Belgique, Régularisation, Occupation, Grève De La Faim, Sans-Papiers

Belgique, Régularisation

Sans-papiers en grève de la faim : 'Nous vivons comme des rats dans la ville'

Sans-papiers en grève de la faim : 'Nous vivons comme des rats dans la ville'

15-06-21 09:24:00

Sans-papiers en grève de la faim : 'Nous vivons comme des rats dans la ville'

C’est un grand réfectoire de l’ULB. Il y fait sombre. Des dizaines de matelas sont alignés sur le sol, ils sont...

A lire aussi : Régularisation des sans-papiers : des critères trop flous et trop d’arbitraire ?D’autres bâtiments sont occupés : la VUB et l’église du Béguinage. Après plusieurs mois d’actions, de manifestations et de rencontres, ces sans-papiers disent ne pas avoir d’autres choix que cette grève de la faim. Le coronavirus a frappé durement les secteurs dans lesquels ils travaillent et ils se sont retrouvés sans moyens, sans filet, sans protection.

Bars, restaurants, musées: l'Italie introduit à son tour un pass sanitaire à partir du 6 août En Europe, les Belges sont ceux qui considèrent le plus recevoir une juste part de l'impôt Eric Zemmour sera jugé en septembre pour 'provocation à la discrimination et injures raciales'

Qui sont-ils ? Quel est leur parcours ? Parmi les quelque 400 grévistes, trois d’entre eux ont accepté de se raconter.Hassan, 53 ans, en Belgique depuis 11 ans Il faut s’enfoncer dans le réfectoire de l’ULB sur le campus de La Plaine pour retrouver Hassan, 53 ans. Casquette vissée sur la tête, il a les yeux rivés sur son smartphone.

Nous ne cherchons pas la charité, mais des papiers D’emblée, il donne le ton :"Nous ne cherchons pas la charité, nous sommes des travailleurs. Ce que nous voulons, ce sont des papiers". Hassan a quitté son pays d’origine, le Maroc début des années 2000. Sept ans en Espagne, un détour par l’Allemagne. Il vit en Belgique depuis bientôt 11 ans. Ou plutôt, il vivote, en travaillant deux ou trois jours au Marché des Abattoirs, "pour payer mon logement, des vêtements". Il partage sa chambre avec d’autres personnes. 150 euros par mois,"parce que la rue, ce n’est pas possible". headtopics.com

Le manque de perspectives, c’est ce qui l’a poussé à quitter son pays, "j’ai étudié 6 ans à l’université, en sociologie", sourit-il. "J’ai cherché du travail, mais en vain. La bureaucratie du Maroc ! Je n’avais jamais pensé à partir à l’étranger, puis j’ai rencontré trop de difficultés, ma situation restait à zéro, je suis parti".

La mort, ce sera mieux En Belgique, Hassan n’a jamais introduit de dossier pour être régularisé. Il faut payer une redevance de plus de 300 euros et par ailleurs,"je n’ai pas d’adresse. Je ne peux pas me domicilier où j’habite. Je peux juste y dormir. Il existe un dossier, avec un avocat, mais j’ai un problème d’adresse".

Lors de notre rencontre, ce jeudi 10 juin, Hassan ne s’est plus alimenté depuis 19 jours. Il boit de l’eau avec un peu de sucre, du thé."Je suis allée à l’hôpital Saint-Michel il y a cinq jours, mon cœur s’est emballé. Cela dit, je me sens bien, en comparaison avec certains. Qu’est-ce que va faire le gouvernement avec toutes ces personnes ? J’aimerais dire une chose : certaines personnes vont rester ici jusqu’à mourir. Parce que la mort, c’est mieux. Il y a du travail ici pourtant, mais où sont les papiers ? Nous sommes comme des esclaves".

Kiran, 37 ans, en Belgique depuis 16 ans L’histoire belge de Kiran commence en 2005, quand il fuit son pays, le Népal.Rien n’a fonctionné "Je devais fuir mon pays en raison de problèmes politiques, lors la révolution maoïste. J’ai demandé l’asile. En attendant, j’ai commencé à vivre en Belgique, à me former, à travailler. Après trois ans, on m’a répondu que je n’avais pas assez de preuves officielles du danger que j’encourrais au Népal. J’ai alors essayé avec l’article 9 bis (NDLR, pour une demande de séjour"humanitaire") puis avec un permis de travail mais rien n’a fonctionné". headtopics.com

Arno annule ses concerts jusqu’à la fin de l’année pour des raisons de santé Etterbeek : le port du masque à nouveau obligatoire dans les quartiers commerçants Europe 1 se sépare de Nicolas Canteloup après 16 ans de collaboration

En 2009, Kiran a été expulsé, "mais je suis revenu, aidé par des amis belges". Il dit avoir redemandé pour la seconde fois l’asile en Belgique, puis ensuite suivi une formation au Brussels Business Institute, pour travailler dans l’Horeca. "Je suis vraiment devenu professionnel, en salle comme en cuisine. Malheureusement, je ne peux pas le montrer".

On voudrait juste une vie digne En 16 ans, Kiran a rencontré son épouse, sans-papiers elle aussi, "je dis épouse, mais légalement, on n’a pas pu formaliser notre relation". Leur petite fille de 5 ans est à l’école en néerlandais. "Elle ne parle même pas ma langue, elle l’apprendra quand elle le voudra. Je lui parle très peu de ma culture, ma religion, je veux qu’elle s’intègre ici".

Avec trois amis népalais, tous en Belgique depuis une dizaine d’années, Kiran a donc décidé de participer à cette grève de la faim. "On voudrait juste une vie digne. J’ai 37 ans, j’aime cette société, ses gens, mais je n’ai pas d’existence légale. Dans cette ville, nous vivons comme des rats. Dans cette ville moderne, c’est une vie très rude que nous vivons".

Kiran explique encore qu’il est fatigué d’avoir peur et de sans cesse quémander de l’aide à ses amis : "Je n’ai pas de compte en banque, alors, pour payer les factures, l’école, je dois demander à des amis. Ils sont d’accord de m’aider. Une fois, deux fois ? Mais ça va durer toute la vie ? C’est impossible d’épauler quelqu’un pendant 16 ans !". Il conclut qu’il a encore la force de se battre, parce qu’il poursuit le rêve de vivre ici, dignement. headtopics.com

Karima, 45 ans, en Belgique depuis 10 ans A quelques pas de l’occupation de l’ULB, une soixantaine de sans-papiers s’est installée dans un local de la VUB. La majorité est d’origine marocaine, on compte aussi un Afghan, cinq Pakistanais et un Indien. Au fond du local, le coin"femmes". Une maman donne à manger à son petit garçon, la télévision diffuse un dessin animé sans que personne ne le regarde vraiment.

Pour travailler de manière honnête Karima accepte de nous parler. Elle vit ici, avec sept autres femmes, depuis plus de trois mois. Elle est en grève de la faim depuis 19 jours. Ses traits sont tirés par la fatigue. "On est ici pour que les choses bougent, pour régler notre situation", explique-t-elle. "Moi je suis ici depuis 10 ans. J’ai tenté la régularisation avec l’article 9 bis, mais cela a été refusé. J’ai introduit un recours au Conseil du contentieux des étrangers. Refus encore. J’ai pourtant donné toutes les preuves que l’on me demandait".

Israël obtient le statut d'observateur à l'Union africaine qu'il réclamait depuis des années Important incendie dans des entrepôts à Charleroi: une épaisse fumée noire se répand dans le ciel (photos) Cent bénévoles se relaient chaque jour à Verviers dans un immense centre de tri: 'On a besoin de renfort et de soutien logistique' (vidéo)

"On a besoin d’une carte pour que chacun puisse travailler de manière légale et honnête. Quand on travaille au noir, les patrons en profitent. Par exemple, je travaille dans la restauration, en cuisine. On me paie une vingtaine d’euros pour 5-6 heures. C'est juste pour 'dépanner ma vie'", souffle Karima, qui dit avoir un diplôme de comptable. Au Maroc, elle travaillait dans l’import-export.

Notre vie est ici Depuis le début de grève de la faim, la journée s’écoule lentement, "on boit juste de l’eau, avec un peu de sucre, du thé, du café. On a des vertiges, l’estomac est vide, mais on n’a pas le choix. Après plus de dix ans, parfois moins, parfois plus, notre vie est ici".

Newsletter info Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité. Lire la suite: RTBF info »

Si la demande est refusée c’est sur base de leur dossier! Quand on vous dit non il faut partir, la solution n’est pas de se cacher et de faire une grève de la faim! La solution est d’obéir et de partir ! Point barre! ZoeGenot Faux , ces gens là ont tous un endroit où vivre, ça c est pour les cameras, pour les journaleux rtbfiens qui veulent faire croire qu il faut intervenir, en effet oi retour d où ils viennent

Qu’ils essayent en France, il y a 110000 places vacantes dans l’horéca. S'ils n'ont plus leurs papiers ➡️ Ambassade du Maroc : Boulevard Saint-Michel 29, 1040 Bruxelles. Ouvert jusqu'à 17 heure.. Ce sont eux qui sont restés en Belgique malgré le refus initiale. Ce sont eux qui créent cette situation. Que l'on fasse un référendum, le pape si prompt à donner des leçons n'a qu'à les accueillir, le qatar et autres ont de l'argent....

Qu'on leur explique que la Belgique n'a pas ou peu de moyens d'aider les sans- abris belges !! Quelle tristesse dans une société de surabondante comme la notre 😢 Un peu facile de condamner une situation... qu'ils ont eux-mêmes créé... Donc, ils sont refuses sur des criteres definis pat la loi et puisqu on ignore la loi depuis plus de 10 ans et qu on fait greve de la faim. On devrait donner des papiers ? Je trouve triste leur situation mais cela devrait etre non tout simplement

-'Donnez nous des papiers ou on se laisse mourir de faim!' -'Mais si vous êtes morts vous n'aurez plus besoin de papier.' -'......

Nucléaire iranien : sans doute pas d’accord sur le nucléaire cette semaine selon TéhéranLe négociateur en chef de l’Iran a déclaré samedi soir ne pas 'penser que les négociations' sur le nucléaire...

Dans les coulisses d'Air Force One, le bureau volant de Joe Biden dont c'était sans doute la dernière apparition sur le sol belgeDans les coulisses d'Air Force One, le bureau volant de Joe Biden dont c'était sans doute la dernière apparition sur le sol belge Biden Inauguration2021 Investiture Air Force Cheat ou Air Force Steal !

Suspicion de légionellose : la piscine de jambes fermée jusqu’au 27 juinLa piscine de Jambes est fermée jusqu’au 27 juin prochain. La ville de Namur vient de l’annoncer dans un communiqué...

La grève des infirmiers des soins intensifs se poursuit et s'étend dès lundiLes infirmiers des soins intensifs et des urgences de l'hôpital Érasme à Anderlecht poursuivront, lundi, leur grève... Mais tout va bien en Belgique…, on vaccine beaucoup il parait il faut les soutenir! et toutes les infirmières qui font une spécialité!!! Une véritable gifle après ce qu'elles ont dû assumer durant cette crise

Les banques doivent rembourser les victimes de phishingLa banque KBC a été condamnée dans deux affaires à rembourser en tout 32.000 euros à des clients victimes de fraude en...