Festival

Festival

Au salon de l’élevage de Rennes, les éleveurs face aux défis du réchauffement climatique

Au salon de l’élevage de Rennes, les éleveurs face aux défis du réchauffement climatique

14/09/2019 10:17:00

Au salon de l’élevage de Rennes, les éleveurs face aux défis du réchauffement climatique

Le Space a choisi de mettre l’accent, pour son édition 2019, sur le changement climatique afin de faciliter la prise de conscience des éleveurs, partagés entre exaspération face aux critiques croissantes, et nécessité d’adaptation.

« l’aliment avec le plus d’effet sur l’environnement ». Face à ces conclusions,plusieurs étudesappellent à une réduction de la consommation de viande de 80 % à 90 % dans les pays développés.

FC Barcelone - Bayern Munich : retour sur ces confrontations d'anthologie Thiago Alcantara, le gros regret du FC Barcelone Vente OM : Mourad Boudjellal se retire du projet de rachat et dézingue le clan Ajroudi !

Dans les allées du Space, rares sont les éleveurs qui ignorent ces constats. Rares sont aussi ceux qui ont envie qu’on les leur rappelle. Dans ce Salon de 16 hectares, il est facile d’éviter les quelques lieux d’échanges consacrés au climat.

« On a fait des efforts depuis trente ans, on est moins mauvais que d’autres pays, et on est sans cesse incriminés comme si nous étions seuls responsables des catastrophes climatiques, alors que le consommateurapprécie de manger de la viande à des prix abordables ! »

, s’emporte, comme beaucoup d’autres, un couple de producteurs de viande à la tête d’un cheptel de 400 bovins en Bretagne.Article réservé à nos abonnésLire aussiLa demande de viande pèse sur les ressources de la planète

Pourvoyeurs et victimesSi la pression croissante ressentie par les éleveurs favorise les positions défensives, il n’en reste pas moins que le réchauffement climatique est entré de force dans les préoccupations de ceux qui sont autant pourvoyeurs que victimes des gaz à effet de serre. Récoltes anticipées, animaux souffrant de la chaleur, sécheresses qui obligent à puiser dans les stocks de fourrages d’hiver pour nourrir les animaux l’été et créent des problèmes d’approvisionnement en eau…

« Le réchauffement climatique, il est chaque jour un peu plus dans nos champs, même en Bretagne », résume Frédéric Simonneaux, qui possède une exploitation de 90 vaches laitières en Ile-et-Vilaine et participe à « l’espace pour demain » du Space, où sont mises en communs les solutions écologiques des éleveurs.

Lire aussiVoiture, industrie, viande… Quelles sont les causes du réchauffement climatique en France ?Acculées à des transformations urgentes et jugées trop lentes, les fédérations d’éleveurs profitent du Salon pour montrer qu’elles s’attellent au problème, à la fois pour répondre aux préoccupations de la société et aux nouvelles contraintes qui s’imposent à leurs membres. La filière bovine, qui représente à elle seule

La Turquie accuse la France de jouer au « caïd » en Méditerranée orientale Les Palestiniens oubliés dans l’entente entre Israël et les Emirats arabes unis Coronavirus : l'Espagne ferme les discothèques et annonce de nouvelles mesures de restriction

60,4 % des émissions de gaz à effet de serre agricoles françaises, a par exemple lancé, en 2015, le programme « Ferme laitière bas carbone » pour réduire de 20 % les émissions de l’élevage laitier d’ici à 2025.

« Nous faisons des diagnostics carbone dans chaque ferme pour proposer à chaque éleveur plusieurs outils parmi lesquels il choisit les plus adaptés à son exploitation et à sa façon de travailler »,explique Marie-Thérèse Bonneau, éleveuse vendéenne chargée du programme. Le « Life beef carbon » a une ambition similaire pour la production de viande bovine.

Parmi ces solutions, qui ont l’avantage d’être à la fois plus écologiques et bénéfiques économiquement pour les éleveurs, on retrouve l’efficacité thermique des bâtiments, l’introduction de cultures plus résistantes ou plus riches pour les sols, la valorisation des fumiers, ou encore le développement des prairies et l’implantation de haies pour absorber du CO

2.Changer de modèleForce est cependant de constater que ces adaptations ne remettent pas en cause le modèle d’élevage industriel et productiviste dénoncé comme intrinsèquement néfaste pour l’environnement, et encore omniprésent au Space. On trouve toutefois dans les allées certains éleveurs qui ont préféré un changement de modèle aux ajustements du système conventionnel. Thomas Raiffé est éleveur ovin bio et membre du directoire de Bretagne viande bio (BVB), un collectif 100 % biologique d’éleveurs, bouchers et transformateurs. Comme la plupart des 500 éleveurs de BVB, dont une large majorité d’éleveurs bovins, il doit produire lui-même au moins 80 % de la nourriture consommée par ses animaux et vend sa production localement.

Article réservé à nos abonnésLire aussiLa Bretagne veut tourner la page de l’agriculture productiviste« Nous n’élevons que les animaux que nos terres peuvent nourrir et dont nous pouvons traiter les déjections »

, explique-t-il, réduisant ainsi les coûts environnementaux et économiques de fabrication d’aliments, de transport, et de stockage des déjections. Les cheptels sont plus petits, les rendements inférieurs d’au moins 30 % à ceux de l’agriculture conventionnelle, et la nécessité de main-d’œuvre sur les fermes est plus importante, mais le collectif assure que les résultats des exploitations sont équivalents tant les coûts financiers sont réduits. Thomas Raiffé, qui n’a rien contre l’idée de

Au Brésil, plus de 105 000 morts et un président « guéri grâce à la chloroquine » La Turquie accuse la France de se comporter en 'caïd' en Méditerranée orientale Vidéo : Will Smith perd ses dents en jouant au golf

manger moins de viande, est convaincu que l’élevage aura un rôle à jouer dans le monde de demain.« On a besoin d’une agriculture durable pour valoriser les terres, absorber du carbone, et nourrir les gens avec des produits de qualité »

, assure-t-il.Une telle conversion suppose malgré tout, pour les éleveurs conventionnels qui restent amplement majoritaires, une importante baisse de production et un changement d’habitudes professionnelles vieilles de plusieurs décennies qui en inquiètent plus d’un quant à la soutenabilité économique du modèle. Encore plus à l’heure où les éleveurs redoutent l’arrivée sur le marché français et européen de produits carnés importés, moins soumis aux normes environnementales et bon marché. De là à dire qu’une partie de l’effort écologique qui leur est demandé repose aussi sur une volonté et une cohérence politiques, il n’y a qu’un pas que de nombreux éleveurs du Space

Lire la suite: Le Monde »

surtout aux défis des mauvais journalistes Les mêmes votent toujours pour un syndicat qui les élimine... Os preocupan los gases que emiten las vacas. Pues si hay tantas en este planeta es gracias a nosotros mismos. La cada vez más enorme población humana necesita comer. Y uno produce lo otro. ParisMatch nytimes el_pais

Qu'est ce que le « backstop » irlandais, au coeur de l'impasse sur le Brexit ?Rejeté par Boris Johnson, défendu par les Européens, le filet de sécurité nord-irlandais, partie intégrante de l'accord de Brexit négocié par Theresa May et l'UE, bloque la perspective d'une sortie ordonnée du Royaume-Uni de l'Union européenne. Merci beaucoup pour cet excellent « brush up ». Et si on y ajoutait l’Ecosse ? Il eut été facile il y a trois ans pour les anglais de se poser quelques questions de base concernant la faisabilité du brexit, notamment sur la question irlandaise. Ils auraient alors pu se rendre compte de l’impossibilité du projet avant de se lancer dans ce debile referendum. Réunification de l’Irande: belle idée !

Le buste d’Hitler et le drapeau conservés au Sénat proposés à des muséesDébut septembre, le journal «Le Monde» avait révélé qu’un buste d’Hitler ainsi qu’un drapeau nazi étaient conservés dans les caves du Sénat depuis la Seconde Guerre mondiale aucun objet nazi à l'Elysée dit RF ni dans les musées , c'est une honte, mettre un buste dans un musée d'un nazi avec leur drapeau , mais on va allez jusque ou ? Pourquoi ne pas les détruire ?

L’horoscope de la semaine du 13 au 19 septembre 2019 : le signe star est Capricorne - VoiciCette semaine, le signe star est Capricorne. Comme Kate Bosworth, née le 2 janvier 1983, avec votre amoureux, vous vivez comme une power girl/Succès, popularité, richesse, vous vous appuyés sur vot...

La bataille des couples 2 : Fanny, blessée sur le tournage, fait une mise au point !Fanny et Nani ne sont pas certaines de réintégrer la villa de La Bataille des couples 2. En effet, Fanny s'est blessée à la jambe ce qui l'oblige à passer des examens complémentaires. En larmes, lorsqu'elle a appris la nouvelle, elle fait une mise au point envers ceux qui pensent qu'elle fait du cinéma.

Le procès Fillon se tiendra du 24 février au 11 mars 2020Le procès de François Fillon, qui aurait accordé un emploi fictif à son épouse, se tiendra du 24 février au 11 mars 2020. Presque 3 ans pour qu’un procès ait lieu dans ce p....n de pays! Et de tout façons il n’ira pas en prison et ceux qui l’ont coulé non plus. Du réchauffer il aura rien du tout comme tout les politiques Au regard fuyant, on remarque rapidement qu’il trimballe des tas de casseroles !!!!

Libra : la France s’oppose au développement de la monnaie de Facebook « sur le sol européen »Bruno Le Maire a fait part de son hostilité envers ce projet de cryptomonnaie, estimant que « la souveraineté monétaire des Etats est en jeu ». En direct, la réponse de Mark Zuckerberg: