Mesures sanitaires : la confiance envers le personnel politique se réduit au fil des comités de concertation

09-12-21 10:05:00

Mesures sanitaires : la confiance envers le personnel politique se réduit au fil des comités de concertation

Comité De Concertation, Coronavirus

Mesures sanitaires : la confiance envers le personnel politique se réduit au fil des comités de concertation

Le titre du 37e baromètre de la motivation est clair : les mesures sanitaires recueillent toujours un soutien, pas la...

Cette étude réalisée à intervalle régulier par plusieurs universités francophones et flamandes (UCL, ULB, KUL, UGent…), en partenariat avec les journaux du groupe Sud Presse et le quotidien Le Soir, s’appuie sur les réponses de plus 18.000 personnes, vaccinées et non vaccinées.

" La méfiance à l’égard de la gestion politique globale a atteint un sommet ", peut-on lire dans le baromètre de la motivation. La confiance dans les politiques a fondu au cours des deux derniers mois, période au cours de laquelle les comités de concertation se sont suivis et ont amené de nouvelles restrictions. La reprise de l’épidémie a fait l’effet d’une véritable" douche froide ", selon les auteurs de l’étude.

Lire la suite: RTBF info »

Déjà avent je n ai jamais eu confiance 😁sérieux ! Gestion a la petite semaine par des poules sans têtes La confiance est rompue depuis très très longtemps. On ne vous lachera pas, vous finirez par payer cette violence extrême que vous nous avez fait subir. sans blague ? on se demande pourquoi🤔 Fatalement, ils nous annoncent des mesures qu’on ne veut pas entendre!

Mais y a t'il eu confiance avant J'en doute et ce depuis longtemps ! Le baromètre COVID sera un excellent outil pour inscrire la pandémie et ses vagues successives dans le temps long. Il fera de nous des victimes résignées, sortant les masques, sans se poser de questions, comme on sort les parapluies lorsque le temps tourne à l'orage.

C'est pas mieux que le crédit accordé aux média !

Devant le Congrès, le patron d'Instagram explique que le réseau 'peut aider' les jeunes en difficultéInstagram 'peut aider' les jeunes en difficulté, a affirmé mercredi son patron Adam Mosseri durant son audition au... oulà, il espère que sa plateforme soit reconnue comme traitement dans le future DSM-6? 🤨 Tout le contraire, les réseaux sociaux devraient être interdit aux mineurs.

La confiance était déjà très basse, il ne doit plus rester grand chose.. Aux urnes !

Corse : le changement climatique affecte le goût des clémentines et les rend moins acidesLe réchauffement climatique impacte le goût des clémentines, fruit star de l’hiver consommé de novembre à fin... Y’a vraiment quelqu’un qui touche de l’argent pour écrire des articles de merde comme ça ?

Attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles : le procès s'ouvrira le 10 octobre 2022Le procès des attentats terroristes du 22 mars 2016 à Bruxelles s'ouvrira le 10 octobre 2022, a confirmé mercredi soir la... Tous ces morts au nom de l'islam et du prophète... Quelle ignominie. Le résultat pour avoir accepté des religions étrangères restées au moyen-âge dans notre pays. Ils ont été tués au nom de qui et de quoi ? Je ne me souviens plus

Action contre le Covid Safe Ticket : la Région wallonne conteste le caractère disproportionné de la mesureLe tribunal de première instance de Namur a rendu en référé le 30 novembre une ordonnance qui déclare illégal le... Grâce à une bonne 'introduction'.....certains se sont bien enrichis . Ont s'en branle de ce qu'ils ont à dire. Les décisions de justice c'est bon pour tout le monde pas juste pour la population !!!! voila le mari de la vieille rombiere

Mode: le marché de la seconde main croît 11 fois plus vite que le commerce traditionnelLe marché de la revente en seconde main d'articles de mode est en plein essor, progressant actuellement 11 fois plus vite...

Après le scandale et avant une audition au Congrès, Instagram tente quelques mesures de protection des adosLe patron d'Instagram, Adam Mosseri, a donné mardi quelques gages sur la protection des adolescents, à la veille de son...

Le titre du 37e baromètre de la motivation est clair : les mesures sanitaires recueillent toujours un soutien, pas la gestion de la pandémie.Instagram"peut aider" les jeunes en difficulté, a affirmé mercredi son patron Adam Mosseri durant son audition au Congrès américain, prenant le contre-pied des récentes accusations formulées contre le réseau social, face à des parlementaires peu convaincus.Le réchauffement climatique impacte le goût des clémentines, fruit star de l’hiver consommé de novembre à fin janvier, en diminuant leur acidité, selon les chercheurs de l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (Inrae) basé à San Giuliano en Corse.Le procès des attentats terroristes du 22 mars 2016 à Bruxelles s'ouvrira le 10 octobre 2022, a confirmé mercredi soir la cour d'appel de Bruxelles.

L’enchaînement des comités de concertation entre novembre et décembre a augmenté la méfiance des Belges à l’égard du personnel politique et de sa capacité à gérer l’épidémie. Cette étude réalisée à intervalle régulier par plusieurs universités francophones et flamandes (UCL, ULB, KUL, UGent…), en partenariat avec les journaux du groupe Sud Presse et le quotidien Le Soir, s’appuie sur les réponses de plus 18."Je pense qu'Instagram peut aider beaucoup d'entre eux dans ces moments.000 personnes, vaccinées et non vaccinées. Or,"l’acidité est un exhausteur d’arômes. " La méfiance à l’égard de la gestion politique globale a atteint un sommet ", peut-on lire dans le baromètre de la motivation. Une autre, datant de 2020, montrait que 32% des adolescentes estimaient que l'utilisation du réseau social avait aggravé l'image de leur corps lorsqu'elles n'en étaient déjà pas satisfaites. La confiance dans les politiques a fondu au cours des deux derniers mois, période au cours de laquelle les comités de concertation se sont suivis et ont amené de nouvelles restrictions. OK Ne plus afficher ×.

La reprise de l’épidémie a fait l’effet d’une véritable" douche froide ", selon les auteurs de l’étude. Mais pour les parlementaires américains, qui ont déjà entendu plusieurs responsables de réseaux sociaux dans le cadre d'une série d'auditions sur la protection en ligne des enfants, il est urgent d'agir. Plus de 70 variétés de clémentines y sont conservées dans"la première collection mondiale de ressources génétiques de mandarines et clémentines". " La confiance dans le gouvernement a progressivement diminué au fur et à mesure du développement de la quatrième vague, tant chez les vaccinés que chez les non-vaccinés. " Les chiffres sont édifiants. L'application va notamment empêcher les utilisateurs de mentionner dans leurs publications des adolescents qui ne sont pas abonnés à leur profil. Après le dernier comité de concertation qui s’est tenu le 3 décembre, 73% de vaccinés interrogés ont déclaré qu’ils n’avaient peu ou pas du tout confiance dans la compétence du gouvernement. Début novembre ce taux de personnes affichant un manque de confiance envers le personnel politique atteignait 59%. Newsletter info Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

La méfiance a donc fort augmenté en un mois seulement. 72% des vaccinés montrent peu où très peu de confiance dans la bienveillance du gouvernement. Cette méfiance est encore plus importante chez les personnes non vaccinées puisqu’elle touche 96% des répondants. Mais cette méfiance était déjà toute aussi forte début novembre. La confiance envers le GEMS (le groupe d’experts qui conseille le gouvernement) est-elle nettement supérieure chez les personnes vaccinées :" 78% des vaccinés disent avoir confiance dans la compétence et 64% croient aux bonnes intentions du GEMS".

Le baromètre de la motivation se penche aussi sur les raisons de cette méfiance accrue." Plusieurs sources de méfiance ont culminé après le CODECO de la mi-novembre. Par exemple, une grande majorité de personnes non vaccinées (plus de 90%) disent avoir perdu confiance dans la gestion de la pandémie parce que les vaccins et les mesures sont moins sûrs ". En revanche, la motivation à respecter les mesures sanitaires semble se maintenir chez les personnes vaccinées. Avec l’augmentation des infections, cette motivation a même eu tendance à augmenter au cours de la quatrième vague.

Mi-novembre, 60% des personnes vaccinées étaient très ou modérément motivés à respecter ces mesures. Elles sont désormais 69%. L’augmentation de la perception du risque d’infection joue un rôle important dans l’augmentation de la motivation à respecter les mesures, du moins chez les personnes vaccinées. " En général, les personnes vaccinées respectent mieux les mesures que les personnes non vaccinées, et cela semble être particulièrement le cas pour le masque. Ces différences sont beaucoup plus faibles pour la restriction des contacts étroits.

" A titre d’exemple, la réduction des contacts rapprochés est presque autant respectée par les personnes vaccinées et non vaccinées." 62% des personnes vaccinées et 60% des personnes non-vaccinés indiquent qu’elles auront 5 contacts étroits ou moins dans la semaine à venir, soit le nombre recommandé par le GEMS. " Près 70% des vaccinés prêts à accepter une troisième dose L’administration de la troisième dose semble susciter une adhésion importante à la lecture des résultats du baromètre de la motivation. 67% des vaccinés sont prêts à se voir injecter cette nouvelle dose. Un résultat encourageant selon les auteurs du baromètre," car dans le passé, il s’est avéré que certaines personnes voulaient plus de temps pour prendre leur décision ".

17% des personnes interrogées doutent encore, 16% ont l’intention de refuser cette troisième dose. Un baromètre Covid rétablirait-il la confiance ? L’introduction d’un"baromètre Covid" pourrait avoir des effets bénéfiques sur l’adhésion aux mesures selon les auteurs de l’étude. Il s’agit d’un outil prévisionnel qui annonce la prise de mesures sanitaires systématiques en fonction des risques épidémiologiques. Il s’agirait par exemple d’obliger le port du masque dans l’espace public dès qu’on dépasse un certain taux de contaminations associé à une augmentation des hospitalisations. Cette idée est évoquée depuis longtemps puisqu'elle était déjà évoquée dans la quatorzième édition de ce baromètre de la motivation.

" Un baromètre COVID favorise une perception réaliste du risque. Elle garantit ainsi que les efforts à fournir sont conformes ou proportionnels au niveau de risque de l’épidémie."L’objectif serait d’éviter le sentiment de"cacophonie"qui s’est souvent dégagé lors des différentes vagues de l’épidémie. Un baromètre covid offrirait des avantages en termes de prévisibilité, autant pour les secteurs concernés par les éventuelles mesures que pour les citoyens. Cet outil permet de prévoir quelles sont les mesures à prendre quand les courbes de contamination et d’hospitalisation s’envolent.

Mais selon les auteurs de cette étude, le baromètre COVID pourrait aussi jouer un rôle motivationnel fort. Le fait que le baromètre soit orienté vers un objectif" Un baromètre COVID favorise une perception réaliste du risque. Elle garantit ainsi que les efforts à fournir sont conformes ou proportionnels au niveau de risque de l’épidémie ". Par ailleurs cet outil décisionnel jouerait un rôle de lien social." Travailler ensemble vers un objectif collectif stimule un sentiment d’efficacité collective et de confiance pour traverser une période difficile.

" Newsletter info Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité. OK Ne plus afficher × .