Chez Totuma, arepas bien méritées

Dans la famille street-food à Paris, découvrez d'urgence l’Arepa, classique de la cuisine du Venezuela : une galette de farine de maïs garnie de viande mijotée, de légumes et de fromage.

Venezuela

24/01/2022 02:01:00

Dans la famille street-food à Paris, découvrez d'urgence l’Arepa, classique de la cuisine du Venezuela : une galette de farine de maïs garnie de viande mijotée, de légumes et de fromage.

Ce sandwich traditionnel vénézuélien à base de galettes de maïs se dégote difficilement à Paris. Rencontre avec Valentina Palacio, Vénézuélienne qui a inauguré une cantine où elle le décline en versions créatives et végétariennes.

publié le 22 janvier 2022 à 10h58Dans la famille des mets de street-food étrangers qui ont essaimé à Paris ces dernières années, on demande l’arepa. Après les sandos, sandwichs japonais sucrés et salés à base de pain de mie ; les pides, pizzas turques ; les choripans, genre de hot-dogs argentins ; les currywürst et kebabs à la mode berlinoise ; ou encore

les sabish, pains pita garnisd’aubergine et d’œufs issus de la cuisine juive irakienne, voici donc un classique de la cuisine du Venezuela : une galette de farine de maïs dans laquelle on place traditionnellement de la viande mijotée, des légumes et du fromage. Jusqu’à récemment, il était difficile d’en trouver à Paris. Bululú, cantine confidentielle du XVIIIe arrondissement, a longtemps été la seule à en proposer. Mais il y a quelques mois, Totuma a ouvert rue Alexandre Dumas, dans le XIe arrondissement. A la tête de sa cuisine miniature ­ – elle ne mesure pas plus de 3m2, Valentina Palacios, une Vénézuélienne de 34 ans, ex-employée de Bululú.

Lire la suite: Libération »

Miam !!mariannekrs En attendant, ça fait des années que votre ami MADURO, dictateur communiste de mes 2, affame son peuple !!! C'est super bon les Arepas! Et la Cachapa... 😊 Décidement! Notre beau pays qui était le roi de la gastronomie a fini vraiment gangréné par toutes ces cuisines!

Comment cette serrurière aide les femmes à se sentir en sécurité chez ellesSur Instagram, Amélie Lange se fait appeler 'la serrurière de Paris'. Après 20 ans dans la publicité, elle a choisi de se rendre plus utile en volant aux secours de clientes en détresse. Le Barbier de Séville, le Marchand de Venise, la Surrurière de Paris.....

VIDEO « J'ai honte » : Laurent Ruquier raconte sa dernière « cuite » chez un célèbre humoriste - VoiciSamedi 22 janvier, dans On est en direct, Laurent Ruquier a raconté sa 'dernière cuite', et c'était chez un des invités de l'émission auprès de qui il s'est excusé : 'J'ai honte… D'ailleurs, pardon...

Enfoirés 2022 : hécatombe chez les artistes, de nombreux absents à cause de la Covid-19 - VoiciDimanche 23 janvier 2022, les tournages du concert des Enfoirés 2022 se déroulaient à Montpellier. Malgré les précautions prises par les membres de l'organisation, de nombreux artistes ont dû renon...

La voie royale des doubles licences à Paris-I-Panthéon-SorbonneTrès demandées par les lycéens, ces filières sont devenues archisélectives. A l’instar des classes prépa, elles ouvrent les portes des écoles les plus prestigieuses.

Les infos de 18h - Un vol Air France Paris-Perpignan prend feu juste après le décollageQuelques minutes après le décollage, le réacteur droit d'un avion Air France reliant Paris à Perpignan a subitement pris feu vendredi 21 janvier. On sait pourquoi il a pris feu ? Et tout ca sans supplément de billet.. Merci air France.

Philippine Leroy-Beaulieu répond aux critiques sur Emily in Paris - VoiciMénages à trois, incohérences de langue, Français fainéants, aberrations géographiques... La série Emily in Paris, diffusée sur Netflix, est souvent raillée pour les clichés qu'elle véhicule. Des a...

et photo Roberto Frankenberg pour Libération publié le 22 janvier 2022 à 10h58 Dans la famille des mets de street-food étrangers qui ont essaimé à Paris ces dernières années, on demande l’arepa. Après les sandos, sandwichs japonais sucrés et salés à base de pain de mie ; les pides, pizzas turques ; les choripans, genre de hot-dogs argentins ; les currywürst et kebabs à la mode berlinoise ; ou encore les sabish, pains pita garnis d’aubergine et d’œufs issus de la cuisine juive irakienne, voici donc un classique de la cuisine du Venezuela : une galette de farine de maïs dans laquelle on place traditionnellement de la viande mijotée, des légumes et du fromage. Jusqu’à récemment, il était difficile d’en trouver à Paris. Bululú, cantine confidentielle du XVIIIe arrondissement, a longtemps été la seule à en proposer. Mais il y a quelques mois, Totuma a ouvert rue Alexandre Dumas, dans le XIe arrondissement. A la tête de sa cuisine miniature ­ – elle ne mesure pas plus de 3m2, Valentina Palacios, une Vénézuélienne de 34 ans, ex-employée de Bululú. «C’est comme la baguette en France» «On les mange toute la journée, mais pas de la même façon selon les régions, détaille la cuisinière. A Caracas, c’est de la street-food. Quand tu sors de boîte à 3 heures du matin, tu passes dans une arepera , un grand restaurant de deux étages ouvert 24 heures sur 24, et tu achètes une arepa. Il y a pas mal d’options de garnitures – du poulpe, des œufs de caille à la mayonnaise, de la viande, d …