Mali, Bamako, Mahmoud Dicko, Président De La République, Imam, Ibrahim Boubacar Keïta, Communauté İnternationale, Chef De L'état, Religion, République, Consensus, Symptôme, Royaume De France, Agence France-Presse, Sociologie Politique, Cour Constitutionnelle, Onu, Communauté Économique Des États De L'afrique De L'ouest, Ligne 15, Loi, Gouvernance, Cour Constitutionnelle, Engrenage, Corruption, Opération Barkhane, Sahel, Mouvement Social, Politique Au Mali, Social, Boussole, Laïcité, Parlement Européen, Islam Politique, Premier Ministre, Terrorisme D'état, Société Civile, Union Européenne, Politique, Union Africaine

Mali, Bamako

Au Mali, «Ibrahim Boubacar Keïta est le symbole de ce que la population ne veut plus»

Au Mali, «Ibrahim Boubacar Keïta est le symbole de ce que la population ne veut plus»

13/07/2020 21:14:00

Au Mali , « Ibrahim Boubacar Keïta est le symbole de ce que la population ne veut plus»

Le pays connaît de graves troubles depuis les résultats contestés des élections législatives de mars et d'avril. Pour le chercheur Ibrahim Maïga, les récentes manifestations sont le résultat de frustrations qui durent depuis plusieurs années.

.L’annonce par le chef de l’Etat, samedi soir, de la dissolution de la Cour constitutionnelle, responsable de l’invalidation d’une trentaine de résultats lors des législatives, n’a pas permis d’apaiser le mouvement de contestation. Après un week-end de troubles sanglants, les plus graves depuis des années, des tirs ont à nouveau retenti ce lundi dans le quartier de Badalabougou, malgré les appels au calme d’IBK et de l’imam

EN DIRECT - Explosions à Beyrouth: 73 morts et 3.700 blessés selon un dernier bilan Championship : Fulham bat Brentford et valide sa montée en Premier League Résultat et résumé Brentford - Fulham, Championship, Play-off - Finale, Mardi 04 Août 2020

Mahmoud Dicko, figure de proue de la contestation. Pour Ibrahim Maïga, chercheur sur les questions de paix et de sécurité dans la région du Sahel, les manifestations illustrent le ras-le-bol de la population malienne dont les frustrations durent depuis déjà plusieurs années.

A priori, les résultats des législatives contestés par une partie de la population sont à l’origine de la contestation au Mali. Mais ces manifestations ne sont-elles pas le symptôme d’un malaise plus profond, symbole du délitement du régime d’IBK ?

Cette contestation post-électorale est venue s’ajouter à un front sociopolitique déjà en ébullition depuis plusieurs mois, sur fond de mécontentement lié à la dégradation de la situation sécuritaire, de la gestion de la crise du Covid-19, de la corruption et de la détérioration des conditions de vie. Ces manifestations ne sont qu’un épisode de plus contre le pouvoir d’IBK. Ce dernier incarne l’échec de l’Etat et des institutions maliennes. IBK cristallise rancœurs et frustrations. Il est le symbole de ce que les Maliens ne veulent plus dans leur pays.

À lire aussiEn pleine crise politique, Bamako dans l’engrenage des violencesL’annonce de la dissolution de la Cour constitutionnelle par IBK peut-elle suffire à apaiser les tensions ?Non. Cette décision aurait eu un tout autre sens si elle était intervenue avant le 10 juillet lorsque les forces de sécurité ont franchi la «ligne rouge» avec des violences qui ont provoqué la mort de douze personnes. Désormais, le Président devra aller beaucoup plus loin pour pouvoir instaurer un dialogue, notamment en annonçant, par exemple, la dissolution de l’Assemblée nationale et la révocation du Premier ministre. Ce dernier ne fait pas consensus. La situation n’est pas irréversible mais des décisions fortes doivent être prises.

L’influence grandissante de l’imam Mahmoud Dicko, chef de file de la contestation, est-elle un signal à la montée de l’islam politique au Mali ?Mahmoud Dicko est un personnage à qui on prête des intentions politiques, une volonté d’appliquer un agenda religieux au Mali. Mais si on regarde les choses de plus près, son objectif est de répondre à la contestation sociopolitique et d’améliorer la gouvernance du pays. Le fait que le leader de la contestation soit un imam ne donne pas de caractère religieux au mouvement. Les revendications sociales, politiques, économiques et sécuritaires vont bien au-delà.

A Bamako, samedi.Photo Michele Cattani. AFPLa répression des manifestants par les forces de sécurité et l’arrestation de plusieurs organisateurs du M5 peuvent-elles renforcer un peu plus le poids politique de Mahmoud Dicko au point de devenir une alternative à IBK ?

Autriche: au zoo de Vienne, des quadruplés sont nés chez les guépards Ce que l'on sait des explosions survenues à Beyrouth Coup de froid sur le transfert de Jadon Sancho à MU

En appelant au calme à plusieurs reprises, Dicko, présent sur le devant de la scène politique depuis trois décennies, a renforcé sa stature d’homme de paix aux yeux de la population malienne et de la communauté internationale, qui le suspecte d’avoir un agenda qui n’est pas celui d’un Mali laïc et républicain. Son discours s’adresse autant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. La posture qu’il adopte aujourd’hui est de jouer un rôle dans le nouveau Mali qui est en train de se dessiner, sans nécessairement devenir président de la République. Son objectif est de solidifier son influence et de faire en sorte qu’aucune grande décision ne se fasse sans qu’il soit consulté.

«La France est un Etat terroriste», «France dégage»… De nombreux slogans anti-français ont été brandis lors des manifestations ce week-end. Quelle est la responsabilité des acteurs extérieurs dans les récents événements au Mali ?

Les résultats del’opération Barkhanesont très modestes et ne donnent pas l’impression que la situation s’améliore. Les Maliens ont le sentiment qu’on leur impose certaines mesures et que seuls deux choix s’offrent à eux : accepter ou se révolter. Le Mali laisse très peu de place à l’expression de la représentation politique et la seule issue reste la rue, y compris pour fustiger l’action de la France.

Le Mali a été confronté à de nombreuses insurrections dans le passé. Que représente ce mouvement de contestation sur le plan historique ?Il existe une histoire de la contestation au Mali, y compris à Bamako, mais le mouvement actuel n’a pas d’équivalent depuis l’avènement de la démocratie, en 1991. Le fait que d’anciens acteurs du mouvement démocratique s’opposent entre eux aujourd’hui montre par ailleurs un tournant majeur dans la vie politique malienne.

La Cedeao, l’Union africaine, l’Union européenne et les Nations unies au Mali ont publié un communiqué conjoint assez critique à l’égard du chef de l’Etat. Selon vous, le mouvement de contestation peut-il obtenir le soutien de la communauté internationale et aboutir à la démission d’IBK ?

Lire la suite: Libération »

Autriche: au zoo de Vienne, des quadruplés sont nés chez les guépards

La femelle guépard Afra a mis bas, le 22 juin, au zoo de Schönbrunn à Vienne, en Autriche. Les visiteurs peuvent maintenant voir ses quadruplés à travers une fenêtre d'observation dans une zone protégée.

Je me permets de vous corriger :

Après deux jours de troubles sanglants, un imam appelle au calme au MaliA Bamako , malgré l'appel au calme, la tension était encore palpable avec notamment des barrages et des regroupements spontanés On a les mêmes chez nous ..des indigènes violents

Mali : au moins 11 morts dans des manifestations contre le gouvernementLe week-end du 11 juillet a été émaillé de violences à Bamako , lors de manifestations sanglantes contre le gouvernement d'Ibrahim Boubacar Keïta, accusé de corruption, alors que le pays est menacé par les djihadistes au Nord. La violence à Bamako c' est jour de carnage. Nos militaires n on rien à foutre las bas qu'ils se démerde ce pays de taré. C est le 9/3 cette image ?

La contestation contre «IBK» prend de l’ampleur au MaliDans les rues de Bamako , où se sont dressées des barricades, les forces de sécurité ont riposté à balles réelles contre les manifestants.

Au Mali, le pouvoir fait arrêter des leaders de la contestation dans un climat de fortes tensionsVendredi, des manifestants ont saccagé l’Assemblée nationale et le siège de la télévision à Bamako . Samedi soir, les manifestants dressaient à nouveau des barricades dans les rues de la capitale malienne. On en a assez de ce Mali. Colômbia: Cinco dissidentes das Farc, da Frente Oliver Sinisterra, foram presos acusados ​​de espalhar o terror no sul do país On va y renvoyer la smala Traoré ils verront ce qu'est la dictature

Hugues Aufray : « sa plus grande blessure » intacte au bout de 65 ans - GalaDans les colonnes du magazine Paris-Match, Hugues Aufray revient sur l’un des drames qui aura bouleversé sa vie : la mort de son frère....

Le marché immobilier reste dynamique, mais gare au retournementSur Bordeaux et la Gironde, le marché de l’immobilier reste très dynamique en ce début d’été, mais plusieurs professionnels anticipent une correction des prix pour la fin de l’année ou déb La société est agressive, les faux semblants tombent, et les gens vont ouvrir les yeux. Vu les prix exorbitants dans certaines villes c’est abusé! Ca va faire baisser le prix de l’immobilier et ca fera du bien d’avoir un marché accessible à tous! Fini la spéculation!