Bruxelles, Emploi, Gouvernement Bruxellois, Syndicats, Journee Internatıonale Des Droıts Des Femmes

Bruxelles, Emploi

Un haka devant la gare centrale pour exiger un refinancement du non-marchand à Bruxelles

Un haka devant la gare centrale pour exiger un refinancement du non-marchand à #Bruxelles

08-03-21 19:43:00

Un haka devant la gare centrale pour exiger un refinancement du non-marchand à Bruxelles

Revendications du non-marchand et de l'égalité entre les femmes et les hommes ont fusionné lundi après-midi pour un haka initié par le front commun syndical à l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes. Avec ce rituel maori, le...

"Pas de pas en avant, mais des pas en arrière, c'est la politique des gouvernements", ont entonné les travailleuses sur l'air de"Il était une bergère", pointant que"pour l'égalité, c'est toujours la galère".

Marc Van Ranst : 'Si ça continue comme ça, vous n'aurez plus aucun expert la prochaine fois' Le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles condamne les violences envers les Ouïghours, le PTB s'abstient Marc Van Ranst: 'Il y aura bientôt moins de cas dans les hôpitaux et on pourra supprimer une partie des mesures'

Une soixantaine de travailleuses et travailleurs du non-marchand se sont réunis sur le carrefour de l'Europe, devant la gare de Bruxelles-Central, pour exiger un refinancement."Qu'est-ce qu'on veut ? 100 millions! Quand est-ce qu'on les veut ? Maintenant!", ont clamé les protestataires.

Le secteur exige de la part du gouvernement bruxellois un refinancement de 100 millions d'euros et organise, pour ce faire, deux actions par mois. Cette fois, les revendications féministes se sont jointes aux voix des travailleuses alors que le secteur compte"entre 70 et 90% de femmes", explique Vinciane Convens, secrétaire permanente CNE. Le non-marchand s'adresse en outre à un public féminin, les soins des proches ou des malades reposant encore largement sur les femmes."Refinancer le non-marchand, c'est lutter pour l'égalité entre les femmes et les hommes", a souligné la permanente du syndicat chrétien. headtopics.com

Pour interpeller les politiques bruxellois, le front commun a porté son choix sur un haka,"une danse des guerriers qui comptent bien obtenir ce qu'ils veulent", a lancé Isabelle Janssens, de la CGSLB. La syndicaliste juge"injuste" que le gouvernement bruxellois"nous refuse les 100 millions alors que la Wallonie et la Flandre ont accordé bien plus".

Si les discussions se poursuivent avec le gouvernement bruxellois, le cadre reste inchangé et"ce qui est sur la table, ce sont des cacahuètes, c'est inacceptable", juge Mme Convens."Nous continuerons le bras de fer jusque juin", avertit Yves Dupuis du Setca, qui a été vivement interpellé par des militantes, exigeant qu'en ce 8 mars, la parole soit donnée aux femmes.

Newsletter info Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité. Lire la suite: RTBF info »

Martin blachier .. épidémiologiste viens de dire qu'il n'y a aucun risque de contamination en extérieur ( LCI ) 🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣 il veulent le beurre l'argent du beurre et le sourire de la mélancolie 🤮🤮🤮