Planete

Planete

Le coronavirus cousin du SRAS réveille de vieilles méfiances en Chine

Plus de trois mois avaient été nécessaires en 2003 pour que les autorités reconnaissent une crise sanitaire majeure, trois semaines auront suffi en 2020. Le progrès est notable. Mais loin d’être satisfaisant.

21.1.2020

Plus de trois mois avaient été nécessaires en 2003 pour que les autorités reconnaissent une crise sanitaire majeure, trois semaines auront suffi en 2020. Le progrès est notable. Mais loin d’être satisfaisant.

Le pays a tenté de réformer son système de santé et effectué des progrès dans la transparence depuis l’épidémie de SRAS, en 2003, mais la population n’a confiance ni en son gouvernement ni dans les hôpitaux publics.

Copier le lien Article réservé aux abonnés Un homme avec un masque de protection arrive à la gare de Pékin sous le regard d’un policier, le 21 janvier. NICOLAS ASFOURI / AFP La nouvelle épidémie qui affecte la Chine révèle à la fois certaines failles de son régime politique, mais aussi de son système de santé. Quinze ans après l’épidémie du SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) qui a fait 774 morts en 2003 , dont 650 en Chine, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), certaines leçons ont manifestement été tirées, mais pas toutes. A la fin de 2002, un paysan du Guangdong, dans le sud du pays, est victime d’une étrange maladie qui lui donne de la fièvre et qui se révélera mortelle. Un médecin diagnostique un virus inconnu et transmet l’information aux autorités sanitaires régionales. Celles-ci émettent rapidement le bon diagnostic – un SRAS –, mais classent le rapport « top secret » . Seuls les fonctionnaires provinciaux chargés de ce secteur ont le droit d’en prendre connaissance. Pékin n’est apparemment pas au courant, bien que d’autres cas fassent leur apparition. En février 2003, un cas de SRAS est avéré à Hongkong. L’épidémie s’internationalise, mais en mars la Chine n’en continue pas moins d’estimer, dans un rapport envoyé à l’OMS, que l’épidémie est en voie de régression. Rétention d’informations Il faudra attendre avril pour que le gouvernement chinois reconnaisse l’ampleur du phénomène. Le 19 avril, le premier ministre, Wen Jiabao, admet la gravité de la situation. Le lendemain, le nombre de cas officiellement reconnus pour la seule ville de Pékin passe de 37 à 339. A cause de la rétention d’informations par la Chine, la communauté internationale a perdu quatre mois dans la lutte contre l’épidémie. Celle-ci durera près d’un an et coûtera notamment 1 point de croissance à la Chine. Lire : Cette fois, les choses sont allées plus vite, même si certaines similitudes restent frappantes. Le 31 décembre 2019, les autorités chinoises informent l’OMS de cas suspects à Wuhan (Hubei). Le 1 er janvier, la police de cette province annonce avoir arrêté huit personnes qui avaient répandu une « fausse rumeur » : le virus s’apparenterait au SRAS de 2003. Le 2 janvier, le South China Morning Post , quotidien de Hongkong, révèle que trois personnes en provenance de Wuhan ont été hospitalisées. Très vite, des malades présentant les mêmes symptômes (fièvre et troubles respiratoires) sont repérés dans plusieurs pays d’Asie. Mais curieusement pas en Chine. Le 7 janvier un éditorial du China Daily se félicite pourtant de la « transparence » dont feraient preuve les autorités. Celle-ci expliquerait l’absence de panique en Chine. En fait, il n’en est rien, et les Chinois s’inquiètent de plus en plus, surtout qu’un grand nombre d’entre eux s’apprêtent à prendre le train à l’occasion du Nouvel An lunaire, le 25 janvier. Lecture du en cours sur un autre appareil. Vous pouvez lire sur un seul appareil à la fois Continuer à lire ici Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Pourquoi voyez-vous ce message ? Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil. Vous ne pouvez lire Lire la suite: Le Monde

Tiens comme en France....la confiance est rompue! Et ne reviendra pas avec la matraque des miliciens! Je l'ai comprend Un peu comme en France ... À juste titre.

Le virus en Chine fait un troisième mort, l'épidémie gagne le paysLes risques de contagion pourraient augmenter avec les millions de déplacements pour les festivités du Nouvel an chinois La question que tout le monde se pose ici c'est, Est-ce qu'il se transforme en zombie bouffeur d'être humain, répondez les français veulent savoir ? Et sinon? Combien de ouïgours, dans le même pays, meurent tous les jours? Tout ce qui se passe depuis 2012 semble être lié à l'industrialisation et la volonté d'en finir avec des objectif économique mondiaux. De puis que c'est le cas partout des désastre. C'est dur de croire que tout est coïncidence.

Le Blue Monday, le jour le plus déprimant de l’annéeCe lundi 21 janvier - troisième lundi de janvier - sera la journée la plus déprimante de l'année. Mais comment résister à l’envie de rester caché sous sa couette ? On a de la chance cette année, il n'y a pas de lundi 21 janvier en 2020 😉

Contre le coronavirus, les recommandations si vous allez ou revenez de ChineQue vous soyez sur le point de partir en Chine, sur place ou sur le retour, voici les gestes recommandés. On l'envoie là-bas ?

C'est officiel, le mystérieux virus en Chine est transmissible entre humainsLa mystérieuse maladie partie du centre de la Chine a gagné les métropoles géantes du pays le plus peuplé du monde. bel_avocat Oh, great. The end of the world again. 😕 On est trop sur terre sélection naturelle Hé oui , on va y avoir droit

Chine : le virus serait transmissible entre humainsLe mystérieux virus qui touche les grandes villes de Chine est transmissible entre humains, d'après Zhong Nanshan, un expert gouvernemental en maladies infectieuses qui avait aidé à évaluer l'ampleur de l'épidémie de SRAS en 2003.

Virus en Chine : « Le système de santé français est en état d'alerte »Le nouveau coronavirus est un cousin du SRAS. La Chine l'a rapidement séquencé et a largement communiqué ses spécificités de sorte que chaque pays puisse s'organiser pour mettre au point un diagnostic et identifier, le cas échéant, les sujets porteurs, explique Sylvie Behillil, responsable adjointe du Centre national de référence de la grippe et des virus respiratoires à l'Institut Pasteur.



Coronavirus : le faible nombre de cas détectés en Afrique suscite des interrogations

Vidéo : violents incendies en marge d'un concert de Fally Ipupa à Paris, la Gare de Lyon évacuée

Coronavirus: le nombre de cas confirmés en France passe de 18 à 38

Emmanuel Macron tente de renouer avec la deuxième gauche

Sun Yang suspendu huit ans par le TAS - Natation - Dopage

Anderlecht va mettre un terme au flop Samir Nasri

« On a devant nous une épidémie » : face au coronavirus, Macron monte en première ligne

Écrire un Commentaire

Thank you for your comment.
Please try again later.

Dernières Nouvelles

Nouvelles

21 janvier 2020, mardi Nouvelles

Nouvelles précédentes

Réforme des retraites : les risques d’une radicalisation

Nouvelles suivantes

Après l’alerte des scientifiques, un recours en justice pour interdire les pesticides SDHI
Son mari la quitte car il la jugeait «trop grosse», elle perd 50 kg et devient Miss Grande-Bretagne 2020 Dario Benedetto après la victoire de l'OM à Nîmes : «Important de marquer pour ma confiance» - Foot - L1 - OM Suivez les César en direct et découvrez le palmarès L'OM se relance à Nîmes grâce à un triplé de Dario Benedetto - Foot - L1 Ligue 2 : le gardien de Grenoble Brice Maubleu se marque un but incroyable - Foot - WTF Ligue 1 : Dario Benedetto voit triple et l’OM gagne à Nîmes Nîmes - OM : les notes du match Racisme : Kiko Casilla (Leeds, D2 anglaise) suspendu huit matches - Foot - Racisme Suivez en direct la 45e cérémonie des Césars Aux Invalides, l’adieu de Macron à Jean Daniel, « grande conscience de la gauche » Giacometti, grand artiste et archiviste négligent Esport - Fortnite : Airwaks et Nikof veulent prouver qu'il n'y a pas de « malédiction Vitality » - Esport - Fortnite
Coronavirus : le faible nombre de cas détectés en Afrique suscite des interrogations Vidéo : violents incendies en marge d'un concert de Fally Ipupa à Paris, la Gare de Lyon évacuée Coronavirus: le nombre de cas confirmés en France passe de 18 à 38 Emmanuel Macron tente de renouer avec la deuxième gauche Sun Yang suspendu huit ans par le TAS - Natation - Dopage Anderlecht va mettre un terme au flop Samir Nasri « On a devant nous une épidémie » : face au coronavirus, Macron monte en première ligne Coronavirus : une équipe chinoise invitée au « Clasico » à Madrid - Foot - Coronavirus Coronavirus : le nombre de cas confirmés en France passe de 18 à 38 Vidéo : violents incendies en marge d'un concert de Fally Ipupa à Paris, la Gare de Lyon en cours d'évacuation Interdire le LBD ? Des syndicats d’avocats, de magistrats et la CGT saisissent la Cour européenne des droits de l’homme Israël a approuvé la construction de 1 800 logements pour colons en Cisjordanie