Emploi, Jeunes, Forem, Actiris

Emploi, Jeunes

Marie-Christine Vanbockestal (Forem) : 'L'emploi des jeunes est plus frappé par la crise liée au covid'

Marie-Christine Vanbockestal (Forem) : 'L'emploi des jeunes est plus frappé par la crise liée au covid'

01-02-21 08:23:00

Marie-Christine Vanbockestal ( Forem ) : 'L'emploi des jeunes est plus frappé par la crise liée au covid'

Le Forem , l’office wallon de la formation professionnelle et de l’emploi, vient de publier un rapport sur l’impact économique lié à la crise sanitaire sur l’emploi des jeunes. La conclusion est sans appel : depuis mars 2020, le nombre de...

+ 5,3% de jeunes demandeurs d’emploi en 2020. Cela n’a l’air de rien, pourtant c’est la première fois en 7 ans que ce chiffre est positif. Les années précédentes, il n’a fait que diminuer, avant de connaître ce brusque sursaut. Un sursaut directement lié au Covid 19, explique Marie Christine Vanbockestal, administratrice générale du Forem :"Nous avons analysé nos données et les jeunes sont plus frappés que les autres catégories d’âge. Après des années d’embellie, tout est retombé. Les jeunes sont en contrat à durée déterminée, ou intérimaires. Quand une crise frappe, ils le ressentent les premiers".

Matin Première : Rudi Vervoort favorable à une réinitialisation de la stratégie vaccinale en Belgique Les chauffeurs Uber ne pourront plus utiliser leur smartphone à Bruxelles Petit tour d'horizon des casseroles de Nicolas Sarkozy

Moins d’emplois Dès mars 2020 et le début de la crise sanitaire, le volume d’opportunités d’emploi diffusées par le Forem est reparti à la baisse, avec un pic important en mai (- 44% d’opportunités en moins par rapport à 2019). Par ailleurs, le confinement du mois d’octobre a conduit à la fermeture de l’Horeca, des magasins dits non-essentiels et à l’arrêt des métiers de contact. Des secteurs où les jeunes sont particulièrement représentés.

Nous avons rencontré plusieurs jeunes en recherche d’emploi. Ils éprouvent des difficultés très importantes pour trouver un job. Parmi eux, Marvin Jacqmin (Mariembourg). Il a tout juste 26 ans et un diplôme de secondaire en poche. Après quelques formations et petits boulots, il ne parvient pas à trouver le travail de ses rêves."C’était déjà difficile avant le covid, mais aujourd’hui, c’est pire que tout. Les employeurs sont rares et ceux qui embauchent demande de l’expérience. Et puis la concurrence est rude". Une concurrence forte en ce moment, due à l’arrivée de chercheurs d’emploi plus expérimentés et plus âgés suite à certains licenciements. headtopics.com

Toutes régions touchées Quoi qu’il en soit, le ressenti se transpose en chiffre et devrait durer autant que la crise. Cela touche toutes les régions, et c’est même plus fort à Bruxelles, comme le pointe Gregor Chapelle, le directeur d’Actiris :"On est vraiment face à une génération sacrifiée. A Bruxelles, le chômage des jeunes atteint 7,5% de plus qu’en 2019. Rien qu’en décembre, il est à +14,4%". Avant la crise, un jeune se voyait très souvent proposer un stage, un emploi, ou au moins une formation. Mais vu la conjoncture liée au covid, le directeur du service public bruxellois pour l’emploi estime d’ailleurs qu’il faudrait aller plus loin.

Un autre point mis en lumière par l’étude du Forem et par Actiris : la crise ne frappe pas les jeunes de la même manière selon leur niveau d’étude. Du côté d’Actiris, les moins de 30 ans universitaires sont 30% plus nombreux à chercher un job qu’en 2019. Coté Forem, le taux d’insertion des diplômés de master baisse de 10% par rapport à 2019 ; 16% pour les bacheliers.

Moins d’inscriptions chez les plus jeunes A noter enfin, un chiffre qui peut sembler paradoxal : le nombre de jeunes à s’être inscrit au Forem en 2020 à diminuer par rapport à l’année précédente. Ils sont 12% de moins à s’être inscrit comme jeunes en stage d’insertion. C’est encore plus marqué chez les cadets : -29% pour les jeunes âgés de 18 ans, -18% pour ceux âgés de 19 ans. Une hypothèse peut être avancée : certains jeunes qui,"en temps normal" auraient arrêté leurs études pour se lancer dans la vie active ont pu choisir de continuer leur cursus scolaire en raison de l’incertitude économique.

Newsletter info Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité. Lire la suite: RTBF info »