Fabrice Midal : « S’autoriser à être soi, c'est une vie exaltante. » - Elle

Fabrice Midal : « S’autoriser à être soi, c'est une vie exaltante. »

11/04/2021 20:41:00

Fabrice Midal : « S’autoriser à être soi, c'est une vie exaltante. »

Qu’est-ce qui est essentiel, qu’est ce qui ne l’est pas ? Dans une série de cinq vidéos à paraître sur notre site, le philosophe et auteur du livre « Comment rester serein quand tout s’effondre », un ouvrage qui redonne de l'espoir, nous fait part de ses réflexions. Aujourd’hui, il explique...

Publié le 11 avril 2021 à 13h00Sauvegardé  Qu’est-ce qui est essentiel, qu’est ce qui ne l’est pas ? Dans une série de cinq vidéos à paraître sur notre site, le philosophe et auteur du livre « Comment rester serein quand tout s’effondre », un ouvrage qui redonne de l'espoir, nous fait part de ses réflexions. Aujourd’hui, il explique l’importance de s’autoriser à être soi-même.  

Karim Benzema marque, le Real Madrid s'impose à Grenade et croit encore au titre en Liga Origines du Covid-19 : l’hypothèse d’un accident à l’Institut de virologie de Wuhan relancée après la divulgation de travaux inédits Le Borussia Dortmund atomise le RB Leipzig et s'offre la Coupe d'Allemagne

ParELLE. Pour vous, s’autoriser à être soi, c'est « dingue ». Pourquoi ?Fabrice Midal.À cause de la pression de la norme, dont on ne se rend pas compte, qui nous fait croire que l’on doit être d'une certaine façon pour être accepté, que si l’on se met un tout petit peu à nu, on va perdre le contrôle. Nous croyons donc que si nous gardons le contrôle en toute situation, alors on sera sauf. C’est une profonde erreur, parce que plus on veut garder le contrôle, moins on est soi-même, moins on est

heureux.ELLE. C’est un mirage de se dire que l’on est déjà soi ? Quand on est seul, par exemple.F.M.Même quand on est seul, on a tendance à se censurer, le poids de la société est extrêmement fort. On se dit, « je n’ai pas le droit de ressentir ça, de vouloir ça, je suis complètement fou... ». On ne s’autorise pas. […] On n’est pas soi. Parce qu’on est prisonnier des injonctions de notre famille, de la société, on grandit avec une certaine vision du genre, les petites filles sont élevées d’une certaine manière... Et puis il y a beaucoup de pression, c’est très difficile de savoir ce que l’on aime, quels sont nos besoins, ce qu’on veut. Cela prend beaucoup de temps. headtopics.com

ELLE. Respecter la norme, cela rassure non ? Alors pourquoi est-ce aussi important de prendre le risque d’être soi, de s'autoriser à l'être ?F.M.Quand on est soi, on est créateur de sa vie, on connaît sa propre puissance, on est détendu, et on est plus heureux. Quand on est soumis à la norme, on se sent mal, on sent qu’on n’est pas capable, alors qu’en réalité personne n’arrive jamais à être totalement dans la norme. Vous êtes dans un état de plus en plus inquiet, vous avez peur que ça déborde, vous êtes tout le temps obligé de vous surveiller. C'est quand même beaucoup plus simple d'être soi que de devoir jouer un rôle en permanence, c’est épuisant. Je pense que beaucoup de gens souffrent de dépression, d’angoisse, de souffrance, et de découragement. Ils ne se rendent pas compte, ils pensent que c’est peut-être dû à des problèmes circonstanciels, mais la cause de leurs problèmes c’est qu’ils ne sont pas eux-mêmes.

ELLE. C’est dur d’identifier ces mécanismes-là, la pression de la norme. Comment fait-on pour s’en rendre compte ?F.M.La première chose à faire ici, c’est de se rendre compte qu’être soi, ce n’est pas une faute. Parce qu’on a l’impression qu’on n’a pas le droit d’être soi, qu'il faut se sacrifier pour les autres, qu’il faut obéir aux normes sociales sinon c’est mal. Or on se rend compte qu’au contraire, plus je suis moi-même, plus je suis libre, plus je connais ma force, plus je peux aider le monde et les autres. Ça c’est déjà une première étape.

ELLE. Quand on s’est rencontré soi-même, que l'on est soi-même, qu'est-ce qui change dans notre rapport aux autres ?F.M.On est libre. On a moins peur du jugement de l’autre en permanence. On sait qu’être dépendant du jugement des autres, c’est être complètement inhibé, on ne peut plus rien faire. […] La norme finalement, c’est une illusion. Nous sommes tous singuliers. Tout le monde a quelque chose de singulier, d’un peu étrange, d’un peu bizarre, une blessure...

ELLE. En réalité, on n’arrête jamais de s’autoriser, de se rencontrer.F.M.Être soi, c’est un travail de toute une vie, on se rend compte régulièrement qu’il y a des choses qu’on ne s’autorisait pas, qu’on n’osait pas toucher. S’autoriser à être soi, c'est une vie exaltante. C’est un travail, tout le temps à reprendre, qui est passionnant. headtopics.com

Proche-Orient: des soldats israéliens pénètrent dans la bande de Gaza Au Brésil, des milliers de manifestants défilent contre le racisme et la violence policière Premier League : Liverpool se réveille et s'impose face à Manchester United

ELLE. Si l’on veut approfondir la question, quelles lectures suggérez-vous ?F.M.Il faut lire les contes de fées. Parce qu’il est toujours question de ça. Le Petit Poucet n’est pas dans la norme, il accepte sa singularité, il accepte d’être soi, d’être petit, malin, de ne pas répondre à l'attente de ses parents... Et il trouve une solution. Tous les contes de fées disent des choses extrêmement profondes, il suffit de relire les contes sous cet angle, c’est-à-dire comment quelqu’un d’abord obéit aux autres et finalement ose être un peu lui-même. Un autre exemple :

. La Belle est prisonnière de la convention qui établit qu’une bête est horrible, et puis doucement elle découvre son besoin et tout se transforme. Lire la suite: ELLE »

Pourquoi une porte a changé la vie d'Harrison Ford

PODCAST - Dans une minute, vous saurez pourquoi une porte a changé la vie d’Harrison Ford…

Les infos de 6h - Allemagne : les vaccinés font des jalouxLes Allemands ayant reçu les deux doses nécessaires du vaccin pourront bientôt bénéficier d'un allègement des restrictions. Très bonne stratégie pour inciter les complotistes à se faire vacciner. C’est normal ça permettra à tous ceux qui ne souhaite pas le vaccin de changer d’avis Résumé en deux mots : chantage vaccinal.

Riz Ahmed a demandé Fatima Farheen Mirza en mariage grâce au ScrabbleLa romancière a cru à une blague (mais elle a dit « oui »)

Grâce à Twitter, elle retrouve la pompière réserviste qui a sauvé la vie de son mari - ElleLa semaine dernière, Peter, le mari de Lori, fait un arrêt cardiaque dans un parc parisien. Il est secouru par une pompière réserviste. Avec un peu de persévérance et de l’aide via Twitter, Lori a pu la retrouver et la remercier en chair et en os, ce dimanche.

Meurtre d'une octogénaire à Paris : un voisin mis en examen pour meurtreDimanche 2 mai, le corps sans vie d'une octogénaire a été découvert chez elle à Paris. Son appartement était fermé à clef.