«Le premier confinement a été un déclic» : ces jeunes qui se lancent dans le bénévolat depuis la crise sanitaire

Entre 2010 et 2019, le taux d'engagement chez les moins de 35 ans est passé de 16% à 22%. Une tendance qui s'est accentuée avec le Covid-19. Retour sur leurs motivations à l'occasion de la Journée mondiale du bénévolat.

Bénévolat, Covid-19

05/12/2021 16:30:00

Entre 2010 et 2019, le taux d'engagement chez les moins de 35 ans est passé de 16% à 22%. Une tendance qui s'est accentuée avec le Covid-19 . Retour sur leurs motivations à l'occasion de la Journée mondiale du bénévolat .

TÉMOIGNAGES - Entre 2010 et 2019, le taux d'engagement chez les moins de 35 ans est passé de 16% à 22%. Une tendance qui s'est accentuée avec le Covid-19 . Retour sur leurs motivations à l'occasion de la Journée mondiale du bénévolat .

Par Publiéil y a 7 heuresÀ la fin du premier confinement, 86 % des associations ont été obligées d'annuler un ou plusieurs événements.STEPHANE DE SAKUTIN / AFPTÉMOIGNAGES -Entre 2010 et 2019, le taux d'engagement chez les moins de 35 ans est passé de 16% à 22%. Une tendance qui s'est accentuée avec le Covid-19. Retour sur leurs motivations à l'occasion de la Journée mondiale du bénévolat.

La journée mondiale du bénévolat est l'occasion de revenir sur ces bénévoles qui se sont engagés au moment de la crise sanitaire. La propagation du Covid-19 a effectivement poussé le secteur associatif à se réinventer. À la fin du premier confinement, 86 % des associations ont été obligées d'annuler un ou plusieurs événements, 66 % ont été amenées à stopper leurs activités et 57 % ont dû revoir leur mode de fonctionnement avec une forte percée du télébénévolat. «

Les associations culturelles, sportives et celles en milieu carcérales ont été les plus impactées par les restrictions sanitaires avec de nombreuses activités qui ont dû être arrêtées», explique Hubert Pénicaud, responsable de l'engagement citoyen au sein de France Bénévolat. headtopics.com

Un adjoint nantais ciblé par l’opposition après la manif qui a dégénéré

À lire aussiLe bénévolat résiste à la fin des mesures de restriction sanitaireMais malgré ces difficultés, la France a également vu la percée d'une solidarité forte entre ces citoyens, souhaitant se rendre utiles et aider. «

Les associations de solidarité de proximité, soutenant les causes d'isolement et de précarité ont vu leurs besoins se démultiplier avec la crise mais ont également assisté à un afflux important de bénévoles

», met en avant Hubert Pénicaud.En première ligne de cette mobilisation, les jeunes. «Beaucoup de jeunes ont très vite frappé à la porte des associations. Leur mobilisation a été extrêmement rapide. C'est une tendance que l'on observe depuis plusieurs années et qui a été accélérée avec la crise sanitaire

Pendant deux ans, elle a fêté l’anniversaire de son fils le mauvais jour

». En effet, entre 2010 et 2019, le taux d'engagement chez les moins de 35 ans est passé de 16% à 22%, selon le dernier baromètre du bénévolat publié par France Bénévolat et l'IFOP.«Des personnes de mon âge avaient besoin d'un soutien alimentaire» headtopics.com

Hervé, 22 ans, fait partie de ces jeunes qui se sont engagés. «Le déclic a été pendant le premier confinement. Quand je sortais faire quelques pas dans mon quartier de Paris, je voyais de longues files d'attente de personnes qui attendaient pour des distributions de repas

», se remémore-t-il. Ce jeune étudiant en histoire et en affaires publiques devient alors bénévole pour l'Ordre de Malte afin d'aider à la distribution alimentaire dans le 20èmearrondissement de Paris. «

Open d'Australie : 'Pourquoi ne pas aller au bout ?', lance Alizé Cornet

Ce qui m'a beaucoup frappé c'est qu'il y avait beaucoup de personnes de mon âge qui avaient besoin d'un soutien alimentaire. Certains étaient qui même dans la même université que moi», raconte-t-il. Depuis, Hervé continue à donner de son temps pour cette cause au moins tous les samedis après-midi.

De son côté, Chloé, du haut de ses 20 ans, s'est engagée dans l'association Partage Auvergne qui a pour but de promouvoir les droits des enfants à travers le monde. «Au premier confinement, j'ai vu se multiplier les actions de solidarité. Ça m'a encouragé à me lancer en me disant que moi aussi je pouvais aider à mon échelle headtopics.com

», explique cette étudiante en droit. Mais les actions dans les écoles ayant seulement pu reprendre à la rentrée 2021, Chloé a dû s'armer de patience avant de pouvoir se lancer dans cette aventure bénévole. «

Je trouve enrichissant de contribuer à l'information des enfants, de les aider à avoir moins de jugements entre eux et envers les autres enfants du monde», affirme-t-elle.Les déménagements, un frein à l'engagement pérenne des jeunes

Cette jeune bénévole souhaite poursuivre son engagement à Clermont-Ferrand au moins jusqu'à la fin de l'année scolaire et prévoit de le poursuivre dans une autre antenne de l'association en fonction de sa nouvelle ville d'étude. Les changements de villes et de pays sont justement un des freins à l'engagement sur le long terme des jeunes dans les associations. «

Après le premier confinement, les jeunes ont continué leur action bénévole mais c'est vrai qu'à cet âge-là, il y a beaucoup de contraintes en fonction de leurs lieux d'études ou de stages qui peuvent changer d'une année sur l'autre

», reconnaît Hubert Pénicaud de France Bénévolat.Une autre cause a également eu un besoin considérable de bras, surtout au premier confinement: les hôpitaux. L'AP-HP a alors passé un appel pour la recherche de bénévoles. Charles, 33 ans et alors au chômage, a répondu présent. «

Je voulais me sentir utile, je ne pouvais pas rester moi à rien faire alors que je pouvais utiliser mes deux mains et mon cerveau pour aider», explique ce trentenaire, qui travaillait juste avant la crise dans les ressources humaines d'un grand groupe du CAC 40.

À lire aussiEntraide, bénévolat: ces jeunes à l’action pendant le confinementCharles s'engage à temps plein bénévolement d'abord en tant que secrétaire hospitalier. Il passe ensuite chef logistique pour l'assemblage et la distribution des kits de tests PCR sur l'ensemble de l'Ile-de-France. «

En travaillant bénévolement, ou oublie l'argent, le statut hiérarchique. On est simplement là pour aider et voir l'impact de ce qu'on apporte, c'est libérateur», met-il en avant. Depuis cette mobilisation de quelques mois, Charles continue à donner de son temps mais pour une cause dans laquelle il apporte directement son expertise professionnelle, à savoir préparer des étudiants aux entretiens d'embauche.

Alors que chez les jeunes la tendance est à la mobilisation, l'engagement des plus de 65 ans est en baisse, avec un taux qui est passé de 38% à 31% entre 2010 et 2019. Une tendance qui s'est renforcée avec la crise du coronavirus. Fortement invitée à rester chez elle pendant les confinements, cette catégorie de la population a trouvé de nouvelles activités. Une situation problématique pour certaines associations pour lesquelles les seniors représentaient une grande partie de leurs bénévoles et qui sont aujourd'hui à la recherche de remplaçants...

Lire la suite: Le Figaro »

Entre manifs et craintes de violences, le meeting de Zemmour sous haute sécuritéLes autorités parlent d'une journée 'à risque' à Villepinte et Paris, avec des risques d'affrontements entre militants pro et anti-Zemmour. j'exècre ses idées, mais nous sommes en démocratie, il doit pouvoir s'exprimer librement. La violence est intolérable C'est Zemmour qui paie les policiers et gendarmes déployés pour sa sécurité ? Zemmour 🖕 Ca serait aussi sécurisé si c'était un meeting de Nathalie Arthaud, JLM ou Philippe Poutou ?

Macron et Ben Salmane en quête d’une solution pour la crise entre Beyrouth et RyadLe président français et le prince héritier saoudien Mohammed Ben Salmane ont appelé ensemble au téléphone samedi le Premier ministre libanais, Najib Mikati, pour trouver une solution à la crise entre Beyrouth et Ryad. Hum, ça manque de femmes. C'est a toute la France que tu rend complice de ce criminel. J'y penserai en faisant le plein. Ou pas.

Emmanuel Macron veut régler la crise entre Beyrouth et RyadLe président français a appelé le Premier ministre libanais, Najib Mikati, en compagnie du prince héritier saoudien Mohammed Ben Salmane Pas de masque + poignée de main. La totale. Quel gignol vivement qu'il dégage Lui régler quelque chose ? 🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣

«Les travailleurs de l’hôpital public ressentent un déséquilibre entre ce qu’ils donnent et ce qu’ils reçoivent»💬 INTERVIEW – Pour la sociologue Fanny Vincent, le système hospitalier actuel est le produit de décennies de réformes autoritaires. ⬇ Une sociologue de plus, si on pouvait en exporter, on aurait un déficit positif de notre commerce extérieur. J’ai arrêté de lire à « Pour la sociologue »

Un homme très gravement blessé après une rixe entre SDF à BordeauxLe présumé agresseur a été interpellé sur place avant d’être envoyé en garde à vue

Sept personnes arrêtées pour un trafic de drogues entre France et BelgiqueLe parquet de Laval précise qu’une enquête préliminaire avait été ouverte en octobre 2020 👏👏 Encore, encore. Merci aux forces de l'ordre.👮‍♀️👮‍♂️👍