Nouvelles mesures pour les quarantaines : le casse-tête des directeurs d’école

Nouvelles mesures pour les quarantaines : le casse-tête des directeurs d’école

Enseignement, Quarantaine

17-01-22 20:07:00

Nouvelles mesures pour les quarantaines : le casse-tête des directeurs d’école

Depuis ce lundi, de nouvelles règles sont entrées en vigueur dans les écoles en ce qui concerne les quarantaines des...

Désormais, lorsqu’ils sont cas contact à haut risque après une exposition dans leur foyer, ils doivent suivre une quarantaine pendant 10 jours. Celle-ci peut être interrompue dès le septième jour s’ils effectuent des autotests du septième au dixième jour (comme les personnes non-vaccinées).

Pour les directeurs d’école, cette nouvelle règle qui vient s’ajouter aux autres provoque un nouveau casse-tête. “Les mesures de l’ONE sont très complexes à lire et à comprendre”, se désole Bruno Hendrickx, le directeur de la section primaire du Collège Cardinal Mercier à Braine-l’Alleud. D’autant que les consignes à destination des parents et du personnel arrivent parfois très tard. “Avoir un retard de quatre jours dans la communication après trois semaines de vacances, je ne comprends pas comment c’est possible”, poursuit Bruno Hendrickx. “Je ne comprends pas comment on n’a pas pu anticiper que la rentrée scolaire se passait à telle date et qu’à la date en question, nous n’ayons pas reçu les bonnes informations”.

Lire la suite: RTBF info »

Encore une fois une nouvelle cacophonie wallonne du club de Désir en folie !! 🤪😜🤪😜🤪😝 Mais qu'on arrête ce délire, les parents sont jeunes et vaccinés (ou pas tant pis pour eux) et les grands parents aussi. Un gosse positif qui n'a pas de symptômes doit aller à l'école CarolineDesir

Eruption d'un volcan près des îles Tonga : un impressionnant spectacle visible depuis l'espaceUn volcan sous-marin est entré en éruption ce samedi 15 janvier au large des îles Tonga. Cette éruption sous les eaux de...

Avis de recherche lancé pour un homme et un enfant disparus depuis 4 joursLa police fédérale belge et le parquet de Flandre-Orientale ont publié un avis de recherche ce dimanche pour un homme âgé de 34 ans et un garçon de 4 ans q...

Chine : les cas quotidiens au plus haut depuis deux ans à trois semaines des Jeux OlympiquesLe nombre de cas de Covid -19 en Chine a atteint lundi son plus haut niveau depuis mars 2020, alors que Pékin se démène...

Covid: les cas quotidiens au plus haut depuis deux ans en Chine à trois semaines des JOLe nombre de cas de Covid -19 en Chine a atteint lundi son plus haut niveau depuis mars 2020, alors que Pékin se démène pour éradiquer le variant Omicron ha...

Incroyable solidarité à Trooz: depuis six mois, ce groupe de bénévoles venu de Flandre vient en aide aux sinistrés des inondationsDes bénévoles donnent leur temps et leur énergie aux sinistrés des inondations. Six mois après, il y a encore énormément à faire pour aider les habitants, parfois démunis. Un groupe venu de Flandre s'est rendu à Trooz, en province de Liège. Une de nos équipes l'a suivi. Il faut toujours les assister ,ces citoyens du quart monde

A Paris, la Semaine de la mode opte pour les défilés malgré OmicronMalgré le casse-tête sanitaire et l'incertitude qui pèse, la Semaine de la mode à Paris opte massivement pour les...

Depuis ce lundi, de nouvelles règles sont entrées en vigueur dans les écoles en ce qui concerne les quarantaines des enfants de moins de 12 ans. Désormais, lorsqu’ils sont cas contact à haut risque après une exposition dans leur foyer, ils doivent suivre une quarantaine pendant 10 jours. Celle-ci peut être interrompue dès le septième jour s’ils effectuent des autotests du septième au dixième jour (comme les personnes non-vaccinées). Pour les directeurs d’école, cette nouvelle règle qui vient s’ajouter aux autres provoque un nouveau casse-tête. “Les mesures de l’ONE sont très complexes à lire et à comprendre”, se désole Bruno Hendrickx, le directeur de la section primaire du Collège Cardinal Mercier à Braine-l’Alleud. D’autant que les consignes à destination des parents et du personnel arrivent parfois très tard. “Avoir un retard de quatre jours dans la communication après trois semaines de vacances, je ne comprends pas comment c’est possible”, poursuit Bruno Hendrickx. “Je ne comprends pas comment on n’a pas pu anticiper que la rentrée scolaire se passait à telle date et qu’à la date en question, nous n’ayons pas reçu les bonnes informations”. Encore plus compliqué pour les écoles primaires Dans ces périodes de trouble, les écoles primaires sont encore plus désarmées que leurs grandes sœurs du secondaire. En effet, elles ne comptent pas d’éducateurs parmi leurs rangs, malgré leurs réclamations en ce sens depuis des années. “Lorsqu’un professeur est absent, nous n’avons par conséquent pas d’adulte pour surveiller les élèves concernés”, ajoute Bruno Hendrickx. “Nous devons donc agir en bons pères de famille. Soit on peut répartir ces élèves dans les autres classes où il y a des professeurs, soit on peut essayer de trouver un autre professeur, de gymnastique par exemple, pour s’en occuper”. Informations contradictoires Et puis, les directeurs doivent s’adapter aux informations qu’ils reçoivent de différents canaux, et qui sont parfois contradictoires. “Jeudi dernier, nous avons reçu les informations de l’ONE, que nous avons communiquées aux parents”, explique encore Bruno Hendrickx. “Mais le lendemain, nous avons appris par la presse que ces mesures de l’ONE allaient changer, donc ce matin je dois à nouveau re-communiquer de nouvelles informations… Et comme trop d’information tue l’information, tous les parents vont re-téléphoner parce qu’ils n’ont pas compris”. Les directeurs, épuisés par la situation, rencontrent la ministre de l’éducation en Fédération Wallonie-Bruxelles Caroline Désir (PS) ce jeudi. Leurs revendications sont toujours les mêmes à un détail près : le nombre de directeurs vaillants qui s’amenuise. Newsletter info Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité. OK Ne plus afficher ×