Université, Coronavirus, Ucl

Université, Coronavirus

Vincent Blondel (UCLouvain) souhaite 'que ce ne soient pas les étudiants qui payent le prix' de la crise

Vincent Blondel (UCLouvain) souhaite 'que ce ne soient pas les étudiants qui payent le prix' de la crise

02-02-21 12:05:00

Vincent Blondel ( UCL ouvain) souhaite 'que ce ne soient pas les étudiants qui payent le prix' de la crise

En 2021, l’ UCL ouvain souffle sa 50e bougie dans une atmosphère toute particulière. En raison de la crise épidémique que nous traversons, la majeure partie des cours se déroulent à distance, tout comme une partie des examens, les activités...

"C’est une situation très éprouvante, je reçois des témoignages fréquents à la fois des étudiants et des membres du personnel. Il y a une grande lassitude qui s’installe, un isolement, un manque de contacts, une perte de sens", témoigne Vincent Blondel, recteur de l’UCLouvain. Il estime que la situation est difficile et tout particulièrement pour les 18-25 ans.

Comité de concertation : l'interdiction des voyages non-essentiels maintenue 'pour le moment' jusqu'au 18 avril Didier Reynders : 'Pas un passeport vaccinal mais un certificat pour faciliter l'organisation de voyages dès l'été' Surveillance du confinement : la grande lassitude des policiers

►►► À lire aussi : 50 ans de Louvain-La-Neuve : une université au milieu des champs Taux de réussite en hausse pour la session de janvier Sur tout le mois de janvier, près de 200.000 examens ont été organisés par l’UCLouvain. Des examens largement organisés en présentiel selon Vincent Blondel."Sur les 200.000 notes, 80% des notes ont été dépouillées et nous observons une croissance du taux de réussite des examens à la fois en Bac 1."

"Pour l’ensemble des étudiants mais nous sommes extrêmement attentifs pour un chiffre dont nous ne disposons pas encore, c’est le taux de présentation des examens", raconte-t-il. Cette dernière inconnue permettra de savoir si la crise sanitaire que la Belgique traverse depuis désormais près d’un an a réellement eu un impact sur la motivation des étudiants et s’ils ont décroché des cours, et donc des examens au cours du premier quadrimestre. Selon une étude de la Fédération des Étudiant Francophones (FEF), 60% des étudiants wallons et bruxellois estiment être en décrochage. headtopics.com

"Ne pas laisser tomber les étudiants" Toutefois, ce haut taux de réussite n’empêche pas l’homme de 55 ans de plaider pour une reprise des cours en présentiel, et ce,"de manière responsable". Il indique que c’est déjà le cas pour certaines activités sur les différents sites de l’université néo-louvaniste. "C’est le résultat d’un travail titanesque de l’université pour s’assurer qu’on ne laisse pas tomber les étudiants", précise le recteur.

►►► À lire aussi : Photos avant-après : comment Louvain-la-Neuve a évolué, 50 ans après la pose de la première pierre de la"ville nouvelle" Pour marquer son soutien aux nombreux jeunes qui étudient dans ses infrastructures, l’UCLouvain a mis en place des mesures anti-décrochage, un accompagnement pour les étudiants, des appels téléphoniques à ceux qui sont en difficulté, des entretiens individuels, des ateliers réflexifs, des parrainages, etc.

Le tracing au service de la reprise du présentiel En plus de ce soutien, l’université s’engage concrètement pour une reprise des cours sur site pour les étudiants et ce, via un processus de suivi des étudiants testés positifs au virus."Nous souhaitons par un dispositif à la fois de reporting, de testing et de tracing qui est unique en Belgique francophone. Cela permet d’assurer de pouvoir suivre les contaminations individuelles pour permettre de donner des garanties d’une reprise à un niveau plus important d’un présentiel responsable."

Concrètement, des tests de dépistage du Covid sont organisés sur tous les sites de l’UCLouvain qui sont situés à la fois à Louvain-la-Neuve, Bruxelles, Mons et Tournai mais la nouveauté réside dans le suivi des contacts qui sera organisé à partir des prochaines semaines par des volontaires spécialement formés. Ils seront chargés d’assurer que les personnes qui ont eu un contact rapproché avec un cas positif soient mises en isolement. headtopics.com

Un doublé historique: Nafi Thiam et Noor Vidts règnent sur le pentathlon à l'Euro d'athlétisme en salle Barcelone, la grande ville d'Europe qui a su résister à Uber Les mesures assouplies dans l'enseignement supérieur dès le 15 mars: les étudiants pourront former une 'bulle de kot'

Toute cette logistique dans laquelle investit l’université qui fête ce mardi ses 50 ans est déployée afin de garantir, lorsque ce sera possible, un retour au présentiel dans les meilleures conditions."Nous souhaitons une présence mesurée dans les auditoires car nous avons conscience du contexte global. Nous souhaitons que ce ne soit pas les étudiants de 18 à 25 ans qui payent le prix" de la crise, précise Vincent Blondel.

La"bulle de kot", une bonne idée Les étudiants pourront-ils réinvestir les auditoires en mars ? L'idée a été évoquée mais rien n'est moins sûr alors que la Flandre a déjà évoqué d'un retour des étudiants dans les salles de classes après les vacances de Pâques. Le recteur de l’UCLouvain estime qu’il faudra prendre en compte l’évolution de la situation sanitaire et les décisions fédérales destinées à enrayer les courbes de transmission du virus. En attendant, il souhaite être le porte-parole de ses étudiants ainsi que du personnel académique de son université, qui souhaitent pouvoir revenir travailler sur site.

►►► À lire aussi : Louvain-la-Neuve, de ville nouvelle à ville normale en 50 ans : 15 minutes pour comprendre son évolution et les défis de demain Mais il fait aussi un pas en avant après la proposition de Valérie Gatigny, ministre en charge de l’Enseignement supérieur en Fédération Wallonie-Bruxelles, d’élargir la bulle de contact des étudiants à six personnes."Je crois qu’elle a raison, elle a raison de constater que les contaminations n’ont pas lieu dans le cadre des activités organisées par l’université mais bien en dehors. C’est à la fois dans les logements étudiants et dans les activités extra-académiques", plaide-t-il.

Il évoque enfin la possibilité d’une reprise de ces activités extrascolaire pour les étudiants mais dans un cadre strictement contrôlé. Un film projeté dans un auditoire, par exemple ou une conférence."Le message c’est de dire aux étudiants de s’accrocher, le vaccin arrive, on ne vous laissera pas tomber, on est là pour vous aider et on va s’en sortir", conclut Vincent Blondel. headtopics.com

Newsletter info Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité. Lire la suite: RTBF info »

Ce sera nos élus qui vint fortement diminuer leurs salaires pour montrer l'exemple. Puisque la politique est une vocation cela ne devrait pas poser problème... Après 2 années scolaires foutues ... Tout le monde paye Monsieur! Arrêtez de privilégier les étudiants troptard Tout le monde est dans la même situation quelque soit la tranche d’âge. Cette différentiation n’a pas de sens.

c'est trop tard.