'Ça suffit': la présidente de la Fondation des femmes demande 'un peu de décence' à Nicolas Hulot

'Ça suffit': la présidente de la Fondation des femmes demande 'un peu de décence' à Nicolas Hulot

24/11/2021 17:50:00

'Ça suffit': la présidente de la Fondation des femmes demande 'un peu de décence' à Nicolas Hulot

Anticipant la diffusion d'un numéro de l'émission 'Envoyé spécial', qui a recueilli le témoignage de plusieurs femmes l'accusant de viol et d'agressions sexuelles, l'ex-ministre de l'Écologie s'est vivement défendu sur BFMTV. Toujours sur notre antenne, une élue et une militante l'appellent à 'un...

Anticipant la diffusion d'un numéro de l'émission"Envoyé spécial", qui a recueilli le témoignage de plusieurs femmes l'accusant de viol et d'agressions sexuelles, l'ex-ministre de l'Écologie s'est vivement défendu sur BFMTV. Toujours sur notre antenne, une élue et une militante l'appellent à"un peu de décence".

"Entendre, à chaque fois qu'un homme est mis en cause, des paroles de ce type, qui disent que c'est lui la victime, est quelque chose d'extrêmement dur". Avant même la diffusion d'un épisode du magazine"Envoyé spécial" sur France 2, qui a recueilli plusieurs témoignages de femmes l'accusant de viol et d'agressions sexuelles, l'ancien ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, est venu dénoncer

Lire la suite: BFMTV »

Delphine (L'amour est dans le pré 2021) au bilan sans Ghislaine : 'Ça ne pouvait pas marcher'Lors du bilan de la saison 16 de L'amour est dans le pré, Delphine est venue sans Ghislaine. L'arboricultrice est revenue pour Télé-Loisirs sur les raisons de cette rupture et a évoqué un évènement qui, lors du speed dating, lui avait déjà mis le doute. Ghislaine a trop voulu en faire et c'est une posesive elle va avoir du mal à retrouver une femme bien comme Delphine parfois un peu de naturel et de calme et surtout de la confiance c'est très bien aussi

Castex a le Covid malgré les vaccins, mais ça ne doit pas les remettre en causeDe nombreuses personnes sont testées positives au coronavirus en étant vaccinées, mais cela ne remet pas en cause l'efficacité de la vaccination. C'est sur et la tout les anti vax vont encore dire bla bla , je l'ai eu en septembre , le mal de tête que j'ai eu , je suis fière etre vaciné ! Ben tiens AliGastineau Rien ne doit le remettre en cause. JAMAIS!!!

'Ça m'émeut encore' : Tonya Kinzinger victime d'une fausse couche, elle peine à évoquer le sujetLa vie lui a fait le plus beau des cadeaux en lui offrant Sacha, son fils qui a fêté ses 18 ans en mai dernier. Mais Tonya Kinzinger n'oublie pas cet autre bébé qui, autrefois, grandissait dans son ve

Benoît Magimel, délesté de 20 kg, évoque « sa tête amaigrie » : « Ça me faisait peur » - GalaA l'affiche du nouveau film d'Emmanuelle Bercot, De son vivant, Benoît Magimel a dû faire un régime drastique afin d'apparaître bien plus amaigri pour le rôle qu'il tient dans le film. Un changemen...

La NASA s'inspire du film « Armageddon » pour une mission spatiale et ça fait bien rire TwitterLa nuit dernière, la NASA a envoyé dans l'espace un percuteur afin de dévier la trajectoire d'un astéroïde qui menace la Terre. Un scénario qui s'inspire grandement du célèbre film Armageddon de Michael Bay.

“Il a vécu ça d'une façon extraordinaire” : Eddy Mitchell dévoile les coulisses des derniers concerts de Johnny Hallyday

messenger Anticipant la diffusion d'un numéro de l'émission"Envoyé spécial", qui a recueilli le témoignage de plusieurs femmes l'accusant de viol et d'agressions sexuelles, l'ex-ministre de l'Écologie s'est vivement défendu sur BFMTV. Toujours sur notre antenne, une élue et une militante l'appellent à"un peu de décence". "Entendre, à chaque fois qu'un homme est mis en cause, des paroles de ce type, qui disent que c'est lui la victime, est quelque chose d'extrêmement dur". Avant même la diffusion d'un épisode du magazine"Envoyé spécial" sur France 2, qui a recueilli plusieurs témoignages de femmes l'accusant de viol et d'agressions sexuelles, l'ancien ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, est venu dénoncer des"affirmations mensongères" sur notre antenne ce mercred i. Ce dernier a affirmé être victime,"comme d'autres" du"poison de la rumeur, des insinuations". Une prise de parole difficile à entendre pour certaines élues et militantes féministes, qui en dénoncent la violence."Ces propos, on les a déjà malheureusement trop souvent entendus. Neuf femmes sur dix ont vécu des relations sexuelles contraintes, imposées, difficiles en France. C'est la réalité de ce qu'on vit toutes et tous", souligne ainsi Sandra Regol, secrétaire national adjointe d'Europe Écologie-Les Verts, sur BFMTV, qui cite ici une . "Une disproportion" des paroles Si l'élue rappelle fermement que la"présomption d'innocence va de soi", elle estime également que"beaucoup de personnes, de femmes, qui ont été victimes d'agressions sexuelles ou sexistes ont tenté de recourir à la justice, de parler, et que ça ne fonctionne pas toujours"."Ça fonctionne encore plus difficilement quand la personne est très connue, et qu'elle a une parole beaucoup plus entendue que les femmes d'en face", regrette-t-elle, soulignant"une disproportion entre ces deux paroles". En février 2018, le magazine Ebdo avait publié une enquête controversée faisant état d'une plainte pour viol déposée dix ans plus tôt contre l'ex-animateur télé et classée sans suite. Etait également mentionnée une rumeur de harcèlement sexuel à l'encontre d'une ancienne collaboratrice de la Fondation Nicolas Hulot qui avait elle-même démenti. Juste avant la parution de l'article, celui qui était encore en poste au ministère de la Transition écologique et solidaire avait"pris les devants" en allant démentir, également sur notre antenne, tout comportement inapproprié et des rumeurs"ignominieuses". La stratégie de communication de Nicolas Hulot en cause Pour Anne-Cécile Mailfert, présidente de la Fondation des femmes, cette stratégie de communication interroge et pose problème."Il rejoue la même situation de communication de parler avant la révélation des faits. Forcément, je ne sais pas de quoi ces femmes parlent, donc qui peut lui rétorquer quoi que ce soit? Qui peut s'opposer?", s'est-elle interrogé. L'écrivaine et militante féministe estime qu'il est essentiel de"laisser les femmes parler, ne pas leur couper la parole comme (Nicolas Hulot) vient de le faire, comme il l'a déjà fait en parlant en premier pour imposer son propre récit"."Ça suffit", s'est-elle insurgée. Sur le même sujet