagnols ? Vous faites des raccourcis douteux. En Espagne chaque parti envoie un courrier non standardisé par électeur et ne contenant rarement plus que quelques slogans. Ne pas vouloir recevoir 8 à 10 enveloppes avec 3 phrases et demi dedans en guise de programme ≠ ne pas vouloir voter.

Où trouver les montres les plus dingues de tous les temps ?Au total, 50 montres exceptionnelles signées des plus grandes maisons horlogères dont Patek Philippe, Jaeger-Lecoultre, Chanel et Piaget, seront en vente du 7 au 9 novembre à Genève.

Pédocriminalité: «Les évêques se lavent les mains et leur conscience à bon compte»Les collectifs de victime sont très critiques alors que les évêques réunis à Lourdes ont voté le principe d’une «somme forfaitaire» à verser à celles et ceux qui ont été abusés dans le passé par des clercs pédophiles et dont les affaires sont prescrites. Et l’église Française fait un appel aux dons pour financer l’indemnisation proposée aux victimes. Cela ne coûtera rien à l’institution... à combien estime t elle le viol par un pédophile ? L'église pederate!! 😡😡😡

On a testé les AirPods Pro : les écouteurs d'Apple innovent-ils vraiment ?Objets de curiosité pour beaucoup, les AirPods Pro entendent renouveler la gamme d'écouteurs 100 % sans fil d'Apple. Alors que la firme à la pomme avait livré une timide 2e génération d'AirPods en ce début d'année, cette nouvelle version estampillée pro apporte-t-elle des nouveautés indispensables, justifiant son prix fixé à 279 euros ? Cette question a peu d'intérêt ... en outre ce ne sont pas des écouteurs mais des intras ... bref, ils n’innovent pas, mais ils sont bons et c'est ça l'important ... le truc en plus ... ils sont plus chers !! Je ne lis pas l'article, la réponse est dans la question, non.

Patrick Puydebat et Elsa Esnoult, très complices dans les coulisses de Danse avec les stars (PHOTOS)Jeudi 7 novembre, Elsa Esnoult a pu compter sur le soutien de Patrick Puydebat, son partenaire des Mystères de l'amour, dans les coulisses de Danse avec les stars.

Voici les cinq marques éco-responsables les plus populaires de 2019 - ElleLa plateforme de mode Stylight a dévoilé son rapport annuel sur les tendances mode de 2019. Cette année, les marques éco-responsables se démarquent particulièrement. Voici les cinq griffes les plus populaires.

Écrire un Commentaire

Thank you for your comment.
Please try again later.

Dernières Nouvelles

Nouvelles

10 novembre 2019, dimanche Nouvelles

Nouvelles précédentes

Todd Phillips dévoile ce qui est arrivé à la voisine du Joker

Nouvelles suivantes

Nouveau rassemblement à Saint-Ouen pour l'association Mains d'Oeuvres