'Notre immunité collective s’enrichit mais ce serait risqué de tabler là-dessus et se dire que tout va bien' explique Marius Gilbert

La moyenne des infections liées au covid poursuit son augmentation mais du côté des hospitalisations et des soins...

18-01-22 08:43:00

'Notre immunité collective s’enrichit mais ce serait risqué de tabler là-dessus et se dire que tout va bien' explique Marius Gilbert

La moyenne des infections liées au covid poursuit son augmentation mais du côté des hospitalisations et des soins...

Assouplissements pour la culture ?Fin du port du masque pour les enfants ?Par contre pour l’épidémiologiste, Marius Gilbert, des mesures plus strictes ne changeraient pas non plus fondamentalement la donne :►►►L’idée de ce baromètre est assez ancienne rappelle Marius Gilbert puisqu’elle avait été lancée l’été 2020 :

Omicron moins dangereux ?Quid de l’immunité collective ?Le variant Omicron annonce-t-il la fin de l’épidémie ?

Lire la suite: RTBF info »

Rtbf,financé par nos abondants impôt, dirigé par les représentants des partis politiques, nommé administrativement et donc intouchable chaque journaliste à dans une poche sa carte de presse dans l'autre celle du parti. Comment être objectif. Pourquoi ne pas avoir repris dans votre article l'avis de Marius Gilbert sur l'obligation, le CST et Pass vaccinal ? Ce point est intéressant et important...et c'est le seul thème qui ne figure pas dans l'article, étonnant non ? 🙂

Quel clown ce type Il va pleurer parce que c’est un rhume et qu’il doit retourner à la niche? Le problème est d’avoir tablé sur une inoculation répétitive qui engendre des AnticorpsFacilitants ? Moi j'ai 3 doses je suis protégé 😁 Hihihi Pour résumer quand tout va mal c’est très grave, quand tout commence à aller mieux surtout ne vous y habituez pas car ça pourrait redevenir très grave aussi.

Mon immunitė a suffit jusqu'ici, et a été active sur l'ensemble de votre virus, contrairement a votre vaccin. ben oui, vivons sous cloche toute la vie .... Ces médecins de plateau morticoles qui n'ont jamais soigné UN malade, qui ne sortent de leurs bureaux que pour annoncer le pire et qui passent leurs journées sur des prévisions de Stats, de tableaux excel, parfaitement décrits par Perronne , Raoult , Geert VD Bosche... DEHORS !

Notre recette de la semaine: lasagnes de légumes grillés à l’agneauSe régaler sans gluten, c’est possible, avec les lasagnes de légumes grillés à la viande d’agneau préparée en sauce tomate parfumée au basilic, thym et lau...

Thibaut Courtois, auteur d'un somptueux arrêt sur penalty : 'Ce titre démontre notre excellent travail'Thibaut Courtois s'est illustré lors de la victoire (2-0) du Real Madrid en finale de la Supercoupe contre l'Athletic...

Anderlecht vendange, le Standard punit: l’analyse de notre journaliste après le partage lors du ClasicoDominateur et devant au tableau marquoir grâce à Verschaeren, le Sporting a oublié de tuer tout suspense en galvaudant de nombreuses situations favorables. Au courage plus qu’au génie, le Standard en a profité pour arracher un point inespéré.

Anderlecht-Standard: but valable pour les Mauves? «Oui», répond notre consultant Stéphane BrédaA la demi-heure du Clasico, Yari Verschaeren a ouvert la marque. Mais à la base de l’action, Lior Refaelov, alors à terre, touche la balle de la main. Le but devait-il dès lors être annulé ? Stéphane Bréda, notre consultant, donne son avis. Alors que l arbitre a sifflé hahaha corruption quand tu nous tiens

Nucléaire, 5G, progrès technique : les écologistes sont-ils les réactionnaires de notre temps ? (carte blanche)Pourquoi les écologistes sont-ils contre la 5G, le nucléaire, les progrès techniques ? Selon Drieu Godefridi, juriste et auteur, ces positionnements ne résultent pas de vertes volontés ni ne sont basées sur des études scientifiques, mais tendraient plutôt à prouver un certain caractère réactionnaire. Les Gros Conservateurs et Emmerdeurs !

La moyenne des infections liées au covid poursuit son augmentation mais du côté des hospitalisations et des soins intensifs, les chiffres restent relativement stables même si une hausse semble toutefois s’amorcer. Et c’est dans ce contexte relatif que le cabinet du Premier ministre a annoncé, à l’issue d’une réunion de travail avec les ministres-présidents des entités fédérées, la tenue ce vendredi d’un comité de concertation. Alors peut-on attendre quelques allègements des règles pour la fin de la semaine ? Au programme, il est officiellement question de plancher sur la mise sur pied du Baromètre corona, ce nouvel instrument de gestion de la crise sanitaire. Pour faire le point sur la situation, QR l’actu a invité Marius Gilbert, épidémiologiste à l’ULB et Philippe Devos, chef adjoint des soins intensifs au CHC de liège. Assouplissements pour la culture ? La jauge des 200 personnes peut-elle être revue à la hausse lors du prochain codeco ? Pour Marius Gilbert, il est clair que la mesure actuelle n’est pas proportionnée. "Je suis plutôt en faveur de mesures adaptées en fonction du lieu mais les autorités semblent avoir du mal à mettre en place un tel protocole. Il faut toutefois reconnaître que la situation sanitaire est très changeante à la fois en termes de cas, d’hospitalisation ou d’admission en soins intensif". Fin du port du masque pour les enfants ? Pour le chef adjoint des soins intensifs, Philippe Devos, il faut comprendre que le variant Omicron est quasiment un autre virus. "Son taux de transmission est beaucoup plus élevé que le précédent, certains disent qu’il est même 4 fois plus contagieux, donc le port du masque est encore plus sensé aujourd’hui qu’hier. S’il faut alléger des mesures, je ne lèverais pas le port du masque. Nous n’avons pas encore assez de données sur Omicron et il pourrait quand même nous réserver quelques mauvaises surprises. Aujourd’hui, nous restons dans les hôpitaux sur le qui-vive. Tous les modèles et les experts nous annonçaient de possibles problèmes pour la dernière quinzaine de janvier voire pour le début févier". Par contre pour l’épidémiologiste, Marius Gilbert, des mesures plus strictes ne changeraient pas non plus fondamentalement la donne : " que ce que nous connaissons chez nous et malgré cela Omicron s’est répandu très rapidement". ►►► Coronavirus : quels sont les activités et les comportements les plus risqués ? Baromètre"corona" trop tardif ? L’idée de ce baromètre est assez ancienne rappelle Marius Gilbert puisqu’elle avait été lancée l’été 2020 : "Autour de ce baromètre, il y a deux questions essentielles : quels sont les périmètres épidémiologiques qui le fixent et puis toutes les mesures que l’on va faire correspondre aux différents niveaux de ce baromètre. Sur ce dernier point, il y a de nombreuses discussions parce que dès que l’on fixe une sorte d’automatisme, ça enlève de la liberté de discuter au niveau politique. Mais il est sans doute intéressant de donner un indicateur à la population du niveau de dangerosité dans lequel on se situe". Philippe Devos ajoute à ce propos qu’il est urgent selon lui d’apporter de la nuance dans les mesures."A mon sens il ne faut pas une règle uniforme pour tel ou tel secteur d’activité mais des règles spécifiques en fonction des lieux". Omicron moins dangereux ? Marius Gilbert reconnaît que l’on constate actuellement une sorte de découplage dans plusieurs pays entre les cas et les hospitalisations mais l’épidémiologiste ajoute que ces pays ont en commun une bonne couverture avec le"boost" vaccinal. A contrario, en Amérique du Nord, les hospitalisations suivent de beaucoup plus près la courbe des contaminations et dans ces régions-là, la couverture avec la troisième dose de vaccin est nettement moins bonne. "Pour moi, il est trop tôt d’affirmer qu’avec Omicron, il y a une déconnexion entre les cas et les hospitalisations. Et donc dire que l’on peut le laisser circuler en toute liberté, c’est un pas que je ne franchirais pas. Ce serait très risqué d’affirmer cela à ce stade". Quid de l’immunité collective ? Il est tout à fait possible que de nouveaux variants apparaissent à l’avenir et il n’est pas exclu qu’il soit potentiellement plus virulent explique Marius Gilbert. En revanche ajoute l’épidémiologiste de l’ULB, au travers des différentes campagnes de vaccination, au travers également des différentes vagues, notre socle immunitaire s’enrichit et cela nous protège vis-à-vis de n’importe quelle vague mais c’est trop risqué de tabler là-dessus et de ne plus prendre de précautions. ►►► Le variant Omicron annonce-t-il la fin de l’épidémie ? Myocardite et infertilité : effets secondaires du vaccin ? Pour le chef adjoint des soins intensifs, il est essentiel de nuancer ce qui est dit notamment sur les réseaux sociaux : "Tous les cœurs des vaccinés n’ont pas des soucis. Il est vrai que ces effets secondaires sont constatés mais ils sont très rares. Ces myocardites sont un peu plus fréquentes avec le vaccin Moderna mais elles restent très largement en dessous des myocardites causées par la Covid-19 . Être vacciné protège par rapport aux infections myocardite. La balance bénéfice risque est clairement favorable. En ce qui concerne l’infertilité, on a constaté des problèmes de règles dans les premiers mois après le vaccin mais il n’y a aucun problème d’infertilité et c’est même l’inverse. La plupart des centres qui réalisent des fécondations in vitro exigent des candidats, d’être vacciné parce que l’on sait que la vaccination diminue les fausses couches et les malformations". PARTAGER