Crack à Paris : le campement de La Villette évacué, un dispositif de police prévu durant plusieurs jours

05/10/2022 08:23:00

Des policiers sont dans le XIXe arrondissement ce mercredi pour déloger les consommateurs présents depuis plus d’un an maintenant. Ils devra

🔴 La préfecture de Paris procède en ce moment même au démantèlement du square Forceval, dans le XIXe arrondissement de Paris, où sont installés 300 à 400 toxicomanes

Des policiers sont dans le XIXe arrondissement ce mercredi pour déloger les consommateurs présents depuis plus d’un an maintenant. Ils devra

riverains étaient sur place pour assister à la scène.Illustration d'une cigarette dans les mains d'un fumeur.04/10/2022 à 19:05 l'essentiel Quatre étudiants s'apprêtent à porter plainte pour "violences volontaires en réunion" contre trois contrôleurs Tisséo.Suivre 2 mn La rumeur de la présence de ces miliciens circule depuis plusieurs mois dans le pays.

Des riverains pour certains dubitatifs.« On demandait une évacuation avec une mise à l’abri des personnes, s’inquiète déjà Raphaël, habitant de Pantin et membre du collectif Anti-Crack 93.20 Minutes a sollicité ses lecteurs - fumeurs - pour savoir si cette hausse des prix pouvait les pousser à arrêter.On a cru comprendre qu’il y avait quelques places d’hébergement.Les faits plus que troublants remontent à la nuit du samedi 1er au dimanche 2 octobre.Mais pas suffisamment.Et 50 centimes de plus en 2023.Ça nous laisse dubitatif pour la suite.Pour Alexandre-Ferdinand Nguendet, des miliciens du M23 stationnent dans plusieurs régions frontalières, sous uniforme rwandais, dans le but de menacer le pays voisin.

» Une source proche du dossier se veut toutefois rassurante.Alors que le prix des cigarettes va augmenter pour atteindre 11 euros d’ici à 2024, comme l’a indiqué la Première ministre, les Français fumeurs pensent-ils à diminuer, voire à mettre fin à leur consommation ? D’après le , plus de trois adultes de 18-75 ans sur dix déclaraient fumer (31,8 %) en 2020, et un quart déclaraient fumer quotidiennement (25,5 %).En attendant l'arrivée des secours, ils repèrent des étudiants qui selon la direction de Tisséo "passent en fraude et d'autres qui tiennent des récipients en verre de boisson".L’opération serait en préparation depuis plusieurs semaines.Elle consiste, d’après cette source, dans un premier temps, en l’évacuation des lieux et le contrôle des personnes qui s’y trouvaient.« Je prends du plaisir à fumer » Pour certains, la réponse est catégorique : pas question d’arrêter.Les étrangers en situation irrégulière seront envoyés dans des centres de rétention administrative avant leur expulsion.Ces derniers assurent que ce sont les contrôleurs qui les ont roués de coups.Les personnes recherchées par la police seront poursuivies par la justice.Même chose pour Jean-Marc, qui reconnaît « fumer dix cigarettes par jour depuis l’âge de 14 ans ».Le premier est une note des services de renseignement de RDC, mais elle a été « basée sur une fausse information de presse » explique aujourd’hui un employé de l’ambassade congolaise à Bangui.

Pour les autres, des solutions auraient été anticipées.Des lits médicalisés ont notamment été ouverts au sein d’établissements de l’AP-HP.Un facteur qui ne semble pas freiner la consommation d’Isabelle en règle générale : « Je n’arrêterai pas, comme je n’arrêterai pas de manger parce que la nourriture coûte plus cher… ».Version corroborée par le parquet de Toulouse.Mardi soir, des sources indiquaient en effet que des associations et un hôpital avaient été contactés pour trouver des lits médicalisés.Une dizaine aurait été prévu, selon les besoins définis à la suite des dernières opérations de police, même si ce chiffre pourrait être revu à la hausse si nécessaire.Bon nombre de nos lecteurs justifient en partie leur choix par leur interrogation concernant la fiscalité qui pèse sur les paquets de cigarettes.A 7h30, un premier car de police arrivait aux abords du camp, faisant bien penser à une prise en charge des consommateurs.L'ancien bâtonnier va déposer plainte contre ces agents Tisséo pour "violences volontaires en réunion" : "Mes clients regagnaient tranquillement leurs pénates avec leurs copines.

Sauf que selon un policier, « rien n’a été prévu pour eux si ce n’est une surveillance pour éviter qu’ils ne se réinstallent ailleurs, ce qui est pourtant inévitable.D’après les chiffres de la Direction générale des Douanes et des Droits indirects, et ce depuis le 1er mars 2020, l’Etat taxe - pour le droit de consommation et la TVA - environ 80 % du prix d’un paquet, soit 8,33 euros sur un paquet à 10 euros, par exemple.» « On en est exactement au même point que l’année dernière » « Nous n’avons pas du tout été contactés par la préfecture de police, regrettent pour leur part des membres de Médecins du monde, présents sur place.On est une fois de plus sur une réponse sécuritaire et pas sanitaire.« Non, on ira en Espagne ! » Pour d’autres lecteurs et lectrices, la solution semble être ailleurs.Les agents sont venus à leur contact.» Marie Debrus, référente technique et plaidoyer sur les questions de réduction des risques en matière de drogue à Médecins du monde, renchérit : « On en est exactement au même point que l’année dernière.Les acteurs de terrain ont pourtant récemment produit un rapport avec un ensemble de solutions.Fabienne, qui achète ses cigarettes en Espagne , est du même avis : « Désolée pour nos buralistes, mais seule avec 3 enfants, mon choix est vite fait ».

Nous attendons maintenant des moyens concrets pour les mettre en place." Selon l'homme de loi, les agents assermentés ont menti dans leurs déclarations auprès de la police : "Ils ont déposé plainte assurant aux enquêteurs avoir été les victimes dans cette histoire.» Dans les services de l’Etat, on assure pourtant du contraire.Nos lecteurs craignent d’ailleurs que l’inflation des cigarettes n’amplifie ce phénomène.D’ailleurs, pour les cas moins urgents, ne nécessitant pas une prise en charge médicale au sein d’établissements hospitaliers, des solutions auraient aussi été prévues, comme des places dans des structures dédiées aux femmes victimes de violences conjugales.Pourtant, Anne Souyris, l’adjointe (EELV) à la maire de Paris chargée de la Santé, sème le doute.Et cette conséquence ne serait pas la seule, d’après nos lecteurs.Mes clients ont été relâchés sans qu'aucune charge ne soit retenue contre eux.Alors que l’opération a annoncée comme menée de concerts avec tous les acteurs du dossier, elle tacle déjà sur Twitter : « Et rebelote.

Pourquoi recommencer le même processus : évacuer sans solution construite de prise en charge préalable? Comment penser que ces usagers de drogues en déshérence sociale ne vont pas se retrouver entre Stalingrad et halls d’immeuble ? » Des agents du service propreté de la Ville sont sur place pour nettoyer les lieux.Pour rappel, les cigarettes contrefaites ne font l’objet d’aucun contrôle et sont fabriquées avec des matériaux de basses qualités parfaitement nocifs pour la santé.LP/P.Il avait rendez-vous avec un médecin légiste, je n'ai pas encore eu de retour.D.Les achats de contrefaçons de cigarettes représentent eux 13 %.LP/Florent Hélaine Selon une source interne à la préfecture de police, les forces de l’ordre devraient rester sur place durant plusieurs jours, avec des CRS la nuit notamment, pour éviter que le camp ne se reforme.L’objectif sera notamment d’éviter que les scènes de consommation et de violences , devenues quotidiennes square Forceval avec cette présence de 300 à 400 consommateurs, ne se redéplacent en masse vers Stalingrad, où ces derniers avaient leurs habitudes avant d’être transférés au square Forceval par les autorités.Premièrement pour des raisons financières." Ce sera à la justice de démêler le vrai du faux.

Le dispositif mis en place ce jour, avec 1000 policiers et gendarmes, devrait en effet perdurer dans le temps, indique encore cette source proche du dossier.« C’est la différence avec les précédents démantèlements.Vanessa, elle, a décidé de faire des économies en « passant à la cigarette électronique ».Il n’y a jamais eu autant des forces de l’ordre déployées.Et resteront tant qu’un risque de reformation, à Forceval ou ailleurs, perdurera.Et la santé ? « Certes, payer plus de 10 euros pour un paquet de cigarettes est excessif, mais c’est principalement pour la santé que nous avons arrêté », affirme Edwin.» Les Parisiens du XIXe arrondissement peuvent-ils enfin espérer retrouver un cadre de vie apaisé ? Les riverains du square Forceval ont en tout cas vu arriver, vers 8h30, des agents du service propreté de la Ville de Paris, venus pour remettre les lieux en état.

Le mur de la honte, érigé à l’entrée d’un tunnel entre Paris et Pantin, devrait quant à lui être détruit, sans qu’une date ne soit pour l’heure communiquée.Toutefois, selon Anne, « on n’arrête pas de fumer pour quelque chose ou pour quelqu’un, on arrête quand on le décide, quand on sent que c’est aujourd’hui ».Dans la rubrique.

Lire la suite:
Le Parisien | Paris »
Loading news...
Failed to load news.

Pour aller où ?

Nos lecteurs vont-ils arrêter la cigarette avec la hausse des prix ?Les lecteurs de « 20 Minutes » nous expliquent pourquoi ils comptent - ou non - arrêter la cigarette Ben ca doit dépendre aussi d'ou ils vivent, ceux qui vivent près des frontière allemande, andorrane ou luxembourgeoise par exemple iront juste enrichir les bureaux de tabac la bas 🤣

Toulouse : des contrôleurs du métro ont-ils commis une bavure ?Quatre étudiants s'apprêtent à porter plainte pour 'violences volontaires en réunion' contre trois contrôleurs Tisséo. Ces jeunes gens auraient roué de coups station Marengo.

Des rebelles du M23 se trouvent-ils en Centrafrique dans le but d’intervenir en RDC ?La rumeur de la présence de ces miliciens circule depuis plusieurs mois dans le pays. Elle prospère sur la crise entre Kinshasa et Kigali, et sur la forte implication et la présence militaire rwandaise… Au Rwanda ou en Centrafrique La radio des Milles Collines Tout ça c'est poutine RDC doit prendre cet affaire au sérieux, nous demandons au ministre de défense et le chef d'état major à agir

Bruno Retailleau veut une réforme des retraites pour «préserver les droits des Français»Le président du groupe Les Républicains au Sénat Bruno Retailleau, était l'invité de Sonia Mabrouk ce mardi matin. Interrogé sur la future réforme des retraites, le sénateur de Vendée souhaite rapidement une réforme du système pour assurer de nouveaux droits aux Français et l'assure : "Quand on a des convictions, on s'y tient !" Menteur Pour faire des économies

Il récupérait des médicaments avec des ordonnances falsifiéesLe prévenu servait d’intermédiaire dans le cadre d’un possible trafic de médicaments