Elections allemandes : comment va se négocier la future coalition

Le parti arrivé en tête dimanche n'est pas nécessairement celui qui dirigera le prochain gouvernement. La formation de la coalition promet des semaines voire des mois de négociations.

27/09/2021 17:03:00

L'Allemagne, pôle de stabilité sous l'ère Merkel, entre dans une phase beaucoup plus imprévisible avec de difficiles tractations en vue pour former le prochain gouvernement suite aux législatives ⤵️

Le parti arrivé en tête dimanche n'est pas nécessairement celui qui dirigera le prochain gouvernement. La formation de la coalition promet des semaines voire des mois de négociations.

ParPublié le 26 sept. 2021 à 19:20Mis à jour le 27 sept. 2021 à 8:44Après16 ans de stabilité, l'Allemagne se prépare à de fortes turbulences politiques. D'après les résultats provisoires diffusés dimanche, aucun parti n'a réussi à réunir plus du tiers des votes. Cette situation, qui serait jugée plutôt banale ailleurs en Europe, reste totalement inédite dans l'histoire allemande. Elle rend hautement probable la formation d'un gouvernement de coalition réunissant non pas deux partis, mais trois. Jamais l'Allemagne n'avait connu un tel scénario depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Au Brésil, la commission d’enquête parlementaire sur le Covid-19 approuve le rapport qui recommande l’inculpation de Bolsonaro A Gaza, la gastronomie méconnue des Abou Hassira Incidents lors d'OM-PSG : jusqu'à 6 mois de prison ferme et des interdictions de stade d'un an

Les négociations qui s'ouvrent sont d'autant plus incertaines que le parti qui aura finalement récolté le plus de voix dimanche -vraisemblablement le SPD - n'est pas nécessairement celui qui dirigera le prochain gouvernement. « Il n'y a pas de prime au leader. C'est la coalition majoritaire qui place le chancelier », résume Alexandre Robinet-Borgomano, expert de l'Allemagne à l'Institut Montaigne. Les candidats à la chancellerie - Olaf Scholz, Annalena Baerbock, Armin Laschet, Christian Lindner, etc. - ne sont d'ailleurs pas ceux qui négocient les futures alliances : à partir de lundi, ce sont les partis qui mèneront la danse.

Nombreuses contradictionsLa formation du gouvernement pourrait impliquer des semaines, voire des mois de négociations. Plusieurs scénarios sont sur la table : beaucoup d'experts parient sur une alliance entre le parti social-démocrate, les verts et les libéraux (FDP) au sein d'une coalition baptisée « feux tricolores » compte tenu des couleurs des trois partis. « C'est la plus probable, mais paradoxalement celle qui poserait le plus de problèmes », explique Alexandre Robinet-Borgomano. headtopics.com

C'est en effet elle qui promet le plus de contradictions entre les parties prenantes. Entre le SPD qui prône une taxation accrue des hauts revenus et le FDP qui y est résolument opposé. Entre les Verts qui préconisent 500 milliards d'euros d'investissements sur dix ans et un FDP obsédé par la rigueur budgétaire. Entre le SPD qui soutient

le gazoduc Nordstream IIet les Verts qui en font un casus belli… ces trois partis n'ont a priori rien pour s'entendre.Mais qu'importe : il est fort probable que ces contractions soient mises en sourdine au cours des prochaines semaines et que les liens humains tissés entre les partis priment sur la cohérence des programmes.

Lire aussi :Dossier: L'Allemagne tourne la page MerkelUn deuxième scénario reviendrait à réunir le SPD, les Verts et la gauche radicale (die Linke). Mais il paraît moins probable dans la mesure où celle-ci n'a recueilli que 5 % des votes ce dimanche, selon les premières estimations. Très populaire à l'est du pays, notamment à Berlin, Die Linke constitue par ailleurs un sérieux repoussoir dans les régions de l'Ouest.

Compte tenu de leur domination ce dimanche, il ne serait pas illogique que la CDU et le SPD, qui rassemblent à eux deux la majorité des voix ou presque, reconstituent le tandem formé dans le gouvernement précédent. Mais ce schéma est rejeté par nombre d'Allemands qui aspirent au changement. Les deux partis eux-mêmes n'en ont aucune envie. headtopics.com

Résultat et résumé Chelsea - Southampton, League Cup, 4e tour, mardi 26 octobre 2021 Elizabeth II renonce «à regret» à participer à la COP 26 Covid-19 : un comité américain recommande le vaccin de Pfizer pour les 5-11 ans

Une coalition minoritaire peu souhaitableLa droite, en revanche,ne dirait pas non à une alliance avec les Verts- un schéma inenvisageable en France. « Ce serait la coalition la plus gouvernable et la plus cohérente. Cela accompagnerait le verdissement en cours au sein de la CDU », pense Alexandre Robinet-Borgomano. Mais les deux formations n'ont réuni dimanche qu'environ 40 % des voix.

Si une coalition minoritaire n'est pas interdite, elle serait peu souhaitable : le pouvoir du parlement est trop important pour qu'un gouvernement prenne le risque de se passer d'une majorité. Ce n'est d'ailleurs jamais arrivé depuis 1945, sauf sur de courtes périodes, à la suite de ruptures de coalition.

VIDEO - Elections : l'Allemagne entre dans une période d'incertitude Lire la suite: Les Echos »

Les Conquérants : le podcast des campagnes présidentielles

Au travers d’archives Alain Duhamel et Maxime Switek vous dévoilent les coulisses inédites, des victoires des campagnes présidentielles de la 5e république.

Elections allemandes : le SPD de retour sur le devant de la scèneLes premiers sondages à la sortie des urnes donnent le SPD et la CDU-CSU au coude à coude. Le premier constat est un retour en fanfare des sociaux-démocrates, qui progressent fortement par rapport aux élections de 2017. Le J c'est le SPD 🤚✋ Heu non. Pas de quoi pavoiser: il ne mènent que de deux petits % devant les conservateurs, avec qui ils devront nécessairement composer une coalition. Et ils n'y sont parvenus que parce que le candidat du CDU est un débile profond avec le charisme d'une méduse.

Élections en Allemagne : le SPD et la CDU au coude à coudeLes premières estimations des élections allemandes rapportent un score très serré ce dimanche.

En Allemagne, le SPD revendique (déjà) la victoire malgré des premiers chiffres serrés avec la CDULes sociaux-démocrates menés par Olaf Scholz et les conservateurs de Armin Laschet sont donnés à un petit point d'écart selon les sondages à la sortie des urnes. Ils devancent le CDU de 1,5%

Allemagne : le SPD et la CDU veulent qu'une coalition soit formée 'avant Noël'Les sociaux-démocrates du SPD et les chrétiens-démocrates de la CDU sont au coude à coude, avec environ 25% des voix On peut dire ce qu'on veut, mais il y a du bon dans le système allemand où les partis sont invités à former une coalition de gouvernement. Au moins ils se parlent et l'exécutif n'impose pas son point de vue.

Elections en Allemagne : pourquoi le Parlement n'en finit pas de grossirLe système complexe de scrutin à deux voix et la fragmentation du paysage politique nourrissent une inflation du nombre de députés qui menace de faire du Bundestag un parlement XXL. Explications.

Elections allemandes : la chute de la CDU souligne le déclin des conservateurs européensLes chrétiens-démocrates allemands enregistrent le plus mauvais résultat de leur histoire. Si la chancellerie leur échappe, le Parti populaire européen ne comptera plus que sept chefs de gouvernement dans l'UE. N’exagérons rien. Il est juste difficile de succéder à Merkel.