Histoire et identité, au coeur du débat électoral français

Histoire et identité au coeur du débat électoral français #AFP @JoeAFP

Afp

10/01/2022 00:30:00

Histoire et identité au coeur du débat électoral français AFP Joe AFP

Le drapeau européen installé sous l’Arc de Triomphe pour célébrer la présidence française de l’UE a flotté moins de deux jours. La polémique lancée par l’opposition de droite et d’extrême droite au président Emmanuel Macron illustre l’omniprésence de l’Histoire et de l’identité dans la campagne électorale. Le symbole pouvait sembler à la hauteur de l’évènement: […]

Le symbole pouvait sembler à la hauteur de l’évènement: la France, l’une des locomotives de l’Union européenne, en reprenait la tête pour la première fois depuis 2008.L’initiative fut largement critiquée. Et la bannière disparut comme elle était venue. L’exécutif assure avoir respecté le calendrier prévu, ce dont l’opposition doute.

Sous l’Arc de Triomphe se trouve la dépouille du" soldat inconnu ", tué durant la Première Guerre mondiale. Chaque soir, la" flamme du souvenir " y est ravivée pour honorer les morts au combat. Y placer la bannière européenne relevait d’un" attentat à l’identité de notre Patrie ", selon Marine Le Pen.

Lire la suite: Gabi 🇫🇷 »

Roland-Garros : pourquoi Jo-Wilfried Tsonga va manquer au tennis français

Le joueur français tire sa révérence et nous laisse un palmarès incroyable et des souvenirs impérissables. Il aura porté les Bleus pendant quinze ans. Lire la suite >>

JoeAFP Du débat télévisé! Le peuple s'en tape.

Le créationnisme, cette croyance qui gagne du terrain en Europe et dans le mondeBien ancrée aux Etats-Unis, cette croyance qui attribue à Dieu l'apparition de la vie et de l'Univers progresse en Asie, en Europe de l'Est et en Amérique latine. et l'express est la pour fanatiser les 'anti' ... histoire de creer des CONFLITS Le cretintionnisme est déjà bien en place dans notre pays de Gogol de souche et d'antivax sous amphétamines prêt à en découdre avec la pensée scientifique Obscurantisme, il suffit de s’intéresser un minimum à l'astronomie pour se rendre compte que nous ne sommes que des microbes de débattant sur une poussière au milieu de nulle part

OL : le message très fort de Moussa Dembélé après le début de saison catastrophiqueAvant le choc du jour contre le Paris Saint-Germain, Moussa Dembélé s'est longuement confié sur la première partie de saison si compliquée de l'O (...) - Footmercato

Le gouvernement australien veut que le visa de Djokovic « soit refusé »Les avocats du gouvernement ont répondu aux points soulevés par l'équipe juridique du numéro 1 mondial avant l'audience prévu lundi à minuit heure française Ils font bien ceux qu'ils veulent sur leur territoire, non ? Moi je veux que le Gouvernement australien aille se faire... Australie AusOpen Djokovic DjokovicHERO Freedom CovidCircus 😂😂😂

Lucile (L'amour est dans le pré) amincie : elle dévoile le secret de son régime drastiqueTout le monde le sait, il faut souffrir pour être belle. Bientôt mariée à son compagnon Jérôme, Lucile a entrepris un régime express afin de perdre ses kilos superflus. Le but ? Pouvoir trouver la rob

Jean-Michel Blanquer, l’homme qui n’aimait pas le wokisme et encore moins le CovidAlors que le variant Omicron sème le chaos dans les écoles, le ministre de l’Education nationale continue à affirmer que l’institution maîtrise la situation et se concentre sur sa nouvelle grande cause : la lutte contre l’idéologie « woke ». Blanquer : l’homme que les français n’aiment pas Il n'aime pas non plus la guerre, la faim dans le monde et les brocolis. Après la carte d'identité so british, la France s’apprête à bannir les bols et baguettes made in China sur notre territoire

Crédit immobilier : la question sociale, avant le risque financierTout le monde a les yeux braqués sur le risque de bulle, alors que les chiffres du marché ont de quoi donner le tournis. Mais le vrai danger est surtout d'exclure une partie des Français. Le danger est l augmentation rapide des taux qui ne permettrait pas au banque de financer leur engagement à taux fixe sur 25 ans.

Le drapeau européen installé sous l’Arc de Triomphe pour célébrer la présidence française de l’UE a flotté moins de deux jours. La polémique lancée par l’opposition de droite et d’extrême droite au président Emmanuel Macron illustre l’omniprésence de l’Histoire et de l’identité dans la campagne électorale. Le symbole pouvait sembler à la hauteur de l’évènement: la France, l’une des locomotives de l’Union européenne, en reprenait la tête pour la première fois depuis 2008. L’initiative fut largement critiquée. Et la bannière disparut comme elle était venue. L’exécutif assure avoir respecté le calendrier prévu, ce dont l’opposition doute. Sous l’Arc de Triomphe se trouve la dépouille du" soldat inconnu ", tué durant la Première Guerre mondiale. Chaque soir, la" flamme du souvenir " y est ravivée pour honorer les morts au combat. Y placer la bannière européenne relevait d’un" attentat à l’identité de notre Patrie ", selon Marine Le Pen. Comme elle, l’autre candidat d’extrême droite, Eric Zemmour, a critiqué l’installation du drapeau de l’UE, à moins de 100 jours de la présidentielle. Jean-Luc Mélenchon (gauche radicale) a, lui, dénoncé" un caprice communicatoire avec les symboles de l’Etat ". " Je crois qu’Emmanuel Macron a un problème avec l’histoire de France ", a de son côté estimé Valérie Pécresse, candidate de la droite, qui aurait préféré voir flotter côte à côte les drapeaux français et européen, comme lors de la précédente présidence française de l’UE, sous Nicolas Sarkozy. Cet épisode révèle les sensibilités sur les questions d’identité nationale et d’histoire au sein d’une partie de l’opinion, inquiète face à l’intégration européenne, l’immigration et la remise en cause du passé de la France. 66% des Français sont d’accord pour dire que" l’identité de la France est en train de disparaître ", selon un sondage Ifop début janvier. Et 82% considèrent que" les questions liées à l’identité sont instrumentalisées par certaines personnalités politiques ". A noter qu’ils estiment que les principales menaces pour leur identité sont" l’affaiblissement économique "," la désindustrialisation " et" le chômage ". " Passé idéalisé " Depuis des mois, la France connaît des polémiques sur son passé, parfois déclenchées par les déclarations d’Emmanuel Macron. En avril, il appelait à" déconstruire, d’une certaine manière, notre Histoire ", afin de mieux faire face à ses conséquences actuelles, racisme et discrimination en tête. Des propos qui ont fait bondir à droite et à l’extrême droite, Marine Le Pen reprochant au chef de l’Etat des" repentances à répétition ". " Les références historiques dans la politique française se sont toujours produites, depuis des siècles. Le débat politique s’en nourrit en permanence ", observe le politologue Jean Garrigues, dénotant toutefois" une particularité dans cette pré-campagne " en la personne d’Eric Zemmour, qui a fait de" la référence à l’Histoire le coeur de son argumentation ". L’ex-polémiste, qui se pose comme le dernier défenseur d’une France idéalisée en train de disparaître, a ainsi par exemple avancé à plusieurs reprises que le régime de Vichy avait sauvé des Juifs, ce que récusent les historiens. Le programme d’Eric Zemmour, qui" exalte un passé idéalisé ", est" réactionnaire " et rappelle les discours de" l’extrême droite du début du XXe siècle ", juge M. Garrigues. Face à une droite et une extrême droite qui monopolisent le débat sur l’identité nationale," la gauche fait silence radio " depuis des décennies, remarque le politologue Pascal Perrineau. Déjà en 2007, Nicolas Sarkozy faisait campagne sur ce thème. Devenu président, il avait créé un ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire, très critiqué à gauche, et finalement supprimé pour le volet" identité nationale " en 2010. " Il est très difficile de dire où est Macron sur ce sujet ", constate M. Perrineau." En 2017, son électorat était majoritairement à gauche, aujourd’hui, il est à droite. On sait qu’il a bougé, mais on ignore où il est arrivé ". A gauche, seul Jean-Luc Mélenchon semble participer au débat historique. En déplacement en décembre en Guadeloupe, une île française des Caraïbes agitée par des violences contre les mesures anti-Covid, il avait critiqué" l’esprit colonial " des autorités françaises. Par Joris FIORITI (AFP) Tags : électionFrancehistoire de la dansepolitiqueprésidentielle