Faux pass sanitaires : deux ex-employées du vaccinodrome de Bordeaux condamnées à de la prison avec sursis

Faux pass sanitaires : deux ex-employées du vaccinodrome de Bordeaux condamnées à de la prison avec sursis

Pass Sanitaire, Maladie

14/01/2022 23:25:00

Faux pass sanitaire s : deux ex-employées du vaccinodrome de Bordeaux condamnées à de la prison avec sursis

Les deux femmes étaient jugées pour la vente de dizaines de faux pass sanitaire s à Bordeaux. Elles ont écopé réspectivement de dix mois et de trois mois de prison avec sursis vendredi.

. L'affaire, une des premières de ce type, avait éclaté en août 2021.La première jeune femme écope de dix mois de prison avec sursis et 1 750 euros d'amende, car elle aurait réalisé la majorité des faux certificats. Elle a été jugée en son absence, à l'isolement car atteinte du Covid-19.

Lire la suite: franceinfo »

Zelensky accuse la Russie de génocide dans le Donbass et s’en prend aussi aux Européens

Alors que le conflit en Ukraine dure depuis plus de 3 mois, Volodymyr Zelensky accuse la Russie de génocide et annonce que le Donbass pourrait devenir une ré... Lire la suite >>

Barrage de Caussade : les commanditaires de la retenue d’eau illégale échappent à la prisonLe tribunal d’Agen a décidé de ne pas confirmer, en appel, la sévérité des sanctions émises contre Serge Bousquet-Cassagne et Patrick Franken en juillet 2020. Les deux hommes sont condamnés à des amendes et des peines de prison avec sursis. des amis ? L’état de droit dans tout ça ?

Grève du 13 janvier à l'école : 77.500 manifestants ont défilé en France77.500 personnes ont défilé jeudi en France, dont 8.200 à Paris, pour protester contre la valse des protocoles sanitaires liés à l'épidémie de coronavirus. Le pass-vaccinal n'est pas vaccinal c'est un mensonge, il est expérimental ce sont des experiences medicales nazies que le gvt impose aux Français devenus des cobayes pour les intérêts de Pfizer. Encore les salaires c’était pas pour le protocole sanitaire ?

Scott Morrison, le Premier ministre australien qui veut expulser Novak DjokovicScott Morrison, le Premier ministre australien qui veut expulser Novak Djokovic Encore peu connu au-delà de ses frontières il y a un an, l'homme à la tête de l'Australie et ex-ministre de l'Immigration, est un personnage central de l'affaire Djokovic Il faut espérer qu'il agisse par simple respect de la loi et non pour se 'payer' Djokovic. Il y a pas d'affaires Djokovic. Il y a juste un gars qui veut passer au dessus d'une restriction dans un pays. Point Un mec hyper 'fiable' , dans ses contrats de vente de sous marins 😉, comme dans le dossier Djokovic ...

Un an après, le chef d’un des principaux groupes d’extrême droite arrêté après l’assaut du CapitoleSelon l’acte d’accusation, Stewart Rhodes « s’est associé » avec certains de ses coaccusés « en vue d’empêcher le transfert pacifique du pouvoir », notamment « en faisant usage de la violence ». Ah ? Et les abrutis soutiens de la crapule Biden, des saints sans doute ?. Les vérités seront dévoilées Patience

Paris : l'arrêté préfectoral rendant obligatoire le masque en extérieur suspenduLa décision du tribunal de Paris intervient au lendemain de celle de la juridiction administrative de Versailles, suspendant également l'obligation du port du masque

La cour d'appel rejette la demande de mise en liberté de Cédric JubillarPour la troisième fois, la justice a rejeté la demande de remise en liberté déposée par les avocats de Cédric Jubillar, soupçonné du meurtre de son épouse Delphine. ah bon, ils ont quelles preuves:) Quand même inquiétant pour tous les français qu'on puisse garder quelqu'un - peu importe qui - en prison aussi longtemps sans preuves, sans procès même si c'est un pauvre type imbuvable. Un bracelet, surveillance et écoutes, ce n'est pas suffisant ? Il est probablement coupable, mais sans preuve manifeste, c'est limite de la détention abusive !

France Bleu Gironde . L'affaire, une des premières de ce type, avait éclaté en août 2021. La première jeune femme écope de dix mois de prison avec sursis et 1 750 euros d'amende, car elle aurait réalisé la majorité des faux certificats. Elle a été jugée en son absence, à l'isolement car atteinte du Covid-19. L'autre ex-employée, qui n'a édité que deux faux pass sanitaires remis à sa complice, est condamnée à trois mois de prison avec sursis et 350 euros d'amende. Le tribunal de Bordeaux a accepté pour cette dernière que la condamnation ne soit pas inscrite sur son casier judiciaire.