Bruxelles, Pfizer, Vaccination, Coronavirus

Bruxelles, Pfizer

Pour le médiateur de l'aéroport de Bruxelles, 'il faut imposer la vaccination des personnes qui souhaitent se rendre à l'aéroport pour voyager'

Pour le médiateur de l'aéroport de #Bruxelles ' il faut imposer la vaccination des personnes qui souhaitent se rendre à l'aéroport pour voyager '

07-01-21 03:43:00

Pour le médiateur de l'aéroport de Bruxelles ' il faut imposer la vaccination des personnes qui souhaitent se rendre à l'aéroport pour voyager '

La campagne de vaccination a officiellement démarré en Belgique ce mardi 5 janvier. Et pour que le vaccin prouve toute son efficacité, il faudrait selon les experts que 70% de la population, soit 8 millions de personnes, reçoive les injections....

Ce vaccin devrait-il alors être rendu obligatoire auprès de la population ? Sur cette question, les avis divergent. Pour le médiateur de l’aéroport de Bruxelles, Philippe Touwaide, cette idée devrait être concrétisée pour les personnes amenées à fréquenter un aéroport :"L’aéroport est un lieu d’échanges avec des passagers qui viennent de tous les pays… pays dans lesquels les situations sanitaires sont différentes. Je suis partisan d’imposer la vaccination au personnel, aux pilotes et aux passagers qui se rendent dans un aéroport pour voyager. C’est une solution qui permet de limiter la propagation du virus."

Bruxelles : le tunnel Léopold II devient le tunnel Annie Cordy 'Histoire belge', 'ridicule', pas assez néerlandophone : les premières critiques sur le futur tunnel Annie Cordy et les réponses Les condamnations de Lula sont annulées au Brésil: il est éligible pour 2022

Philippe Touwaide :"il faut imposer la vaccination aux personnes qui souhaitent se rendre à... La campagne de vaccination officielle a démarré en Belgique ce mardi 5 janvier. Et pour que le vaccin prouve toute son efficacité, il faudrait selon les experts que 70 % de la population, soit 8 millions de personnes, reçoive les injections. Pourtant, d'après une récente étude de Sciensano, seuls 60 % des Belges se diraient favorables à la vaccination. Ce vaccin devrait-il alors être rendu obligatoire auprès de la population ? Sur cette question, les avis divergent. Pour le médiateur de l’aéroport de Bruxelles, Philippe Touwaide, cette idée devrait être concrétisée pour les personnes amenées à fréquenter un aéroport :"L’aéroport est un lieu d’échanges avec des passagers qui viennent de tous les pays… pays dans lesquels les situations sanitaires sont différentes. Je suis partisan d’imposer la vaccination au personnel, aux pilotes et aux passagers qui se rendent dans un aéroport pour voyager. C’est une solution qui permet de limiter la propagation du virus." Une opinion que ne partagent pas Vincent Yzerbyt, professeur de psychologie sociale à l’UCLouvain et Leïla Belkhir, et Yvon Englert, porte-parole de la taskforce sur la vaccination qui estiment pour leur part qu’informer la population davantage est plus judicieux.

Un vaccin arrivé trop rapidement ? D’après Leïla Belkhir, infectiologue aux cliniques universitaires Saint-Luc, la vaccination au sens large est "l’une des plus belles avancées en médecine pour l’humanité.""Je pense qu’on oublie de dire qu’on vit quelque chose d’exceptionnel", affirme-t-elle. "Quand on a terminé la première vague, on espérait tous un vaccin. Et avoir un vaccin en un an, avec des études bien menées et un nombre impressionnant de patients, avec une efficacité, en tout cas pour les deux premiers, de plus de 90%, c’est extraordinaire. Si on a le niveau de santé que nous avons à l’heure actuelle, en particulier dans les pays riches tels que les nôtres, c’est grâce aux vaccins." headtopics.com

Leïla Belkhir :"La vaccination est l'une des plus belles avancées en médecine" - À Votre Avis... D’après Leïla Belkhir, infectiologue aux cliniques universitaires Saint-Luc, la vaccination au sens large est"l’une des plus belles avancées en médecine pour l’humanité.""Je pense qu’on oublie de dire qu’on vit quelque chose d’exceptionnel", affirme-t-elle."Quand on a terminé la première vague, on espérait tous un vaccin. Et avoir un vaccin en un an, avec des études bien menées et un nombre impressionnant de patients, avec une efficacité, en tout cas pour les deux premiers, de plus de 90 %, c’est extraordinaire. Si on a le niveau de santé que nous avons à l’heure actuelle, en particulier dans les pays riches tels que les nôtres, c’est grâce aux vaccins." Pourtant, l’arrivée rapide de ces produits inquiète certains Belges. Ces vaccins ont-ils été suffisamment étudiés ? Sont-ils sans danger ? Marie-Lise Verschelden, responsable communication de Pfizer affirme"comprendre les inquiétudes" des citoyens.

"Plusieurs éléments nous ont permis d’aller aussi vite. Premièrement, il y a eu un véritable échange d’informations très tôt au sein du monde scientifique. C’est assez exceptionnel et cela nous permettait de partir sur une très bonne base. Deuxièmement, chez Pfizer, nous nous concentrons habituellement sur un seul candidat vaccin lorsque nous voulons en lancer un. Et si l’on estime, au cours des étapes, que ce candidat vaccin n’est pas concluant, nous lançons un second qui à son tour, devra également passer par les mêmes étapes. Dans ce cas-ci, nous avons pris le risque de commencer immédiatement par quatre candidats vaccins. Cela nous a permis, après deux phases d’études cliniques de choisir le vaccin le plus efficace. Ensuite, quand nous étions encore occupés avec ces effets cliniques, nous avons, vers les mois d’avril/mai, commencé à adapter nos lignes de production à Puurs, ce qui nous a aussi fait gagner un temps précieux même si c’était un risque que nous prenions puisque nous n’avions aucune garantie que l’un de ces quatre candidats vaccins pourrait aboutir. Nous l’avons fait parce qu’il y avait un besoin urgent de solution."

Autre élément explicatif de l’arrivée rapide du vaccin : la permission de l’agence européenne des médicaments transmettre les résultats des essais cliniques au fur et à mesure et non une fois terminés. "Et dernier point", reprend la responsable communication, "cela fait des mois que chez Pfizer/BioNTech nous travaillons littéralement jour et nuit sur ce vaccin".

La responsable communication de Pfizer explique comment le vaccin a pu être produit aussi... Pourtant, l’arrivée rapide de ces produits inquiètent certains Belges. Ces vaccins ont-ils été suffisamment étudiés ? Sont-ils sans danger ? Marie-Lise Verschelden, responsable communication de Pfizer affirme"comprendre les inquiétudes" des citoyens."Plusieurs éléments nous ont permis d’aller aussi vite. Premièrement, il y a eu un véritable échange d’informations très tôt au sein du monde scientifique. C’est assez exceptionnel et cela nous permettait de partir sur une très bonne base. Deuxièmement, chez Pfizer, nous nous concentrons habituellement sur un seul candidat vaccin lorsque nous voulons en lancer un. Et si l’on estime, au cours des étapes, que ce candidat vaccin n’est pas concluant, nous lançons un second qui à son tour, devra également passer par les mêmes étapes. Dans ce cas-ci, nous avons pris le risque de commencer immédiatement par quatre candidats vaccins. Cela nous a permis, après deux phases d’études cliniques de choisir le vaccin le plus efficace. Ensuite, quand nous étions encore occupés avec ces effets cliniques, nous avons, vers les mois d’avril/mai, commencé à adapter nos lignes de production à Puurs, ce qui nous a aussi fait gagner un temps précieux même si c’était un risque que nous prenions puisque nous n’avions aucune garantie que l’un de ces quatre candidats vaccins pourrait aboutir. Nous l'avons fait parce qu'il y avait un besoin urgent de solution." Autre élément explicatif de l’arrivée rapide du vaccin : la permission de l’agence européenne des médicaments transmettre les résultats des essais cliniques au fur et à mesure et non une fois terminés."Et dernier point", reprend la responsable communication,"cela fait des mois que chez Pfizer/BioNTech nous travaillons littéralement jour et nuit sur ce vaccin." Newsletter info Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité. headtopics.com

Bruno Humbeeck, psychopédagogue : 'Il faut inviter les jeunes à la table des négociations' du déconfinement Crime organisé et trafic de drogue : plus de 200 perquisitions simultanées partout en Belgique ce mardi matin Qui a fait un commentaire raciste? Quelle réaction de la famille royale ? Les questions qui restent sans réponse après l'interview d'Harry et Meghan Lire la suite: RTBF info »

2/ se font dégommer. Docteur Pascal Sacré notamment. Par contre, il serait interessant d’inviter un médecin comme Louis Fouché, Christian Peronne, Didier Raoult même en visio conférence pour avoir un peu de répondant. Vous y penserez pour une prochaine émission ? Encore un grand moment de télévision, Faut-il croire au vaccin ? Sensé etre une émission ou on se pose les vraies questions ! Que des pro-vaccins sur le plateau ! Les antivax auraient décliné l’invitation. Normal à mon sens, ceux qui osent contredire le discours officiel 1/

J'espère qu'il s'est vacciné en premier Espèce de malade mental ...la liberté de choisir tu la mets où ? Il a tout a fait raison d’ici peu de temps pas de vaccin pas de voyages les australiens qantas c’est déjà en fonction et cela va se rependre. Moi qui le rends régulièrement au Brésil il est nécessaire d’imposer cela à l’échelle européenne pas de vaccin pas de sécurité sociale

Qu'il commence par s'injecter lui-même une DOUBLE dose... de chaque. Un Pfizer, un Moderna, un Astrazeneca et on en reparle après... Un vaccin efficace et non toxique est bien entendu l'idéal pour combattre un virus. Sauf qu'ici, l'on sait que le vaccin n'a qu'une efficacité de 6 mois, qu'il n'empêche pas la transmission du virus et que d'ici 6 mois, 70 % de la population n'aura pas été vaccinée et là quid ?

Et puis quoi encore.😡😡😡 Encore un qui prêche pour sa chapelle... Je remarque, d'ailleurs, que parmi les 'pro-vaccin covid', il y a pas mal de gens dont l'activité économique est fortement ralentie, voire à l'arrêt, et qui seraient prêts à faire vacciner tout l'Univers pour récupérer leur business...

je trouve cela très important ! Mais ce qu'il est encore plus se serait de commencer à vacciner toute la population , nous sommes un des pays ou l'on traine le plus avec le vaccin. Nous sommes la capitale de l'Europe et nous ne donnons pas l'exemple cela est vraiment honteux. Et si on se fiche de ce que pense Monsieur le médiateur de l'aéroport de Bruxelles, quid de votre Tweet ? Que ledit sieur pense plutôt à aider les victimes des attentats du 22 mars 2016, en particulier ses compatriotes 😉🇧🇪

Incroyables tous ces gens qui veulent une dictature liberticide vaxsinale !!! Surtout que c'est un produit EXPÉRIMENTAL !! C'est contraire à la liberté de son propre corps. On sait pas ce qu'il va se passer dans 6 mois après l'injection ... Tous malades Scandaleux, liberticide, discriminatoire, 🤨 .