Julian Assange : la justice britannique examine une demande d’appel contre son extradition vers les Etats-Unis

La justice britannique examine la demande d’appel de Julian Assange contre son extradition

İnternational

24/01/2022 11:51:00

La justice britannique examine la demande d’appel de Julian Assange contre son extradition

En cas de refus, l’Australien, au cœur d’un imbroglio diplomatique depuis plus de dix ans, pourrait être rapidement extradé vers les Etats-Unis, où il est poursuivi pour espionnage.

Les Etats-Unis reprochent à l’Australien d’avoir diffusé, à partir de 2010, plus de 700 000 documents classifiés sur les activités militaires et diplomatiques américaines, en particulier en Irak et en Afghanistan. Poursuivi notamment pour espionnage, il risque jusqu’à cent soixante-quinze ans de prison dans une affaire qui représente, selon ses soutiens, une attaque gravissime contre la liberté de la presse.

La justice britannique avait initialement tranché en sa faveur il y a un an, lorsque la juge Vanessa Baraitser s’était opposée à la remise aux autorités américaines de l’Australien de 50 ans, invoquant le risque de suicide. Mais Washington a remporté une victoire majeure en décembre, lorsque les hauts magistrats britanniques ont annulé cette décision, estimant que les Etats-Unis avaient fourni des assurances répondant aux inquiétudes de la juge.

Lire la suite: Le Monde »

'Macron va essayer de nous refourguer Damien Abad façon Télé-achat'

Philippe Caverivi\u00e8re face \u00e0 Christian Jacob, pr\u00e9sident des R\u00e9publicains.\nEcoutez L'oeil de Philippe Caverivi\u00e8re avec Philippe Caverivi\u00e8re du 26 mai 2022 Lire la suite >>

EdJoelleLosfeld 🤞🤞 il ne devrait déjà pas être en prison, c'est un prisonnier politique

Londres accuse Poutine d'avoir déjà planifié son 'occupation' de l'Ukraine, 'des absurdités' pour MoscouDans un communiqué de la cheffe de la diplomatie, les Britanniques livrent même une liste de politiciens pro-russes qui pourraient diriger le pays au service de Moscou. Maybe Britain wants to sell Submarines to Ukraine? 😈 'Londres accuse Poutine' (OuffPost) Les désinformations habituelles(classiques) de Londres : On se rappelle le fumiste (et criminel de guerre) BLAIR annonçant qu´en 24 heures les avions armés de Saddam Hussein (Irak) seraient sur Londres ! ! Poutinophobie en roue libre.

La 'grande évasion' de ce robot aspirateur n'est pas passée inaperçueEn quête de liberté, un robot aspirateur s'est joué du personnel d'un hôtel britannique pour vivre la vie au grand air et son escapade a visiblement marqué les esprits.

A Cannes, Eric Zemmour s’affiche avec Gilbert Collard, sa nouvelle priseLors de son déplacement dans les Alpes-Maritimes, le candidat à la présidentielle a une nouvelle fois demandé aux électeurs du RN et de LR de le rejoindre ⌛ Z-90j Zemmour Chaque culture à le droit de rester sourde 🔈 à celle des autres 🚀 Montrez votre force ZemmourPresident ‼️ Libérer la parole réveiller les vieilles rancœurs la guerre civile est à portée de mains bande de débiles collard et sa nouvelle coiffe, quelle belle prise...

Amandine Pellissard (Familles nombreuses) reçoit une horrible lettre, elle en dévoile le contenuAmandine Pellissard et son mari Alexandre figurent parmi les familles phares de l'émission à succès Familles nombreuses, la vie en XXL, une exposition qui vaut parfois au couple d'être la cible d'horr

Les t-shirts #WhereIsPengShuai interdits à l'Open d'AustralieLes organisateurs de l'Open d'Australie ont dû se justifier après la diffusion d'une vidéo où une spectatrice est obligée de retirer son t-shirt en soutien à la joueuse chinoise. l'Australie progressé de jour en jour dans la démocratie Scandaleux! la Fédération de tennis australienne, complice de la dictature chinoise et complice du clan Djokovic, quelle belle fédération 🤮

Marco Verratti, l’homme qui a enfin (un peu) appris à marquerL’Italien a ouvert le score contre Reims et on peut le créditer, avec un peu de mauvaise foi, du troisième but parisien. Une rareté

Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange, le 13 janvier 2020 à Londres. HENRY NICHOLLS / REUTERS C’est peut-être un tournant décisif dans une saga judiciaire qui dure depuis des années : la Haute Cour de Londres examine lundi 23 janvier la demande d’appel devant la Cour suprême du fondateur de WikiLeaks Julian Assange, qui risque en cas de refus d’être extradé vers les Etats-Unis. Les Etats-Unis reprochent à l’Australien d’avoir diffusé, à partir de 2010, plus de 700 000 documents classifiés sur les activités militaires et diplomatiques américaines, en particulier en Irak et en Afghanistan. Poursuivi notamment pour espionnage, il risque jusqu’à cent soixante-quinze ans de prison dans une affaire qui représente, selon ses soutiens, une attaque gravissime contre la liberté de la presse. Écouter aussi Julian Assange : l’histoire mouvementée du fondateur de WikiLeaks La justice britannique avait initialement tranché en sa faveur il y a un an, lorsque la juge Vanessa Baraitser s’était opposée à la remise aux autorités américaines de l’Australien de 50 ans, invoquant le risque de suicide. Mais Washington a remporté une victoire majeure en décembre, lorsque les hauts magistrats britanniques ont annulé cette décision, estimant que les Etats-Unis avaient fourni des assurances répondant aux inquiétudes de la juge. Ses recours judiciaires épuisés Les avocats d’Assange ont alors déposé une demande d’appel devant la Cour suprême, que les juges de la Haute cour sont chargés d’examiner lundi et d’autoriser ou non. Ils rendront leur décision à 11 h 45 (heure de Paris). En cas de refus, le fondateur de WikiLeaks aura presque épuisé ses recours judiciaires. Sa demande d’extradition sera de nouveau transmise à un tribunal britannique avec la recommandation de l’envoyer à la ministre de l’intérieur britannique Priti Patel, chargée de prendre la décision finale. « Sauf en cas d’appel, la personne recherchée doit être extradée dans les vingt-huit jours suivant la décision du secrétaire d’Etat d’ordonner l’extradition » , précise le site du gouvernement. Incarcéré dans une prison de haute sécurité près de Londres depuis deux ans et demi, Julian Assange avait été arrêté par la police britannique en avril 2019 après avoir passé sept ans dans l’ambassade londonienne de l’Equateur, où il s’était réfugié alors qu’il était en liberté sous caution. Lire aussi La justice britannique ouvre la voie à une extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis Il craignait alors une extradition vers les Etats-Unis ou la Suède, où il faisait l’objet de poursuites pour viol, abandonnées depuis. Lors de l’audience en appel au sujet de son extradition à la fin d’octobre, les Etats-Unis ont cherché à rassurer sur le traitement qui serait réservé au fondateur de WikiLeaks. Des partisans d’un asile politique en France Washington a assuré qu’il ne serait pas incarcéré à la prison de très haute sécurité ADX de Florence (Colorado), surnommée « L’Alcatraz des Rocheuses » – où sont notamment détenus à l’isolement quasi total des membres d’Al-Qaida – et qu’il recevrait les soins cliniques et psychologiques nécessaires. Ils ont évoqué aussi la possibilité qu’il puisse demander à purger sa peine en Australie. Lire aussi Article réservé à nos abonnés Des garanties qui ont convaincu les juges britanniques, mais pas la fiancée d’Assange, Stella Morris, craignant pour sa santé s’il est extradé vers un pays qui a, selon elle, « comploté pour tuer Julian à cause de ce qu’il a publié » . M me Morris, avec laquelle Julian Assange a eu deux enfants lorsqu’il était reclus à l’ambassade d’Equateur, sera présente lundi matin à la Haute Cour de Londres, où elle donnera une conférence de presse après la décision du tribunal. L’Australien a reçu le soutien d’une quarantaine de députés français de tous bords qui ont plaidé pour qu’il puisse bénéficier de l’asile politique en France. Le Monde avec AFP L’espace des contributions est réservé aux abonnés. Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.