İdees

İdees

« Joe Biden avait claironné le retour d’un leadership américain, il tarde à se manifester »

« Joe Biden avait claironné le retour d’un leadership américain, il tarde à se manifester »

27/10/2021 06:23:00

« Joe Biden avait claironné le retour d’un leadership américain, il tarde à se manifester »

CHRONIQUE. Le président américain doit entamer une deuxième tournée diplomatique en Europe à la fin du mois d’octobre. Après le retrait d’Afghanistan et la crise des sous-marins, les liens entre les Etats-Unis et ses alliés traditionnels sont fragilisés, explique dans sa chronique Gilles Paris, éditorialiste au « Monde ».

de Joe Biden s’était résumée à une promenade de santé. Il en ira autrement avec celle qui débutera le 29 octobre à Rome par une rencontre avec le pape François et qui s’achèvera à Glasgow, en Ecosse, dans le cadre de la COP26, après un sommet du G20, également en Italie.

Lewis Hamilton remporte le Grand Prix d'Arabie saoudite et se retrouve à égalité de points avec Max Verstappen Le cinéma indépendant indien ose de plus en plus offrir le premier rôle aux basses castes EN DIRECT - Une 'violence qui ne se contient plus': la gauche dénonce les incidents lors du meeting de Zemmour

En juin, la diplomatie tactile et débonnaire du démocrate avait produit ses effets. Après la politique des bras croisés de Donald Trump, résumée par une photo tutoyant l’œuvre d’art, qui montrait l’ancien homme d’affaires

l’air buté, seul contre tous, prise lors du sommet du G7 au Canada, en 2018, chacun avait voulu croire à la page tournée. Le nouveau président des Etats-Unis avait même pu profiter de sa bonne image pour faire mentionner la Chine, devenue la première préoccupation américaine, dans un communiqué de l’Alliance atlantique. Une première. headtopics.com

Un peu plus de quatre mois plus tard, Joe Biden a pourtant dilapidé une partie de son crédit. Son retrait unilatéral précipité d’Afghanistan, puis la gestion cavalière d’un accord de défense dirigé contre Pékin dont la France a brutalement fait les frais, autant du fait de l’annulation d’un contrat naval que son exclusion d’un cercle étroitement anglo-saxon, ont fragilisé les liens avec les amis des Etats-Unis. La pratique a sapé le discours. Joe Biden ne cesse en effet de présenter les alliances tissées par Washington – et vomies par Donald Trump qui n’y voyait que des contraintes – comme un atout pour la puissance américaine.

Mal à l’aise avec l’imprévuLe retour de l’expertise également promis par le nouveau président, après quatre années de crises de nerfs permanentes, ne s’est pas accompagné non plus des dividendes attendus. Le démocrate n’est pas le seul coupable en la matière. En bloquant régulièrement les longs processus de confirmation pour des considérations de basse politique, les élus républicains du Sénat ont empêché que des postes-clés soient rapidement pourvus et perturbé le fonctionnement de la machine diplomatique des Etats-Unis. Après le sabordage par Donald Trump, en 2018, d’un compromis qui avait permis de juguler le programme nucléaire iranien, l’incapacité de Washington et de ses alliés de conclure rapidement un accord très attendu avec Téhéran tient aussi pour une large part à l’intransigeance des autorités iraniennes.

Lire aussiRetrait des troupes américaines d’Afghanistan : le Pentagone admet un « échec stratégique »Il n’empêche. A deux reprises, lors de la brève crise de Gaza, en mai, comme au moment de la chute de Kaboul, en août, la nouvelle administration s’est montrée mal à l’aise avec l’imprévu, incapable de s’adapter rapidement à une situation qu’elle n’aurait pas anticipée. Joe Biden a également troublé en se portant brièvement garant militairement de l’autonomie de Taïwan, le 21 octobre, rompant brièvement avec la traditionnelle

« ambiguïté stratégique »de Washington, avant une prompte marche arrière.Il vous reste 51.35% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.Lecture duen cours sur un autre appareil.Vous pouvez lire headtopics.com

Eric Zemmour : des violences lors du premier meeting de campagne du candidat Pierre Rabhi, le départ du colibri Mona Ozouf : « Je n’aime que les choses qui durent »

sur un seul appareil à la fois Lire la suite: Le Monde »

« Nous ne sommes pas des lanceurs d’alerte ! » : Emmanuel Macron tâcle Boris Johnson

A l’issue d’une conférence de presse avec Mario Draghi autour de la signature d’un traité franco-italien, Emmanuel Macron est revenu sur la lettre publiée su...

ils ne sont déjà même plus capables de régler leur propres merdes Un peu de patience ! Ce type n'est qu'un vieux crouton sénile et drogué complètement irresponsable corrompu jusqu'à la moelle et fou dangereux pour la paix mondiale !

Joe Biden veut taxer les gains dormants des super-richesPour financer ses plans d'investissement, le président américain souhaite taxer les plus-values 'latentes' des personnes détenant plus d'un milliard de dollars d'actifs ou dégageant plus de 100 millions de dollars de revenus sur trois ans.

Expulsion de diplomates occidentaux : pourquoi Erdogan a-t-il changé d’avis ?ÉCLAIRAGE - Le président turc a renoncé lundi à expulser dix ambassadeurs occidentaux dont il avait ordonné le départ, évitant à son pays de se trouver diplomatiquement isolé et encore plus affaibli économiquement. a mon dieu quel President Et si c’était vraiment car « Les diplomates ont 'reculé' et 'seront plus prudents à l'avenir'»?

'C’était une carotte !' : Max Boublil revient sur une séquence qui avait fait bondir les défenseurs des animaux (VIDEO)Invité dans Les enfants de la télé, Max Boublil a expliqué le pourquoi du comment d'une séquence télé à laquelle il avait participé en 2014 et qui avait fait scandale.

La difficile évaluation du plan de relance de l’automne 2020Un an après la présentation du plan de relance mêlant baisses d’impôts, subventions, aides à l’emploi et investissement, son effet macroéconomique demeure très difficile à mesurer | par ElsaConesa ElsaConesa L'effet macroneconomique est vérifiable depuis les débuts du quinquennat. ElsaConesa Parce que c est lrem, donc une arnaque ou mensonge ElsaConesa Il y a une erreur de frappe, il faut comprendre 'macronéconomique'...

Joe Biden veut taxer les gains dormants des super-richesPour financer ses plans d'investissement, le président américain souhaite taxer les plus-values 'latentes' des personnes détenant plus d'un milliard de dollars d'actifs ou dégageant plus de 100 millions de dollars de revenus sur trois ans.

VIDÉO – « J’ai perdu un peu d’argent » : Arnaud Montebourg, la faillite d’une entreprise qui a coûté ses économies - GalaSur le plateau de C à vous, diffusée sur France 5 ce mardi 26 octobre, Arnaud Montebourg a fait quelques confessions concernant une entreprise dans laquelle il avait investi des “économies”, perdue...