Ovaires polykystiques (SOPK) : un risque cinq fois plus élevé d’en souffrir si sa mère est atteinte

Redirecting to full article in 0 second(s)...
Les jeunes filles dont la mère est atteinte du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) auraient cinq fois plus de risque que les autres d’être elles aussi atteintes, selon une nouvelle étude suédoise.