Turquie, Conflit, Syrie, Pkk, Kurde, Recep Tayyip Erdogan, États-Unis, Etat İslamique, Daesh, Donald Trump

Turquie, Conflit

Pourquoi la Turquie veut-elle envahir le nord de la Syrie tenu par les Kurdes ?

Pourquoi la Turquie veut-elle envahir le nord de la Syrie tenu par les Kurdes ?

09-10-19 14:22:00

Pourquoi la Turquie veut-elle envahir le nord de la Syrie tenu par les Kurde s ?

Massées à la frontière depuis lundi, les forces armées turques ont commencé à envahir le nord-est de la Syrie . Leur objectif : repousser les combattants kurdes et instaurer une zone de sécurité. L’annonce faite le 6 octobre par Donald Trump du...

Les Kurdes, peuple sans Etat Entre 25 et 35 millions de Kurdes habitent les zones montagneuses situées aux frontières de la Turquie, de la Syrie, de l’Irak, de l’Iran et de l’Arménie. Ils constituent le quatrième groupe ethnique le plus important du Moyen-Orient mais jamais ils n’ont obtenu un Etat national permanent.

En Biélorussie, le pouvoir de Loukachenko vacille : les femmes marchent contre la dictature La cancel culture : quand le harceleur devient victime Le Brabant wallon frappé par les intempéries cette nuit: 30 minutes d'orage, et 140 interventions pour les pompiers

La promesse d’un Etat kurde faite par le traité de Sèvres en 1920 après la Première guerre mondiale, sur les ruines d’un empire ottoman vaincu, a été effacée par le traité de Lausanne 3 ans plus tard. Depuis toute velléité d’une indépendance d’un Etat national kurde a été brutalement niée.

Les Kurdes sont originaires des plaines de Mésopotamie et des hauts plateaux situés dans le sud-est de la Turquie, le nord-est de la Syrie, le nord de l’Irak, le nord-ouest de l’Iran et le sud de l’Arménie. Ils forment une communauté distincte des autres habitants de ces pays, avec une langue et une culture qui leur est propre. Ils pratiquent plusieurs confessions, mais la majorité est musulmane sunnite.

Si les Kurdes se sont retrouvés comme fer de lance dans la lutte contre l’Etat islamique, c’est parce que celui-ci s’est attaqué aux trois enclaves contrôlées par les Kurdes de Syrie en 2013. Ils ont résisté. L’année suivante dans le nord de l’Irak, où la région autonome kurde s’est retrouvée abandonnée par l’armée irakienne face aux attaques de l’Etat islamique. Là aussi, ils ont tenu bon, aidés par des armes, des frappes et des conseillers américains et le PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan qui se bat pour l’autonomie des Kurdes de Turquie.

Depuis, les forces kurdes, les Unités de protection du peuple (YPG), combattent l’Etat islamique aux côtés des milices arabes sous la bannière des Forces démocratiques syriennes. C’est cette coalition qui est venue à bout de l’Etat islamique dans le nord-est puis le sud-est de la Syrie. La dernière poche tenue par l’EI, Baghouz, est tombée en mars dernier. L’administration autonome kurde couvre aujourd’hui une région où cohabitent entre 500.000 et un million de Kurdes et au moins 1,5 million d’Arabes.

Pourquoi une zone de sécurité turque dans le nord de la Syrie ? La Turquie se sent menacée par les YPG, les forces Kurdes de Syrie. C’est pour cela qu’Ankara veut cette zone tampon à l’est de l’Euphrate. Une idée à l’origine tweetée par Donald Trump. Depuis la fin de l’Etat islamique en Syrie, le président Trump répète qu’il est temps de rapatrier les 2000 militaires américains de Syrie. Et de créer une zone de sécurité pour les Kurdes.

Depuis Washington parle de"mécanisme de sécurité" mais la Turquie s’est emparée de l’idée de la zone de sécurité, rebaptisée"corridor de la paix".La Turquie propose une zone de sécurité de 30 km de profondeur à l’intérieur de la Syrie, tout au long de la frontière (en jaune sur la carte ci-contre). Cette zone compte de nombreuses villes et villages à majorité kurde. Les Turcs projettent aussi de réinstaller jusqu’à 2 millions de réfugiés Syriens présents en Turquie, des personnes pourtant originaires essentiellement de l’ouest du pays.

Bruxelles : un rapace coincé sur les rails, sauvé par les pompiers Les autorités alertent sur un 'tsunami' de smishing dans les prochains jours Coronavirus en Belgique ce 14 août : la hausse des nouveaux cas ralentit mais celle des décès s'accélère

Ankara s’est toujours opposé au soutien accordé par les Etats-Unis aux combattants kurdes de Syrie. La Turquie les considère en effet comme une branche de PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan, engagé depuis 1984 dans la lutte contre l’Etat turc, pour l’indépendance du Kurdistan. La Turquie les traite de terroristes.

Les YPG et le PKK partagent en effet une même idéologie, mais affirment constituer des entités séparées.Quelles conséquences ? Pour les Kurdes, ce feu vert américain donné à une intervention turque dans le nord-est de la Syrie est tout simplement un coup de poignard dans le dos. Ils expliquent ne pas avoir et consultés et promettent de résister à l’armée d’Ankara.

Les Nations Unies craignent pour leur part que cela ne provoque un nouveau flux de réfugiés.Par contre, pour l’Etat islamique ou du moins ce qu’il en reste, cette intervention est plutôt une bonne nouvelle : leurs adversaires kurdes vont être pris par leur résistance à l’armée turque ce qui pourrait leur profiter. Les Kurdes eux-mêmes reconnaissent qu’ils ont dû alléger le dispositif militaire de surveillance des camps de prisonniers de l’Etat islamique, 12.000 personnes, et de leurs familles, 70.000 autres, ce qui augmente le risque d’évasion, même si pour la Maison blanche ce doit être la Turquie qui doit assurer la surveillance des prisonniers de l’Etat islamique et alors que beaucoup de ces combattants étaient entrés en Syrie en passant par la Turquie…

Quant aux forces kurdes, elles pourraient à présent se tourner vers le régime de Damas soutenu par Russie et l’Iran, qui pourraient sortir gagnants de cet épisode… Véhicules motorisés arborant des drapeaux américains dans les environs de Kobane, près de la frontière syrienne (9/10) Turquie: véhicules motorisés dans les environs de Kobane, près de la frontière syrienne -... Massées à la frontière depuis lundi, les forces armées turques ont commencé à envahir le nord-est de la Syrie. Leur objectif : repousser les combattants kurdes et instaurer une zone de sécurité. L’annonce faite le 6 octobre par Donald Trump du retrait américain du nord de la Syrie, contre l’avis du Pentagone et de certains républicains, laisse la voie ouverte à cette action militaire. Newsletter info Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Lire la suite: RTBF info »

Bientôt, vous allez essayer de nous faire croire que ce qu’ils font est bien? Pauvres journalistes... votre métier était jadis respectable, mais la bienpensance imposée par les bobos gauchos a fait que vous n’avez plus aucune crédibilité (sauf pour les niais) Deash revendique l’attaque Turque contre les Kurdes

Rectification : tenu par les terroristes PKk YpG YpG... Nuance !

Donald Trump lâche ses alliés kurdes et se retire du nord de la SyrieConvaincu par le Turc Erdogan, le président américain annonce le départ de ses soldats du nord de la Syrie . Amers, les Kurde s agitent l’épouvantail Daesh . Les titres courts sont percutants .D.Trump lâche . C'est tout ,c'est simple et tout le monde a compris

Conflit en Syrie: Trump dit vouloir laisser Turcs et Kurdes «résoudre la situation»La Maison Blanche a annoncé le retrait des Américains du nord de la Syrie , ouvrant la voie à une offensive militaire turque contre les Kurde s. Il n'ira pas en guerre comme un vulgaire Démocrate ! l'Europe, même si elle était soumise à un chantage d'ouverture du verrou turc (qui aurait bien tort (...) ne pas exploiter la situation) ne réagirait JAMAIS d'une façon aussi cynique et abjecte. Le peu d'intérêts économiques font détourner la tête du chef des 'mêles-tout-de-tout' de la terre

L’armée turque se dit prête à lancer une opération contre les Kurdes de SyrieL’opération planifiée contre la milice kurde inquiète jusqu’en Belgique. Reynders, interpellé à la Chambre, évoque une force européenne, mais,...

CQFD: Va-t-on vers un nettoyage ethnique pour les Kurdes du nord de la Syrie?les Kurde s sont-ils abandonnés par la communauté internationale? Après avoir servi de fer de lance contre l'état islamique en Syrie , ils s'inquiètent aujourd'hui d'une très probable intervention turque au nord de la Syrie , suite à l'annonce du... Laisser cela se faire relève de la pire hypocrisie et aboutira à un génocide certain. Honte aux Etats-Unis et à l’Europe.

La Turquie «prête» pour une opération en Syrie malgré les menaces de TrumpLe vice-président turc Fuat Oktay a déclaré mardi que la Turquie n’était « pas un pays qui agit en fonction des menaces ». Si Trump se retire, l’Europe doit prendre la place de USA! On ne peut pas laisser faire Erdoghan!!! La Turquie veut une partie du gâteau Syrie... et Israël... aussi... Trump ne bougera pas d'une mèche (et l'Europe tremble à l'idée qu'elle bouge)... Open bar pour Herr Dogan.

Conflit en Syrie: Reynders «préoccupé» par l’attitude «déstabilisatrice» de la Turquie et des Etats-UnisInterpellé en séance plénière de la Chambre par plusieurs députés, le chef de la diplomatie belge a déploré l’attitude « déstabilisatrice » tant de la Turquie , que des États-Unis.