Amnesty demande un moratoire sur les technologies de cybersurveillance

Amnesty demande un moratoire sur les technologies de cybersurveillance

24/07/2021 15:48:00

Amnesty demande un moratoire sur les technologies de cybersurveillance

L’ONG Amnesty international demande ce samedi un moratoire sur la vente et l’utilisation des technologies de surveillance avant la mise en place d’un cadre réglementaire

dénonce ce samedi « une crise des droits humains mondiale » et demande un moratoire sur la vente et l’utilisation des technologies de surveillance.L’ONG alerte dans un communiqué sur « les effets dévastateurs sur les droits humains partout dans le monde d’un secteur de la cybersurveillance peu réglementé ».

Pourquoi le Real Madrid a une longueur d'avance dans le dossier Erling Haaland En difficulté, Le Pen écrit à Macron pour modifier la loi sur le financement des campagnes Pauses pipi, incontinence d'effort, contrôles antidopage... Le sport passe à l'analyse d'urines

« Un secteur dangereux qui opère depuis trop longtemps à la limite de la légalité »Les révélations du projet Pegasus « montrent clairement les dangers et les préjudices auxquels sont exposées les personnes illégalement prises pour cible », a déclaré Agnès Callamard, secrétaire générale d’Amnesty International.

La société israélienne NSO, qui a conçu le logiciel, « est une entreprise parmi d’autres. Il s’agit d’un secteur dangereux qui opère depuis trop longtemps à la limite de la légalité », déplore Amnesty. headtopics.com

« Il est absolument urgent que soient renforcés la réglementation du secteur de la cybersurveillance (…) et le contrôle de ce secteur très opaque », estime l’ONG.Un moratoire immédiatAmnesty International demande qu’un moratoire soit « immédiatement instauré sur l’exportation, la vente, le transfert et l’utilisation des technologies de surveillance jusqu’à ce qu’un cadre réglementaire respectueux des droits humains soit mis en place ».

« Le fait que de hauts responsables politiques aient eux-mêmes été pris dans les filets des technologies de surveillance va, espérons-le, alerter enfin les Etats du monde entier sur l’impérieuse nécessité de réagir en règlementant ce secteur », écrit l’ONG.

« Si des dirigeants de la planète sont ainsi pris pour cible, cela confirme davantage encore que les droits de toutes les personnes, notamment ceux des militant·e·s des droits humains, des journalistes et des avocat·e·s, sont en danger », souligne Amnesty.

Journalistes, personnalités politiques et militants ciblésIntroduit dans un smartphone, le logiciel Pegasus permet d’en récupérer les messages, photos, contacts, et d’activer à distance les micros.Les organisations Forbidden Stories et Amnesty International ont obtenu une liste de 50.000 numéros de téléphone, sélectionnés par les clients de NSO depuis 2016 pour être potentiellement surveillés, et l’ont partagée avec un consortium de 17 médias qui ont révélé son existence dimanche. headtopics.com

Man City : Pep Guardiola ne s’excusera pas malgré la colère des supporters Manchester United dresse le bilan de son incroyable mercato Derrière 'Vite mon prénom', les internautes ont débusqué l'ombre de l'extrême droite

La liste des cibles potentielles comprend les numéros d’au moins 180 journalistes, 600 hommes et femmes politiques, 85 militants des droits humains ou encore 65 chefs d’entreprise, d’après l’analyse du consortium – qui en a localisé beaucoup au Maroc, en Arabie saoudite ou encore au Mexique.

Le Monde Lire la suite: 20 Minutes »

Antoine Kombouaré dans le podcast L'enfer du banc : « J'ai morflé. Il ne faut pas croire que je n'ai pas souffert »

Dans « L'enfer du banc », le podcast consacré aux entraîneurs de Ligue 1, Antoine Kombouaré, le coach du FC Nantes, évoque notamment son image de technicien sanguin qui prônerait un jeu seulement basé sur l'agressivité.

Amnesty International devrait se renommer en 'Défense du terrorisme international'. Amnesty a fait un buz international en accusant plusieurs pays avec un acharnement particulier sur le Maroc via la presse française ! Il faut rappeler le contexte de cette demande de Moratoire qui n’a aucun sens pour des services de renseignement qui nous protègent.