Christian Lehmann, Infirmière, Masque De Protection Ffp, Donald Trump, Réseaux Sociaux, Mensonge, Coronavirus, Barack Obama, Résilience, Médecin, Français, Post-Apocalyptique, Pandémie, Individu, Bfm Tv, Fable, Guerre, Épidémie, Masque Chirurgical, Humanité, Existentialisme, Existence, Aide-Soignant, Raison, Nez, Hôpital, Éthique, Yvelines, Jacques Brel, Signaux Faibles, Information, Prévention, Établissements Sociaux Et Médico-Sociaux, Ces Gens-Là, Réanimation, Scanner, Stress, Président Des États-Unis, Fatigue, Armistice, Pcr, Kellyanne Conway, Secte, Sécurité Sociale, Bruit, Écrivain, Révisionniste, Foyer De Jeunes Travailleurs

Christian Lehmann, Infirmière

«Le mensonge est peut-être pire que l'incompétence»

«Le mensonge est peut-être pire que l'incompétence»

21/05/2020 11:14:00

«Le mensonge est peut-être pire que l'incompétence»

Christian Lehmann est écrivain et médecin dans les Yvelines . Pour «Libération», il tient la chronique d'une société suspendue à l'évolution du coronavirus.

Pour nous, soignants, c’est différent. Pour deux raisons opposées. La première, la plus aisément compréhensible, c’est qu’il nous incombe de rester vigilants, de guetter une éventuelle reprise. Ainsi, individuellement et collectivement, les médecins sur les réseaux sociaux sont à l’affût de

Comment Trabzonspor prend le pouvoir en Turquie Unanimement soutenu par ses joueurs, André Villas-Boas restera à l'OM la saison prochaine - Foot - L1 - OM Covid-19 : Le cannabis plus efficace que l'hydroxychloroquine

«signaux faibles». Ils surveillent la moindre découverte d’un cluster dans un foyer de jeunes travailleurs ici, ou la remontée du nombre de scanners pulmonaires Covid là…Les centres Covid ont pour beaucoup intégré la possibilité de prélever par PCR les patients suspects. L’avantage est de raccourcir les délais et d’obtenir des diagnostics positifs le plus rapidement possible, dans l’objectif de tracer les éventuels contacts et d’éviter des contaminations en chaîne. L’avenir dira si cette stratégie est utile, ou illusoire, dans la mesure où près de 30 % des patients contaminés et contaminants sont asymptomatiques et ne consulteront pas. Mais dans l’incertitude où nous sommes, nous faisons tourner la machine. Dans notre Covidrome, il a fallu une semaine de préparation, d’organisation, de formation des infirmiers, pour pouvoir mettre en place ce dépistage rapide. De l’abnégation aussi, et là je pense à mon collègue qui s’est porté volontaire pour se faire enfoncer un écouvillon dans les fosses nasales afin d’apprendre aux infirmières à parfaire le geste. La fréquentation des centres augmente et, maintenant, chaque résultat est attendu avec une certaine fébrilité. Il est reçu dans la journée, quand il y a encore une semaine le délai entre prescription et résultat pouvait atteindre sept jours. Tout ceci a demandé beaucoup d’efforts du terrain pour mettre en œuvre une stratégie nationale qui a connu quelques ratés, du retard pris à la validation de la plateforme Contact Covid sur le site de la Sécurité sociale jusqu’aux débats justifiés sur l’éthique du traçage des contacts.

La seconde raison est moins avouable. Pour nous, soignants (et il en va probablement de même pour les autres corps de métier qui ont tenu la ligne, des caissières aux éboueurs sans oublier les travailleurs à la chaîne), ces deux mois ont constitué une étrange parenthèse. Malgré la fatigue, le stress, la peur pour certains, le chagrin pour d’autres, ces deux mois ont eu une saveur irréelle. Le monde était différent. Les rues des villes étaient vides, ou presque. La circulation était fluide, les parkings aussi. Les oiseaux étaient partout, on entendait leurs chants, que ne couvrait plus le bruit des voitures, le vacarme des travaux. C’était un monde postapocalyptique, mais sans destruction visible. Les infrastructures étaient intactes, les services publics fonctionnaient, mais tout nous semblait surdimensionné, comme si, hormis les rares confinés qui faisaient leurs courses, le monde nous avait été abandonné.

Je ne regrette pas cette parenthèse. J’espère qu’elle ne reviendra pas, je doute même que cela soit possible, psychologiquement et socialement. Les Français, collectivement, ont fait preuve d’un sang-froid et d’une résilience remarquables. Une fois. Les confronter à la perspective d’un reconfinement serait périlleux, pour un pouvoir dont l’impéritie n’échappe à personne sauf à ses affidés. Récemment, lors d’une cérémonie virtuelle de remise de diplômes, Barack Obama a pris la parole :

«Avant toute chose, cette pandémie a enfin enterré l’idée que tant de nos responsables savent ce qu’ils font… Nombre d’entre eux ne cherchent même pas à faire semblant d’être responsables.»A l’évidence, cette remarque s’adressait à Donald Trump.

Mais à écouter Emmanuel Macron nier l’existence d’une pénurie de masques l’autre soir sur BFM TV , je me suis demandé si le mensonge n’était finalement pas pire que l’incompétence. J’ai beau tourner ses déclarations lunaires dans tous les sens, j’ai du mal à concevoir qu’un homme normalement intelligent puisse espérer être cru quand il martèle, contre toute évidence, après deux mois de confinement lié en grande partie à la pénurie de masques, et au-dessus des cercueils d’une trentaine de soignants, cette succession de sophismes :

«Il y a eu une doctrine restrictive, pour ne jamais être en rupture, que le gouvernement a prise et qui était la bonne. Il y a eu ensuite un approvisionnement et une production renforcés et nous n’avons jamais été en rupture. Ce qui est vrai, c’est qu’il y a eu des manques, qu’il y a eu des tensions, c’est ça qu’il faudra regarder pour le corriger et pour le

Des sénateurs déposent un amendement pour reprendre le Championnat - Foot - L1 La directrice générale de la FFF remet en place Jean-Michel Aulas ! Coronavirus: le professeur Raoult juge «foireuse» une étude critiquant l'efficacité de la chloroquine

prévenir… Ayons collectivement l’honnêteté de dire qu’au début du mois de mars, personne ne parlait des masques, parce que nous n’aurions jamais pensé être obligés de restreindre la distribution de ceux-ci, pour les donner aux soignants.»

A lire aussi :Les autres chroniques de Christian LehmannLa France a été confinée à cause de la pénurie de masques. Les stocks étaient si bas que les soignants en première ligne ont été confrontés au coronavirus avec des protections inadéquates, des masques chirurgicaux périmés, quand il leur aurait fallu des FFP2. Généraliste, en première ligne en ville, ma dotation depuis deux mois et demi n’a comporté que six masques FFP2, soit de quoi assurer théoriquement trois journées de travail. En ville, des aides-soignantes, des infirmières, ont dû travailler sans protection. Des soignants en réanimation se sont habillés de sacs-poubelles. Des personnels administratifs ou soignants dans les hôpitaux ont dû avoir recours à la bonne volonté et à la débrouillardise de fabricants de visières et de couseuses amateures et bénévoles aujourd’hui renvoyées à leur anonymat. Leur contribution essentielle est niée par cet acte de révisionnisme présidentiel. Des dizaines de milliers de soignants ont été contaminés, 25 000 à l’hôpital, 40 500 dans les établissements sociaux et médico-sociaux, et un nombre encore inconnu en ville.

Je ne ressens pas seulement de la colère. C’est bien au-delà. C’est de la sidération. Je vois sur les réseaux sociaux les derniers soutiens de La République en marche arguer de manière mécanique :«Qui parmi ceux qui critiquent les propos du président

(sans même écouter la vidéo)connaissent la réalité des stocks en France ? Par quels accès magiques ont-ils cette info qui leur permet de mettre en doute cette parole ?»Qu’espèrent-ils nous faire croire ? Qu’il n’existait pas de pénurie ? Que le gouvernement a disposé tout au long de ces mois de confinement d’un stock suffisant qu’il n’aurait pas distribué aux soignants qui en avaient besoin ? On n’est plus même dans de la mauvaise foi, même plus dans les

«alternative facts», les vérités alternatives, terme inventé par Kellyanne Conway, conseillère de Donald Trump, pour couvrir les mensonges sur la taille de la foule à l’inauguration du président américain. Nous sommes ici, collectivement, peuple et soignants, devant un raisonnement sectaire d’un tel aveuglement qu’il confronte le pouvoir à une accusation plus grave encore que celle de l’impéritie: la mise en danger délibérée de la vie d’autrui.

Chez ces gens-là, comme disait Jacques Brel,«on ne pense pas, Monsieur, on ne pense pas, on prie»… Lire la suite: Libération »

Chez vous , les deux sont la règle ! Dans le nord ont dit l'état minteux et eux sont les champions du monde. ca explique la défaite de la gauche... Le pire est surtout lorsque le mensonge et l’incompétence coexistent « en même temps » : le premier ayant entre autres pour objectif de « masquer » le second ! InfirmiereI CollectInterHop CerveauxNon NaphtalineLeBon Gjpvernant JLMelenchon Covid_19 Macron

C'est sûr qu'être gouverné par des incompétents n'est pas si grave... Vous tirez à boulets rouges sur le gvt en permanence quitte à écrire n'importe quoi. L'incompétence chez des gouvernants est rédhibitoire. Point. Et quand les deux se cumulent Et y’a eu les deux...c’est dire....!!! Mais hélas ne s’excluent pas mutuellement.

Le mensonge : un artifice pour masquer une incompétence crasse. 'La liberté commence là où finit l'ignorance' (Victor Hugo). Oui, indéniablement ! complètement,le mensonge renforce une défiance déjà présente,l'incompétence peut être relativisée par le phénomène inédit et soudain de l'épidémie;de plus l'incompétence peut devenir compétence avec le temps,le mensonge reste...

Pourtant les Français sont rodés aux mensonges présidentiels avec De Gaulle, Mitterrand et Chirac Les tests sont dans les labos et les masques à Auchan et Intermarché ! Ils sont culculs ceux là. DTC ? non c'est pas ca ?... les bon gros débiles qui gobent tout ... Juste des ignares avec des œillères pour s'exprimer

Le site pour obtenir le remboursement du Pass Navigo ouvre mercrediLes usagers des transports franciliens vont pouvoir à partir de ce mercredi demander le remboursement intégral de leur abonnement pour le mois d’avril et les dix premiers jours de mai Impossible de se connecter au site de Navigo pour demander la suspension de l’abonnement avant le prélèvement du mois de juin. Impossible également de demander la récupération du mot de passe, l’email n’est pas envoyé.

Utiliser des patients guéris pour soigner le coronavirus, le pari de ce labo chinoisUn médicament en phase de test permettrait non seulement d’accélérer la guérison des malades, mais aussi d’immuniser temporairement contre le Covid-19.

Coronavirus : le Maroc maintient le confinement jusqu’au 10 juinLe royaume chérifien, qui compte près de 7 000 cas de contamination et 192 décès, a instauré un état d’urgence sanitaire avec un couvre-feu dès 19 heures. une bonne décision prise au bon moment surtout que la situation n'est pas contrôlable ! C'est une BONNE CHOSE, car avec les fêtes de la fin du mois Ramadan, les gens ont l'habitude de célébrer en famille, de voyager, se rendre dans d'autres villes pour être en famille. C'est une BONNE CHOSE, car avec les fêtes de la fin du mois Ramadan, les Marocains ont l'habitude de célébrer en famille, de voyager, se rendre dans d'autres villes pour être en famille.

Le mot remontada va débarquer dans le dictionnaireChaque année, des mots entrent dans le dictionnaire. Pour l'année 2021, nous apprenons qu'un mot que nous, amoureux de football, connaissons bien (...) - Footmercato 😅 😅 Ni Marseille

Exit le léopard, voici l'imprimé wild qui va faire le printempsGraphique, l'imprimé zèbre se tatoue sur les essentiels mode du moment. fernanndaaaaaaa

Élections municipales : le Conseil scientifique autorise le 2e tour en juin - ElleLe Conseil scientifique s’est dit favorable au deuxième tour du scrutin des élections municipales pour la fin juin mais demande une évaluation de la situation épidémiologique quinze jours avant.